Charles de Wurtemberg

aristocrate allemand, chef de la maison de Wurtemberg
(Redirigé depuis Charles Marie de Wurtemberg)
Charles de Wurtemberg
(de) Carl Herzog von Württemberg
Description de l'image defaut 2.svg.

Titres

Prétendant au trône de Wurtemberg


(47 ans, 1 mois et 23 jours)

Prédécesseur Philippe Albert de Wurtemberg
Successeur Wilhelm de Wurtemberg

Prince héritier de Wurtemberg


(15 ans, 9 mois et 17 jours)

Prédécesseur Louis de Wurtemberg
Successeur Frédéric de Wurtemberg
Biographie
Titulature Duc de Wurtemberg
Dynastie Maison de Wurtemberg
Nom de naissance Carl Maria Peter Ferdinand Philipp Albrecht Joseph Michael Pius Konrad Robert Ulrich Herzog von Württemberg
Naissance
Friedrichshafen (Allemagne)
Décès (à 85 ans)
Ravensbourg (Allemagne)
Sépulture Crypte de l'église Saint-Michel du Château d'Altshausen
Père Philippe Albert de Wurtemberg
Mère Rose-Marie de Habsbourg-Toscane
Conjoint Diane d'Orléans
Enfants Frédéric de Wurtemberg
Mathilde de Wurtemberg
Eberhard de Wurtemberg
Philipp de Wurtemberg
Michael de Wurtemberg
Eleonore Fleur de Wurtemberg
Résidence Château d'Altshausen
Religion Catholicisme
Description de l'image Coat of Arms of the Kingdom of Württemberg 1817-1921.svg.

Charles de Wurtemberg, duc de Wurtemberg, né le à Friedrichshafen et mort le à Ravensbourg, est le prétendant au trône de Wurtemberg et chef de la maison royale de Wurtemberg de 1975 à 2022.

BiographieModifier

FamilleModifier

Charles de Wurtemberg (Carl Maria Peter Ferdinand Philipp Albrecht Joseph Michael Pius Konrad Robert Ulrich Herzog von Württemberg), né le à Friedrichshafen, est le second fils et le cinquième des six enfants du duc Philippe Albert de Wurtemberg (1893-1975), chef de la maison de Wurtemberg, et de l'archiduchesse Rose-Marie de Habsbourg-Toscane (1906-1983)[1].

Le , il est baptisé et reçoit comme parrain son grand-père maternel l'archiduc Pierre-Ferdinand de Habsbourg-Toscane, grand-duc de Toscane[2].

Par son père, il est le petit-fils du duc Albert de Wurtemberg, dernier prince héritier de Wurtemberg, et de l'archiduchesse Marguerite de Habsbourg-Lorraine ; par sa mère, il est le petit-fils de l'archiduc Pierre-Ferdinand de Habsbourg-Toscane, grand-duc de Toscane, et de la princesse Marie-Christine de Bourbon-Siciles. Sa sœur aînée, la duchesse Marie-Thérèse de Wurtemberg, se marie en 1957 avec Henri d'Orléans, héritier du trône de France (dont elle divorce en 1984)[3].

EntrepreneurModifier

 
Le château d'Altshausen, résidence du duc de Wurtemberg.

Après des études de droit à l'Université Eberhard Karl de Tübingen, le duc Charles intègre l'entreprise familiale qui inclut un domaine forestier et de nombreuses propriétés. Il succède ensuite à son père, mort en 1975, et devient le responsable d'une importante fortune, investie essentiellement dans l'industrie, l'agriculture et les vignobles[4]. En , en raison de sa santé, le duc se retire des affaires et en cède la gestion à son fils cadet Michael[5].

Mariage et descendanceModifier

 
La famille du défunt duc Charles de Wurtemberg le .

Charles de Wurtemberg, alors duc héréditaire de Wurtemberg, épouse civilement à Altshausen le et religieusement le suivant, au château d'Altshausen, la princesse Diane d'Orléans, née à Petrópolis, le , quatrième fille et sixième des onze enfants d'Henri d'Orléans (1908-1999), comte de Paris, et de son épouse la princesse franco-brésilienne Isabelle d'Orléans et Bragance (1911-2003)[1],[6].

Quatre fils et deux filles sont nés de cette union[3],[6] :

1. Friedrich Philipp Carl Franz Maria Herzog von Württemberg (Friedrichshafen, - Ebenweiler, ), duc héréditaire de Wurtemberg, épouse en 1993 Marie, princesse de Wied (1973), dont trois enfants :

  1. Wilhelm Friedrich Carl Philipp Albrecht Nikolaus Erich Maria Herzog von Württemberg (Ravensbourg, ), duc héréditaire de Wurtemberg depuis 2018, succède à son grand père en 2022,
  2. Marie-Amélie Diane Katherine Beatrix Philippa Sophie Herzogin von Württemberg (Ravensbourg, ),
  3. Sophie-Dorothée Martina Johanna Henriette Charitas Maria Herzogin von Württemberg (Ravensbourg, ) ;

2. Mathilde Marie-Antoinette Rosa Isabelle Herzogin von Württemberg (Friedrichshafen, ), épouse en 1988 Erich, comte héréditaire (depuis 2015 prince) de Waldburg zu Zeil und Trauchburg (1962), d'où cinq filles :

  1. Maria Teresa Walburga Gabrielle Diana Georgina Franziska Gräfin von Waldburg (1989),
  2. Elisabeth Walburga Apollonia Alexandra Friederike Gräfin von Waldburg (1990),
  3. Marie Charlotte Walburga Antonia Adelheid Viktoria Henriette Gräfin von Waldburg (1992),
  4. Helene Walburga Yolande Christiana Michaela Gräfin von Waldburg (1993),
  5. Marie Gabrielle Walburga Angelika Antonia Friederike Fleur Gräfin von Waldburg (1996) ;

3. Eberhard Alois Nikolaus Heinrich Johannes Maria Herzog von Württemberg (Friedrichshafen, ), épouse en 2011 Lucie Désirée Copf (1969), d'où :

  1. Alexander Ferdinand Peter Matthäus Maria Herzog von Württemberg (Mannheim, 19 janvier 2010) ;

4. Philipp Albrecht Christoph Ulrich Maria Herzog von Württemberg (Friedrichshafen, ), épouse en 1991 Marie Caroline, duchesse en Bavière (1969), fille de Max Emmanuel von Wittelsbach, duc en Bavière, d'où quatre enfants :

  1. Sophie Anastasia Assunta Marie Pauline Herzogin von Württemberg (Munich, ), mariée civilement au château d'Altshausen, le [7], puis religieusement à la chapelle du château de Tegernsee, le suivant[8] avec Maximilien d'Andigné, né le , d'où une fille :
    1. Olympia d'Andigné (née en ),
  2. Pauline Philippa Adelheid Helena Marie Herzogin von Württemberg (Londres, ),
  3. Carl Theodor Philipp Maria Max Emanuel Herzog von Württemberg (Londres, ),
  4. Anna Maximiliana Elizabeth Mariella Marie Herzogin von Württemberg (Francfort, ) ;

5. Michael Heinrich Albert Alexander Maria Herzog von Württemberg (Friedrichshafen, ), épouse en 2006 Julia Ricarda Storz (1965), sans postérité,

6. Eleonore Fleur Juanita Charlotte Eudoxie Marie-Agnès Herzogin von Württemberg (Friedrichshafen, ), épouse en 2003 Moritz Graf von Goëß (1966), d'où trois enfants :

  1. Zeno Carl Philipp Alfonso Maria Graf von Goëß (),
  2. Flaminia Gräfin von Goëß (),
  3. Livia Gräfin von Goëß ().

Prétendant au trône de WurtembergModifier

Le , Charles de Wurtemberg devient, suite à la renonciation personnelle de son frère aîné Louis en vue de contracter un mariage morganatique, prince héritier de Wurtemberg. Son statut est confirmé, lorsque son frère renonce également aux droits de son éventuelle descendance le . Le , à la mort de son père, Charles devient le prétendant au trône de Wurtemberg[9]. Il appartient à la cinquième branche (dite lignée ducale) de la maison de Wurtemberg. À l'extinction de la branche aînée en 1921, à la mort de Guillaume II de Wurtemberg, la lignée ducale devient la nouvelle branche dynaste de la maison de Wurtemberg[10],[N 1]. Le fils aîné de Charles, Frédéric de Wurtemberg, meurt accidentellement le à Ebenweiler (arrondissement de Ravensbourg). Le prince héritier est dès lors le fils de ce dernier, Wilhelm de Wurtemberg, né en 1994[12].

Mort et funéraillesModifier

Le mardi , le duc Charles de Wurtemberg meurt, à l'âge de 85 ans, après une longue maladie[13], à la St. Elisabethen-Klinikum Ravensburg, un hôpital de Ravensbourg, où il avait été admis cinq jours auparavant[14],[15]. Son petit-fils Wilhelm lui succède en qualité de prétendant au trône de Wurtemberg et de chef de la maison royale de Wurtemberg[14].

 
Le char funèbre du duc Charles à Altshausen, le .

Les funérailles du duc Charles de Wurtemberg, précédées le vendredi par une messe œcuménique dans l'église du château de Friedrichshafen[16], sont prévues à Altshausen le [16]. La veille, vendredi , après-midi, le cercueil du défunt duc, est conduit par une calèche tirée par quatre chevaux vers l'église d'Altshausen où les Gelden Husaren et la garde citoyenne de Bad Saulgau montent la garde, tandis que des musiciens jouent du cor de chasse la fête d'adieu[17].

 
L'église Saint-Michel du château d'Altshausen.

Le samedi , de 11 h à 13 h, l'évêque catholique du diocèse de Rottenburg-Stuttgart, Gebhard Fürst, célèbre le requiem dans l'église Saint-Michel du château d'Altshausen et rend hommage à « l'engagement caritatif du défunt[18] ». Environ 800 invités sont présents dans l'édifice, tandis que 250 personnes assistent à la cérémonie grâce à un écran sur la place du marché, juste en face du château[18].

 
L'intérieur de l'église Saint-Michel.

Parmi les invités au requiem, outre la famille de Wurtemberg, assistent, notamment, les membres du gotha suivants : le prince souverain de Liechtenstein Hans-Adam II et sa belle-fille, la princesse Sophie, le grand-duc Henri de Luxembourg, le duc Max Emmanuel en Bavière, le margrave et la margravine Bernard de Bade, le prince Georges-Frédéric de Prusse, le comte de Paris, le duc et la duchesse de Bragance, l'archiduc Charles-Christian de Habsbourg et son épouse la princesse Marie-Astrid de Luxembourg, le prince Gundakar de Liechtenstein, son épouse la princesse Marie d'Orléans et leur fils Johann Wenzel, la duchesse douairière de Calabre, la princesse Chantal d'Orléans, le prince Jacques d'Orléans, le prince Ferdinand de Hohenzollern et le prince héréditaire Hubertus de Saxe-Cobourg et Gotha[18],[19],[20].

Sont aussi présents dans l'assistance des hommes et femmes politiques, notamment : Winfried Kretschmann, ministre-président de Bade-Wurtemberg, son adjoint Thomas Strobl, ainsi que Muhterem Aras, présidente du Landtag (parlement régional) de Bade-Wurtemberg, ou encore Erwin Teufel, ancien ministre-président de Bade-Wurtemberg[18].

Ensuite, le duc de Wurtemberg est inhumé, en présence d'un cercle familial restreint, dans la crypte familiale de l'église Saint-Michel du château d'Altshausen[17].

HonneursModifier

Le duc Charles de Wurtemberg est[1],[2] :

Ordres dynastiques wurtembourgeoisModifier

Ordres dynastiques étrangersModifier

Décorations officiellesModifier

AscendanceModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Néanmoins, à partir de 1921, la nouvelle branche aînée devient la branche morganatique des ducs de Teck (éteinte dans les mâles en 1981)[11], puis la branche morganatique des ducs d'Urach[10].

RéférencesModifier

  1. a b et c Énache 1999, p. 690.
  2. a et b da Rocha Carneiro 2000, p. 103.
  3. a et b Énache 1999, p. 690-691.
  4. « Décès du duc Carl, héritier de la couronne de Wurtemberg », sur revuedynastie.fr, (consulté le ).
  5. Frédéric de Natal, « Le prince Carl se retire des affaires », sur monarchiesetdynastiesdumonde.com, (consulté le ).
  6. a et b Huberty et al. 1979, p. 557.
  7. Vincent Meylan, « Le mariage de Sophie de Wurtemberg et du comte Maximilien d'Andigné », sur pointdevue.fr, (consulté le ).
  8. Marie-Émilie Fourneaux, « Le mariage religieux de Sophie de Wurtemberg et du comte Maximilien d'Andigné », sur pointdevue.fr, (consulté le ).
  9. Huberty et al. 1979, p. 553.
  10. a et b Huberty et al. 1979, p. 526.
  11. Huberty et al. 1979, p. 547.
  12. « En souvenir du duc héritier de Wurtemberg », sur noblesseetroyautes.com (consulté le ).
  13. (de) Alexandra zu Castell-Rüdenhausen, « Herzog Carl von Württemberg », sur bild.de, (consulté le ).
  14. a et b Nicolas Fontaine, « Décès de Carl de Wurtemberg : le prétendant au trône et époux de Diane d’Orléans avait 85 ans », sur histoiresroyales.fr, (consulté le ).
  15. (de) « Carl Herzog von Württemberg ist tot », sur stuttgarter-zeitung.de, (consulté le ).
  16. a et b (de) Anette Bengelsdorf, « Friedrichshafen nimmt Abschied von Carl Herzog von Württemberg », Südkurier,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. a et b (de) Julia Freyda, « Vierspanner bringt verstorbenen Herzog Carl in die Schlosskirche », Schwaebische,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. a b c et d (de) « Trauerfeier für Carl Herzog von Württemberg am 2. Juli », sur swr.de, (consulté le ).
  19. Régine Salens, « Funérailles-du-duc-de-wurtemberg-1936-2022 », sur noblesseetroyautes.com, (consulté le ).
  20. Nicolas Fontaine, « Funérailles du duc Carl de Wurtemberg en présence de deux souverains et d’un millier d’invités à Altshausen », sur histoiresroyales.fr, (consulté le ).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Monique da Rocha Carneiro, La descendance de Frédéric-Eugène duc de Wurtemberg, Paris, Éditions L'intermédiaire des chercheurs et curieux, , 511 p. (ISBN 978-2-908003-17-8).
  • Nicolas Énache, La descendance de Marie-Thérèse de Habsburg, Paris, Éditions L'intermédiaire des chercheurs et curieux, , 795 p. (ISBN 978-2-908003-04-8).
  • Michel Huberty, Alain Giraud, P. Chevassu et B. Magdelaine, L’Allemagne dynastique, t. II : Anhalt-Lippe-Wurtemberg, Le Perreux-sur-Marne, A. Giraud, , 641 p. (ISBN 978-2-901138-020).

Liens externesModifier