Barnabé Visconti

Barnabé Visconti, en italien Bernabò Visconti, est un noble né à Milan au début de l'année 1323 et mort le à Trezzo sull'Adda, qui fut seigneur de Milan de 1354 à 1385.

Barnabé Visconti
Visconti, Barnabò.jpg
Barnabé Visconti
(illustration anonyme du XVIIIe siècle).
Titre de noblesse
Seigneur (en)
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Bernabò ViscontiVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
SeigneurVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Valentine Doria (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoints
Bertramola de Grasse (d)
Reine della Scala (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Taddea Visconti
Bernarda Visconti (d)
Valentia Visconti (d)
Isotta Visconti (d)
Donnina Visconti (d)
Bona Visconti (d)
Sagramoro Visconti, Lord of Brignano (Created in 1380 by his father Barnabo' Visconti, Lord of Milan etc.) (d)
Ambrogio Visconti
Riccarda Visconti (d)
Lancelloto Visconti (d)
Mastino Visconti (d)
Palamede Visconti (d)
Enrica Visconti (d)
Sovrana Visconti (d)
Ginevra Visconti (d)
Aymonette Visconti (d)
Ludovico Visconti (d)
Élisabeth Visconti
Valentine Visconti
Catherine Visconti
Agnès Visconti
Anglesia Visconti
Viridis Visconti
Estorre Visconti (en)
Carlo Visconti (d)
Rodolfo Visconti (d)
Lucia Visconti
Marco Visconti (d)
Gianmastino Visconti (d)
Antonia Visconti (en)
Maddalena Visconti (en)
Rudolfo Visconti, Lord of Parma (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Jean Galéas Visconti (neveu paternel)Voir et modifier les données sur Wikidata
Coat of arms of the House of Visconti (1277).svg
blason
Milano - Castello sforzesco - Bonino da Campione (sec. XIV) - Tomba Bernabò Visconti - Foto Giovanni Dall'Orto - 6-1-2007 - 09.jpg
Vue de la sépulture.

BiographieModifier

Barnabé était le troisième fils d'Étienne Visconti (NC-1337) et de la Génoise Valentine Doria (1290-1359).
Étienne était lui-même le cinquième fils du seigneur Mathieu Ier et ses trois enfants Mathieu, Galéas et Barnabé se trouvaient être, après les décès successifs de leur oncle Galéas Ier, de leur cousin Azzon, puis de leurs deux autres oncles Lucien et Jean, qui avaient tous quatre régné sur Milan, les derniers descendants légitimes mâles de la famille.

En juillet 1340, il participe avec ses frères à la conjuration menée par Francesco Pusterla et quelques autres nobles contre ses oncles Jean et Lucien qui viennent de succéder à leur cousin Azzon. Cette conjuration ayant été dénoncée, Lucien sévit contre les conjurés mais ne punit pas ses neveux.

En 1343, sa compagne Beltramola Grassi met au monde son premier fils, Ambroise (1343-1373) qui sera le premier enfant d'une très longue série[1].

En 1346, après un nouveau complot, il est contraint à l'exil en même temps que ses frères. Barnabé quitte Milan pour voyager en Savoie, dans les Flandres et en France où il est l'hôte de la cour de Philippe VI en 1348.
En mars 1349, après la mort de Lucien, il est rappelé avec ses frères à Milan par l'oncle restant, l'archevêque Jean qui a succédé à son frère Lucien, pour participer au gouvernement dont il est devenu seul seigneur et vicaire impérial et qui les reconnaît comme ses successeurs.

Le , il épouse à Vérone Béatrice Reine della Scala (1331-1384) fille de Mastino II della Scala, seigneur de Vérone et Vicence, et de Taddea.

 
Blason familial :
d'argent au serpent d'azur ondoyant en pal engloutissant un enfant de carnation

Le , Jean décède et les trois neveux Mathieu II, Galéas II et Barnabé deviennent co-seigneurs de Milan en se partageant les seigneuries affidées :

Barnabé fait commencer la construction de la citadelle de Bergame. Le , Mathieu II décède[3] et Barnabé reprend les citadelles de Lodi, Parme, Bologne, et Pontremoli.

À la suite d'offenses faites à l'empereur Charles IV par les Visconti, celui-ci dépêche son vicaire impérial Markward von Randeck qui attaque Milan le . Le 12 novembre, le vicaire impérial est fait prisonnier par les troupes de Barnabé, commandées par Lodrisio Visconti, un neveu de Mathieu Ier.
Barnabé fait fortifier le palais de San Giovanni in Conca et embellir l'église homonyme[4].

En 1359, Barnabé tente de reprendre Bologne que Giovanni Visconti d'Oleggio a cédé au pape Innocent VI, déclenchant ainsi la colère de ce dernier qui, en août 1360, lui adresse une première accusation d'héresie. L'année suivante, c'est l'empereur Charles IV qui, en accord avec le pape, émet un décret de condamnation de son vicaire impérial milanais.

 
Barnabé Visconti et son épouse

Le , l'armée de Barnabé est vaincue à San Ruffillo[5] par les troupes du légat du pape sous la conduite de Galeotto Malatesta. Il s'agit là d'une défaite importante avec, dans le camp viscontien, 700 morts, 1 200 blessés et 1 300 prisonniers[6] et la perte du trésor de l'armée.

L'année suivante, le , c'est Ugolino, fils du seigneur de Mantoue, Guy Gonzague, et époux de Catherine, fille de Mathieu II, qui est assassiné par les frères. Ce meurtre crée les prémisses d'un conflit entre Mantoue et Barnabé.
Menacé de toutes parts, Barnabé adresse, le , des ambassadeurs au pape pour la recherche d'un accord au sujet de Bologne avec la médiation du roi de France Jean II le Bon[7] et du roi de Chypre, Pierre Ier de Lusignan[8].

À l'expiration du délai pour se présenter à Avignon, le , Urbain V proclame Barnabé hérétique, schismatique, maudit de l'Église et le déchoit de tous ses droits. La condamnation est également étendue à ses fils. Le mois suivant Barnabé subit, au fortin de Solara[9], une lourde défaite militaire par les troupes pontificales de Galeotto Malatesta. Mille cavaliers sont faits prisonniers ainsi que 38 condottieres[6] dont le fils de Barnabé, Ambroise.
Barnabé tente de signer un armistice avec le légat pontifical, le cardinal Albornoz. Une paix est finalement signée le , dans laquelle Barnabé abandonne les châteaux du Bolonais en échange de 500 000 florins.

En 1367, oubliant la haine qu'il nourrit à l'encontre de son beau-frère Cansignorio della Scala, il s'allie avec lui pour mettre au point une stratégie commune : il s'agit de renverser les Gonzague de la ville de Mantoue dont le Scaligero[10] prendrait possession en échange d'une alliance avec les Visconti. Ils mettent leur projet à exécution au mois d'avril 1368, assiègent Mantoue mais se retrouvent opposés à l'empereur Charles IV et les troupes de la ligue papale et les échauffourées cessent au mois d'août grâce à un accord entre Barnabé, l'empereur et le légat du pape; une paix est signée en février 1369.

Le , Barnabé assiège Reggio d'Émilie qui se trouvait sous la souveraineté de Feltrino Gonzague[11] qui reçoit l'aide de la Ligue qui envoie une armée. Le , en ayant recours à un expédient, Nicolas II d'Este s'empare de Reggio qui est pillée par les troupes de Lucio Lando. Feltrino Gonzague, qui occupait Reggio, s'enferme dans le château et envoie son fils Guy proposer à Barnabé la vente de la cité. Le 17 mai, Barnabé acquiert Reggio en échange de 50 000 florins et les fiefs de Novellara et Bagnolo et envoie la compagnie de son fils Ambroise avec 300 lances. L'administration de Reggio est confiée à l'épouse de Barnabé, Béatrice Reine. Lucio Lando, craignant d'être exclu de l'affaire, rencontre Barnabé à Parme et obtient pour son éloignement un prêt de 40 000 florins. Depuis Reggio, Ambroise envahit les campagnes de Modène et de Ferrare. En juin 1372, l'armée de Barnabé défait les troupes de la Ligue et le capitaine Francesco da Fogliano est fait prisonnier. Barnabé demande, en échange de sa vie, que lui soient cédés les châteaux qu'il possède autour de Reggio, mais son frère Guido da Fogliano n'ayant pas accepté le chantage, Francesco est pendu aux créneaux des murs de Reggio. Le pape proclame alors une nouvelle croisade contre les Visconti et, en mars 1373, condamne les deux seigneurs de Milan, Barnabé et Galéas II, pour hérésie et contumace.

Pendant l'été 1373, une épidémie de peste éclate que Barnabé arrive à juguler avec des décisions drastiques voire cruelles. C'est aussi pendant cet été que son fils Ambroise est assassiné près de Caprino Bergamasco au cours d'un affrontement avec les habitants. Les représailles de Barnabé seront de mater les rebelles et de raser le monastère de Pontida qui les avait soutenus.

Trouvant à nouveau une occasion d'entrer en conflit, Barnabé s'allie à Venise contre Gênes qui lui dispute la possession de l'île de Ténédos à l'entrée du détroit des Dardanelles. La guerre de Chioggia commence en mai 1378.

Le , Galéas II décède. Son successeur est censé être son fils Jean Galéas. Mais Barnabé concède à son neveu le seul gouvernement de la partie occidentale de la Lombardie et, se considérant seul seigneur de Milan, désigne ses fils légitimes comme ses héritiers en mars 1379.

Le , Barnabé marie sa fille Catherine avec son neveu Jean Galéas pour tenter de juguler les récriminations de ce dernier.

 
Monument funéraire de Barnabé et Béatrice Reine Visconti
(sculpture de Bonino da Campione, Castello Sforzesco)

Le , alors que Barnabé est sur le point de mener à bien son projet de marier sa fille Lucia à Louis II d'Anjou, devenu roi titulaire de Naples[12], Jean Galéas avec Jacopo dal Verme, Ottone di Mandello et Giovanni Malaspina et à la tête d'une troupe de 500 lances, fait prisonnier Barnabé et ses deux fils Ludovico et Rodolfo, les enferme dans le château de Porta Giovia à Trezzo sull'Adda et prend le pouvoir.

Barnabé meurt en prison, le , empoisonné par les soins de Jean Galéas qui a attendu plus de six ans pour se venger des brimades de son oncle.

DescendanceModifier

De son union avec Béatrice Reine della Scala naissent 15 enfants :

  1. Taddea (ca 1351-1381) qui épouse, en 1364, Étienne III, duc de Bavière-Ingolstadt
  2. Viridis (ca 1352-ca 1414) qui épouse, en 1365, Léopold III, duc de Styrie
  3. Marco (1353-1382) qui est seigneur de Parme et épouse, en 1367, Isabelle, fille de Frédéric de Bavière-Landshut
  4. Ludovico (NC-1404) qui est gouverneur de Lodi et épouse, en 1381, sa cousine Violante, fille de Galéas II
  5. Rodolfo (1358-1388) qui est seigneur de Parme
  6. Carlo (1359-1403) qui est seigneur de Parme et épouse, en 1382, Béatrix, fille de Jean II le Bossu, comte d'Armagnac et de Jeanne de Périgord : par leur fille Bonne Visconti, ils sont les grands-parents maternels de l'amiral de Montauban
  7. Antonia (1360-1405) qui épouse, en 1380, Eberhard III de Wurtemberg
  8. Catherine (1360-1404) qui épouse, en 1380, son cousin Jean Galéas successeur de Barnabé et est régente de son fils Jean Marie de 1402 à 1404 et meurt empoisonnée
  9. Valentine dite Valenza (ca 1361-1393) qui épouse, en 1378, Pierre II de Lusignan, roi de Chypre
  10. Agnès (ca 1362-1391) qui épouse, en 1380, François Ier Gonzague, seigneur de Mantoue qui la fait décapiter en 1391
  11. Madeleine (1366-1404) qui épouse, en 1381, Frédéric de Bavière-Landshut
  12. Gianmastino (1370-1405) qui est seigneur de Bergame et épouse, en 1385, Cleofe, fille d'Antoine Ier della Scala, seigneur de Vérone
  13. Lucia (1372-1424) qui épouse, en 1407, Edmond Holland, 4e comte de Kent
  14. Élisabeth (ca 1374-1432) qui épouse, en 1395, Ernest Ier, duc de Bavière-Munich
  15. Anglesia (NC-1439) qui épouse, en 1400, Janus de Lusignan, roi de Chypre, qui la répudie, vers 1407, faute de descendance.

De diverses compagnes ou maîtresses[13] et dès avant son mariage avec Béatrice Reine, Barnabé a également de 13 à 20 enfants illégitimes[1] mais reconnus. Parmi ceux-ci, certains se rendent célèbres tels que :

  • Ambroise (1343-1373) qui est gouverneur de Pavie et un condottiere émérite au service de son père
  • Estorre (1346-1413) qui prend le pouvoir à Milan, le , à la mort du duc Jean Marie et est déposé, quatre semaines plus tard, le , par Philippe Marie
  • Sagramoro (NC-1385) qui est seigneur de Brignano et est l'ancêtre des familles des comtes de Sezze (extinction en 1716), des marquis de San Giorgio (extinction en 1724), des seigneurs de Brignano (extinction en 1764), des comtes de Saliceto (extinction en 1924) et des marquis de Borgoratto (extinction en 1787).
  • Bernarda, née de sa liaison avec Giovannola di Montbretto, qui est mise à mort après avoir été prise en flagrant délit d'adultère avec Pandolfo Malatesta[14]
  • Riccarda, fille de Catarina Freganeshi de Crémone, mariée vers 1375-1380 à Bernardon de la Salle.

Notes et référencesModifier

  1. a et b Selon les sources, il eut entre 28 et 35 enfants soit 13 à 20 enfants hors de son mariage avec Béatrice Reine della Scala. ((it) Storia di Milano et (en) Foundation for Medieval Genealogy)
  2. San Donnino est aujourd'hui un quartier du sud-ouest de Modène (région d'Émilie-Romagne).
  3. Dans son testament, Valentina Doria, la mère des trois co-seigneurs, écrira qu'elle est convaincue que Mathieu a été assassiné par ses frères. ((it) Storia di Milano)
  4. L'église, détruite en 1162 par Frédéric Barberousse et reconstruite au XIIIe siècle, avait été englobée dans le palais ducal en tant que chapelle des Visconti. Elle a été démolie en 1949. Le monument funéraire de Barnabé et de son épouse Béatrice Reine y avait été placé en 1363 et a été déplacé au Castello Sforzesco. (voir l'article Cripta di San Giovanni in Conca sur la Wikipédia italophone)
  5. San Ruffillo est aujourd'hui un quartier du sud-est de Bologne (région d'Émilie-Romagne) où se trouvait une fortification défensive de la cité.
  6. a et b Source : (it) Biographies des condottières en Italie de 1330 à 1550.
  7. Ce même roi de France venait de marier, en 1360, sa fille Isabelle de Valois avec Jean Galéas, le fils de Galéas II.
  8. Pierre Ier de Lusignan est venu à Milan au mois de janvier 1363 pour promouvoir une croisade (qui n'aura pas lieu) contre les Turcs. Il obtiendra de Barnabé la main de sa fille Valentine pour son fils Pierre.
  9. Solara est un hameau situé au nord de Modène (région d'Émilie-Romagne), dans la commune de Bomporto, sur la route de Camposanto.
  10. Scaligero : ce terme désigne un membre de la famille Della Scala.
  11. En 1351, le fils cadet de Louis Ier, duc de Mantoue, Feltrino est, avec ses frères Filippino et Guy, responsable de Reggio d'Émilie dont Louis est le podestat depuis 1336. (voir l'article Maison Gonzague, lignée de Novellara et Bagnolo)
  12. Barnabé s'était engagé à ce mariage en 1382 auprès du roi Louis Ier de Naples en échange de l'aide à reconquérir Naples occupée par Charles, duc de Durazzo dit le Petit.
  13. Parmi les compagnes ou maîtresses de Barnabé, on peut citer Beltramola Grassi, Beltameda Cassa, Montanina de Lazzari, Giovanolla Montebretto, Donnina Porro et Caterina di Cremona.
  14. Sophie Cassagnes-Brouquet, Bernard Doumerc, Les Condottières, Capitaines, princes et mécènes en Italie, XIIIe-XVIe siècle, Paris, Ellipses, , 551 p. (ISBN 978-2-7298-6345-6), p. L'âge d'or des bâtards (page 347)

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :