Titiou Lecoq

journaliste française

Audrey Lecoq[1] connue sous le nom de Titiou Lecoq, née le à Paris (France), est une journaliste, féministe, blogueuse, essayiste et romancière française, spécialiste de la culture web.

Titiou Lecoq
Image dans Infobox.
Titiou Lecoq au Salon du livre de Paris en mars 2015
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (41 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Mouvement
Site web

Biographie

Titiou Lecoq est née le [2],[3] à Paris.

Elle est titulaire d'un DEA de sémiotique[4].

En 2007, tout en enchaînant les petits boulots, elle débute l'écriture de son premier roman, Les Morues, qui sera publié en 2011 au Diable vauvert[5]. En parallèle, elle tient depuis 2008 le blog Girls and Geeks, dans lequel elle raconte son quotidien à Paris, sa vie amoureuse. Elle apprécie la forme d'écriture complètement libre du blog[6]. Féministe[7], la lutte pour l’égalité dans la répartition des tâches ménagères est l'un de ses combats[8].

Elle collabore avec le magazine en ligne Slate.fr pour lequel elle a écrit plus de 250 articles[9]. En 2017, dans Libération, elle trace le portrait de femmes victimes de meurtres conjugaux, c'est à dire de féminicides[10].

Au cours de son travail de journaliste, elle met en relief l'aspect criminel du féminicide : selon elle, il n'est en général pas dû à un homme qui taperait trop fort, mais il est du à un homme qui veut tuer, et tape dans ce but. Dans la plupart des cas cet homme est violent depuis longtemps, et il tue pour que « sa » femme lui appartienne toujours[10]. Il ne s'agit pas d'un crime par amour, si tant est que cette notion signifie quelque chose. Titiou Lecoq milite pour une reconnaissance de ces assassinats à l'échelle de la société : leurs racines se trouvent dans nos conceptions patriarcales, ces violences ont souvent un caractère banal, connu, habituel, social presque, mais leurs conséquences, même lorsqu'elles n'aboutissent pas à un meurtre, sont lourdes pour la femme victime directe, et pour les enfants, quelques fois tués eux-aussi. Madame Lecoq propose d'exercer notre vigilance, insiste sur l'importance du bon fonctionnement de la police, de la justice, et sur le financement des associations qui travaillent sur cette cause[11].

La même année, elle publie chez Fayard, un essai intitulé Libérées ! Le combat féministe se gagne devant le panier de linge sale, consacré à la charge mentale qui pèse sur les jeunes mères[5]. Elle décrit la persistance de la répartition inégalitaire des tâches ménagères et la double contrainte entre le travail à l'extérieur et dans la maison, qu'elle exprime ainsi : « On ne peut pas travailler comme nos grands-pères et tenir la maison comme nos grands-mères. » Elle dénonce aussi dans ce livre l'image rétrograde de la femme donnée par les réseaux sociaux en ligne et en particulier par Instagram[12].

Dans son ouvrage paru en [13] puis dans une vidéo publiée en [14], Titiou Lecoq raconte avoir refusé d'emmener son enfant chez le pédiatre car ce n'était pas son tour. Elle déclare ainsi : « C'était tout le temps à moi de le faire. J'ai dit à son père : Tu t'en charges. Il ne l'a pas fait à temps. Le gamin a fini avec un tympan percé. Ce que j'ai fait, c'est horrible mais ce n'était pas mon tour[15],[16]. » Elle a été, en conséquence, accusée de maltraitance par plusieurs internautes dont certains ont signalé les faits aux services de police et de la préfecture[17].

Publications

Essais

Romans

Références

  1. « Titiou Lecoq fait bonne pêche », Paris Match,‎ (lire en ligne, consulté le 13 octobre 2020)
  2. Lecoq, Titiou (1980-....), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr (consulté le 19 mars 2018)
  3. Fiche biographique, La Théorie de la tartine, Au diable vauvert, 2015 (ISBN 2846269327)
  4. « Sans télé, on ressent davantage le froid », sur livre.fnac.com
  5. a et b Célia Héron, « Titiou Lecoq: sous le rire, la révolution », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 16 avril 2019)
  6. « Titiou Lecoq: "Internet m’a fourni un espace où me retrouver avec d’autres handicapés de la vie" », sur Les Inrocks (consulté le 17 avril 2019)
  7. « Titiou Lecoq : l'actualité vue par une journaliste féministe », sur www.franceinter.fr (consulté le 24 mai 2019)
  8. « La galaxie féministe qui a marqué 2017 », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 16 avril 2019)
  9. « Titiou Lecoq: ses articles à lire sur Slate.fr », sur Slate.fr (consulté le 17 avril 2019)
  10. a et b « Violences faites aux femmes : les féminicides, ces meurtres encore invisibles », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 16 avril 2019)
  11. « Meurtres conjugaux : plus de 200 femmes tuées en deux ans, selon le recensement de « Libération » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 4 janvier 2021)
  12. « Titiou Lecoq: "L'idéal de la Wonder Woman, on en est revenu!" », sur LExpress.fr, (consulté le 17 avril 2019)
  13. « Dans un essai très drôle, Titiou Lecoq dénonce la répartition inégale des tâches ménagères », sur CheekMagazine.fr, (consulté le 25 mai 2020)
  14. « Titiou Lecoq : "En voyant des chaussettes sales par terre, j'ai pété les plombs" », sur Youtube.fr, (consulté le 25 mai 2020)
  15. « Barbecue vs vaisselle : Comment dégenrer son couple », sur neonmag.fr, (consulté le 25 mai 2020)
  16. « Charge mentale: Comment passer de la prise de conscience à un vrai changement de société? », sur 20minutes.fr, (consulté le 25 mai 2020)
  17. « "C'est horrible ce que j'ai fait mais ce n'était pas mon tour" », sur 7sur7.be, (consulté le 25 mai 2020)

Voir aussi

Article connexe

Liens externes