Championnat de France masculin de handball 1988-1989

Le championnat de France de Nationale 1 masculin 1988-1989 est le plus haut niveau de handball en France.

Nationale 1 1988-1989
Généralités
Sport handball
Organisateur(s) FFHB
Édition 37e
Lieu(x) Drapeau de la France France
Participants 12 équipes
Matchs joués 132 matchs

Palmarès
Tenant du titre USAM Nîmes 30
Promu(s) en début de saison Villeurbanne HC, SLUC Nancy, Gonfreville l'Orcher
Vainqueur US Créteil (1)
Deuxième USAM Nîmes 30
Troisième USM Gagny 93
Relégué(s) SLUC Nancy, Paris-Asnières, Gonfreville l'Orcher
Meilleur(s) buteur(s) Frédéric Volle (154)

Navigation

Le titre de champion de France est remporté par l'US Créteil. C'est leur premier titre de championnat de France. Également finaliste de la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe face au TUSEM Essen (17-16 et 16-19) et vainqueur de la Coupe de France, l'US Créteil fait rentrer le handball français dans une nouvelle ère. Son président, Jean-Claude Tapie, frère de Bernard, se veut ambitieux et engage l'entraîneur yougoslave Sead Hasanefendić puis la vedette yougoslave Mile Isaković ainsi quelques-uns des meilleurs joueurs du championnat comme Pascal Mahé ou Frédéric Perez.

Transferts modifier

Côté joueurs, on note l'arrivée, à Créteil, de la star yougoslave Mile Isaković. Le club de Jean-Claude Tapie n'a d'ailleurs pas lésiné sur les moyens en enrôlant également les internationaux Christophe Esparre et Denis Tristant. Autres arrivées, celles du yougoslave Boro Divković à Nancy et du jeune réunionnais Jackson Richardson à Paris. À l'inverse, Lille a perdu son stratège Frédéric Echivard parti rejoindre Philippe Médard au Montpellier Paillade en Nationale 2 (3e division). Côté entraîneurs, le Hongrois Árpád Kővári a rejoint Ivry et le Yougoslave Michel Obradović a pris la route de Marseille. En cours de saison, Mirko Bašić, le gardien de but yougoslave champion olympique rejoint le HB Vénissieux 85.

L'ensemble des mouvements pour cette saison est[1] :

Classement final modifier

Le classement final est[2],[3],[4] :

  Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1 US Créteil (F) 62 22 . . . 577 407 170
2 USAM Nîmes 30 (T) 60 22 . . . 546 423 123
3 USM Gagny 93 54 22 . . . 523 499 24
4 SMEC Metz 52 22 . . . 441 402 39
5 Stade Marseillais UC 49 22 . . . 543 497 46
6 Villeurbanne Handball Club (P) 41 22 . . . 467 484 -17
7 HB Vénissieux 85 40 22 . . . 514 529 -15
8 Lille Université Club 39 22 . . . 481 485 -4
9 US Ivry 39 22 . . . 441 483 -42
10 SLUC Nancy COS Villers (P) 38 22 . . . 391 425 -34
11 Paris-Asnières 27 22 . . . 429 518 -89
12 ESM Gonfreville l'Orcher (P) 26 22 . . . 392 531 -139
Champion de France,
qualifié en Coupe des clubs champions
Qualifié en Coupe des coupes
Qualifié en Coupe de l'IHF
Relégation en Nationale 1B
(T) Tenant du titre
(P) Promu de Nationale 1B
(F) Vainqueur de la Coupe de France
Le classement est en partie erroné car il manque un point au total, donc soit il y a une erreur sur le tableau Larousse[3], soit une équipe a eu un point de pénalité (forfait, match perdu sur tapis vert...). De plus, il y a un écart de 62 buts entre le nombre de buts marqués (5745) et encaissés (5683).

Effectif du champion modifier

L'effectif de l'US Créteil, champion de France, était[5] :

Statistiques et récompenses modifier

Meilleurs buteurs modifier

Les meilleurs buteurs du championnat sont[6] :

Joueur Club Buts
1   Frédéric Volle USAM Nîmes 30 154
2   Mile Isaković US Créteil 146
3   Laurent Munier HB Vénissieux 85 134
  Nicolas Cochery USM Gagny 93
5   Alexandru Fölker Lille UC 129
6   Velibor Nenadić Stade Marseillais UC 125
7   Denis Lathoud HB Vénissieux 85 117
8   Bernard Gaffet Stade Marseillais UC 101
9   Pascal Mahé US Créteil 96
10   Frédéric Anquetil ESM Gonfreville l'Orcher 95
11   Gaël Monthurel HB Vénissieux 85 92
  Tomislav Križanović US Ivry
13   Philippe Gardent USM Gagny 93 91
14   Boro Divković SLUC Nancy-COS Villers 89
  Christophe Perli Villeurbanne HBC

Meilleurs joueurs modifier

A l'issue de la saison, un vote parmi les 12 clubs (l'entraineur et 1 joueur par club, soit 24 votes) a permis de désigner une équipe type[7] :

Notes et références modifier

  1. « Hand-ball : bulletin fédéral n°243 : Paysage 1988-1989 du Championnat de France de Nationale 1A », Fédération française de handball, (consulté le )
  2. « Journal de l'année Édition 1990 : Handball - Championnat de France », sur www.larousse.fr, Éditions Larousse (consulté le )
  3. a et b « Journal de l'année Édition 1990 : Handball - Championnat de France (Classement final) » [jpg], sur www.larousse.fr, Éditions Larousse (consulté le )
  4. « Hand-ball : bulletin fédéral n°251-252 : Palmarès 1988-1989 », Fédération française de handball, (consulté le ), p. 19
  5. « Créteil version 1988-1989 : Les défricheurs du hand français », Hand action, no 9,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. « Hand-ball : bulletin fédéral n°250 : Volle... vole... », Fédération française de handball, (consulté le ), p. 46
  7. « Hand-ball : bulletin fédéral n°251-252 : Le « huit » de l'année », Fédération française de handball, (consulté le ), p. 14 à 18

Voir aussi modifier