Ouvrir le menu principal

BiographieModifier

Une famille nombreuseModifier

Louis-Joseph était issu d'une famille de cultivateurs et d'artisans établis en Lorraine depuis le XVIIe siècle[1]. Il était le quatrième fils de Joseph Hugo ( - Baudricourt (duché de Lorraine, aujourd'hui dans le département des Vosges - Nancy), maître-menuisier-charpentier à Nancy, issu du second mariage de ce dernier, avec Jeanne Marguerite Michaud ( - Dôle), « gouvernante d'enfants ».

L'artisan avait une famille nombreuse : sept filles étaient nées de sa première union, avec Dieudonnée Béchet ( - paroisse Saint-Epvre, Nancy - Saint-Epvre, Nancy), fille d'un maître-cordonnier. Devenu veuf, il avait épousé, le , Marguerite, fille du boulanger François Michaud (né le - Tichey), dont il eut cinq fils : les deux premiers sont morts, probablement assez jeunes[réf. nécessaire], à Wissembourg. Sont nés ensuite Joseph Léopold Sigisbert (le ), puis Louis-Joseph (en 1777), et enfin François-Juste (en 1780).

Grâce à leur père, les trois fils purent étudier au Collège royal de Nancy, formation qui leur permettra de devenir très rapidement officiers dans l'armée de la Révolution.

Volontaire en 1792Modifier

La tempête révolutionnaire approchant, le père, avec la prudence d'un commerçant, se tut au sujet de ses opinions politiques. Ses fils, Joseph Léopold Sigisbert dans un premier temps, puis Louis-Joseph, et plus tard François Juste répondirent tous les trois à l'appel de la République menacée. Louis-Joseph se porte volontaire en 1792 : il n'est alors âgé que de 15 ans. Il s'enrôle dans le 6e bataillon de volontaires de la Meurthe commandé par le général Beurnonville.

Il va apprendre très tôt la dure vie de soldat au cours de la guerre de la Coalition à l'armée du Rhin. À Trèves, le jeune Louis Hugo faillit être victime du froid : retrouvé allongé mollement dans la neige, on le crut mort et il fut jeté au milieu des cadavres destinés à la fosse commune. Miraculeusement, un mouvement corporel le sauva in extremis. Ayant rapidement retrouvé la santé, il eut seulement la désagréable surprise de ne plus retrouver son paquetage, ses compagnons l'ayant divisé, selon son utilité.

Le , Louis Hugo combat à Kaiserslautern. En 1794, son bataillon fait partie de la 110e demi-brigade[2] de l'armée de Sambre-et-Meuse. Il combat à Fleurus, puis à la bataille d'Aldenhoven, près de Juliers en Rhénanie face au maréchal Clerfayt.

Il est sous le commandement de Jourdan pendant les campagnes de 1795-1796. En 1797, il est incorporé au 20e de Ligne à l'Armée de l'Intérieur.

Son éducation lui permet de progresser rapidement en grade. Caporal en 1798, il se bat lors de la campagne de Hollande en 1799 (Deuxième Coalition), et intègre la gendarmerie-à-pied de la Loire-Inférieure en et devient maréchal-des-logis le 24 mai suivant.

Cette même année, le 12 septembre, il est promu, par le général Moreau, lieutenant en second dans la 110e demi-brigade, avec laquelle il combat à Biberach, et Hohenlinden (3 décembre).

Le bataillon de Louis fusionne avec le 55e de Ligne le . Il est envoyé avec sa compagnie à Saint-Omer, sous le commandement de Soult, sa compagnie faisant partie du 1er bataillon du 55e Régiment d'Infanterie de Ligne. Le régiment va suivre l'armée au camp de Boulogne.

Le , Louis Joseph est nommé au grade de lieutenant.

La campagne d'Allemagne de 1805Modifier

Le lieutenant Hugo faisait partie de l'encerclement qui a provoqué la capitulation du général Mack à Ulm. Le 55e, sous le commandement du maréchal Soult, formant le 4e corps d'armée, était présent à Austerlitz. La division où Hugo servait, commandée par le général de division Le Blond de Saint-Hilaire, prit le plateau de Pratzen, et attaqua la division Kamenski. Hugo se distingua mais fut blessé à la jambe par une balle. Son courage fut récompensé par le grade de lieutenant (rang laissé vacant dans le bataillon par la mort du lieutenant Toupé, tombé ce jour-là).

Le , à Iéna, les 1er et 2e bataillons, sous le commandement du colonel Silberman, faisaient partie de la division Saint-Hilaire. Louis Joseph se distingua à nouveau et était nommé un mois plus tard capitaine du 1er bataillon du 55e RIL, par décret impérial du 23 novembre.

Les Paroles de mon oncle (La légende des siècles, Victor Hugo) font allusion à cette époque de la vie du général.

Article connexe : s:Les Paroles de mon oncle.

Le Cimetière d’EylauModifier

 
Le capitaine Hugo à Eylau (Lucien Lapeyre, 1912)

Le , à Eylau, le 55e[3] est envoyé près du cimetière avec pour mission de tenir la position. Il faisait extrêmement froid, la glace et la neige recouvre le champ de bataille. Déterminé à reprendre le village, le commandant russe, le général Bennigsen, fait concentrer, à 7h30, une canonnade immense sur ce point : le 55e était au milieu des obus.

Napoléon ordonna à la division Saint-Hilaire et au 7e corps du maréchal Augereau d'attaquer le centre russe. Louis Joseph Hugo et 85 grenadiers du 55e doivent tenir le cimetière. Là, les troupes furent la proie d'une violente tempête de neige. L'artillerie russe décima le corps d'Augereau. Une boîte à mitraille explosa près de Louis Joseph, il reçut une balle dans le bicorne et un biscaïen le blessa au bras droit. Il se donna une poignée de main pour s'assurer qu'il n'avait pas perdu son bras mais tomba inanimé sur la neige. Son lieutenant prit le commandement de la petite troupe, qui avait été décimée par les obus. Lorsque la canonnade russe se termina vers 18h00, il ne restait que trois survivants dans le cimetière, Hugo, le lieutenant et le tambour.

À l'infirmerie, où son argent lui fut volé, la balle qui l'avait touché fut extraite. Quelques jours plus tard la gangrène s'installe, mais personne ne fut trouvé pour l’amputer de son bras. Louis Joseph, par des injections et de la quinine, sauva lui-même son bras.

Dans ses Mémoires, Louis-Joseph Hugo nous décrit un passage de cette bataille :

Le poème Le cimetière d'Eylau (La légende des siècles), de Victor Hugo est dédié à son oncle.

Article connexe : s:Le Cimetière d’Eylau.

Le 55e avait perdu son colonel, Jean-Baptiste Silberman, le 4 mars des suites de ses blessures. Louis-Joseph, quant à lui, fut décoré de la Légion d'honneur le . Sous les ordres de son nouveau commandant, le colonel Henri César Auguste Schwiter, il aurait combattu à Friedland[réf. nécessaire].

Campagne d'EspagneModifier

 
Le Général Léopold Hugo avec deux de ses frères et son fils Abel[4] (Julie Hugo (Paris, 1797 ; Paris, 1869), entre 1820 et 1860, Maison de Victor Hugo).

Le , « Napoléon, qui signe tout », nomme Louis chef de bataillon du régiment Royal-Étranger en Espagne. Louis Hugo avait été appelé en Espagne par son frère, qui voulait le faire profiter de son crédit, et qui y avait attiré aussi son autre frère, Francis. Leur ainé les poussa activement, et Louis était déjà colonel

On confia à Louis Hugo la sécurité de l'axe Paris-Madrid. Sa responsabilité était très grande et la mission ardue : il devait remplir cette tâche difficile avec des soldats fraîchement recrutés. Le à Mengamnos, la trahison de certains de ses soldats le mit dans une situation difficile. Avec courage et lucidité, et l'avantage de la nuit, en utilisant une ruse pour faire croire qu'ils étaient plus nombreux, Louis et ce qui lui restait de troupes rétablirent la sécurité du lieu. Pour cette action, il fut promu au grade de major le 12 septembre et fait chevalier de l'Ordre royal d'Espagne le . Le , il fut nommé au grade de colonel, avec la commandement de Brihuega.

Au cours de l'année 1810, il est envoyé deux fois en mission à Paris. La première pour avertir Napoléon Ier d'un complot[5] et la seconde pour transmettre l'ordre, du roi Joseph à Madame Hugo, sa belle-sœur (épouse de Léopold) et mère du poète, de rejoindre, avec ses enfants, son mari en Espagne[6]. Le beau-frère préféré de Sophie Trébuchet[1], en passant à la propriété des Feuillantines, impressionne fortement et laisse un souvenir marquant au jeune Victor Hugo qui fit d'« oncle Louis » le héros d'un de ses poèmes (voir plus haut) :

« Donc, un matin d'automne, les enfants, qui déjeunaient dans ce moment-là, virent entrer, vivement et joyeusement, avec des broderies sur tout l'habit et un grand sabre brillant qui lui traînait aux jambes, un homme grand et élégant de taille qui ressemblait à leur père et qui venait du pays du soleil. Ce sabre brillant, l'Espagne qui s'y mêlait, la mâle bienveillance du visage, le prestige qui environnait alors tout ce qui était militaire, leur fit de cet oncle une vision éblouissante. M. Victor Hugo, racontant cette entrée de son oncle dans la salle à manger des Feuillantines, disait :
— Il nous fit l'effet de l'archange saint Michel dans un rayon.
[7] »

Le 4 décembre la même année, Louis Hugo reçut le commandement du Royal-Étranger. Le Royal-Étranger était composé en partie par des anciens combattants de la campagne de Prusse (1806), mais aussi d'Espagnols, de Suisses, d'Italiens, et quelques déserteurs ennemis.

Le , au pont d'Auñon (es), avec 550 fantassins, il fut attaqué par 5 000 « guérillas ». Son frère Léopold arriva avec ses troupes pour le sauver à environ 17h00.

Tandis que Napoléon est en pleine déroute en Russie, l'armée d'Espagne bat elle aussi en retraite. Rentré en France, il est licencié le .

Chef d'état-major de la 1re division d'infanterie de l'armée des Pyrénées (), Louis-Joseph est à Bordeaux lorsqu'il apprend la première abdication ().

Fin de carrièreModifier

Il obtient le commandement des 3e et 4e bataillons du 18e Léger (1er juillet 1814). Mis en demi-solde le 21 août, il devient chef d'état-major du gouverneur de Vincennes en 1815, le général Daumesnil.

Grâce à ses excellents états de service et, comme tout le monde, en pensant à l'avenir, Louis servira la Première Restauration : le , il est décoré de l'Ordre de Saint-Louis et fait officier de la Légion d'honneur le 14 février.

Lorsque Napoléon revient de l'île d'Elbe, Louis, encore « bonapartiste[8] », devient colonel du 2e régiment étranger le . Il est ensuite employé, le 17 mai 1815, par le général Darricau, commandant des tirailleurs fédérés de la Garde nationale de Paris. Nommé ensuite colonel du 26e de Ligne, le , il sert en Vendée.

Mais pour lui, Waterloo sera la fin de 24 années d'aventure militaire en Europe. Dans ses correspondances, au moment où l'on enquête sur l'esprit politique des officiers supérieurs et généraux, Louis ne manifeste aucun attachement particulier à l'Empereur et se déclare prêt à servir le Roi. Il n'estime n'avoir pris « aucune part à la dernière guerre », parle même de l'« usurpateur » et veut prouver la « sincérité de [son] dévouement et de [sa] fidélité à l'auguste personne de Sa Majesté[1] ».

La Seconde Restauration ne pardonnera pas ceux qui ont rejoint l'« usurpateur ». Pendant cinq ans, il sera l'un des « demi-soldes ». Enfin, le , Hugo fut rappelé, et nommé, en qualité de colonel, « temporairement », membre du conseil de recrutement de la Corrèze, à Tulle, où il épousa Marie Pinaud.

Maréchal de camp en 1831, commandeur de la Légion d'honneur, le général Hugo, après avoir exercé le commandement des subdivisions de la Corrèze et du Cantal, prit sa retraite à Tulle en 1835. Maire de la ville de 1849 à 1851, il meurt, à Tulle, dans la nuit du 17 au , et fut inhumé au cimetière de Chameyrat (Corrèze) dont il avait été aussi le maire.

DécorationsModifier

Hommage, honneurs, mentions,...Modifier

Oncle du poète, celui-ci l'illustra dans le poème Le cimetière d'Eylau de La légende des siècles :

« Je vis mon colonel l'épée en main.
Par qui donc la Victoire a-t-elle été gagnée ?
Par vous dit-il. La neige était de sang baignée.
Il reprit : C'est bien vous Hugo ?
C'est votre voix.
Oui. Combien de vivants ?
Etes-vous ici ? Trois.
 »

PublicationsModifier

Union et postéritéModifier

Louis Joseph épousa, le à Tulle, Marie Pinaud ( - Tulle - Chameyrat), dont il eut :

  1. Léopold[10] ( - Tulle), marié le avec Nathalie de La Treilhe de Lavarde (), dont :
    1. Léopoldine[11] (née le ), mariée en avec Alphonse Violet ( † ), dont postérité ;
    2. Camille (née en ), mariée en avec Albert Masselon ( † ), dont postérité ;
  2. Marie ( - Tulle - Tulle), mariée le avec Léon Chirac ( † 1854). Veuve après six mois de mariage, elle rentre au Carmel de Tulle et fit profession de foi le sous le nom de sœur Sainte Marie-Joseph.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Claude Millet et Université Paris Diderot, Hugo et la Guerre, Maisonneuve & Larose, , 432 p. (ISBN 9782706816345, lire en ligne)
  2. 1794 correspond à l'an II et an III il s'agit donc de la 110e demi-brigade de première formation
  3. Le 55e de ligne, commandé par le colonel Silbermann, fait partie de la brigade Waré, de la division Saint-Hilaire, corps d’armée Soult.
  4. Sont présents sur ce tableau, de gauche à droite :
    1. Abel Hugo ;
    2. Louis-Joseph Hugo ;
    3. Joseph Léopold Sigisbert Hugo ;
    4. François-Juste Hugo.
    Joseph Léopold Sigisbert Hugo porte la croix de l'Ordre royal d'Espagne attachée au cou et la plaque de commandeur de cet ordre sur la poitrine (celle liée à un ruban bleu semble être la croix de l'Ordre des Deux-Siciles). Ses frères portent la croix de chevalier.
  5. Dans ses Mémoires, le général Léopold Hugo affirme qu'en 1810, ayant eu vent d'un risque d'attentat contre l'Empereur entre Mondragón et Bergera, au moment où une rumeur annonce son retour en Espagne, il charge son frère Louis-Joseph de se rendre au devant de l'Empereur pour le mettre en garde. Il dut prendre cette initiative en l'absence du roi Joseph, alors en Andalousie, et du général Béliard qui était en Castille. Il les prévient tous deux par courrier. Selon Léopold, Louis, ne voyant personne sur la route des Pyrénées, pousse son voyage jusqu'à Paris et se rend aux Tuileries.
    Source 
    Claude Millet et Université Paris Diderot, Hugo et la Guerre, Maisonneuve & Larose, , 432 p. (ISBN 9782706816345, lire en ligne)
  6. Il s'agissait de décider madame Hugo à venir retrouver le général en Espagne. Après trois ans de séparation, le mari désirait ravoir sa femme et le père ses enfants. Mais il y avait une autre raison.
    Le roi Joseph voulait que ceux dont il avait fait la fortune se fixassent près de lui sans arrière-pensée de retour en France, pour avoir toujours là des amis sûrs dans ce royaume mal soumis et pour démontrer aux Espagnols que les Français étaient absolument déterminés à rester et que la résistance était inutile. Le million de réaux donné au général Hugo, ainsi qu'à d'autres généraux et à tous les grands dignitaires, était pour acheter des domaines dans le pays. Le général Hugo n'ayant pas trouvé tout de suite de domaine à sa convenance, le roi l'avait fait venir et, très-affectueusement, mais très-tristement, lui avait reproché de garder son argent pour la France et de penser à le quitter. À quoi le général avait répondu qu'il allait dès le lendemain acheter le premier domaine venu et qu'il y ferait venir sa famille.
    Source 
    Adèle Hugo, Victor Hugo raconté par un témoin de sa vie, A. Lacroix, , 6e éd. (lire en ligne)
  7. Adèle Hugo, Victor Hugo raconté par un témoin de sa vie, A. Lacroix, , 6e éd. (lire en ligne)
  8. (en) Dominique Contant, « www.napoleon-series.org », Louis Joseph Hugo (1777 - 1853), Kevin Kiley (consulté le 1er février 2011)
  9. Commandeur de la Légion d'honneur : Selon « roglo.eu », Louis Joseph Hugo (consulté le 1er février 2011) et le portrait en début d'article, néanmoins, la Base LEONORE (Légion d'honneur) : Dossier LH/1320/24, n'en fait pas mention.
  10. Ne doit pas être confondue avec son cousin Léopold Armand (), fils d'Abel Hugo.
  11. Ne doit pas être confondue avec sa cousine Léopoldine Cécile Marie-Pierre Catherine (1824-1843), fille de Victor Hugo, épouse de Charles Vacquerie

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :