Ouvrir le menu principal

Pierre II de Chypre

roi de Chypre (1369-1382)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierre de Lusignan.
Pierre II de Chypre
Fonctions
Roi de Chypre
Roi de Jérusalem
Titres de noblesse
Roi de Jérusalem
Roi de Chypre
-
Prédécesseur
Successeur
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Pierre II de LusignanVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Famille
Maison de Lusignan, Maison de Poitiers-Lusignan (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Fratrie
Marguerite de Lusignan (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfant
Ne de Lusignan (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Armoiries Chypre Jérusalem.svg
blason

Pierre II de Lusignan, dit Pétrin[1], né vers 1357, mort le 13 octobre 1382, roi de Chypre (1369-1382), fils de Pierre Ier de Chypre et d'Eléonore d'Aragon.

Il accéda au trône après le meurtre de son père et fut couronné à Nicosie en 1372 comme roi de Chypre, et le 12 octobre 1372 à Famagouste comme roi de Jérusalem. Une rixe éclata ce jour-là entre les Génois et les Vénitiens : le bayle vénitien et le podestat génois se disputait l'honneur de tenir le rêne droit du coursier royal. Derrière cette querelle de préséance se cachaient les luttes d'influences entre les républiques italiennes pour savoir laquelle imposerait son protectorat sur Chypre. Les Vénitiens l'emportèrent, chassant les Génois qui envoyèrent une escadre qui prit rapidement le contrôle de l'île et lui imposèrent un protectorat économique.

Pour se débarrasser des Génois, Pierre II négocia avec Barnabé Ier Visconti seigneur de Milan, lequel pouvait attaquer Gênes et il épousa en 1378 sa fille Valentine Visconti. Ils eurent une fille, qui mourut jeune.

Cependant, ni l'alliance milanaise, ni celle vénitienne ne permit de mettre fin à la mainmise génoise. À sa mort, ce fut son oncle Jacques Ier qui lui succéda.

Notes et référencesModifier

  1. Dictionnaire historique, ou histoire abrégée des hommes... Par François Xavier de Feller page 82

SourcesModifier