Ouvrir le menu principal

Les Arènes

maison d'édition française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arène (homonymie) et Palais omnisports Les Arènes.

Les Arènes

Éditions des Arènes

Création 15-05-1997
Disparition 27-07-2017
Fondateurs Laurent Beccaria
Forme juridique Société par actions simplifié
Slogan Éditeur indépendant depuis 1997
Siège social Paris
Drapeau de France France
Activité Édition de livres
Effectif 20 à 49 (2016)
Siren 412-073-132
Site web arenes.fr

Chiffre d'affaires 8 768 500 € (06/2016)
Résultat net 398 300 € (06/2016)

Les Arènes (Editions des Arènes)[1] est une maison d'édition fondée par Laurent Beccaria en 1997 pour la publication d'un seul livre, Une guerre de Dominique Lorentz La maison se spécialise par la suite dans les documents d'actualités, les livres commémoratifs, les témoignages. La plupart des publications sont le résultat de coups de cœur plus que la définition d'une ligne éditoriale.

Sommaire

HistoireModifier

Le 25 juillet 2017 la société fait l'objet d'une fusion/dissolution et elle est radiée du registre du commerce.

La société absorbante est JNF Productions 17-19 rue Visconti, 75006 Paris (632 027 645)[2].

Type d'ouvragesModifier

Quelques grands axes :

  • critique des médias : les petits soldats du journalisme, Black List, l'almanach critique des médias, etc.
  • géopolitique, avec une prédilection pour l'Afrique : Affaires atomiques, Noir Silence, L'Inavouable, etc.
  • lutte contre la criminalité financière : les livres d'Eva Joly et Denis Robert, etc.
  • albums graphiques : l'intégrale des dessins du New Yorker, Le Fabuleux Album d'Amélie Poulain, Le Masque et la Plume, la bande dessinée Le Cas Alan Turing, etc.
  • livres d'histoire : Hélie de Saint Marc, Les Héros de Budapest, Antoine et Consuelo de Saint-Exupéry, Paroles d'étoiles ou Paroles du jour J
  • albums de nostalgie : Chère École, Nos cahiers d'écoliers, Cahiers de récitations, etc.
  • thématiques sociétales engagées : Autisme, la grande enquête ; Fraternité Radicale ; Toxic
  • Le Livre noir de la psychanalyse

Le catalogue est un mélange de livres institutionnels (en coédition avec Radio France, l'Institut Gustave-Roussy (IGR), ATD-Quart Monde, Warner Bros.) et de livres à contre-courant, objets de violentes polémiques, et parfois de procès.

La maison d'édition est choisie à l'été 2014 par Valérie Trierweiler pour la publication de son essai autobiographique, Merci pour ce moment, en raison de son indépendance éditoriale[3].

PolémiquesModifier

  • Les Arènes font l'objet d'une critique violente dans le livre de Pierre Péan, Noires fureurs, blancs menteurs (Mille et Une nuits, 2006), paru chez une marque de Fayard. L'auteur accuse la maison d'édition de faire partie, en ayant publié François-Xavier Verschave (Noir silence, Noir procès, Noir Chirac), d'un « cabinet noir » pro-Tutsi qui aurait manipulé l'opinion internationale à propos du génocide rwandais, et prend la défense de Fayard et Claude Durand dans l'épisode Lorentz. Cependant, le livre de Pierre Péan est controversé.
  • Réagissant à la parution du Livre noir de la psychanalyse, la psychanalyste et historienne de la psychanalyse Élisabeth Roudinesco accuse les Arènes d'être « une maison spécialisée dans les dossiers noirs de tout » et vouée aux « thèmes conspirationnistes ». Laurent Beccaria, le directeur des éditions Les Arènes, a répondu publiquement[4].

Quelques auteursModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Les Arènes », dans Wikipédia, (lire en ligne)
  2. « Editions Des Arenes (Paris, 75006) : siret, TVA, adresse... », sur entreprises.lefigaro.fr (consulté le 3 mai 2019)
  3. Ivan Valerio, « Ce que l'on sait du mystérieux ouvrage de Valérie Trierweiler », sur le site du quotidien Le Figaro, (consulté le 6 septembre 2014).
  4. Mise au point de Laurent Beccaria, directeur des éditions Les Arènes.

Lien externeModifier