Ouvrir le menu principal

Chameyrat

commune française du département de la Corrèze

Chameyrat
Chameyrat
L'église Saint-Étienne.
Blason de Chameyrat
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Arrondissement Arrondissement de Tulle
Canton Naves
Intercommunalité Communauté d'agglomération Tulle Agglo
Maire
Mandat
Alain Vaux (PS)
2014-2020
Code postal 19330
Code commune 19038
Démographie
Gentilé Chameyracois, Chameyracoises[1].
Population
municipale
1 552 hab. (2016 en diminution de 1,9 % par rapport à 2011)
Densité 82 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 14′ 06″ nord, 1° 41′ 56″ est
Altitude Min. 160 m
Max. 471 m
Superficie 18,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Limousin

Voir sur la carte administrative du Limousin
City locator 14.svg
Chameyrat

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte topographique de la Corrèze
City locator 14.svg
Chameyrat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chameyrat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chameyrat

Chameyrat est une commune française du département de la Corrèze dans la région Nouvelle-Aquitaine, en France.

GéographieModifier

Aux portes de Tulle et du bassin de Brive, au sortir d'une route sinueuse tracée à travers bois, la commune de Chameyrat s'étend autour de son église et de son château. Le territoire communal est limité au sud et au sud-est par la Corrèze. Les communes frontalières sont Naves, Cornil, Favars, Saint-Mexant, Sainte-Fortunade, Saint-Hilaire-Peyroux et Tulle.

LocalisationModifier

  Favars Saint-Mexant  
Saint-Hilaire-Peyroux N Tulle
O    Chameyrat    E
S
Cornil
 
Carte de la commune.
 
Entrée du village.

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous la forme Camairacus[2] en 864[3], Camariacus en 889[3].

Camairacus dérive de l'anthroponyme latin Camarius[3].

Chamairac en occitan

HistoireModifier

Dès le Moyen Âge, à la suite des défrichements effectués par les moines de l’abbaye de Beaulieu, la population de la paroisse se déplace de Chameyrat le Vieux vers l’ouest, à Chameyrat l’Église. Dans le bourg, sur la place centrale, l’église Saint-Étienne, de plan rectangulaire, date du XIIe siècle et a connu quelques remaniements qui n’ont pas nui à l’homogénéité de l’ensemble. À gauche de l’église, on découvre les vestiges du château des vicomtes de Turenne élevé par le Vicomte de Turenne au XIIe ou XIIIe siècle. Au sud se trouve un autre château, propriété depuis 1828 du général Hugo, qui y meurt en 1853. Son fils Léopold se consacre alors à l’exploitation de ses terres de Chameyrat dont il sera maire de 1859 à 1866.

HéraldiqueModifier

  Blason D'azur à la cloche d'argent soutenant un coq d'or crêté et barbé de gueules et accompagné de trois étoiles d'or, deux aux flancs et une en pointe.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administrationModifier

 
La mairie.

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 septembre 2010[4] Jean-Claude Dubeau PS décédé en septembre 2010
novembre 2010 en cours Alain Vaux[5] PS Fonctionnaire

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7].

En 2016, la commune comptait 1 552 habitants[Note 1], en diminution de 1,9 % par rapport à 2011 (Corrèze : -0,38 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2821 2001 1421 2781 3381 3111 3201 4471 423
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4721 3701 4071 2921 3521 3821 4451 5431 573
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6161 5651 5061 3981 3081 3071 2631 1811 239
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 1371 1851 1961 4361 5691 5411 5781 5841 583
2016 - - - - - - - -
1 552--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

  • Château de Chameyrat, des Vicomtes de Turenne
  • L'église Saint-Étienne de plan rectangulaire. Elle date du XIIe siècle et a connu quelques remaniements qui n’ont pas nui à l’homogénéité de l’ensemble.
  • Monument aux morts.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

SportsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

La pierre tombale du général Louis-Joseph Hugo, lors de la restauration de l’église en 1958 a été affectée comme table d’autel et porte une épitaphe rédigée par son fils.

  • Pascal Idieder, joueur de rugby à XV français qui évolue au poste de pilier au sein de l'effectif du CA Brive a été entraineur du rugby club Chameyrat.

Voir aussiModifier

ImageModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. « Ville de Chameyrat », sur http://www.conseil-general.com/ (consulté le 4 février 2014)
  2. Dans le cartulaire de l'abbaye d'Uzerche en 865
  3. a b et c Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Volume 1 - Page 488 - (id).
  4. Site de la préfecture, consulté le 20 août 2008
  5. [1]
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.