Ouvrir le menu principal

Chloë Sevigny

actrice américaine

BiographieModifier

Enfance et scolaritéModifier

Chloë Stevens Sevigny est née à Springfield, dans le Massachusetts[1],[2],[3] et a grandi dans la ville de Darien, dans le Connecticut avec ses parents, Janine Malinowski, américaine d'origine polonaise[2] et Harold David Sevigny, un comptable d'origine canadienne française, reconverti comme peintre en bâtiment (et mort en 1996 d'un cancer)[4]. Elle a également un frère, Paul, qui est maintenant DJ à New York[5]. Elle a été élevée dans la religion catholique[6],[7],[8].

Elle a souvent passé les étés à participer à des camps de théâtre, avec des premiers rôles dans des pièces gérées par la YMCA et a toujours aspiré à être actrice[6] et fut scolarisée à la Darien High School (en).

Quand elle était élève au secondaire, elle a fait du baby-sitting en gardant l'acteur Topher Grace et sa jeune sœur[9].

Étouffée par l’environnement très conservateur de Darien, Chloë devient une adolescente rebelle, passant ses week-ends à New York, où elle fréquente les raves et les skateurs du Washington Square de Manhattan[10],[11]. Elle a ouvertement admis avoir expérimenté des drogues à l'adolescence[12] et s'est souvent décrite comme une « solitaire » et une « adolescente déprimée »[9] et a même été envoyée par ses parents aux Alcooliques anonymes[12]. Sa seule activité parascolaire était de faire du skateboard avec son frère aîné et passer la plupart de son temps libre dans sa chambre.

À 18 ans, elle déménage dans un appartement à Brooklyn. En 1993, elle est repérée dans une rue d'East Village par une rédactrice en chef du Sassy Magazine, qui a été tellement impressionnée par le style de la jeune femme qu'elle lui a demandé de faire un stage au magazine[4]. Ses diverses collaborations artistiques et dans le milieu de la mode la font devenir une « It Girl » (terme désignant tout à la fois l'égérie de créateurs branchés et l'influence d'une personne sur la scène artistique)[13].

Par la suite, elle apparaît sur la couverture du EP Full-On Bloom, de Gigolo Aunts (en)[14], ainsi que dans un rôle dans un clip de Lemonheads.

Révélation du cinéma indépendant américain (années 1990)Modifier

En 1995, elle fait ses débuts au cinéma grâce à son compagnon de l'époque, Harmony Korine, rencontré au Washington Square Park[15]. Malgré son inexpérience cinématographique professionnelle, Chloë obtient son tout premier rôle dans le film Kids, réalisé par Larry Clark et dont le scénario est écrit par Korine, pour lequel était initialement pressentie l'actrice Mia Kirshner. Film controversé en raison de son sujet, Kids fait beaucoup de bruit et permet à Sevigny d'attirer l'attention d'autres réalisateurs américains exigeants.

Elle enchaîne les films comme Trees Lounge, de Steve Buscemi et aussi Les Derniers jours du disco, de Whit Stillman, dans lequel elle partage la vedette avec Kate Beckinsale, méconnue du grand public à l'époque et qui a obtenu de bonnes critiques[16] et le statut de film culte[17],[18], malgré le peu de succès obtenu en salles[19].

En dehors du cinéma, elle joue dans Hazelwood Junior High, pièce de théâtre jouée off-Broadway.

A la fin de la décennie, elle tourne avec Harmony Korine dans les films Gummo (1997) et Julien Donkey-Boy (1999) et confirme son statut d'actrice incontournable du cinéma indépendant américain.

Mais c'est avec le drame Boys Don't Cry, de Kimberly Peirce, sorti en 1999, qu'elle accède à la reconnaissance critique : elle est nommée à l'Oscar et au Golden Globe dans la catégorie meilleure actrice de second rôle. Sa partenaire dans le film, Hilary Swank, remportera l'Oscar de la meilleure actrice pour sa prestation.

Collaborations internationales (années 2000)Modifier

 
L'actrice à la première de Barry Munday au SXSW 2010.

Durant les années 2000, elle acquiert petit à petit une renommée internationale grâce à ses collaborations avec (entre autres) le réalisateur français Olivier Assayas (Demonlover), le Danois Lars von Trier (Dogville, Manderlay), le New-yorkais Woody Allen (Melinda et Melinda) ou l'Indienne Mira Nair (Un nom pour un autre). En 2003, elle suscite la polémique avec une scène de fellation non simulée dans le film The Brown Bunny, réalisé par Vincent Gallo. Elle apparaît aussi en 2006 dans le remake d'un film de Brian De Palma (Sisters).

L'année suivante, elle incarne la compagne de Jake Gyllenhaal dans le thriller Zodiac[20], de David Fincher, avant de tourner sous la direction de Werner Herzog (Dans l'œil d'un tueur) deux ans plus tard.

Mais surtout, de 2006 à 2011, elle joue dans la série dramatique Big Love le rôle de la mormone Nicolette Grant. Le succès de la série, diffusée par la chaîne HBO, lui permet de décrocher le Golden Globe de la meilleure actrice dans un second rôle dans une minisérie, série ou téléfilm en 2010.

Séries (années 2010)Modifier

 
L'actrice à la première de American Horror Story : Hotel au Museum of Modern Art, en novembre 2015.

Durant les années 2010, elle continue à tourner dans des films indépendants, dont l'accueil critique est cependant majoritairement mauvais[21].

C'est en revenant sur le petit écran en 2012 dans la mini-série britannique Hit and Miss, qu'elle revient au premier plan. Elle y joue une femme transgenre tueuse à gage sous la direction de Paul Abbott (Shameless).

Dans la foulée, l'actrice obtient un rôle récurrent dans la série horrifique de Ryan Murphy, American Horror Story, dans laquelle elle interprète le rôle d'une nymphomane. Elle est de retour à l'automne 2015 pour la cinquième saison intitulée American Horror Story : Hotel[22].

Parallèlement, elle apparaît dans plusieurs autres séries - Louie, Portlandia, Doll & Em, ou encore The Mindy Project.

En 2014, elle porte la série thriller Those Who Kill, dont l'unique saison se comporte de dix épisodes. Puis de 2015 à 2017, elle fait partie de la distribution de la série Bloodline, diffusée exclusivement sur Netflix.

Au cinéma, elle connaît un regain critique en 2016 en retrouvant Kate Beckinsale pour le drame d'époque Love and Friendship, réalisé par Whit Stillman[23] ; elle joue aussi dans le film d'horreur Antibirth, écrit et réalisé par Danny Perez. L'actrice principale est une autre valeur des années 1990, Natasha Lyonne, qu'elle retrouve par la suite pour la mini-série Poupée Russe, produite pour Netflix.

Lors du Festival de Cannes 2018, elle est membre du jury de la Semaine de la Critique. Elle tourne alors la mini-série The Act, où elle côtoie la vétérante Patricia Arquette et la jeune Joey King.

Elle est attendue en 2019 dans le rôle-titre du biopic Lizzie, réalisé par Craig William Macneill. Elle y a pour partenaire la star Kristen Stewart.

FilmographieModifier

CinémaModifier

Courts métragesModifier

TélévisionModifier

Séries téléviséesModifier

TéléfilmsModifier

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

NominationsModifier

Voix françaisesModifier

  • Sybille Tureau[24] dans :
    • Big Love (série télévisée)
    • The Killing Room
    • Hit and Miss (série télévisée)
    • American Horror Story (série télévisée)
    • The Mindy Project (série télévisée)
    • Those Who Kill (série télévisée)
    • Bloodline (série télévisée)
  • Anneliese Fromont[24] dans :
    • Les Derniers Jours du disco
    • Zodiac
    • The Dead Don't Die
et aussi

CitationsModifier

  • « Je suis fière de mon intégrité mais assez déçue par mon cynisme. »[réf. nécessaire]
  • « J'ai toujours fait des films qu'on pourrait désigner par le terme d'« avant-garde »… Qu'importe, après tout, le nom qu'on attribue pour désigner ça. »[réf. nécessaire]
  • « Je savais que les gens ne le comprendraient pas. C'est une honte que des personnes écrivent tant de choses sur un film qu'ils n'ont même pas vu. Quand vous voyez le film, ça prend tout son sens. C'est un film artistique. Ça pourrait être diffusé dans des musées, des expos. C'est comme un film d'Andy Warhol. » (à propos du film The Brown Bunny)[réf. nécessaire]
  • « Je me suis posé des questions sur le genre sexuel et la sexualité dès le début de mon adolescence, et j'ai fait quelques expériences. »[28][réf. nécessaire]

Notes et référencesModifier

  1. (en) The Insider.com, « Chloë Sevigny at The Insider »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), The Insider (consulté le 10 mars 2010)
  2. a et b (en) « Chloë Sevigny (II) Biography », Yahoo! Movies (consulté le 2 mars 2010)
  3. (en) « Springfield », Probert Encyclopedia (consulté le 31 mars 2010)
  4. a et b (en) « Chloe Sevigny Biography (1974–) », Film Reference (consulté le 17 avril 2009)
  5. (en) « A&M Entertainment: Paul Sevigny », A&M Entertainment (consulté le 15 mars 2010)
  6. a et b (en) Terry Gross, « Plenty of Big Love For HBO Star Chloë Sevigny », National Public Radio (NPR), (consulté le 3 mars 2010)
  7. (en) « Chloe Sevigny Is Uncomfortable Filming Sex Scenes », starpulse.com, (consulté le 17 septembre 2007)
  8. (en) Charlotte O'Sullivan, « The Girl With a Thorn in Her Side », The Independent, Londres,‎ (lire en ligne)
  9. a et b (en) Ethan Aames, « Chloe Sevigny in Melinda and Melinda »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Cinema Confidential News (Cinecon), (consulté le 2 mars 2010)
  10. Biographie sur, Allociné. Consulté le .
  11. Biographie sur Premiere. Consulté le .
  12. a et b (en) « Being Chloe  », Times Online, London,‎ (lire en ligne)
  13. « Chloe's Scene », The New Yorker, 7 novembre 1994, pp.182–192.
  14. (en) « Biography of Chloe Sevigny », AllAmericanSpeakers.com (consulté le 22 janvier 2008)
  15. (en) « Harmony Korine Official Website », Harmony Korine.com (consulté le 8 janvier 2010)
  16. (en) Janet Maslin, « Film Review: Last Days of Disco, Night Life of the the Young, Urban and Genteel », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  17. (en) Joseph Lanthier, « The Last Days of Disco: The Criterion Collection », Slant Magazine,‎ (lire en ligne)
  18. (en) « [[MoMA]] PopRally – The Last Days of Disco », The Museum of Modern Art
  19. (en) « The Last Days of Disco », Box Office Mojo (consulté le 14 avril 2009)
  20. AlloCine, « Casting de Zodiac » (consulté le 23 mai 2017)
  21. https://www.rottentomatoes.com/celebrity/chloe_sevigny
  22. « American Horror Story – Hotel : Chloë Sevigny de retour dans la série anthologique » (consulté le 29 mars 2015)
  23. https://www.rottentomatoes.com/m/love_and_friendship
  24. a b c et d « Comédiennes ayant doublé Chloë Sevigny en France », sur RS Doublage, .
  25. (fr) Fiche du doublage sur Voxofilm, consulté le .
  26. (fr) Fiche du doublage sur Voxofilm, consulté le .
  27. (fr) Fiche du doublage sur Voxofilm, consulté le
  28. (en) Chloë Sevigny sur The Encyclopedia of Lesbian Movie Scenes

CréditsModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :