Ouvrir le menu principal

Frédéric Volle
Image illustrative de l’article Frédéric Volle
Fiche d’identité
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (53 ans)
Lieu Montpellier
Taille 1,96 m (6 5)[1]
Poste arrière gauche
Surnom(s) Charly
Situation en club
Club actuel fin de carrière
Parcours professionnel *
SaisonsClub M. (B.)
1980-1992 Drapeau : France USAM Nîmes
1992-1996 Drapeau : France OM Vitrolles
1996-1998 Drapeau : Allemagne Wallau-Massenheim
1998-2002 Drapeau : Japon Honda Suzuka
2002-2004 Drapeau : Japon Honda Kumamoto
Sélections en équipe nationale **
Année(s)Équipe M. (B.)
1987-1996 Drapeau de France France 241
(1 016)
Équipes entraînées
Année(s)Équipe Stat
2002-? Drapeau : Japon Japon
2004-2005 Drapeau : Allemagne SG Kronau/Östringen
* Matchs joués et buts marqués dans chaque club
comptant pour le championnat national
et les compétitions nationales et continentales.
** Matchs joués et buts marqués pour l'équipe
nationale en match officiel.

Frédéric Volle, né le à Montpellier, est un ancien joueur de handball français évoluant au poste d'arrière gauche et de demi-centre.

BiographieModifier

Parcours en équipe de FranceModifier

Avec Denis Lathoud, Philippe Gardent et les Barjots, il fait partie de la fameuse génération des joueurs qui, sous la direction de Daniel Costantini, fait passer l'équipe de France du groupe C mondial à l'une des meilleures équipes mondiales. Cette équipe qui voit arriver un peu plus tard Stéphane Stoecklin puis Jackson Richardson apporte ses premiers honneurs au handball français : médaille de bronze aux Jeux olympiques de 1992 à Barcelone, puis médaille d'argent l'année suivante au Mondial 93 et enfin l'or mondial lors du Championnat du monde 1995 en Islande.

L'apothéose qu'auraient pu être les Jeux olympiques d'Atlanta resteront comme son pire souvenir[2], l'équipe de France échouant au pied du podium, bien que Volle soit élu meilleur arrière gauche de la compétition[3].

Il est le troisième meilleur buteur de tous les temps en équipe de France et le premier à avoir dépassé la barre des 1000 buts marqués, cela en 241 sélections. Son record de 1016 buts en sélection a été battu en 2008 par Jérôme Fernandez, puis par Nikola Karabatic en 2015.

Parcours en clubModifier

Frédéric Volle rejoint l'USAM Nîmes en 1980[4] où il est formé, joue ses premiers matchs professionnels et remporte ses premiers titres : la coupe de France en 1985 et 1986 puis le championnat de France en 1988, 1990 et 1991. En 1992[5], il rejoint ensuite l'OM Vitrolles où il remporte la Coupe des Coupes en 1993 et deux nouveaux titres de champion (1994, 1996) ainsi que deux autres coupes de France (1993, 1995).

Un temps pressenti au Montpellier Handball[6], il reste à l'OM Vitrolles.

En 1996, le dépôt de bilan du club marseillais et la déception des JO d'Atlanta le conduisent à rejoindre le championnat de Allemagne au SG Wallau-Massenheim. Dans ce petit club formé de deux villages allemands proches de Francfort-sur-le-Main, il évolue dans une équipe aux accents français avec Marc Wiltberger et Bernard Latchimy[7]

Puis il rejoint le club de Honda Suzuka au Japon où le handball se développe depuis le Championnat du monde 1997. Avec son compère Stéphane Stoecklin qui l'y a rejoint, il y remporte 4 titres de champion du Japon et une coupe du Japon. Il termine sa carrière en tant qu'entraineur-joueur au Honda Kumamoto[8]

L'après handballModifier

Après sa carrière de joueur, il devient sélectionneur du Japon tout en continuant à évoluer au club d'Honda Kumamoto[9],[10]. En 2004, il devient l'entraîneur adjoint du club allemand du SG Kronau/Östringen[10].

Aujourd'hui, il vit à Kelowna au Canada où il est employé par le district régional d'Okanagan Central, en tant qu'officier au contrôle de chien et tout ce qui concerne les règlements intérieurs de parcs.

PalmarèsModifier

Équipe nationaleModifier

Jeux olympiques[1]
Championnats du monde
Championnat d'Europe
Bilan
  • 241 sélections et 1041 buts entre 1987 et 1996

ClubModifier

Compétitions internationales
Compétitions nationales

Distinctions individuellesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) « Profil de Frédéric Volle aux Jeux olympiques », sur sports-reference.com (consulté le 7 février 2015).
  2. « JO96 : Appelez-les les charlots », sur roucouletteetchabala, (consulté le 25 novembre 2013).
  3. a et b (en) « History of the Olympic Games » [PDF], Fédération internationale de handball (consulté le 7 février 2015), p. 36
  4. « Hand mag n°9 : Volle Frédéric... vous reçoit sept sur sept », Fédération française de handball, (consulté le 11 octobre 2017), p. 29
  5. « Hand-ball : bulletin fédéral n°280 », Fédération française de handball, (consulté le 2 octobre 2017), p. 15
  6. Jean-Louis Le Touzet, « En attendant une éclaircie des Bleus », sur Libération Sports, (consulté le 7 février 2014).
  7. Jean-Louis Le Touzet et Lorraine Millot, « Le hand allemand déroule le tapis rouge pour les Bleus », sur Libération Sports, (consulté le 25 novembre 2013).
  8. « Honda Kumamoto vs Toyota Auto Body - Photo Gallery », sur jhl.handball.jp, (consulté le 7 mai 2017).
  9. Stade 2, « Handball : Frédéric Volle entraîneur au Japon », sur Site de l'INA, INA, (consulté le 7 février 2015).
  10. a et b « Frédéric Volle : Retour à la Bundesliga », sur handzone.net, (consulté le 7 mai 2017).
  11. [PDF]« Sept de diamant du handball français », sur FFHB, (consulté le 7 février 2014)

Liens externesModifier