Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Svevo.
Italo Svevo
Svevo.jpg
Italo Svevo vers 1900.
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Aron Hector Schmitz
Pseudonyme
Italo SvevoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activité
écrivain
Autres informations
A travaillé pour
Union-Bank (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales

Italo Svevo, littéralement « Italien Souabe », pseudonyme de Ettore Schmitz, né Aronne Ettore Schmitz le à Trieste et mort le (à 66 ans) à Motta di Livenza, près de Trévise, est un écrivain italien. Italo Svevo est considéré comme l'un des plus grands romanciers du XXe siècle. Son œuvre est traduite dans une vingtaine de langues.

BiographieModifier

Origines familialesModifier

Ettore naît à Trieste en 1861, d'un père juif allemand, Franz Schmitz (Raffaele dit Francesco, né à Trieste en 1829), dont la famille était arrivée de Rhénanie et de Hongrie et d'une mère italienne de meilleure condition, Allegra Moravia (?-1895), fille de bouchers originaires d’Ancône, installés dans le Frioul[1] et issue de la communauté juive de Trieste, venue de Vénétie[2],[3]. Son grand-père paternel est Abraham Adolf devenu Abramo Adolfo Schmitz, né à Köpfchen ou Köpcsény dans le « Burgenland » de la Hongrie historique et venant de la vallée rhénane[4],[5]. Il gagne d'abord Trévise en Vénétie où il épouse une coreligionnaire italienne, Rosa Paolina Macerata, puis se rend brièvement à Trieste pour repartir s’installer à Vienne où une crise financière le ruina définitivement vers 1842[1].

Avec cette enfance très pauvre, le jeune Francesco Schmitz qui commença comme marchand de rue à 13 ans, dut se débrouiller pour trouver son chemin, vécut des aventures mouvementées et risqua sa vie en se trouvant mêlé aux troubles révolutionnaires de 1848[6],[5]. Revenu à Trieste après ces péripéties, devenu avisé, il se lance dans le commerce de verrerie et installe son entreprise dans le quartier populaire de Cavana, au cœur de la la città vecchia, vieille ville de Trieste, qui deviendra florissante. Cette ville fait alors partie de l'Empire austro-hongrois et le restera jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale.

Enfance et étudesModifier

 
La Piazza Grande à Trieste, dessin de Marco Moro, 1854

Sur seize grossesses abouties, le couple Francesco et Allegra Schmitz donne naissance à huit enfants qui survivent auxquels il attribue des prénoms majoritairement italiens et chrétiens : Natalia, parfois indiquée comme Natascia (1854-1930), Paola (1856-1922), Noemi (1857-1879), Ortensia (1859-1897), Adolfo (1860-1918), Ettore (1861-1928) inscrit « Aronne Ettore » dans le registre de la synagogue à la date du 20 février[1], Elio (1863-1886)[7] et Ottavio (1872-1957). La « famille est alors installée dans un vaste appartement bourgeois, au troisième étage d’un immeuble situé 12 via dell’Acquedotto, aujourd’hui 16 viale XX Settembre » et jouit de conditions de vie agréables[5]. La mère Allegra est tendre, douce et dévouée à sa famille tandis que le père Francesco, homme énergique, autoritaire, très travailleur est d'une honnêteté scrupuleuse et ne s'intéresse qu'à ses affaires[5]. Il est en outre un membre bienfaiteur de la communauté juive et subvient également aux besoins pécuniaires d’une vaste parenté indigente[1]. La famille est chaleureuse et unie selon tous les témoignages et le souvenir d’une enfance « très heureuse » émerge du Profil autobiographique de Svevo. À la maison, dans une atmosphère de gaité, on parle le dialecte triestin (variante du vénitien) ainsi que l'italien et on pratique un judaïsme peu rigoureux.

Les garçons Schmitz ainsi que leurs cousins sont inscrits à l’école hébraïque (talmud Torah) qui dépend de la petite synagogue de via del Monte, dirigée par le vénérable et érudit rabbin Sabato Raffaele Melli[8],[9]. Ensuite, les frères Schmitz fréquentent un établissement israélite privé, proche de la demeure familiale, via della Legna, aujourd’hui via Gallina, tenu par le pédagogue Emanuele Edels[9] ou Erdeles[1], où un enseignement commercial préparatoire vise à en faire de futurs employés de bureau appliqués[1].

À l'âge de 12 ans en 1873, Ettore est envoyé avec son frère Adolfo[7] (Elio les rejoint plus tard et en repartira pour raison médicale[5]) dans la section commerciale d'un internat à Segnitz, près de Wurtzbourg, en Bavière, l'Institut Brüssel[5]. Leur père, à la fois fervent patriote italien et admiratif de la culture allemande[9], estimait en effet qu'il était nécessaire de bien connaître l'allemand pour devenir négociant, particulièrement à Trieste au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle. Ettore assimile rapidement cette langue allemande qu'il n'appréciait pas et apprend également le français, l'italien et l'anglais[3] ; il découvre les grands penseurs allemands, Goethe, Schiller, Heine ou Arthur Schopenhauer[10],[9] et s'enthousiasme pour la traduction allemande de Hamlet de Shakespeare, qu'il apprend par cœur, et lit d'autres ouvrages de Jean Paul Richter, des classiques français et russes[11]. Son frère rapporte qu'Ettore déclare que « Schiller était le plus grand génie du monde »[5]. Il reste cinq années dans ce pensionnat, ne revenant à Trieste que lors de brèves vacances[5]. L'Avvenire dei ricordi (1925) de Svevo raconte justement le voyage de parents emmenant deux fils de Trieste (dont l'un fume beaucoup[12]) à leur collège de Wurtzbourg alors qu'un trois!ème est malade[13].

De sa nombreuse fratrie, c'est son cadet Elio dont Ettore se sent le plus proche. Ce frère né après lui, qui lui a peut-être « volé » la place de benjamin de la famille, enfant et adolescent à la santé toujours fragile et au tempérament sensible d'artiste, a tenu un journal intime qui lui a survécu après sa mort précoce à 22 ans, et donne des indications sur Ettore et la famille Schmitz[11].

De retour à Trieste, en 1878-1879, Ettore est inscrit par son père dont les affaires déclinent dans une école supérieure de commerce, la Fondation Revoltella où, bien plus tard, il donnera lui-même des cours de correspondance commerciale. Même s'il rêve d'aller à Florence, d'y apprendre un italien plus académique dans un parcours désintéressé, de s'adonner à la littérature, il n'a pas la force d'affronter la volonté de son père[5].

En 1880, Ettore abandonne ses études pour travailler dans la succursale de la banque Union de Vienne comme commis, puisque son père, entrepreneur verrier, a fait faillite, comme le grand-père Abramo avant lui[9]. Il y demeurera dix-huit années et raconte cette période de sa vie dans Una Vita, roman qui se déroule en grande partie dans une banque[14].

 
Courrier manuscrit d'Ettore sur papier à entête de l'entreprise de ses beaux-parents, 1907

Livia Fausta VenezianiModifier

Son épouse était Livia Fausta Veneziani, une cousine éloignée avec laquelle il eut une fille, Letizia[15], et restera toute sa vie[14]. Il en parle avec simplicité dans le chapitre écrit en 1897 de « Cronaca di famiglia » : « ...La donna evidentemente bionda che ha l’onore d’essere fotografata al mio fianco si chiamava Livia Fausta Veneziani ed ora, precisamente da un anno, è mia moglie... » (vol. I dell’Opera Omnia, Milano 1966). (« ... La femme clairement blonde qui a l'honneur d'être photographiée à mes côtés s'appelle Livia Fausta Veneziani et désormais, depuis un an exactement, elle est mon épouse... »). Elle publiera une biographie hagiographique de son époux : Vita di mio marito.

Parcours littéraireModifier

En 1890, paraît sa nouvelle L'Assassinat de la via Belpoggio (en italien, L'assassinio di via Belpoggio) écrite sous le pseudonyme de Ettore Samigli (dérivé italien à travers l'hébreu de shlemilh signifiant « rêveur ») avec lequel il signe aussi des articles de critique littéraire, dramatique et musicale dans le quotidien de tendance nettement irrédentiste « L'Indipendente » à Trieste[9],[11]. À la même époque, il travaille également « pendant la nuit à la rédaction du Piccolo (autre journal triestin) où il est chargé du dépouillement de la presse étrangère. Il fréquente aussi la société littéraire et artistique de la ville »[11].

En 1892, il publie sous le pseudonyme d'Italo Svevo et à compte d'auteur Una vita (le premier titre, Un inetto, c'est-à-dire un incapable, un inapte, ayant été refusé par l'éditeur), combinant le roman d'analyse et le roman naturaliste. En 1898, il publie aussi à compte d'auteur Senilità, un roman introspectif, cette même année où il épouse le 30 juillet, Livia Veneziani. Cependant, devant l'échec critique et commercial de Senilità, Svevo renonce à la littérature pendant plus de vingt ans, écrit peu et ne publie plus rien[11],[16].

Il abandonne alors son emploi à la banque et prend un poste de directeur dans la manufacture de ses beaux-parents, « Gioachino Veneziani » qui fabrique des vernis marine pour coques de bateaux (intonaco e vernici sottomarine), ce qui l'oblige à voyager à travers l'Europe (Autriche, France, Angleterre) et à parfaire son anglais[11],[1].

 
Violon d'Italo Svevo, exposé à Barcelone, 2011

Il rencontre alors le jeune Irlandais James Joyce (« el sior Zoïs » en dialecte local) en 1903, qui sera un temps son professeur d'anglais à l'École Berlitz de Trieste et deviendra son ami[16]. Il lui fait lire Senilità, que Joyce appréciera au point d'en connaître de longs passages par cœur, et celui-ci l'incite à reprendre l'écriture et à entreprendre la rédaction d'un nouveau roman.

Il découvre également, en 1910, la psychanalyse de Sigmund Freud, duquel il entreprend vers 1915 de traduire La Science des rêves qui aura une influence notable sur son œuvre[14],[3] émaillée d'allusions psychanalytiques, particulièrement son Zeno qui s'en moque ouvertement - même si Svevo prétendra ne devoir à Freud que « deux ou trois idées »[17],[18].

Il se met par ailleurs au violon. La Première guerre mondiale le contraint ensuite à l'inactivité et le conduit de nouveau à la littérature dont Freud[11]. La politique dont il se tient éloigné fait de ce sujet autrichien jusqu'à 57 ans, un italien au rattachement de Trieste à l'Italie en 1918[19].

Joyce fera de lui le principal modèle du Leopold Bloom d'Ulysse publié entre 1918 et 1922, personnage qui reste à mi-chemin entre sa culture juive d'origine et sa culture chrétienne adoptée[20], qui déteste la violence[21], qui marque de l'indifférence pour le nationalisme, et qui adopte un pseudonyme dans sa liaison épistolaire avec sa maîtresse[16].

En 1923, il connaît la célébrité à 63 ans, notamment en France par l'entremise de Valery Larbaud et de Benjamin Crémieux, fervents laudateurs de son œuvre et en Italie vers 1924-1925, grâce à Eugenio Montale, futur prix Nobel de littérature, avec son œuvre intitulée La Conscience de Zeno (« La Coscienza Di Zeno »). Ces trois auteurs signent trois articles de revue élogieux en sa faveur durant l'hiver 1925-1926 où ils décèlent dans le romancier triestin un précurseur de Marcel Proust[5],[11]. Toutefois, les Italiens attachés aux canons de la prose d'art boudent encore son œuvre et persistent à croire qu'elle est mal écrite[3]. Ce roman psychologique publié à compte d'auteur[3], comportant de nombreuses références autobiographiques, comme son addiction à la cigarette[12] ou son expérience du négoce, se termine avec une phrase sombre et prémonitoire : « Quand les gaz asphyxiants ne suffiront plus, un homme fait comme les autres inventera, dans le secret d'une chambre de ce monde, un explosif en comparaison duquel tous ceux que nous connaissons paraîtront des jeux inoffensifs ». » Il écrit des nouvelles, donne ensuite des conférences puis songe à une suite pour son roman mais il meurt le 13 septembre 1928 des suites d'un accident de voiture sur une route humide et glissante terminée dans un fossé[19] à Motta di Livenza en Vénétie et d'une maladie cardiaque, à 67 ans. Grand fumeur[12], il refuse sur son lit de mort sa dernière cigarette comme si, par ce dernier acte, il tendait la main à Alfonso Nitti, Emilo Brentani et surtout Zeno, les anti-héros de ses trois grands livres, respectivement Una Vita, Senilità et La Coscienza Di Zeno.

Le 1er octobre 1928, la Nouvelle Revue Française publie une note nécrologique signée par Benjamin Crémieux et consacrée à Italo Svevo. Cet hommage tend à souligner l'importance d'un romancier à la carrière littéraire insolite, dont Crémieux avait été l'un des premiers à remarquer le talent[13].

PostéritéModifier

 
Statue dédicacée à Italo Svevo à Trieste

Ses œuvres sont traduites dans le monde entier[22] et le « cas Svevo » fait encore couler beaucoup d'encre des critiques sur sa valeur technique, humaine et artistique. Il est considéré comme l'un des plus grands romanciers du XXe siècle, aux côtés de Proust ou Joyce, bien qu'il ne connaisse pas leur célébrité[3].

PseudonymeModifier

Aronne Ettore Schmitz n'aimait pas son patronyme avec « ce pauvre "i", fracassé entre trop de consonnes » ; il se choisira donc un nom avec beaucoup de voyelles[19].

Il adopte en 1892 le pseudonyme d'Italo Svevo (« Italien souabe » en français[16]) qui combine son double héritage culturel[15]. Il est composé des gentilés de l'Italie, son pays de naissance et celui d'origine de la famille de sa mère (Ancône, Trieste, Frioul, Vénétie), et de Souabe, une région historique d'Allemagne d'où est issue la famille de son père (Köpfchen, Burgenland, Rhénanie) et où l'écrivain a reçu une partie de son enseignement (Wurtzbourg en Bavière).

Étymologiquement, le mot Schwaben (et donc « Souabe ») se déduit du peuple des Suèves (Suevi ou Suebi en latin) un groupe de tribus germaniques mentionnés pour la première fois par l'empereur romain Jules César durant la Guerre des Gaules lors de ses affrontements avec Arioviste en 58 av. J.-C. La gentilité de « Svevo » rapproche et oppose donc à elle seule les Italiens des Germains.

Le nom d'Italo Svevo que l'écrivain se choisit très tôt, révèle l'ambiguïté et l'éternelle dualité de sa situation : Autrichien de naissance (jusqu'en 1918), patriote italien de sentiment, Triestin de langue, Allemand de culture[3]. À son « changement de nom », s'ajoute celui de la religion : Juif de naissance et catholique par mariage,

ReligionModifier

L'année de la publication de Senilità, en 1898, il épouse Livia Veneziani et bien qu'agnostique, il se convertit au catholicisme à cette occasion. Il réclamera plus tard des obsèques « sans prêtre ni rabbin » et son épouse l'enterrera dans un carré chrétien. Son testament laisse une part de ses biens aux œuvres caritatives dont juives[1].

Son œuvre littéraire a d'ailleurs la particularité de ne posséder quasiment aucune référence biblique ou juive ; dans Profil autobiographique, il indique seulement que son père était « assimilé » et ne fait pas allusion à son ascendance hébraïque[1]. Même sa correspondance montre peu de traces juives ; au mieux sont-elles anodines ou dissimulées. Son éloignement progressif de la religion et son agnosticisme peuvent expliquer l'absence de judaïsme dans son œuvre, même s'il existait à Trieste comme ailleurs un préjugé antijuif, même si la pleine émancipation des Juifs italiens n’eut lieu que tardivement, en 1867 et bien que des manifestations antijuives éclatèrent à Trieste lors de la visite de Karl Lügner, bourgmestre de Vienne, antisémite et démagogue notoire, ou en 1873, après le krach de la Bourse de Vienne, et plus tard encore, au début de la guerre. Plutôt que la crainte de l'antisémitisme, on parlerait plutôt d'apolitisme religieux, de distance et de dissimulation de la part de Svevo[1].

CitationsModifier

  • « La vie ressemble à la maladie en ce qu'elle procède par crises et usure progressive, comme elle comporte aussi ses améliorations et aggravations quotidiennes. Mais, à la différence des autres maladies, la vie est toujours mortelle. » dans La Conscience de Zeno.
  • « Les choses que tout le monde ignore et qui ne laissent pas de traces n'existent pas. » dans La Conscience de Zeno.
  • « La vie n'est ni belle ni laide, elle est originale » dans La Conscience de Zeno.
  • « Lorsqu'un vrai jeune homme tombe amoureux, l'amour provoque en lui des réactions qui n'ont souvent bientôt plus rien à voir avec le désir. […] Les vieillards, au contraire, mieux gardés des passions semblent-ils, se livrent à elles en pleine connaissance de cause et entrent dans le lit de la faute avec le seul souci des refroidissements. » Italo Svevo dans Le Bon Vieux et la Belle Enfant.
  • « On meurt dans l'état précis où on est né : avec des mains faites pour saisir et incapables de serrer. » Italo Svevo dans Une vie.

ŒuvreModifier

  • 1877 : L'Avenir de la mémoire
  • 1880 : Le roi est mort. Vive le roi !
  • 1890 : L'Assassinat de la via Belpoggio, nouvelle
     
    La coscienza di Zeno, Milan, 1930
  • 1892 : Une vie
  • 1896 : Journal d'une fiancée (Diario per la fidanzata), nouvelle
  • 1898 : Sénilité (retouché en 1927)
  • 1923 : La Conscience de Zeno
  • 1925 : L'Avvenire dei ricordi, nouvelle
  • 1926 : Le Vin du salut, nouvelle, traduction de Claude Galli, postface de Mario Lavagetto (traduite par Joël Gayraud), Paris, Mille et une nuits, 1994
  • 1928 : Profil autobiographique
  • Le Vieillard, roman inachevé
  • Le Destin des souvenirs, recueil de nouvelles
  • Dernières cigarettes, extraits de la correspondance de Svevo
  • Ulysse est né à Trieste, conférence sur James Joyce. Traduction de Dino Nessuno. éditions Finitude, 2003
  • Correspondance, avec Eugenio Montale. Traduction de Thierry Gillybœuf, Éditions de la Nerthe, 2006
  • La vie conjugale, traduction de Thierry Gillybœuf, Rivages, 2008
  • Ma paresse, traduction de Thierry Gillybœuf, Allia, 2011
  • La Nouvelle du bon vieux et de la belle enfant, traduction de Thierry Gillybœuf, Allia, 2011
  • Le "Quarto", Gallimard, 924 p., contient notamment Une vie, Senilita et La conscience de Zeno
  • Fables, traduction Dino Nessuno, éditions Sillage, juin 2010, 48 p., (ISBN 978-2-916266-68-8)

Voir aussi l'avant-propos de Svevo à La Conscience de Zeno ( (ISBN 2070364399)).

Adaptations à l'écranModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g h i et j Maurizio Serra, « Italo Svevo ou l'antivie », sur Editions Grasset, (ISBN 9782246787365, consulté le 14 juin 2019)
  2. "Une vie", "Senilità", "La Conscience de Zeno" d'Italo Svevo : la dernière cigarette d'Italo Svevo dans Le Monde des livres du 25 novembre 2010.
  3. a b c d e f et g Angélique Levi, « ITALO SVEVO », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 14 juin 2019)
  4. Selon le genre de Svevo.
  5. a b c d e f g h i et j Mario Fusco, Italo Svevo, Conscience et réalité, Paris, NRF Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées », (présentation en ligne)
  6. La famille Schmitz célébrait chaque 20 mars, l'anniversaire de l'émancipation paternelle réalisée en jouant des coudes. Voir Serra, op. cit.
  7. a et b Elio, le frère cadet d’Ettore, prématurément disparu, a tenu un journal qui donne quelques indications sur la famille Schmitz. Voir M. Serra, chap. I ou M. Fusco, Conscience et réalité
  8. (it) « Sabato Raffaele Melli - Rabbini Italiani », sur www.rabbini.it (consulté le 15 juin 2019)
  9. a b c d e et f (it) Danilo Capasso et Roberto Russi, Il sogno italiano, Lulu.com, (ISBN 9781291451566, lire en ligne), p. 152 et suiv.
  10. Mario Fusco, Italo Svevo, Conscience et réalité, Gallimard, 1973, pp.18-22.
  11. a b c d e f g et h republique-des-lettres.com, « Italo Svevo », sur republique-des-lettres.com (consulté le 15 juin 2019)
  12. a b et c « Italo Svevo ou de la dernière ligne à la dernière cigarette », sur France Culture (consulté le 14 juin 2019)
  13. a et b Mario Fusco, « Italo Svevo - Bibliothèque des Idées - GALLIMARD - Site Gallimard », sur www.gallimard.fr (consulté le 15 juin 2019)
  14. a b et c « Italo Svevo (auteur de La Conscience de Zeno) », sur Babelio (consulté le 14 juin 2019)
  15. a et b « Italo Svevo | Éditions Sillage », sur editions-sillage.fr (consulté le 16 juin 2019)
  16. a b c et d Marie-Françoise Leclère, « Relire Svevo », sur Le Point, (consulté le 15 juin 2019)
  17. Francesco Ardolino et Anne-Cécile Druet, « La psychanalyse racontée par Italo Svevo », Savoirs et clinique, vol. 6, no 1,‎ , p. 75 (ISSN 1634-3298 et 1776-2871, DOI 10.3917/sc.006.0075, lire en ligne, consulté le 15 juin 2019)
  18. Plusieurs commentateurs de l’œuvre de Svevo se sont montrés sceptiques quant à la foi à accorder aux déclarations autobiographiques souvent peu crédibles de l’auteur visant à réécrire l'histoire de sa vie pour la postérité et trouvent plus de pertinence biographique sur Ettore Schmitz à travers l'œuvre d'Italo Svevo. Voir Ardolino & Druet, op. cit.
  19. a b et c Florence Noiville, « Italo Svevo, perdant magnifique », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 16 juin 2019)
  20. « Leurs office et leurs garde-manger. Je voudrais bien les voir faire le grand jeûne de Yom Kippour. Petits pains du Vendredi saint. » (chapitre Les Lestrygons)
  21. « Mais ça ne sert à rien, il dit. La force, la haine, l'histoire, tout ça. C'est pas une vie pour des hommes et des femmes, les insultes, la haine. Tout le monde sait bien que c'est tout le contraire de ça la vraie vie », chapitre Le Cyclope
  22. Hermetet 2011

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  •  
    Portrait d'Italo Svevo, marqueur à plume polychrome sur papier, 2014
    Ardolino Francesco, Druet Anne-Cécile, « La psychanalyse racontée par Italo Svevo », Savoirs et clinique, 2005/1 (no 6), p. 75-80.
  • J. Bonnet dir, Italo Svevo et Trieste, Centre Georges-Pompidou, Paris, 1987.
  • (it) G. Borghello, La coscienza borghese. Saggio sulla narrativa di I.Svevo, Rome, 1977.
  • Philippe Chardin, L'amour dans la haine ou la jalousie dans la littérature moderne : Dostoïevski, James, Svevo, Proust, Musil, Genève, Droz, 1990 et Le Roman de la conscience malheureuse, Genève, Droz, 1983.
  • B. Crémieux, Italo Svevo, in Solaria, mars-avril 1929.
  • Mario Fusco, Italo Svevo, conscience et réalité, Gallimard, 1973.
  • Anne-Rachel Hermetet, « Italo Svevo et la conscience moderne "Et pourquoi vouloir soigner notre maladie?" », Etudes, no 415,‎
  • N. Jonard, Italo Svevo et la crise de la bourgeoisie européenne, Publication Université de Dijon, Paris, 1969.
  • J. Mariani, L'affaire Zeno à travers le XXe siècle italien, université de Vincennes, 1976.
  • J. Pouillon, La conscience de Zeno, roman d'une psychanalyse, in Les Temps modernes, octobre 1954.
  • Livia Veneziani Svevo, Vita di mio marito, 2e éd., Trieste, Edizionidello Zibaldone, 1958.
  • Gilles Sicart, « Italo Svevo ou l'ironie du désespoir » in Le Uhlan (lire en ligne).
  • Maurizio Serra, Italo Svevo ou l'antivie, Éditions Grasset, , 390 p.

Adaptations cinématographiquesModifier

Liens internesModifier

Liens externesModifier