Étienne Macdonald

général français

Étienne Macdonald
1er duc de Tarente
Étienne Macdonald
Portrait du maréchal Macdonald par Antoine-Jean Gros.

Nom de naissance Étienne Jacques Joseph Alexandre Macdonald[1]
Naissance
Sedan, Champagne
Décès (à 74 ans)
Beaulieu-sur-Loire, Loiret
Origine Français, Écossais
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Arme Infanterie
Grade Général de division
Années de service 1784 – 1814
Conflits Guerres de la Révolution française
Guerres napoléoniennes
Faits d'armes Jemappes
La Trebbia
Wagram
Lützen
Bautzen
La Katzbach
Leipzig
Distinctions Maréchal d'Empire
Grand aigle de la Légion d'honneur
Chevalier du Saint-Esprit
Grand-croix de Saint-Louis
Duc et pair de France
Hommages Nom gravé sous l'arc de triomphe de l'Étoile, 13e colonne
Hommes illustres (Louvre)
Autres fonctions Grand chancelier de la Légion d'honneur
Famille Voir « Unions et postérité »
Signature de Étienne Macdonald

Étienne (Jacques-Joseph-Alexandre) Macdonald[a], 1er duc de Tarente, né le à Sedan (Champagne) et mort le à Beaulieu-sur-Loire (Loiret), est un général français de la Révolution et un maréchal d'Empire.

BiographieModifier

OrigineModifier

Étienne Jacques Joseph Alexandre Macdonald[1],[5] est né à Sedan, d'une famille écossaise originaire de l'île de South Uist, dans les Hébrides. Son père, Neil MacEachen (plus tard MacDonald) of Howbeg, protégea la fuite du prince Charles Édouard Stuart vers la France. Neil rejoint en 1767 une quinzaine de jacobites exilés à Sancerre depuis 1752. Neil MacDonald s'y établit avec sa femme Marie-Alexandrine Gonaut et ses enfants, dont Étienne. Ce dernier fut interne au collège de Sancerre avant de suivre des études à l'École militaire de Douai[6]. Macdonald servit d'abord dans le régiment irlandais de Dillon en 1784 en Hollande avant d'être cadet dans le 87e d'infanterie en 1787.

Révolution françaiseModifier

 
Étienne Macdonald, capitaine aide de camp en 1792, Louis-Édouard Rioult, 1834.

À Jemappes, il est fait colonel du 2e régiment d'infanterie ci-devant Picardie. Il est nommé général de brigade à titre provisoire le . Il remplace Souham au commandement de la 1re division de l’armée du Nord. En 1795, dans l'armée du Nord de Pichegru, il poursuit les Anglais de Frédéric d'York, passe les fleuves gelés et capture avec sa cavalerie la flotte hollandaise prise dans les glaces. Il est alors promu général de division le .

Après avoir servi aux armées du Rhin et d'Italie, il est nommé gouverneur de Rome et des États pontificaux. En 1799, quand les Français évacuent Rome, il fait la campagne contre les armées alliées. Il livre du 17 au la bataille de la Trebbia aux Austro-Russes de Souvorov, essuie une lourde défaite et ne parvient à faire sa jonction avec le général Moreau qu'avec une partie de ses forces d'origine.

Consulat et Premier EmpireModifier

Il commande les compagnies versaillaises lors du coup d'État du 18 Brumaire et appuie Napoléon Bonaparte. Après la bataille de Marengo et la campagne des Grisons, Macdonald est envoyé au Danemark comme ministre plénipotentiaire jusqu'en 1803. À son retour, il reçoit le titre de grand officier de la Légion d'honneur. Disgracié pour avoir soutenu le général Moreau sous lequel il avait servi, il vit une période d'exil en Berry. Macdonald achète le château de Courcelles-le-Roy et de Bois-Sir-Aimé. C'est à cette époque qu'il devient gouverneur de la 7e région militaire et il réside à Bourges, rue Jacques-Cœur.

 
Étienne Macdonald, duc de Tarente, maréchal de France, Jean-Sébastien Rouillard, 1837.

Ce n'est qu'en 1809 qu'il reprend le commandement d'une division en Italie. C'est à Wagram qu'il est nommé maréchal, après avoir enfoncé le centre de l'armée autrichienne sous le feu d'une nombreuse artillerie. À son retour à Paris, en 1810, il est fait duc de Tarente et prend le commandement d'un corps d'armée en Espagne. En 1812, il commande le Xe corps en Russie. En 1813, il prend part aux batailles de Lützen et de Bautzen, est sévèrement battu à la Katzbach par le général prussien Blücher et participe enfin à la bataille de Leipzig. Là, il traverse à la nage l'Elster, où périt Poniatowski, et assiste le à la bataille de Hanau. Pendant la campagne de 1814, il commande l'aile gauche de l'armée, et assiste à Fontainebleau à l'abdication de Napoléon, à laquelle il contribue.

Restauration et monarchie de JuilletModifier

 
Tombe du maréchal Macdonald au cimetière du Père-Lachaise.

Après l'abdication de Fontainebleau, il accepte la pairie le . Dans la nuit du 19 au , il part de Paris avec Louis XVIII, et, après l'avoir accompagné jusqu'à Menin, il revient, refuse tout poste de Napoléon, et prend du service dans la Garde nationale comme simple grenadier. Après Waterloo, il est fait grand chancelier de la Légion d'honneur. Au retour des Bourbons, le duc de Tarente reçoit la mission de congédier l'armée de la Loire, créée par Napoléon le pour combattre les Vendéens à nouveau révoltés. Il est nommé major-général de la Garde royale de Louis XVIII en . Le , il est nommé grand chancelier de l'ordre de la Légion d'honneur, dignité qu'il conserve jusqu'en 1831.

Le , il présente à l'Assemblée la couronne royale de Louis-Philippe. Trois autres maréchaux de France l'accompagnent : Molitor, Oudinot et Mortier. C'est sa dernière apparition officielle. Il cesse ses fonctions de grand chancelier de la Légion d'honneur le et meurt le [7],[8], dans son château de Courcelles-le-Roy[9], à Beaulieu-sur-Loire (Loiret), âgé de 75 ans, laissant un fils âgé de 15 ans. Il repose au cimetière du Père-Lachaise (division 37) à Paris.

À Sainte-Hélène, Napoléon émet ce jugement à son égard : « Macdonald avait une grande loyauté »[10].

ConsidérationsModifier

L’Encyclopædia Britannica de 1911 dit à son sujet :

« Macdonald ne possédait pas ce génie militaire qui avait distingué Davout, Masséna et Lannes, ni cette science guerrière propre à Marmont et Saint-Cyr, mais sa campagne en Suisse ne lui en accorde pas moins un rang bien supérieur aux simples généraux de division qu'étaient Oudinot et Dupont. Sa capacité à assumer des missions indépendantes a conduit Napoléon, en dépit de ses défaites à la Trebbia et à la bataille de la Katzbach, à lui confier des commandements importants jusqu'à la fin de sa carrière. Sur le plan personnel, on ne saurait trop faire l'éloge de son caractère, qu'aucun trait de cruauté ou d'infidélité ne vient entacher[11]. »

 
Le maréchal Macdonald à cheval (gravure du XIXe siècle).

Gunther Rothenberg écrit que Macdonald était un excellent commandant malgré sa tendance à surestimer ses propres capacités[12]. Richard Dunn-Pattison loue également sa « profonde acuité militaire »[13], tandis que Richard Humble le cite comme « l'un des plus insolites et des plus talentueux des maréchaux »[14]. L'historien John M. Keefe affirme qu'à l'exception de l'échec de la Katzbach, dû selon lui aux déficiences de l'état-major dans les corps français n'opérant pas sous les ordres de Napoléon, la carrière du maréchal fut généralement couronnée de succès[15].

Ce point de vue n'est pas partagé par Archibald Macdonell qui considère que la carrière de Macdonald ne fut qu'une succession de défaites[16]. Un autre spécialiste, le colonel américain John Elting, porte lui aussi un jugement très critique sur les talents de Macdonald, dont il estime que la nomination a été, plus qu'autre chose, un « boulet » pour Napoléon : « sous le commandement direct de l'Empereur, il [Macdonald] pouvait certes se montrer très efficace ; mais, sitôt abandonné à lui-même, il avait toujours une journée de retard — quand il ne faisait pas retraite inutilement […]. Napoléon disait de Macdonald qu'il était brave mais malheureux, ce qui voulait dire, dans le vocabulaire de l'Empereur, qu'il n'avait pas la présence d'esprit suffisante pour faire face à des changements rapides de situation »[17]. Dans son évaluation des mérites des grands capitaines de l'armée impériale, Oleg Sokolov note une certaine forme de complaisance historiographique à l'égard des compétences de Macdonald, qui ne résiste pas d'après lui à un examen de son bilan en tant que chef de guerre[18]. Il écrit :

« En ce qui concerne Macdonald, en dépit de son talent et de sa bravoure incontestables […], sa popularité chez les historiens s'explique avant tout par ses Mémoires. Si on étudie l'époque de l'Empire uniquement d'après ces textes, on pourrait croire que Macdonald était le meilleur chef militaire d'Europe, et si l'armée française subissait des défaites, c'est parce qu'elle ne se trouvait pas toujours sous le commandement du duc de Tarente […]. Toutefois, son commandement fade en Catalogne en 1810, son indécision pendant les campagnes de 1813-1814 et surtout la défaite de Katzbach le 26 août 1813, témoignent précisément du contraire et le rangent incontestablement au-dessous des trois maréchaux précédents [Masséna, Soult et Gouvion-Saint-Cyr][18]. »

De fait, les jugements portés sur les états de service de Macdonald font l'objet de débats parmi les historiens. Tout comme Sokolov, le colonel Elting pointe l'influence néfaste des mémoires de l'intéressé — « il s'attribue platement le mérite de combats où il n'était pas présent et rejette la responsabilité de ses erreurs sur ses subordonnés » —, notamment dans l'appréciation de son rôle auprès d'Eugène de Beauharnais durant la campagne d'Italie de 1809, qu'il juge exagéré[19]. Sur cet aspect précis de sa carrière, Mike Hallaron prend la défense du maréchal : « coïncidence ou non, la direction des opérations par le vice-roi s'améliora fortement après l'arrivée de Macdonald à l'armée, particulièrement au moment de la bataille du Piave. Et si les Souvenirs de Macdonald sur cette affaire sont peut-être trop durs à l'égard d'Eugène et de ses choix en tant que commandant en chef, il ne faut pas non plus nier la contribution importante de Macdonald à la victoire du Piave et la dépendance du vice-roi à l'endroit de son plus ancien lieutenant-général »[20]. Frederick Schneid est d'avis que même en tenant compte des exagérations du maréchal, « il ne fait guère de doute que Macdonald était un commandant talentueux »[21]. Les campagnes de Russie en 1812 et d'Allemagne en 1813 révélèrent toutefois ses limites dès lors qu'il se retrouvait livré à ses propres moyens[17] ; en cela, il n'était d'ailleurs pas différent de nombreux maréchaux qui éprouvaient souvent des difficultés à combattre loin du regard de l'Empereur[22]. De même, son action en Espagne ne fut pas très brillante et il échoua dans son principal objectif qui était de pacifier la Catalogne[23].

Cela ne l'empêchait pas d'être attentif aux conditions de vie de ses hommes, qui lui manifestaient en retour leur confiance[24]. Il n'hésitait pas en revanche à appliquer une discipline de fer, notamment en Espagne, où les exécutions de pillards au sein de son corps d'armée étaient monnaie courante[25]. Selon Louis Chardigny, Macdonald était un « esprit chagrin », d'un abord froid et réservé[26]. Un historien américain le décrit comme « un homme solide, nous dirions même impassible, prudent, honnête et consciencieux », qui « ne se battait pas en duel et ne partageait pas les habitudes de l'homme ordinaire »[27]. Il était réputé pour sa droiture et ses qualités morales, ce qui lui valut le surnom d'« Alceste soldat »[28]. En 1809, alors gouverneur de Styrie, il déclina ainsi une forte somme d'argent offerte par les notables locaux en récompense de son administration avisée[29]. Sur ses terres de Courcelles, il s'érigea en protecteur des pauvres, écrivant à sa fille en pleine campagne de 1814 : « donnez, puisez dans ma caisse ; je ne veux point de malheureux ici sur mon domaine ni dans mon voisinage »[30]. Jacques Jourquin le qualifie de « loyal et honnête »[31], mais ce jugement est tempéré par Richard Humble, qui souligne que Macdonald était « particulièrement adaptable » aux changements de régime[32], et par le colonel Elting qui évoque les circonstances troubles de son accession au commandement de l'armée de Naples[33]. Ce dernier auteur ne fait pas pour autant l'impasse sur les qualités de Macdonald : « très brave, énergique, grand et bien bâti, avec une voix faite pour le commandement et une autorité naturelle émanant de sa personne, il savait se faire obéir y compris des soldats révolutionnaires »[33].

Titres, décorations et distinctionsModifier

 
Statue du maréchal Macdonald sur la façade nord du pavillon de Rohan au palais du Louvre, à Paris.

ArmoiriesModifier

Figure Blasonnement
  Armes du clan Donald : Ecartelé : au I, d'argent, au lion de gueules ; au II, d'or, au dextrochère armé de gueules tenant une croix recroisetée au pied fiché ; au III, d'or, à la galère de sable, pavillonnée et girouettée de gueules ;  ; au IV, de sinople, au saumon nageant d'argent ; sur le tout, d'or, à une aigle de gueules chargée d'une galère de sable.
Sous le Premier Empire : maréchal d'Empire (), 1er duc de Tarente et de l'Empire (), légionnaire (23 vendémiaire an XII), puis grand officier (), puis grand aigle de la Légion d'honneur (), grand chancelier de la Légion d'honneur (),

Écartelé : au 1, d'argent, au lion de gueules ; au 2, d'or, à un dextrochère, armé de gueules, tenant une croix recroisetée au pied fiché du même ; au 3, d'or, à une galère de sable, pavillonnée et girouettée de gueules ; au 4, de sinople, au saumon d'argent ; au chef des ducs de l'Empire brochant.[34],[35],[36],[37]

Sous la Restauration française : chevalier (), puis commandeur (), puis grand-croix de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis (1820), chevalier du Saint-Esprit (), pair de France (, duc et pair le , lettres patentes du ),

Ecartelé : au I, d'argent, au lion de gueules ; au II, d'or, au dextrochère armé de gueules, mouvant du flanc sénestre, tenant une croix recroisetée au pied fiché ; au III, d'or, à la galère de sable, pavillonnée et girouettée de gueules, sur une mer se sinople, chargée d'un saumon d'argent ; au IV, d'argent, à l'arbre arraché de sinople, chargé d'une aigle d'or (alias de sable), à la champagne cousue d'or, chargée d'un scorpion de sable, posé en bande ; au croissant de gueules, brochant en cœur sur l'écartelé.[34]

IconographieModifier

 
Noms gravés sous l'arc de triomphe de l'Étoile : pilier Est, 13e et 14e colonnes.

Unions et postéritéModifier

Étienne Macdonald se marie à trois reprises :

  1. Le à Saint-Germain-en-Laye, avec Marie-Constance Jacob (Port-Louis, 1771 - Paris, ), fille de Charles Jacob de Monloisir, trésorier de France à l'île Bourbon, dont :
  2. Le à Paris, avec Félicité-Françoise (Paris, - château de Frémigny en Seine-et-Oise, ), sœur de Charles-Tristan de Montholon (1783-1853) et fille adoptive de Charles-Louis de Sémonville (1759-1839), dont :
    • Sidonie ( - Paris, ), dite Mlle de Tarente, mariée le à Paris avec Anselme de Rochedragon (1783-1851), maréchal de camp, dont postérité ;
  3. Le , avec Ernestine-Thérèse Gasparine (Hambourg, - Paris, ), fille de Jean-François de Bourgoing (1748-1811) et de Marie-Benoîte-Joséphine Prévost de La Croix, dont :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le nom « Macdonald » est évidemment d'origine écossaise, sachant l'ascendance d'Étienne Macdonald ; et les dictionnaires et encyclopédies françaises l'ont enregistré avec cette écriture[1],[2],[3].
    Il en est de même du Bulletin des lois de la République française au moment de sa mort[4].
    Concernant l'ordre des prénoms, sachant les divergences des sources, il est choisi de prendre la séquence « Étienne Jacques Joseph Alexandre » qui est celle du Petit Robert des noms propres[1] et celle de la Bibliothèque nationale de France[5].
    Pour mémoire, l'inscription sur l'Arc de Triomphe, colonne 13, atteste l'écriture « MACDONALD » et celles sur sa sépulture et sa statue de la façade du Louvre feraient de même.

RéférencesModifier

  1. a b c et d Le Petit Robert des noms propres, entrée « Macdonald (Étienne Jacques Joseph Alexandre) ».
  2. Encyclopædia Universalis, « Eugène de Beauharnais », sur universalis.fr (consulté le 1er février 2021) : « […] grâce aux conseils de Macdonald qu'il a la sagesse d'écouter […] ».
  3. Encyclopædia Universalis, « Alexandre Vassilievitch Souvorov », sur universalis.fr (consulté le 1er février 2021) : « Rappelé par le tsar en 1799, […] [Souvorov] vainc Moreau sur l'Adda et Macdonald sur la Trebbia […] ».
  4. France, Bulletin des lois de la République Française, vol. 19, Paris, Imprimerie nationale des Lois, (lire en ligne), p. 542

    « Macdonald, duc de Tarente, (Jacques-Étienne-Joseph-Alexandre), maréchal, pair de France, mort le 25 septembre 1840, […] Noms et prénoms des nouveaux ayants droits […] »

  5. a et b « Notice de personne : Macdonald, Étienne-Jacques-Joseph-Alexandre (1765-1840) », sur catalogue.bnf.fr, Bibliothèque nationale de France (consulté le 7 février 2021).
  6. « Macdonald a son exposition », La Nouvelle République, 18/11/2008
  7. Georges Six, Dictionnaire biographique des généraux et amiraux français de la Révolution et de l'Empire, Paris, 1934, Tome II, p. 137
  8. Adolphe Robert, Dictionnaire des parlementaires, Bourloton, Paris, 1891, tome 4, p. 219
  9. Château de Courcelles-le-Roi sur le site Napoléon et Empire.
  10. Jourquin 1999, p. 185.
  11. (en) « Macdonald, Jacques Etienne Joseph Alexandre », dans Encyclopædia Britannica, 1911 [détail de l’édition] [Jacques Etienne Joseph Alexandre   (en) Lire en ligne sur Wikisource]
  12. (en) Gunther E. Rothenberg, The Emperor's Last Victory : Napoleon and the Battle of Wagram, Londres, Weidenfeld & Nicolson, (ISBN 0-297-84672-8, OCLC 56653068).
  13. Dunn-Pattison 1909, p. 186.
  14. Humble 1973, p. 169.
  15. (en) John M. Keefe, Failure In Independent Tactical Command : Napoleon's Marshals In 1813, Wagram Press, .
  16. (en) Archibald Gordon Macdonell, Napoleon and his Marshals, Londres, Prion, (ISBN 1-85375-222-3, OCLC 36661226).
  17. a et b Elting 1997, p. 139.
  18. a et b Sokolov 2003, p. 111.
  19. Elting 1997, p. 138-139.
  20. (en) Mike Hallaron, « Macdonald And Prince Eugene: the Battle Of The Piave, 1809 », sur napoleon-series.org (consulté le 12 décembre 2020).
  21. (en) Frederick C. Schneid, Napoleon's Italian Campaigns : 1805-1815, Westport, Praeger Publishers, , 228 p. (ISBN 0-275-96875-8, lire en ligne), p. 62.
  22. Leggiere 2007, p. 90-91.
  23. Humble 1973, p. 171 ; 207-208.
  24. Chardigny 1977, p. 283.
  25. Chardigny 1977, p. 284.
  26. Chardigny 1977, p. 182 et 283.
  27. Leggiere 2007, p. 91.
  28. Jourquin 1999, p. 79.
  29. Chardigny 1977, p. 302-303.
  30. Chardigny 1977, p. 193.
  31. Jourquin 1999, p. 184.
  32. Humble 1973, p. 171.
  33. a et b Elting 1997, p. 138.
  34. a et b Source : www.heraldique-europeenne.org
  35. Armorial de J.B. RIETSTAP - et ses Compléments
  36. Nicolas Roret, Nouveau manuel complet du blason ou code héraldique, archéologique et historique : avec un armorial de l'Empire, une généalogie de la dynastie impériale des Bonaparte jusqu'à nos jours, etc..., Encyclopédie Roret, , 340 p. (lire en ligne).
  37. La noblesse d'Empire sur http://thierry.pouliquen.free.fr
  38. Marie et Clémentine), filles de Louis-Philippe Ier.
  39. « Macdonald (Louis-Marie-Alexandre-Charles), duc de Tarente », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition] [texte sur Sycomore]

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographieModifier

Liens externesModifier