Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Roger Judrin, né le à Paris et mort le à Compiègne, est un écrivain et critique français.

Sommaire

BiographieModifier

Il fait ses études au lycée Henri-IV, suit en khâgne les leçons d'Alain et devient professeur en 1933. Marié en 1939, il est fait prisonnier en 1940 à Strasbourg, avant d'être envoyé en Poméranie au camp de Neubrandenbourg, duquel il finit par s'échapper. Il regagne la France et s'installe dès octobre 1941 à Compiègne, où il vivra jusqu'à sa mort. De cette date à 1970, il est professeur de Lettres classiques au lycée Pierre-d'Ailly[1].

Proche de Jean Paulhan, avec qui il entretient une longue correspondance, il collabore à partir de 1953 à la NRF. Il y publie des articles remarqués sur La Fontaine, Saint-Simon, Voltaire, Chateaubriand et Stendhal. Il s'affirme ainsi comme un grand critique, au regard aigu et au style incisif.

Écrivain discret mais fécond, il publie de nombreux ouvrages appartenant à des genres aussi variés que le roman, la nouvelle, la poésie, l'essai et la biographie. Parmi ces ouvrages, on peut retenir notamment une étude sur Montaigne, une biographie de Saint-Simon et un recueil de portraits politiques (Feu nos maîtres).

Adoptant volontiers la forme brève, il publie des recueils d'aphorismes dans l'esprit des moralistes, des petits portraits philosophiques et littéraires ou des notations poétiques inspirées de la sagesse orientale (Boussoles, Ténèbres d'or, Printemps d'hiver).

Apprécié notamment par Morand ou Chardonne, lequel louait "un écrivain abrupt avec naturel" (Propos comme ça), il a été très lié à Marcel Arland et à Georges Perros. Après la mort de Paulhan, il a quitté Gallimard pour La Table ronde.

L'essentiel de son œuvre est édité par Gallimard, La Table ronde et les éditions Calligrammes, qu'il a contribué à fonder.

ŒuvresModifier

RéférencesModifier

  1. « Un communiqué du Cercle des lecteurs de Roger Judrin », 11 janvier 2011, consulté le 27 juin 2015

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Alfred Eibel, Dossier "Roger Judrin", Matulu no 1, mars 1971.
  • Le 10 juillet 1997, dans les "Nuits magnétiques", France-Culture diffuse l'émission-portrait "A l'ombre de Roger Judrin" produite par Catherine Soullard.
  • Le 23 avril 1994, France-Culture diffuse "Une vie une œuvre Marcel Arland", produite par Catherine Soullard, avec, entre autres, Roger Judrin pour invité.
  • Michel Mourlet, "A la rencontre de Judrin", dans Écrivains de France, XXe siècle, réédition augmentée, France Univers, Paris, 2011

Liens externesModifier