Charline Vanhoenacker

journaliste et humoriste belge
Charline Vanhoenacker
Image illustrative de l’article Charline Vanhoenacker
Charline Vanhoenacker lors de l'émission Si tu écoutes, j'annule tout à Troyes le .

Prononciation du nom Charline Vanhoenacker se prononce [ ʃaʁlin vanunakœʁ][1] (du flamand [vɑnˈɦunɑkər][2])
Naissance (43 ans)
La Louvière, Belgique
Nationalité Belge
Profession Journaliste
Autres activités Animatrice de radio
Productrice de radio
Médias
Pays Drapeau de la France France
Média Radio
Fonction principale Chroniqueuse
Animatrice
Productrice
Radio 7/9 (France Inter)
Par Jupiter ! (France Inter) (anciennement Si tu écoutes, j'annule tout)

Charline Vanhoenacker, née le à La Louvière (Hainaut), est une journaliste et humoriste belge, également animatrice et productrice de radio.

BiographieModifier

Jeunesse, formation et débuts sur la RTBFModifier

Charline Vanhoenacker, née le à La Louvière, en Belgique[3], est la fille unique de Philippe Vanhoenacker et Linette dite Line Douillet[4] tous deux enseignants à l'Athénée provincial de La Louvière, école dans laquelle elle fait ses études secondaires.

Son enfance dans la région du Centre la marque profondément et lui permet de constater avec dépit les ravages de la société capitaliste qu'elle rejette : « la région d’où je viens, […], une région de métallurgie et charbonnage, […] s’appelle La Louvière. C’est un bassin industriel et minier que j’ai vu décliner toute mon enfance, comparable à Roubaix ou Florange. C’est mon terreau donc je lis la politique et la société à travers ce prisme[5]. »

Passionnée par la langue française, elle entre vers 1995 à l'Université libre de Bruxelles où elle présente un mémoire en philologie romane intitulé Langue de chat. Typologie analytique des mécanismes du risible linguistique dans Le Chat de Philippe Geluck (1999). En 2020, interrogée à ce sujet, elle déclare que Philippe Geluck est toujours une de ses inspirations[5]. Elle poursuit ensuite ses études à l'École supérieure de journalisme de Paris (ESJ) puis réalise des piges pour Le Soir[6],[5].

À la Radio-télévision belge de la Communauté française (RTBF) où elle succède en 2010 à Istvan Felkaï, le correspondant permanent emblématique de la RTBF à Paris, elle suit la campagne pour l'élection présidentielle de 2012 qu'elle chronique sur La Première ; dans un papier Le Hollande Tour elle livre un regard décalé sur la couverture de l'événement par les médias français[6].

Daniel Schneidermann qui repère son blog @ Pèèèris l'invite à chroniquer la campagne présidentielle dans son émission Arrêt sur images[7].

Arrivée à France InterModifier

Sur France Inter en et après avoir écouté une cassette de son travail[8], Pascale Clark l'invite à une chronique hebdomadaire « Charline vous regarde » dans l'émission Comme on nous parle[6],[9].

Eté 2013, avec l'humoriste Alex Vizorek, elle anime la quotidienne le Septante-cinq minutes[6],[10] qui est reconduite l'été suivant[11].

Pendant la saison 2013-2014, elle anime quotidiennement le 5/7 avec Éric Delvaux[6],[9], en terminant par un billet d'humour à h 55[12]. L'émission ne revient pas à l'antenne la saison suivante, mais l'animatrice se voit confier à partir de une chronique matinale décalée, à h 57 dans le 7/9 de Patrick Cohen, où elle livre un billet humoristique[9],[11].

Parallèlement, elle produit et anime Si tu écoutes, j'annule tout entre 17 h et 18 h, en compagnie d'Alex Vizorek[9] et des chroniqueurs Guillaume Meurice, Juliette Arnaud, André Manoukian, Clara Dupont-Monod, Samir Bouadi, Thomas VDB, Nicole Ferroni, Thomas Croisière, Thomas Bidegain, Hippolyte Girardot, Marius Colucci, Roukiata Ouedraogo, Pablo Mira et Frédéric Fromet. L'émission fait progresser l'audience de la tranche[9],[13] et s'installe durant les années suivantes. Durant la saison 2015-2016, elle finit par dépasser en termes d'audiences celle de Cyril Hanouna, diffusée aux mêmes horaires sur Europe 1[14]. À la rentrée de , l'émission est renommée Par Jupiter !, en référence au nouveau locataire de l'Élysée, Emmanuel Macron[15].

L'émission et ses chroniqueurs sont considérés par plusieurs observateurs comme connotés politiquement « à gauche »[16]. L'Humanité évoque la « caution de gauche » de France Inter[17]. Cette étiquette n'est pas reniée par Charline Vanhoenacker qui explique qu'elle donne sa voix aux « antiréacs, aux progressistes. Mon curseur est large à gauche. Je pourrais voter pour un équivalent de Podemos, un socialiste pas trop corrompu, ou un vert pragmatique[18] ». Selon Le Monde, l'émission a provoqué le plus grand nombre de saisines du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) en 2020, tous médias confondus[16].

Autres activitésModifier

Charline Vanhoenacker anime également en duo avec Alex Vizorek l'émission de télévision Revu et corrigé chaque dimanche à 11 h 25 sur La Une de la RTBF jusqu'en [19].

En 2015, elle a présenté deux émissions intitulées Je vous demande de vous arrêter sur France 4[20].

Elle signe en 2014 la postface de Dieu est amûûûr ![21] et la préface de Mieux vaut en rire[22] en 2017, deux albums de l'illustrateur louviérois Philippe Decressac[23].

En 2015, elle publie aux éditions Robert Laffont un recueil de ses chroniques nommé Bonjour la France.

De à , elle intervient à l'issue de L'Émission politique, sur France 2, en proposant un billet d'humour à destination de l'invité du jour, à la fin de l'émission[24].

Le , avec Alex Vizorek et Guillaume Meurice, Charline Vanhoenacker dépose sa candidature à la présidence de Radio France auprès du Conseil supérieur de l'audiovisuel[3]. Leur programme humoristique prévoit entre autres l'« euthanasie de France Info », le renommage de plusieurs émissions, ainsi que la « mise en place d'un système de notation à cinq étoiles pour les animateurs [...], sur le modèle des chauffeurs Uber »[25].

Début 2019, elle fait une apparition dans Sucer des cailloux, le nouveau clip du groupe Les Fatals Picards[26].

En , elle fait partie de l'équipe des rédactrices du nouveau mensuel féministe satirique Siné Madame[27], dès son lancement.

En , elle publie Le cahier de vacances de Manu en collaboration avec Guillaume Meurice et Cami, dont les bénéfices sont reversés au Secours populaire.

PublicationsModifier

FilmographieModifier

CinémaModifier

Web-sérieModifier

  • 2016 : Charline Vanhoenacker et Guillaume Meurice parodient des agents de communication pour la politique dans une fausse agence appelée « Agence Winwin », sous les pseudonymes de « Clem' et Jean-Mat' ».
  •  : avec Alex Vizorek, elle crée la web-série Sibyle et Guy, dans laquelle la journaliste parodie ses patrons de Radio France[28].
  •  : en compagnie de Guillaume Meurice, elle parodie Léa Salamé et Raphaël Glucksmann dans la websérie Raph et Léa[29].

Notes et référencesModifier

  1. Prononciation en français de France retranscrite selon la norme API.
  2. Prononciation en néerlandais standard retranscrite selon la norme API.
  3. a et b Richard Werly, « Charline Vanhoenacker, Jupiterrible ! », Le temps, 23 avril 2018 (page consultée le 23 avril 2018).
  4. « inmemoriam.be - Simonne OVAERE († 19/3/2015) (FR) », sur www.inmemoriam.be (consulté le ).
  5. a b et c « La crise « ouvre des possibles » pour l’humour juge Charline Vanhoenacker », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  6. a b c d et e Karin Tshidimba, « Charline Vanhoenacker, portrait », sur La Libre Belgique.be, .
  7. « Première Chronique de Charline Vanhoenacker sur Arrêt sur Images », sur Arrêt sur images.net, .
  8. « Charline Vanhoenacker du 5/7 de France Inter - On n'est pas couché - 1er mars 2014 #ONPC », sur YouTube.com.
  9. a b c d et e Benoit Daragon, « Charline Vanhoenacker : "Je suis un gros caillou dans la chaussure de Cyril Hanouna" », sur Ozap.com, .
  10. Karin Tshidimba, « Un bataillon de Belges s’installe sur France Inter », sur La Libre Belgique.be, .
  11. a et b Karin Tshidimba, « Charline Vanhoenacker, la "petite Belge" qui monte », sur La Libre Belgique.be, .
  12. Claude Baudry, « Avec Charline, ça va mieux en l’écoutant », sur L'Humanité.fr, .
  13. Maxime Biermé, « Charline Vanhoenacker toujours plus forte que Hanouna », sur Le Soir.be, .
  14. « Audiences radios en France: Charline Vanhoenacker bat Hanouna, en recul », Noëlle Joris, Le Soir.be, 20 avril 2016.
  15. « L'équipe de "Si tu écoutes, j'annule tout" sur France Inter change de nom », Marine Chassagnon, The Huffington Post.fr, 23 août 2017.
  16. a et b Alexandre Duyck, « « Par Jupiter ! », les têtes à claques de France Inter », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  17. « France Inter. « L’humour est la vaseline du débat » », l'Humanité,‎ (lire en ligne)
  18. Guillaume Gendron, « Charline Vanhoenacker: Billet en tête » sur Libération, 8 mars 2016.
  19. Maxime Biermé, « Charline Vanhoenacker et Alex Vizorek quittent la présentation de "Revu et corrigé" », sur Le Soir.be, .
  20. « Charline Vanhoenacker bientôt sur France 4 », sur L'Express.fr, .
  21. Decressac, Philippe, 1968?- ..., Vanhoenacker, Charline. et Impr. Lilabox), Dieu est amûûûr! : 56 dessins bénis, Les Sables-d'Olonne, Association Jack is on the road, dl 2014, 55 p. (ISBN 978-2-9542244-7-3, OCLC 908433156, lire en ligne).
  22. Decressac, Philippe., Mieut vaut en rire : humour et blagues dessinées, Grenoble, Glénat, 96 p. (ISBN 978-2-344-02275-7, OCLC 990681564, lire en ligne)
  23. « Les bonnes blagues de Decressac », L'Avenir,‎ .
  24. « 5 infos sur… Charline Vanhoenacker (L’Émission politique, France 2) », Anabelle Gentez, Télé 2 semaines.tv, 8 décembre 2016.
  25. Mariel Bluteau, « Les Belges candidats à la présidence de Radio France : candidature véritable ou canular ? », sur France Inter, (consulté le ).
  26. Les Fatals Picards, « Sucer des cailloux », sur YouTube, (consulté le ).
  27. « "Siné Mensuel" lance un "Siné Madame" écrit et dessiné par des femmes », sur France Info.fr, .
  28. « France Inter : Charline Vanhoenacker et Alex Vizorek se moquent du dirlo », sur Le Parisien.fr, .
  29. « Charline Vanhoenacker et Guillaume Meurice parodient Léa Salamé et Raphaël Glucksmann », sur HuffingtonPost.fr, .

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :