Alain d'Albret

Alain d'Albret
Titre de noblesse
Duc
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Famille
Père
Mère
Catherine de Rohan (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Louise d'Albret (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfants
Armoiries Albret moderne.svg
Blason

Alain d'Albret, dit « Alain le Grand », né vers 1448 et mort en 1522, seizième seigneur d'Albret, est aussi sire de Fleurance en Gaure, vicomte de Tartas, comte de Gaure, comte de Dreux et comte de Castres. Il devient chef de la maison d'Albret, puissante famille féodale de Gascogne (Nérac), en 1471.

Ayant des prétentions au duché de Bretagne, il participe sous le règne de Charles VIII à la Guerre folle et à la guerre de Bretagne, du côté des rebelles. Gouverneur de Nantes en 1491, il livre la ville au roi de France.

Père de Jean d'Albret, il est l'arrière-grand-père de Jeanne d'Albret, reine de Navarre et mère d'Henri III de Navarre, devenu en 1589 le roi de France Henri IV.

BiographieModifier

Origines familialesModifier

Il est le fils de Catherine de Rohan (morte en 1471) et de Jean Ier d'Albret (mort en 1468).

Petit-fils et héritier de Charles II d'Albret (1407-1471) et d'Anne d'Armagnac, il devient chef de la maison d'Albret en 1471.

Mariage et descendanceModifier

Il épouse en 1470 Françoise de Châtillon (morte en 1481), comtesse de Périgord,vicomtesse de Limoges, dame d'Avesnes et de Landrecies, fille de Guillaume de Blois, et d'Isabelle de La Tour d'Auvergne. Son épouse lui apporte l'héritage du comté de Périgord, de la vicomté de Limoges, ainsi que des prétentions au trône ducal de Bretagne.

De leur mariage, naissent  :

Il a aussi eu sept enfants naturels, dont :

Carrière sous le règne de Louis XIModifier

En 1477, alors qu'il est à la fois seigneur d'Avesnes (du chef de son épouse) et officier au service du roi de France, il met le siège devant cette ville à un moment où ses habitants prennent le parti de la duchesse Marie de Bourgogne, fille de Charles le Téméraire, souveraine des Pays-Bas bourguignons.

Sous Charles VIII : Guerre folle et guerre de BretagneModifier

Malgré son âge, Alain d'Albret envisage d'épouser la fille aînée du duc François II de Bretagne, Anne (1477-1514), et de devenir ainsi duc de Bretagne.

Il fait alliance avec le duc après la mort de Louis XI (1483), lorsque plusieurs grands féodaux se rebellent contre la régente Anne de France[1], épouse de Pierre II de Bourbon, seigneur de Beaujeu, dans la rébellion féodale de la Guerre folle, puis dans la guerre de Bretagne.

Ses intrigues n'aboutissent pas et il est vaincu sans pouvoir apporter son soutien au duc de Bretagne en 1487.[pas clair]

L'année suivante, il amène des troupes en Bretagne (par mer), mais est un des vaincus, avec François II et Louis d'Orléans (futur Louis XII), de la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier.

Il continue cependant d'espérer régner en Bretagne[réf. nécessaire], mais est dépité par le mariage de la duchesse Anne avec Maximilien d'Autriche en 1490. En 1491, il livre aux troupes royales la ville et le château de Nantes, dont il a la garde.

Il est nommé gouverneur de Bretagne par Charles VIII, mais pour peu de temps[réf. nécessaire].

De 1491 à 1522Modifier

Alain d'Albret meurt en 1522 et est inhumé dans le chœur de l'église du couvent des Cordeliers de Casteljaloux, nécropole familiale.

Le , lorsque la ville est occupée par les troupes protestantes de Jeanne d'Albret, le couvent est saccagé et les tombes des sires et dames d'Albret, y compris celle d'Alain et de ses enfants, sont profanées.[réf. nécessaire]

AscendanceModifier

Notes et référencesModifier

  1. Jean Favier, Dictionnaire de la France médiévale

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Achille Luchaire, Alain le Grand, sire d'Albret : l'administration royale et la féodalité du Midi (1440-1522), Paris, Hachette, , 240 p. (lire en ligne).
    Reproduction en fac-similé : Achille Luchaire, Alain le Grand, sire d'Albret : l'administration royale et la féodalité du Midi (1440-1522), Genève, Slatkine, , 240 p.

Liens externesModifier