Ouvrir le menu principal
Chronologies
Années :
1892 1893 1894  1895  1896 1897 1898
Décennies :
1860 1870 1880  1890  1900 1910 1920
Siècles :
XVIIIe siècle  XIXe siècle  XXe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Architecture Arts plastiques Automobile Chemins de fer Cinéma Droit Football Littérature Musique populaire Musique classique Parcs de loisirs Photographie Philosophie Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Terrorisme Théâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Hégirien · Persan · Républicain

Cette page concerne l'année 1895 du calendrier grégorien.

ÉvénementsModifier

  • 5 janvier : le capitaine Alfred Dreyfus est solennellement dégradé dans la cour de l'École militaire.
  • 10 janvier : un projet de loi est déposé à la Chambre par le député nationaliste Joseph-Henry Michelin visant à écarter les français d’origine étrangères de la fonction publique : « depuis trop longtemps la France est devenue la proie des étrangers et des juifs.[...] Nous voulons rendre la France aux Français et surtout supprimer la juiverie qui a engendrer tous les scandales dont nous sommes les témoins. »[1]
  • 17 janvier : Félix Faure président de la République, succède à Jean Casimir-Perier, démissionnaire, lâché par les républicains modérés après le tollé provoqué par les lois sur la presse de 1894.
  • 26 janvier : troisième gouvernement Ribot (fin le 28 octobre).
  • 2 juin : loi sur l'erreur judiciaire. Tout condamné dont l'innocence aura été reconnue sera indemnisé du préjudice causé par l'État.
  • 12 septembre : décret de création de l’impôt de capitation, approuvé par une délibération du conseil général de Nouvelle-Calédonie du . Il est officiellement établit par l’arrêté du gouverneur Feillet du . Devant l'opposition du pouvoir colonial, Feillet qui voulait appliquer la capitation pour ses seuls Kanaks, passe un arrêté le rendant exécutoires les rôles de l'impôt de capitation pour l’ensemble de la population. Il finit par obtenir du conseil d’État l’établissement d’un impôt de capitation de 10 francs sur les seuls indigènes le [3].


  • Les socialistes adoptent une position conciliante envers le gouvernement. Jules Guesde annonce que les socialistes ne s’opposeront pas aux réformes, troquant le « fusil » pour la « charrue » de la propagande.
  • Période de croissance économique (1895-1914) après vingt ans de stagnation (1873-1895), entraînée par les secteurs de pointe.

Naissances en 1895Modifier

Décès en 1895Modifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Gérard Noiriel, Immigration, antisémitisme et racisme en France (XIXe-XXe siècle): Discours publics, humiliations privées, Fayard, (ISBN 9782213640426, présentation en ligne)
  2. Le cinéma des origines: les frères Lumière et leurs opérateurs, par Jacques Rittaud-Hutinet, Paul Génard Publié par Éditions Champ Vallon, 1985 (ISBN 978-2-903528-43-0)
  3. Isabelle Merle, Adrien Muckle, L'Indigénat. Genèses dans l'empire français. Pratiques en Nouvelle-Calédonie, CNRS (ISBN 9782271125590, présentation en ligne)
  4. René Mouriaux, L'année sociale, Éditions de l'Atelier (ISBN 9782708234215, présentation en ligne)
  5. Stephen Ellis et Faranirina V. Rajaonah, L'insurrection des menalamba : une révolte à Madagascar, 1895-1898, Karthala, (ISBN 9782865377961, présentation en ligne)