Eugène de Beauharnais

général français, prince d'Empire et vice-roi d'Italie
Eugène de Beauharnais
Description de cette image, également commentée ci-après

Titre

Vice-roi d’Italie


(8 ans, 9 mois et 13 jours)

Prédécesseur Création du titre
Successeur Disparition du titre
Biographie
Titulature Prince français
Vice-roi d’Italie
Prince de Venise
Grand-duc de Francfort
Duc de Leuchtenberg
Prince d’Eichstätt
Dynastie Maison de Beauharnais
Maison Bonaparte
Nom de naissance Eugène Rose de Beauharnais
Naissance
Paris (Drapeau du royaume de France Royaume de France)
Décès (à 42 ans)
Munich (Drapeau du Royaume de Bavière Royaume de Bavière)
Père Alexandre, vicomte de Beauharnais (père biologique)
Napoléon Ier (père adoptif)
Mère Joséphine Tascher de La Pagerie
Conjoint Princesse Augusta-Amélie de Bavière
Enfants Princesse Joséphine
Princesse Eugénie
Auguste, duc de Leuchtenberg
Princesse Amélie
Princesse Théodelinde
Maximilien, duc de Leuchtenberg
Religion Catholicisme

Description de cette image, également commentée ci-après

Eugène de Beauharnais
Eugène de Beauharnais
Eugène de Beauharnais par François Gérard.

Origine Drapeau du royaume de France Royaume de France
Allégeance Drapeau de la France République française
Drapeau de l'Empire français Empire français
Drapeau du Royaume d'Italie Royaume d'Italie
Arme Cavalerie
Grade Général de brigade
Faits d'armes Bataille de Raab
Bataille de la Piave
Distinctions Grand collier de la Légion d’honneur
Ordre de la Couronne de Fer
Hommages Nom gravé sous l'arc de triomphe de l'Étoile
(24e colonne)
Famille Maison de Beauharnais
Signature de Eugène de Beauharnais

Eugène Rose de Beauharnais, né le à Paris et mort le à Munich, était un membre de la famille impériale française, fils adoptif de l'empereur Napoléon Ier, avec qualification d'Altesse impériale, vice-roi d'Italie, prince de Venise, grand-duc de Francfort, duc de Leuchtenberg et prince d'Eichstätt. Il est également l'un des plus fidèles et des plus talentueux subordonnés de Napoléon qui le fait général en chef. Il commande le IVe corps d'armée lors de la campagne de Russie. Au cours de l'hiver 1812-1813, après le départ de Napoléon pour Paris et la fuite de Murat, c'est le prince Eugène qui ramène avec beaucoup d'habileté et d'audace stratégique les restes de la Grande Armée jusqu'à faire sa jonction avec les nouvelles troupes en Saxe, malgré les tentatives d'anéantissements des Russes et leurs nouveaux alliés prussiens.

BiographieModifier

OriginesModifier

Eugène de Beauharnais naît le à Paris. Il est le fils d'Alexandre de Beauharnais, un jeune gentilhomme, sous-lieutenant au régiment du duc de la Rochefoucauld, le Sarre-Infanterie, et de Marie-Josèphe Tascher de la Pagerie, plus connue sous le prénom que lui donne son second époux : Joséphine.

Une famille noble ralliée à la Révolution françaiseModifier

Il grandit dans une période historiquement très troublée. Pendant les années 1789 et 1790, alors que sa mère et sa jeune sœur Hortense de Beauharnais sont en Martinique, il assiste aux séances de l'Assemblée constituante auxquelles participe son père qui en est élu président en . Le , lors de la tentative de fuite de la famille royale, ce dernier, comme président de l'Assemblée nationale constituante fait tout ce qu'il faut pour rattraper le roi en fuite.

Le , l'Assemblée législative déclare la guerre à la monarchie de Habsbourg. Alexandre de Beauharnais rejoint l'armée du Rhin et fait venir son fils auprès de lui. Le jeune Eugène, âgé de onze ans, partage alors son temps entre un collège strasbourgeois et le quartier général de Wissembourg.

L'avènement de la Convention modifie considérablement la situation de la famille. Alexandre doit rejoindre les rangs de l'armée du Nord puis de l'Est où il est général en chef avant de perdre la ville de Mayence. Quittant alors l'armée sans autorisation, il regagne son fief de La Ferté-Beauharnais près de Romorantin avant d'être mis en accusation et arrêté en 1794. Il est enfermé à la prison des Carmes à Paris où sa femme le rejoint quelques semaines plus tard. Alexandre de Beauharnais est guillotiné le , juste avant la chute de Robespierre le 9 thermidor (27 juillet 1794). Joséphine étant en prison, ses deux enfants Eugène et Hortense ont été confiés à des mains étrangères, Mlle Lannois, une gouvernante prend soin de la jeune Hortense ; Eugène est mis en service et en apprentissage chez un menuisier. Joséphine est relâchée après Thermidor. À l'automne 1795, Eugène et Hortense sont mis en pension à Saint-Germain-en-Laye, lui au collège irlandais McDermott, elle chez Mme Campan.

Sous le Directoire, la « veuve Beauharnais », qui tient salon à Paris, rencontre le général Napoléon Bonaparte. Ils se marient le à Paris. Le jeune général doit partir quelques jours plus tard pour le front d'Italie et fait venir quelques mois plus tard Eugène comme aide de camp. Eugène entre dans la carrière militaire en qualité d'aide de camp de son beau-père ; mais avant de partir pour la campagne d'Italie, il complète son éducation imparfaite.

Eugène suit Bonaparte dans l'expédition d'Égypte. Il participe à l'attaque de Suez où il entre le premier, à la tête de l'avant-garde, le , et mérite le grade de lieutenant, puis à la bataille d'Aboukir.

Promotion rapide sous le Consulat et l'EmpireModifier

De retour en France, le coup d'État du 18 Brumaire fait de lui le beau-fils du Premier Consul et lance le jeune officier de 18 ans dans le monde. Il est fait chef d'escadron sur le champ de bataille de Marengo au cours de la campagne d'Italie de 1799-1800. En 1802, il est nommé colonel.

La proclamation de l'Empire, le , profite à Eugène de Beauharnais qui est nommé grand-officier de la Légion d'honneur, général de brigade et colonel-général des chasseurs de la Garde le . Napoléon lui fait confiance et n'hésite pas à s'appuyer sur un prince dont la devise est « Honneur et Fidélité ». Le , jour anniversaire de Marengo, Napoléon, empereur, donne à son beau-fils le titre de prince français. Le , il est promu général de brigade.

 
Naumachie célébrée à Milan en 1807 en l'honneur de Napoléon, roi d'Italie.

Vice-roi d'ItalieModifier

En 1805, il obtient les dignités d'archichancelier d'État et de Grand aigle de la Légion d'honneur ; il n'a encore que 24 ans. Le , Eugène est chargé, en qualité de vice-roi, de l'administration du royaume d'Italie où il passe presque la moitié de son temps.

Après la campagne d'Italie de 1805, il épouse à Munich le la princesse Augusta-Amélie, fille du roi Maximilien Ier de Bavière, allié de la France. Napoléon l'investit du titre de prince de Venise, le déclare son fils adoptif et l'héritier présomptif de la couronne d'Italie.

Eugène reste vice-roi d'Italie de 1805 à 1814.

Campagne de 1809Modifier

 
L'armée française franchissant le Piave en 1809, toile d'auteur inconnu, XIXe s.

En 1809, pendant la guerre de la cinquième coalition, 100 000 Autrichiens attaquent l'Italie. Eugène, à la tête de l'armée d'Italie, va les repousser après un échec initial à la bataille de Sacile. Il fait sa jonction avec la Grande Armée aux environs de Vienne. Cette marche glorieuse est couronnée par la bataille de Raab, le , que Napoléon Ier surnomme petite-fille de Marengo et de Friedland.

C'est pendant cette campagne d'Autriche de 1809 qu'Eugène commande en chef pour la première fois. Parti de Milan le , il va à la rencontre de l'archiduc Jean, qui s'avance sur l'Isonzo avec des forces considérables, éprouve un échec sur le Piave qui ne le décourage pas, notamment le à Sacile. Aidé des généraux Macdonald, Baraguay d'Hilliers, Barbou, Grenier, Broussier, il repousse bientôt l'ennemi, s'empare de Vicence et de Bassano, bat l'archiduc à la bataille du Piave et s'empare de toutes les positions sur le revers des montagnes de la Carinthie.

Pendant qu'il poursuit sa marche victorieuse vers les frontières de la Hongrie, il apprend que le général autrichien Franjo Jelačić cherche à se réunir à l'archiduc Jean. Eugène l'attaque et l'oblige à poser les armes avec la totalité des troupes qu'il commande. Le succès de cette journée décisive lui permet d'opérer sa jonction avec la Grande Armée sur les hauteurs de Semmering. Les 5-, il participe ensuite à la bataille de Wagram.

C'est à l'occasion de cette marche d'Eugène que l'Empereur adresse ces paroles aux soldats du vice-roi : « Soldats de l'armée d'Italie, vous avez glorieusement atteint le but que je vous avais marqué, soyez les bienvenus ! Je suis content de vous ».

Comme vice-roi d'Italie, il est ensuite chargé de réprimer la rébellion du Tyrol où les montagnards, commandés par l'aubergiste Andreas Hofer, refusent leur cession au royaume de Bavière, allié de Napoléon.

Divorce de l'empereur et réticences d'EugèneModifier

À l'époque de la répudiation de Joséphine, en , il vient à Paris, mandé par l'Empereur, et prie Napoléon de lui accorder une explication en présence de l'Impératrice. Dans cette circonstance, où Napoléon ne pouvait motiver sa résolution qu'en faisant valoir l'intérêt de la France, Joséphine sait se taire et se résigner ; mais tremblant de voir l'avenir de son fils compromis, et portant ses yeux remplis de larmes sur Eugène, elle dit à l'Empereur : « Une fois séparés, mes enfants ne seront plus rien pour vous. Faites Eugène roi d'Italie, et votre politique, j'ose le croire, sera approuvée par toutes les puissances de l'Europe. » — Le prince dit alors vivement : « Ma bonne mère, qu'il ne soit nullement question de moi dans cette triste occurrence. Votre fils ne voudrait pas d'une couronne qui semblerait être le prix de votre séparation. » Napoléon, que la noblesse de ce discours émeut profondément, tend la main au vice-roi, la serre avec force et répond avec gravité : « Je reconnais Eugène dans ces paroles ; il a raison de s'en rapporter à ma tendresse. » Après le divorce de sa mère, qui le navre, Eugène veut renoncer aux affaires mais, vaincu par les instances de Joséphine et de Napoléon lui-même, il sacrifie ses ressentiments personnels. Dès lors, il refuse toute faveur nouvelle qui n'aurait été pour lui que le prix du divorce de sa mère.

Campagne de Russie et retraite de Pologne (1812-1813)Modifier

 
Eugène de Beauharnais, dans Vie de Napoléon Bonaparte par William M. Sloane.
 
Bataille de Maloyaroslavets, toile de Peter von Hess (1792-1871).

En 1812, il obtient le commandement des troupes italiennes, françaises et bavaroises du 4e corps d'armée dans la campagne de Russie. Il se signale à la bataille d'Ostrovno (25-). Après l'évacuation de Moscou, il cherche à ouvrir une voie de retraite par Kalouga : lors de la bataille de Maloïaroslavets (), il livre un combat acharné aux Russes de Dokhtourov mais n'a pas assez de réserves pour percer ; Napoléon finit par renoncer à suivre la route du sud et repart vers l'ouest par la grande route de Smolensk, dans un pays déjà ravagé à l'aller[1].

Eugène commande le 4e corps, entièrement détruit au cours de la retraite. Les conditions épouvantables de la retraite de Russie assombrissent son caractère et le vieillissent prématurément. La défection de Murat le laisse à la tête des débris de la Grande Armée, réduite à quelques milliers d'hommes dénués de tout. Il est menacé d'encerclement par des armées russes supérieures en nombre ; heureusement pour lui, les troupes russes sont presque aussi épuisées que les siennes et commandées par deux chefs prudents, le maréchal Koutouzov et l'amiral Tchitchagov, qui hésitent à s'aventurer hors de Russie, tandis que le roi de Prusse Frédéric-Guillaume III craint encore de se déclarer contre Napoléon. Eugène, en évitant les batailles rangées, conduit une retraite habile vers Poznań, puis vers l'Oder et l'Elbe en abandonnant aux Russes le duché de Varsovie et en laissant quelques garnisons françaises encerclées à Dantzig et autres places. Son armée, grossie de recrues polonaises et autres unités recueillies en route, arrive à Leipzig le  : elle compte alors 50 000 hommes avec lesquels Eugène peut tenir la ligne de l'Elbe, menacée par 150 000 Russes et Prussiens, jusqu'au retour de Napoléon avec la nouvelle armée levée en France[2]. Napoléon aura plus tard ce propos élogieux : « Nous avons tous commis des fautes, Eugène est le seul qui n'en ait pas fait. »

Chute de l'Empire français et du royaume d'ItalieModifier

En 1813, le vice-roi doit retourner en Italie pour empêcher les révoltes anti-françaises et maintenir l'ordre et la sécurité. Après la défaite de Napoléon dans la campagne d'Allemagne, les Autrichiens menacent la plaine du , cependant que Murat oscille entre les deux camps avec l'espoir de régner sur toute l'Italie. Eugène doit affronter seul les armées autrichiennes. Il abandonne rapidement les provinces illyriennes après des revers de ses subordonnés mais il oppose une défense tenace à l'Autriche en Italie et retarde l'échéance inéluctable grâce à sa victoire lors de la bataille du Mincio, le . Il sait résister aux pressions de son beau-père Maximilien, qui lui laisse espérer le royaume d'Italie s'il trahit Napoléon. Pourtant, le fait qu'il ne donne pas suite à l'ordre de l'Empereur, au mois de , de laisser l'Italie, lui vaut l'accusation de trahison par quelques généraux.

 
L'impératrice Joséphine reçoit à la Malmaison la visite du Tsar Alexandre Ier, toile d'Hector Viger (1819-1879), vers 1864, Musée national du Château de Malmaison.

En , en marge des négociations du traité de Paris, le tsar Alexandre rend une visite courtoise à Joséphine qui lui recommande ses enfants, le prince Eugène, la reine Hortense et ses fils Napoléon-Louis et Louis-Napoléon. Cependant, elle contracte une pneumonie et meurt le .

À la mort de sa mère, Eugène hérite de sa résidence, le château de Malmaison.

Exil en familleModifier

Au congrès de Vienne, il attend une principauté et une rente annuelle. On lui propose Pontecorvo, dont Bernadotte était précédemment prince héréditaire. Eugène se trouve toujours dans la capitale autrichienne, lorsque l'Empereur débarque de l'île d'Elbe à Golfe Juan le .

Au retour de Napoléon, en 1815, il ne prend aucune part à la guerre. Il est obligé, pour ne pas être arrêté, de s'engager sur parole à ne pas quitter Vienne. Il assiste en spectateur aux Cent-Jours, à la défaite de Waterloo, et à la seconde abdication. Le 6 avril[3], il quitte Vienne avec son beau-père pour attendre à Munich la nouvelle de l'abdication de Napoléon. Il ne joue plus aucun rôle ni politique ni militaire et se contente, après avoir reçu de son beau-père le duché de Leuchtenberg, de gérer sa fortune et de placer sa nombreuse progéniture.

Mort et descendanceModifier

 
Tombeau d'Eugène de Beauharnais, sculpté par Bertel Thorvaldsen, Église Saint-Michel de Munich.

Eugène de Beauharnais meurt le à Munich, d'une attaque d'apoplexie, à l'âge de quarante-deux ans. Ses funérailles sont grandioses, le deuil étant conduit par son beau-père, le roi de Bavière.

Le couple ayant particulièrement bien marié ses enfants, Eugène de Beauharnais est l'ancêtre de la plupart des dynasties régnantes d'Europe : Norvège, Suède, Danemark, Belgique (via Astrid de Suède), Luxembourg, anciens rois de Portugal et de Grèce…

État de serviceModifier

  • Sous-lieutenant () ;
  • Lieutenant () ;
  • Capitaine () ;
  • Chef d'escadron () ;
  • Colonel () ;
  • Colonel général des chasseurs () ;
  • Général de brigade () ;
  • Commandant des chasseurs à cheval de la Garde Impériale ( - ) ;
  • Commandant en chef du corps de blocus de Venise ( - ) ;
  • Lieutenant de l'Empereur pour le commandement en chef de l'armée d'Italie ( - ) ;
  • Commandant en chef de l'armée d'Italie ( - ) ;
  • Commandant en chef du corps d'observation d'Italie ( - ) ;
  • Commandant en chef du 4e corps de la Grande Armée ( - ) ;
  • Lieutenant général à la Grande Armée ( - ) ;
  • Commandant supérieur des Ve et XIe corps de la Grande Armée ( - ) ;
  • Commandant en chef de l'armée d'observation d'Italie, des provinces illyriennes et des 27e, 28e et 29e divisions militaires ( - ).

Autres fonctionsModifier

Franc-maçonnerieModifier

Initié à la Franc-maçonnerie, Eugène de Beauharnais était également grand maître du Grand Orient d'Italie et du Suprême conseil italien, après avoir été vénérable d'honneur de la loge Saint-Eugène à l'Orient de Paris[4],[5].

TitresModifier

Les lettres patentes, du , accordant le duché de Navarre à l'Impératrice Joséphine indiquaient expressément que celui-ci devait être reversé, à la mort de l'impératrice répudiée, à Eugène. Néanmoins, en 1814, ce furent les fils du prince Eugène qui succédèrent à leur grand-mère : Auguste (1814-1835), puis son frère Maximilien (1817-1852).

QualificationsModifier

  • 1804 – 1805 : Son Altesse Impériale Eugène, prince français
  • 1805 – 1807 : Son Altesse Impériale Eugène, prince français et vice-roi d'Italie
  • 1807 – 1810 : Son Altesse Impériale Eugène, prince français, vice-roi d'Italie et prince de Venise
  • 1810 – 1814 : Son Altesse Impériale Eugène, prince français, vice-roi d'Italie, prince de Venise et grand-duc de Francfort
  • 1817 – 1824 : Son Altesse Royale Eugène, duc de Leuchtenberg et prince d'Eichstätt

DécorationsModifier

Hommage, honneurs, mentions...Modifier

Vie familialeModifier

La vie privée d'Eugène de Beauharnais n'est pas moins dépendante de l'Empereur que sa vie professionnelle. Cherchant à introduire sa famille dans le cercle des dynasties européennes, Napoléon arrange le mariage entre Eugène et Augusta-Amélie de Bavière, fille de l'électeur Maximilien de Bavière (qui devient roi après le traité de Presbourg en 1806), célébré le [6].

L'union entre Eugène de Beauharnais et Augusta-Amélie de Bavière, bien qu'arrangée pour des raisons politiques, est particulièrement heureuse, ils ont sept enfants :

Eugène de Beauharnais est l'ancêtre de Nicolas, actuel duc de Leuchtenberg.

ArmoiriesModifier

Figure Blasonnement
  Armes des Beauharnais sous l'Ancien Régime :

D’argent à la fasce de sable surmontée de trois merlettes du même.[7]

   

 

Sous le Premier Empire :

D'azur à l'aigle d'or empiétant un foudre du même, le foudre chargé d’un médaillon ovale d’argent surchargé d’un E de sable.[8].

On trouve aussi parfois : D'azur à l'aigle d'or empiétant un foudre du même, brisé par l'écu de Lombardie (d'or à Couronne de fer (« sommée » de six pièces), à la bordure de gueules chargée de huit anneaux d'argent[9].

Version avec manteau royal d'Italie

Version avec manteau impérial

  À partir de 1817

Ecartelé : I, (de Leuchtenberg) ; II, de gueules au mur d'argent flanqué de deux tours, le tout maçonné d'argent et ouvert de sable, posée sur une terrasse de sinople, deux arbres de sinople issants des tours (d'Eichstätt) ; III de sinople, à l'épée haute d'argent, garnie d'or, accompagnée de 7 étoiles du même ; IV, d'argent à la fasce de sable accompagnée en chef de trois merlettes du second (de Beauharnais)[10].

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Curtis Cate, La Campagne de Russie - 1812, Tallandier, 2006, p. 354-357.
  2. Jean-François Brun, « Du Niémen à l’Elbe : la manœuvre retardatrice de la Grande Armée », Revue historique des armées, 267 | 2012 [1]
  3. Michel Kerautret, Eugène de Beauharnais, Fils et vice-roi de Napoléon, Paris, Tallandier, , p.255 p., p. 397p.
  4. Daniel Ligou, Dictionnaire de la Franc-maçonnerie, Presses universitaires de France, 3e éd., 1991, p. 118.
  5. Voir le site Napoleon & Empire pour un panorama de la franc-maçonnerie sous le Consulat et le Premier Empire (consulté le 9 août 2010)
  6. Le voyage de noces, de Munich à Milan, en passant par Venise, est triomphal et la princesse semble très éprise de son époux. En 1814, elle écrit à son père : « Je le suivrai partout, bien sûre qu'il ne s'écartera jamais du chemin de la vertu et de l'honneur ». Après la perte du trône d'Italie, c'est en Bavière, à Munich, que vivent le prince Eugène et son épouse. Ils s'y font construire un palais où le prince installe sa bibliothèque ainsi qu'une collection de tableaux qu'il ouvre au public, constituée en partie par l'héritage de sa mère. Lui-même pratique le dessin et la musique. Goethe, lorsqu'il le rencontre à Marienbad, le juge « un grand caractère ».
  7. Source : Armory of the French Hereditary Peerage (1814-30) sur www.heraldica.org
  8. A. de Revérand, E. Villeroy, Album des armoiries concédées par Lettres-patentes de Napoleon Ier, 1808-1815 cité dans Giacomo Bascapè; Marcello Del Piazzo, Insegne e simboli. Araldica pubblica e privata medievale e moderna, Roma, Ministero per i beni e le attività culturali, 2009. (ISBN 88-7125-159-8) p. 793
  9. "Le Sang des Bonapartes"
  10. http://homepage.mac.com/linstedt/linische/hre_6a.html#leuchtenberg

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier