George du Maurier

romancier et illustrateur britannique

George Louis Palmella Busson du Maurier, né le à Paris et mort le à Hampstead (Londres, Royaume-Uni), est un écrivain et illustrateur britannique, né français. Il a notamment écrit les romans Peter Ibbetson et Trilby (ce dernier fait apparaître le personnage de Svengali).

George de marseilld
George Louis Palmella Busson Du Maurier by George Louis Palmella Busson Du Maurier.jpg
Autoportrait.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
St John-at-Hampstead (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
George du MaurierVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Lieu de travail
Père
Louis-Mathurin Busson Du Maurier (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Ellen Clarke (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Emma Wightwick (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Gerald du Maurier
Sylvia Llewelyn Davies
Guy du Maurier (en)
Beatrix du Maurier (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

 
True Humility de George du Maurier.
Dessin paru dans Punch en novembre 1895.

Fils de Louis-Mathurin Busson du Maurier et d'Ellen Jocelyn Clarke, fille de Mary Anne Clarke, courtisane de la Régence, il croyait que son grand-père était un aristocrate qui avait émigré en Angleterre en 1789, fuyant la France révolutionnaire en abandonnant de vastes domaines en France. En réalité, Mathurin Busson, né à Coudrecieux (Sarthe), souffleur de verre de son état, et spéculateur amateur, avait dû s’enfuir pour échapper à des accusations de fraude[1],[2]. En 1802, après avoir ajouté « du Maurier » à son nom de famille, il était retourné en France où il avait abandonné femme et enfants[3]. Le Maurier était le nom du lieu-dit situé près du Château de Chérigny à Chenu (Sarthe) dans lequel se trouvait une verrerie, où Mathurin et son épouse Madeleine Labbé s'étaient installés après leur mariage[1].

Après avoir étudié les beaux-arts à Paris dans l'atelier de Charles Gleyre, qu'il décrit dans son roman Trilby[4], George part pour Anvers, où il perd l'usage de l’œil gauche[5], ce qui l'oblige à renoncer à sa vocation de peintre. Alors qu'il se trouve à Düsseldorf pour consulter un ophtalmologue, il rencontre Emma Wightwick, qu'il épouse peu après à Londres en 1863[6]. Devenu collaborateur du magazine satirique Punch en 1865, il y dessine deux caricatures par semaine. Sa plus célèbre caricature, intitulée True Humility (« La vraie humilité »), est à l'origine d'une expression devenue proverbiale en anglais, « It's like the curate's egg » (« C'est comme l'œuf de vicaire »), qui peut se traduire par « Il y a du bon et du mauvais. » C'est l'histoire d'un vicaire invité à prendre son petit déjeuner chez l'évêque, lequel s'écrie soudain : « Oh, mais on vous a donné un œuf pourri ! » Ce à quoi le vicaire répond : « Mais pas du tout ! Certaines parties sont très bonnes[7]. »

En 1878, croyant illustrer une nouvelle invention d'Edison, le téléphonoscope (une invention littéraire qui est l'ancêtre de la télévision et de la visiophonie), George du Maurier représente l'image futuriste et visionnaire d'un couple de parents qui, assis dans le salon de leur domicile londonien, regardent leur fille jouer au tennis à l'autre bout de la Terre et dialoguent avec elle[8].

Sa vue se détériorant, George du Maurier est contraint de quitter Punch en 1891. Il s'installe à Hampstead (Londres) où, encouragé notamment par Henry James, il se met à écrire.

Il meurt peu après, en 1896. Il est inhumé au cimetière Saint-John (en) de la paroisse de Hampstead.

George du Maurier est très présent, en tant que son meilleur ami, dans le roman de David Lodge consacré à Henry James, Author, Author.

George du Maurier est le père de l'acteur Gerald du Maurier et le grand-père de Daphne du Maurier ainsi que des fils de Sylvia Llewelyn Davies, qui inspirèrent le roman Peter Pan de J. M. Barrie.

ŒuvreModifier

 
Portrait de George du Maurier par Leslie Ward.

George du Maurier est l'auteur de trois romans, illustrés par ses soins, qui mêlent le réel au merveilleux :

  • 1891 : Peter Ibbetson (publié en France en 1944 aux éditions du Globe, traduction Lucienne ESCOUBE, réédition 2005 L'Or des fous, éditeur,notice n° : FRBNF40095299,puis en 1946 chez Gallimard, traduit par Raymond QUENEAU)[9]
  • 1894 : Trilby (publié en France en 1985)[10]
    Trilby, raconte l'histoire d'une modèle pour artistes très pauvre, qui, sous l'influence hypnotique de Svengali, un musicien génial et maléfique, entre en transe et devient momentanément une chanteuse de talent. Le roman connut un succès tel qu'il donna son nom à divers produits, en particulier à un chapeau, le « trilby », inventé à l'occasion d'une adaptation du roman pour la scène. L'intrigue de Trilby inspira en partie Le Fantôme de l'Opéra de Gaston Leroux. Il y caricature également, sous les traits de Joe Sibley, son ancien ami peintre Whistler, qui menaça de lui faire un procès[11].

Adaptation cinématographiqueModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b « De Madeleine Labbé (St Christophe 1725-1795) à Daphné du Maurier (Londres 1907-1989) », sur saint-christophe-sur-le-naiss jimdo page! (consulté le 10 février 2019)
  2. Sa petite-fille Daphne du Maurier a évoqué cette histoire dans son roman Les Souffleurs de verre, paru en 1963.
  3. Nina Auerbach 2002, p. 30.
  4. Philippe Lanthony, Les yeux des peintres, Lausanne/Paris, L'Âge d'homme, coll. « Hypothèses », , 165 p. (ISBN 2-8251-1310-7, lire en ligne), p. 122.
  5. Il a rapporté cet épisode de sa vie en détail dans son roman Le Martien.
  6. Philippe Lanthony 2009, p. 206.
  7. Kieran Egan 2004, p. 22.
  8. Marie Lechner, « Le vidéophone a raccroché », Libération,‎ (lire en ligne).
  9. (notice BnF no FRBNF32056485)
  10. (notice BnF no FRBNF34867730)
  11. Fales Library 1995, p. 46.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :