Ouvrir le menu principal

Chevalier de Vendôme

Alexandre de Vendôme
Chevalier de Vendôme
Image illustrative de l’article Chevalier de Vendôme
Biographie
Naissance
Décès
Ordre religieux Ordre de Saint-Jean
de Jérusalem
Reçu de minorité 1604
Prieur de l'Ordre
Chevalier de l'Ordre
Autres fonctions
Fonction laïque
Gouverneur de Caen
Ambassadeur à Rome

Blason

Alexandre de Vendôme, dit le « Chevalier de Vendôme », né le et mort le , est un prieur de la Langue de France de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

BiographieModifier

Alexandre de Vendôme est le deuxième fils illégitime du roi Henri IV et de Gabrielle d'Estrées. Dès sa naissance et jusqu'à sa mort, il tient la charge de gouverneur de Caen[1] et entre de minorité dans l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem en 1604.

Le roi Louis XIII décide d'envoyer une ambassade à Rome auprès de Paul V, l'année suivant sa majorité, en . Il choisit son demi-frère Alexandre de Vendôme pour mener cette ambassade.

En 1626 aux côtés de son frère César et de son demi-frère Gaston d'Orléans, Alexandre de Vendôme participe à la conspiration de Chalais, dirigée contre le cardinal de Richelieu, qui est le Premier ministre du roi Louis XIII. Arrêté, il est incarcéré à Amboise, puis à Vincennes où il meurt en 1629.

Notes et référencesModifier

  1. Jean-Yves Marin, Jean-Marie Levesque (dir.), Mémoires du Château de Caen, Milan, Skira ; Caen, Musée de Normandie, 2000, p. 169

Sources et bibliographieModifier

  • RECIT (le) de l'arrivée solemnelle entrée du très-illustre & excellent seigneur Messire Alexandre de Vendosme frère naturel de sa Majesté très-chrestienne, Grand Prieur de Tholose, de la Religion & de l'Ordre de Jérusalem. Faicte à Rome le 2 octobre 1615 avec la cavalcade de la Sainte Église au Consistoire public & autres particularités. Traduit d'Italien en Français., Paris, chez Laurent Sonnius,
    L'auteur donne le détail de la brillante cavalcade qui eut lieu à l'occasion de son entrée dans Rome.
  • Henri de Curzon, Une réception au Temple. Alexandre de Vendôme, 1er février 1604, dans Bibliothèque de l'École des chartes, 1886, tome 47, p. 106-117 (lire en ligne)