Éditions L'Arbre vengeur

maison d'édition
(Redirigé depuis Éditions de l'Arbre vengeur)

L'Arbre vengeur
Repères historiques
Création 2003[1]
Dates clés  : immatriculation de la société actuelle
Fiche d’identité
Forme juridique société par actions simplifiée[2]
Statut éditeur indépendant
Siège social Bordeaux (France)
Dirigée par Nicolas Etienne et David Vincent
Diffuseurs Harmonia Mundi
Site web arbre-vengeur.fr
Données financières
Chiffre d'affaires 130000€[3]
Résultat net 10000€[3],[4]

L'Arbre vengeur est une maison d'édition de littérature créée en 2003. Elle publie des auteurs contemporains français et étrangers, et des rééditions ou des inédits d'auteurs disparus[5].

PrésentationModifier

Animée par Nicolas Étienne et David Vincent, L'Arbre vengeur publie entre quinze et vingt livres par an, dans le cadre de collections ou en dehors.

Les livres, le plus souvent au format 18 cm x 24 cm, sont parfois illustrés de dessins originaux d'artistes ou d'auteurs de bandes dessinées comme Alfred, François Ayroles, David Prudhomme, Vincent Vanoli, Hugues Micol, Jean-Michel Perrin, Vincent Sardon, Amandine Urruty, Joko, Frédéric Bézian ou Alban Caumont.

Diffusée et distribuée entre 2006 et 2016 par B.L.D.D. (Belles Lettres Diffusion Distribution), elle est, depuis 2017, diffusée et distribuée par Harmonia Mundi[5].

D'abord installée à Talence près de Bordeaux, L'Arbre vengeur a rejoint, en , la Fabrique Pola désormais installée quai de Brazza à Bordeaux Bastide[6],[7].

PublicationsModifier

CollectionsModifier

Elle dispose de sept collections en plus des livres édités hors collection :

Auteurs et succèsModifier

Parmi les auteurs les plus réputés de son catalogue, on remarque Éric Chevillard[8] avec son journal annuel L'Autofictif, Marie NDiaye, auteure d'Y penser sans cesse, Bruce Bégout avec Sphex, Claro avec Dans la queue le venin, Mathieu Terence, Frédéric Roux, Thierry Laget ou Jean-Yves Cendrey. L'Arbre vengeur fait aussi le choix de rééditer des livres épuisés de grandes maisons d'édition françaises : ainsi paraît en 2010 Harengs frits au sang, de Jean Duperray, ancien titre de Gallimard et Grand Prix de l'humour noir en 1955[9].

Anatomie de l'amant de ma femme de Raphaël Rupert a obtenu le prix de Flore en 2018[10],[11].

Certains des plus importants succès du catalogue ressortissent au genre de l'anticipation ou fantastique : Quinzinzinzili de Régis Messac, L'œil du purgatoire de Jacques Spitz, Le manuscrit Hopkins de R.C. Sherriff, ou L'homme que les arbres aimaient d'Algernon Blackwood.

Parmi les meilleures ventes, des rééditions de classiques : Histoires désobligeantes de Léon Bloy (quatre éditions), Les 21 Jours d'un neurasthénique d'Octave Mirbeau, L'homme qui aimait les îles de D. H. Lawrence (passé en format poche dans la collection « L'Arbuste véhément »), Le Poète et les fous de G. K. Chesterton, Les Morts bizarres de Jean Richepin ; ou de livres singuliers : La Grande Vie de Jean-Pierre Martinet, Piotruś de Leo Lipski.

CatalogueModifier

D'après le site officiel de l'éditeur[12].

2003Modifier

2004Modifier

2005Modifier

2006Modifier

2007Modifier

2008Modifier

2009Modifier

2010Modifier

2011Modifier

2012Modifier

  • Éric Chevillard, L'Autofictif prend un coach
  • Aleksej Meshkov, Le chien Iodok (coll. « Selva selvaggia », traduction de l'italien par Lise Chapuis)
  • Georges Kolebka, 92 comprimés
  • Mario Levrero, J'en fais mon affaire (coll. « Forêt invisible », préface Diego Vecchio, traduction de l'espagnol (Uruguay) par Lise Chapuis)
  • D. H. Lawrence, L'homme qui aimait les îles (traduction de l'anglais par Catherine Delavallade)
  • André de Richaud, Échec à la concierge (coll. « L'Alambic », préface Eric Dussert)
  • Roger Judrin, Dépouille d'un serpent (préface Alfred Eibel)
  • Olivier Hervy, Agacement mécanique
  • Jean-Pierre Ohl, Redrum (réédition Folio SF, n° 625, )[15]
  • Marc Stéphane, Ceux du trimard (coll. « L'Alambic », préface Eric Dussert)
  • Pierre Girard, Othon et les sirènes (préface Patrick Baud)
  • Jean-Pierre Bours, Celui qui pourrissait
  • Jacques Géraud, Motodrome
  • Carlos Calderón Fajardo, La conscience de l'ultime limite (coll. « Forêt invisible », traduction de l'espagnol (Pérou) par Lise Chapuis)

2013Modifier

  • Éric Chevillard, L'autoficitif croque un piment
  • Henri Beugras, Le brouillard
  • Arnaud Legrand, Sans-suite suivi de Rien
  • Jean-Louis Bailly, Mathusalem sur le fil
  • Leonard Merrick, L'homme qui comprenait les femmes (traduction de l'anglais par Jules Castier)
  • Didier Barrière, Aux abords du fantastique (choix de textes) (centième publication de l'Arbre vengeur)
  • René Dalize, Le club des neurasthéniques (coll. « L'Alambic », préface Eric Dussert)
  • Jean-François Elslander, Le cadavre (coll. « L'Arbre à clous », préface Frédéric Saenen)
  • Vsevolod Garchine, La fleur rouge
  • Thierry Laget, Atlas des amours fugaces
  • Thierry Laget, Provinces
  • Diego Vecchio, Ours (coll. « Forêt invisible », traduction de l'espagnol (Argentine) par Stéphanie Decante)
  • Han Ryner, L'Homme-fourmi (préface Natacha Vas-Deyres)
  • Ange Bastiani, Le bréviaire du crime (Prix de l'Humour noir 1968, préface Florian Vigneron)

2014Modifier

2015Modifier

  • Éric Chevillard, L'Autofictif au petit pois
  • Francesco Permunian, La maison du soulagement mental (coll. « Selva selvaggia », traduction de l'italien par Lise Chapuis)
  • Claro, Dans la queue le venin
  • Patrice Delbourg, Un certain Blatte
  • Léon Bonneff, Aubervilliers (coll. « L'Alambic », préface Eric Dussert)
  • Pierre Girard, Charles dégoûté des beefsteaks (postface David Marsac)
  • R.C. Sheriff, Le manuscrit Hopkins (2e édition)
  • Jean-Louis Bailly, Une Grosse suivie d'Un petit geste commercial
  • Camille Lemonnier, L'enfant du crapaud (coll. « L'Arbre à clous », préface Frédéric Saenen)
  • Alain-Paul Mallard, Évocation de Matthias Stimmberg (coll. « Forêt invisible », traduction de l'espagnol (Mexique) par Florence Ollivier)
  • Emmanuel Bove, Mes amis (préface Jean-Luc Bitton, Postface Jean-Philippe Dubois)
  • Nelly Maurel, Les œuvres complètent
  • Daniel Guebel, L'homme traqué (coll. « Forêt invisible », traduction de l'espagnol (Argentine) par D. Amutio)

2016Modifier

2017Modifier

2018Modifier

  • Michel Bernanos, L'Envers de l'éperon (préface Jean-François Merle)
  • Éric Chevillard, L'Autofictif ultraconfidentiel
  • Georges Langelaan, Nouvelles de l'Anti-Monde (préface Hubert Prolongeau)
  • Jean-Yves Cendrey, La sexualité normande comme ma poche
  • Didier da Silva, Toutes les pierres
  • M.P. Shiel, Le nuage pourpre (préface Roger Dobson)
  • Juan Rodolfo Wilcock, Le livre des monstres (coll. « Selva selvaggia », traduction de l'italien par Lise Chapuis, préface de Philippe Marczewski)
  • Francis Carsac, Ce monde est nôtre (préface Natacha Vas-Deyres)
  • Tristan Bernard, Le jeu de massacre (coll. « L'Exhumérante »)
  • Emmanuel Bove, Mes amis (2e édition en format poche dans la coll. « L'Arbuste véhément » qui inaugure ici son premier titre)
  • Léon Bonneff, Aubervilliers (2e édition, poche, coll. « L'Arbuste véhément » n° 2)
  • Jean-Marc Aubert, Aménagements successifs d'un jardin à C., en Bourgogne, suivi de Argumentation de Linès-Fellow (2e édition, poche, coll. « L'Arbuste véhément » n° 3)
  • Leo Lipski, Piotruś (2e édition, poche, coll. « L'Arbuste véhément » n° 4)
  • Raphaël Rupert, Anatomie de l'amant de ma femme (Prix de Flore 2018)[17]
  • Rennie Sparks, Plaies (traduction de l'américain par Jean-Yves Bart)
  • François Caradec, Monsieur Tristecon, chef d'entreprise (coll. « L'Alambic », préface Eric Dussert)
  • Jean-Yves Cendrey, La sexualité bordelaise comme ma poche
  • Albert-Jean, Derrière l'abattoir, (coll. « L'Alambic », préface Eric Dussert)
  • Henriette Valet, Madame 60 bis (coll. « Inconnues », préface François Ouellet)

2019Modifier

  • Éric Chevillard, L'Autofictif et les trois mousquetaires
  • Sammy Sapin, Faites comme si vous étiez mort
  • Stanley G. Weinbaum, Aux limites de l'infini (traduction de l'américain par Catherine Delavallade)
  • Pierre Louÿs, Une volupté nouvelle (3e édition, poche, coll. « L'Arbuste véhément » n° 5)
  • Louis Timagène Houat, Les Marrons (2e édition, poche, coll. « L'Arbuste véhément » n° 6)
  • Walter Campos de Carvalho, La lune vient d'Asie (traduction du Brésilien par Alice Raillard)
  • Léon Bloy, Sueur de Sang (nouvelle jaquette)
  • Henry Howarth Bashford, Augustus Carp par lui-même (nouvelle jaquette)
  • Yves Letort, Le fort
  • Géza Csáth, Opium (2e édition du titre Le jardin du Mage, poche, coll. « L'Arbuste véhément », n° 7)
  • Alphonse Allais, En ribouldinguant ! (coll. « L'Exhumérante »)
  • Julien Cridelause, Vu d'en bas
  • Georges Bernanos, Monsieur Ouine (préface François Angelier)
  • Emmanuel Bove, Un Raskolnikoff (poche, coll. « L'Arbuste véhément », n° 8)
  • Alexeï Tolstoï, Ibycus, (traduction Paul Lequesne, poche, coll. « L'Arbuste véhément », n° 9)
  • Serge Simon Held, La mort du fer (préface Juan Asensio)
  • Charles Leroy, Le colonel Ramollot (préface Jean-Louis Bailly, coll. « L'Exhumérante »)
  • Jacques Spitz, L'œil du purgatoire (préface Serge Lehman, poche, coll. « L'Arbuste véhément », n° 10)

2020Modifier

2021Modifier

  • Michel Bernanos, Le Murmure des Dieux (première partie du cycle fantastique La Montagne morte de la vie)
  • Éric Chevillard, L'autofictif repousse du pied un blaireau mort
  • Éric Chevillard, Sine die
  • Christophe Langlois, Boire la tasse (coll. « L'Arbuste véhément », n° 16)
  • Jerome K. Jerome, Eux et moi (coll. « L'Arbuste véhément », n° 17)
  • Gilles Verdet, Nom de noms
  • O. Henry, Les hypothèses de l'échec (nouvelles traduites par Michèle Valencia, coll. « L'Exhumérante »)
  • Loys Masson, Les Tortues (préface Eric Dussert, coll. "L'Alambic")
  • Octave Mirbeau, Les 21 jours d'un neurasthénique (préface Serge Sanchez, coll. "L'Exhumérante", 2e édition)
  • Reinhard Lettau, Invitation à des orages d'été
  • D. H. Lawrence, L'homme qui aimait les îles, (coll. "L'Arbuste véhément", n° 18)
  • Jean-Louis Bailly, Les mains propres
  • Jerry Sohl, L'aiguille de Costigan
  • François Appas, Le mouton tarbais, cet inconnu
  • Arnaud Maïsetti, Saint-Juste & des poussières
  • Henri Decoin, Quinze rounds, Histoire d'un combat (préface Didier Decoin, postface Thomas Bauer)
  • Franz Bartelt, Of course
  • Emmanuel Bove, Un célibataire (préface Didier Da Silva, coll. "L'Arbuste véhément", n° 19)
  • Bruce Bégout, Sphex (coll. "L'Arbuste véhément", n° 20)
  • Serge Lehman, Maîtres du vertige, Six récits de l'âge d'or, anthologie (illustrations de Greg Vezon)
  • Murilo Rubião, L'ex-magicien de la taverne du Minho (traduit du brésilien par Dominique Nédellec)
  • Johan Daisne, Un soir, un train (texte liminaire de Jean-Philippe Toussaint, coll. "Domaine du songe")
  • Francis de Miomandre, Direction étoile (préface de Bernard Quiriny)
  • John Buchan, Salut aux aventuriers (coll. "L'Arbuste véhément", n° 21)
  • Jean-Luc Coudray, Lettres d'engueulade (illustrations d'Alban Caumont)

RéférencesModifier

  1. 2011 pour le greffe.
  2. SIREN : 534 872 312.
  3. a et b Au .
  4. Données du site societe.com reportées le 22 juin 2019.
  5. a et b « CONTACT », sur Éditions de l'Arbre vengeur, (consulté le )
  6. « CONTACT », sur Éditions de l'Arbre vengeur, (consulté le ).
  7. « Pola c’est quoi ? », sur La Fabrique Pola (consulté le ).
  8. « L'Autofictif », sur autofictif.blogspot.fr (consulté le ).
  9. « Les aventuriers solitaires de l'édition », sur Les Echos, (consulté le )
  10. « Le prix de Flore 2018 revient à Raphaël Rupert », sur Livres Hebdo (consulté le ).
  11. « Une petite maison d'édition bordelaise remporte le prix de Flore, pour quelles retombées économiques ? », sur France 3 Nouvelle-Aquitaine (consulté le ).
  12. « Catalogue », sur Éditions de l'Arbre vengeur, (consulté le ).
  13. « Plop - Rafael Pinedo - Folio SF - Site Folio », sur folio-lesite.fr (consulté le ).
  14. « Les lauréats du Grand Prix de l'Imaginaire 2012 », sur etonnants-voyageurs.com (consulté le ).
  15. « Redrum - Jean-Pierre Ohl - Folio SF - Site Folio », sur folio-lesite.fr (consulté le ).
  16. Jean-Charles Rémy (1933-2016), présentation sur arbre-vengeur.fr.
  17. « Le prix de Flore 2018 revient à Raphaël Rupert », sur Livres Hebdo (consulté le ).

Lien externeModifier