Gentilhomme

qualité

Gentilhomme (au féminin : gente dame) désignait en France les personnes nobles.

The Complete English Gentleman (1630) de Richard Brathwait, montrant les qualités exemplaires d'un gentilhomme.

Origine et définitionsModifier

Le féminin gente dame est tombé en désuétude à la fin du Moyen Âge, comme le terme damoiseau qui désignait un jeune noble n'ayant pas encore été armé chevalier, tandis que damoiselle s'est généralisé pour toutes les jeunes filles sous la forme altérée demoiselle.

L'adjectif gent, attesté en 1080 dans La Chanson de Roland, est issu du gallo-roman GENITU du bas latin genitus signifiant « bien né », puis « noble », « beau ». L'adjectif gentil est attesté à la fin du XIIe siècle dans la Vie de saint Alexis procède du latin gentilis signifiant « de famille, de race, membre d'une gente » avec le sens moderne de noble. C'est seulement au XVIIe siècle que ce mot prend le sens affaibli de « joli, gracieux, bon »[1].

En 1549, les gentilshommes de la Maison du roi sont des hommes nobles attachés à la personne du roi[2].

En 1606, le terme de gentilhommière est attesté comme désignant le manoir modeste où demeure un gentilhomme et sa famille[2].

Le terme de messire est toujours en semi-usage en Belgique, et celui de Sir (Sieur) au Royaume-Uni. Cette dénomination permet de ne pas utiliser le terme écuyer. Elle est notamment utilisée dans les annonces nécrologiques.

On pouvait distinguer les gentilshommes de nom et d'armes qui désignaient les membres des familles de noblesse dite immémoriale et les gentilshommes de quatre lignes qui désignaient ceux dont les huit bisaïeux étaient nobles[3]. Il y avait aussi les gentilshommes verriers qui désignaient les familles nobles qui travaillaient le verre[3]. Ou encore l'expression gentilhomme de Laveline désignant les descendants en ligne masculine ou féminine d'un habitant du village de Laveline, en Lorraine. En effet les habitants de ce village avaient été anobli collectivement par le duc de Lorraine en 1476. Cette descendance devait toutefois faire l'objet d'une confirmation[3].

Autres termesModifier

On trouve dans l'ancien français, du XIIe au XVIe siècle, plusieurs termes provenant du latin populaire dominicellus, diminutif de dominus, maître ou seigneur :

  • damoiseau désignant un jeune homme de la noblesse qui n'avait pas été fait chevalier,
  • donzel a la même origine que damoiseau.

Du latin vulgaire dominicella, diminutif de domina, maîtresse :

  • damoiselle ou demoiselle, féminin de damoiseau, pour une femme de condition noble mariée à un damoiseau. L'usage de ce mot s'est élargi après la Révolution aux personnes non nobles.
  • donzelle, féminin de donzel, avant un transfert de sens.

Notes et référencesModifier

  1. Albert Dauzat, Nouveau dictionnaire étymologique (1964), Paris, Larousse
  2. a et b Le Robert dictionnaire historique de la langue française, 1992, p.1577
  3. a b et c Alain Texier, Qu'est-ce que la noblesse ?, éditions Tallandier, 1995, pages 513 à 515.

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :