Ouvrir le menu principal

Denis Tristant

handballeur français

Denis Tristant
Image illustrative de l’article Denis Tristant
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau : France français
Naissance (54 ans)
Lieu Pacy-sur-Eure
Poste Ailier droit
Entraîneur
Situation en club
Parcours professionnel *
SaisonsClub M. (B.)
 ?-1983 Drapeau : France SPN Vernon
1983-1987 Drapeau : France Paris UC
1987-1988 Drapeau : France US Ivry
1988-1992 Drapeau : France US Créteil
1992-1997 Drapeau : France Massy 91 Finances
Sélections en équipe nationale **
Année(s)Équipe M. (B.)
1987-1992 Drapeau : France France 141 (?)[1]
Équipes entraînées
Année(s)Équipe Stat
1998-2003 Drapeau : France AC Boulogne-Billancourt
1998-2012 Drapeau : République démocratique du Congo RD Congo
2003-2006 Drapeau : France Dunkerque HGL
2007-2008 Drapeau : France Le Chesnay (-18)
2008-2009 Drapeau : France SMV Porte Normande
2009-2010 Drapeau : France Angers Noyant (D2)
2011-01/2012 Drapeau : France ES Nanterre (D2)
* Matchs joués et buts marqués dans chaque club
comptant pour le championnat national
et les compétitions nationales et continentales.
** Matchs joués et buts marqués pour l'équipe
nationale en match officiel.

Denis Tristant, né le (54 ans) à Pacy-sur-Eure, est un handballeur international français reconverti entraîneur. Il est notamment médaillé de bronze aux Jeux olympiques de 1992 avec Les Barjots.

BiographieModifier

En clubs, il est formé au SPN Vernon puis rejoint le Paris UC en 1983[2]. En 1987, il connait sa première sélection en équipe de France et signe à l'US Ivry[3].

Dès la saison suivante, il continue sa carrière à l'US Créteil, avec comme principal fait d'armes une finale de la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe en 1989. Il évoluera également avec les « Barjots » qui remportent la première médaille handball français lors des Jeux olympiques de 1992 à Barcelone. Cet été 1992 est particulièrement important puisqu'il décide de mettre un terme à sa carrière internationale à l'issue de cette compétition historique et de quitter Créteil pour le Massy 91 Finances[4] où il termine sa carrière en 1997.

Après sa carrière de joueur, il effectue une carrière d'entraîneur[5]. Après être passé par l'AC Boulogne-Billancourt, il prend la direction du US Dunkerque en 2003[6] et, pour sa première saison, permet au club d'atteindre la finale de la Coupe Challenge 2004. Cette même année, il est élu meilleur entraîneur de Division 1[7]. Il est écarté de son poste d'entraîneur en 2006 et devient directeur technique de Dunkerque Handball Grand Littoral.

Il prend ensuite en main les équipes de Le Chesnay (-18), du SMV Porte Normande et d'Angers Noyant Handball en D2. Après une saison difficile à Angers, Denis Tristant avait décidé de tourner la page et de se consacrer à 100% à son poste de sélectionneur du Congo, mais accepte finalement la proposition de l'ES Nanterre pour succéder à Boro Golić[8]. Mais l'aventure tourne puisque Tristant et Nanterre se séparent dès janvier 2012 alors que le club est avant dernier de Pro D2 à 3 points du premier non-relégable[9].

Il s'est aujourd'hui reconverti dans la restauration[10],[11].

PalmarèsModifier

ClubModifier

Joueur

Entraîneur

Sélection nationaleModifier

Distinction personnelleModifier

Notes et référencesModifier

Ressource relative au sport  :
  1. a et b « Liste des internationaux français (jusqu'en 2002) », sur Site de l’Eurotournoi (consulté le 20 avril 2017)
  2. « Hand-ball : bulletin fédéral N°193 : PUC Digest », Fédération française de handball, (consulté le 5 novembre 2017)
  3. « Ivry ma ville n°161 », sur fr.calameo.com, (consulté le 2 septembre 2017), p. 28
  4. « Le rouge et noir de Papy Thiebaut », sur L'Humanité.fr, (consulté le 20 avril 2017)
  5. « Quand les Barjots coachent », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 20 avril 2017)
  6. « Dunkerque: D. Tristant remplace B. Pot », sur handzone.net, (consulté le 3 septembre 2017)
  7. a et b « 2004 - Sept d'or du handball », sur handzone.net, (consulté le 23 mars 2014)
  8. « Denis Tristant prend les commandes de Nanterre », sur Handzone.net, (consulté le 17 mai 2018)
  9. « Denis Tristant et Nanterre se séparent », sur Handzone.net, (consulté le 20 avril 2017)
  10. « Denis Tristant, du bronze de Barcelone au zinc », sur ouest-france.fr, Ouest-France, (consulté le 20 avril 2017)
  11. « Jeux olympiques : Denis Tristant, le « Barjot » de Massy devenu restaurateur », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le 20 avril 2017)