Vol ValuJet 592

Vol ValuJet 592
Photo du côté gauche d'un avion de ligne aux couleurs blanches à l'avant et bleues à l'arrière, roulant sur un aéroport. Les deux moteurs sont situés à l'arrière et un dessin enfantin d'un avion, souriant et levant les ailes en guise de bras, est présent sur l'avant du fuselage.
Le Douglas DC-9 impliqué dans l'accident (N904VJ), ici photographié à l'aéroport international de Washington-Dulles un an avant la catastrophe.
Caractéristiques de l'accident
Date
TypeIncendie à bord, perte de contrôle
CausesTransport de marchandises dangereuses, non-respect d'emballage de générateurs chimiques d'oxygène
SiteEverglades, comté de Miami-Dade, Floride, États-Unis
Coordonnées 25° 54′ 47″ nord, 80° 34′ 41″ ouest
Caractéristiques de l'appareil
Type d'appareilDouglas DC-9
CompagnieValuJet Airlines
No  d'identificationN904VJ
Lieu d'origineAéroport international de Miami, Floride, États-Unis
Lieu de destinationAéroport international Hartsfield-Jackson d'Atlanta, Géorgie, États-Unis
Passagers105
Équipage5
Morts110 (tous)
Survivants0
Géolocalisation sur la carte : États-Unis
(Voir situation sur carte : États-Unis)
Vol ValuJet 592

Le , le Douglas DC-9 effectuant le vol ValuJet 592 entre l'aéroport international de Miami en Floride et l'aéroport international Hartsfield-Jackson d'Atlanta en Géorgie s'écrase dans les Everglades environ dix minutes après avoir décollé de Miami, tuant les 110 personnes à bord.

L'enquête du Conseil national de la sécurité des transports américain (NTSB) révèle qu'un incendie dans la soute cargo, située juste en dessous de la cabine passagers, est à l'origine de l'accident. Des générateurs chimiques d'oxygène, pourtant interdits dans les avions commerciaux, ont pris feu et entretenu des flammes dans la soute, supposée hermétique. L'incendie s'est ensuite propagé au reste de l'avion, détruisant les systèmes électriques et de commandes de vol, le rendant hors de contrôle pour les pilotes. La responsabilité de l'accident est partagée entre SabreTech, un sous-traitant chargé de la maintenance, qui n'a pas correctement stocké, emballé et manipulé des matières dangereuses, la compagnie aérienne ValuJet Airlines et la Federal Aviation Administration (FAA) pour son manque de surveillance.

Avant l'accident, la compagnie aérienne dispose déjà d'un mauvais dossier de sécurité et l'évènement attire davantage l'attention sur les problèmes de cette dernière. En outre, ses avions sont cloués au sol pendant plusieurs mois après l'accident. Lorsque les opérations reprennent, ValuJet enregistre une baisse importante du nombre de ses passagers. Afin de faire oublier une image de marque ternie, les dirigeants choisissent de renommer les opérations de l'entreprise au profit d'AirTran Airways, compagnie acquise par ValuJet un an après l'accident.

ContexteModifier

Secteur aérienModifier

Jusqu'à la fin des années 1970, le transport aérien aux États-Unis est largement réglementé par le gouvernement fédéral, qui décide notamment des routes, des prix et des compagnies aériennes autorisées à entrer sur le marché[1]. En , le président Jimmy Carter signe le Airline Deregulation Act, autorisant les compagnies aériennes à prendre toutes les décisions concernant les routes, leur fréquence et les tarifs appliqués[1]. Cette déréglementation, signifiant une nouvelle liberté des prix, marque également le début de l'entrée de nouveaux acteurs dans le secteur du transport aérien américain[1]. Seule la sécurité aérienne reste contrôlée par une agence gouvernementale, la Federal Aviation Administration (FAA)[2].

Ainsi, dans les années 1980, la concurrence s'accroît largement, faisant mécaniquement chuter les prix et rendant accessible les voyages en avion pour des catégories de populations qui ne pouvaient pas se le permettre auparavant[1]. Une première vague de compagnies aériennes à bas prix fleurissent au début des années 1980 à l'instar de America West Airlines, Midwest Airlines, New York Air ou encore PEOPLExpress[3]. Au milieu des années 1990, une nouvelle vague voit le jour avec des compagnies telles que Frontier Airlines ou ValuJet Airlines[3].

Compagnie aérienneModifier

La compagnie aérienne ValuJet Airlines est fondée en 1992 et commence ses opérations en [4],[5]. Dès l'année suivante, elle connaît une ascension fulgurante et devient la compagnie aérienne ayant connu l'une des plus rapides rentabilités de l'histoire de l'aviation américaine[6]. En , elle passe une commande pour cinquante McDonnell Douglas MD-95 (renommé par la suite Boeing 717), devenant la compagnie de lancement de l'appareil[7].

 
Un Douglas DC-9 de ValuJet Airlines, ici photographié à l'aéroport international de Fort Lauderdale-Hollywood en . L'image de marque de la compagnie se basait sur l'abordabilité de ses voyages, prenant pour slogan : « Des tarifs bas tous les jours, partout où nous volons[C 1] »[8],[9].

Nombre des mesures prises pour maintenir les tarifs bas étaient très agressives, même par rapport aux normes des compagnies aériennes à bas prix[6]. Ainsi, la plupart de ses avions sont achetés d'occasions auprès d'autres compagnies partout dans le monde, un minimum de formation est dispensée aux salariés et certains services comme l'entretien des avions sont délégués à des sous-traitants, qui eux-mêmes délèguent certaines tâches à d'autres entreprises[10],[6]. À l'époque, la flotte de ValuJet se trouve parmi les plus anciennes aux États-Unis, avec une moyenne d'âge d'environ vingt-six ans[11].

Ainsi, la société connaît rapidement une réputation laxiste au niveau de sa sécurité[12],[13]. Dès 1994, des préoccupations grandissent au sein de la Federal Aviation Administration (FAA) sur les problèmes de la compagnie, même si cette dernière reste toujours considérée comme en conformité avec les réglementations fédérales[14],[15],[16]. Après 1994, les problèmes s'aggravent avec notamment 114 atterrissages d'urgence recensés entre 1995 et , dont la moitié dans ces cinq premiers mois de l'année[17]. À cette époque, le taux d'accidents de ValuJet était non seulement l'un des plus élevés du secteur à bas prix, mais il était près de quatorze fois supérieur[N 1] à celui des grandes compagnies aériennes américaines[12],[18],[17].

Avion et équipageModifier

L'avion impliqué est un Douglas DC-9-32 âgé de vingt-sept ans, numéro de série 47377 et immatriculé N904VJ[19],[NTSB 1]. Il effectue son premier vol en avant d'être livré à Delta Air Lines en juillet de la même année, sous l'immatriculation N1281L[19]. La compagnie l'utilise jusqu'en 1992 avant de le revendre à McDonnell Douglas, qui le vend à son tour à ValuJet Airlines l'année suivante[19],[NTSB 1]. Au moment de l'accident, il cumule plus de 68 400 heures de vol[NTSB 1],[20].

Au cours des deux années précédentes, l'avion subit une série d'incidents dont deux décollages interrompus et huit atterrissages d'urgence[21]. Des problèmes de moteur et de pressurisation sont les causes principales dans plusieurs de ces incidents[21]. De plus, au cours de l'année 1995, la FAA publie une directive afin de recâbler les cockpits de Douglas DC-9 en raison d'un risque de déclenchement d'un « incendie et d'une fumée incontrôlée dans tout le poste de pilotage à la suite de frottements et de courts-circuits dans les faisceaux de câbles électriques[22] »[21].

L'équipage du poste de pilotage est composé du commandant de bord Candalyn Kubeck, âgée de trente-cinq ans et cumulant 8 928 heures de vol, dont 2 116 à bord du DC-9[NTSB 2], et de l'officier pilote de ligne Richard Hazen, âgé de cinquante-deux ans et comptant plus de 11 800 heures de vol à son actif, dont 2 148 heures sur DC-9[NTSB 3]. De plus, le personnel navigant commercial (PNC) est composé de trois agents de bord[NTSB 4].

Déroulement du volModifier

Départ et premiers signes de fuméeModifier

Le vol ValuJet 592 est une liaison aérienne prévue reliant l'aéroport international de Miami en Floride, aux États-Unis, à l'aéroport international Hartsfield-Jackson d'Atlanta en Géorgie, avec un temps de vol d'environ une heure et trente minutes[NTSB 5]. Dans l'après-midi du , le Douglas DC-9 effectuant la route transporte 105 passagers, ainsi qu'un équipage de deux pilotes et trois agents de bord, portant à cent-dix le nombre total de personnes à bord[NTSB 6]. L'avion quitte la porte d'embarquement vers 13 h 40 heure avancée de l'est et commence son roulage vers la piste quelques minutes plus tard[NTSB 7]. À 14 h 4, le DC-9 décolle de la piste 9L après un retard d'une heure et quatre minutes en raison de problèmes mécaniques sur le vol précédent[NTSB 8]. Trois minutes plus tard, le contrôleur aérien demande à l'équipage de monter à 16 000 pieds (4 880 mètres)[NTSB 7].

À 14 h 10, alors que l'avion vole aux alentours de 10 650 pieds (3 250 mètres) au-dessus du niveau de la mer à une vitesse de 260 nœuds (480 km/h), les pilotes entendent un bruit sourd et remarquent que les systèmes de l'avion perdent de la puissance électrique[NTSB 7]. La commandant de bord déclare alors : « Qu'est-ce que c'était ? », ce à quoi le copilote répond : « Je ne sais pas »[NTSB 9]. Quelques secondes plus tard, un agent de bord entre dans le cockpit et informe les pilotes d'un incendie dans la cabine passagers. Les cris des passagers « feu, feu, feu » ont été enregistrés sur l'enregistreur phonique du poste de pilotage (CVR, cockpit voice recorder) lorsque la porte a été ouverte[NTSB 10], bien que le manuel de formation du personnel navigant commercial (PNC) de ValuJet impose de garder fermée la porte du poste de pilotage lorsque de la fumée ou d'autres gaz nocifs peuvent être présents dans la cabine. Cependant, l'interphone n'étant plus fonctionnel[23], il était difficile d'informer les pilotes de la situation. L'enregistreur de données de vol (FDR, flight data recorder) a indiqué une défaillance progressive des systèmes électriques et de commandes de vol du DC-9 en raison de la propagation de l'incendie[NTSB 11].

Kubeck et Hazen ont immédiatement demandé au contrôle de la circulation aérienne un retour sur Miami en raison de l'augmentation de la fumée dans le cockpit et dans la cabine, et ont reçu des instructions pour un retour à l'aéroport[NTSB 12]. Une minute plus tard, Hazen demande quel est l'aéroport disponible le plus proche[NTSB 13]. Kubeck a commencé à faire virer l'avion à gauche en vue du retour sur Miami.

Disparition des radarsModifier

Le vol 592 disparaît des radars à 14 h 13 min 42 s, heure exacte à laquelle il s'est écrasé[NTSB 13]. Des témoins oculaires ont vu l'avion s'incliner brusquement, pencher sur le côté et plonger dans la zone de gestion de la faune Francis S. Taylor dans les Everglades[NTSB 14], à quelques kilomètres à l'ouest de Miami, à une vitesse supérieure à 816 km/h. Personne n'a survécu à l'accident[24],[25],[26],[27]. De plus, le lieu de l'accident a rendu la récupération de l'avion et des victimes extrêmement difficile. La route la plus proche se trouvait à plus de 400 mètres du lieu du crash, et l'emplacement de l'accident lui-même était un marécage en eau profonde avec un sol en calcaire solide. L'avion a été détruit à l'impact, sans laisser de gros morceaux de fuselage[28]. Les cladium, la présence d'alligators et le risque d'infection bactérienne résultant des coupures ont tourmenté les chercheurs impliqués dans l'effort de récupération[29],[30].

Selon le rapport du NTSB, deux témoins pêchant à proximité ont déclaré « avoir vu un avion volant à basse altitude avec une inclinaison importante »[NTSB 14]. Selon ces témoins, à mesure que l'inclinaison augmentait, le nez de l'avion a chuté et a continué de descendre. L'avion a heurté le sol dans une position presque verticale[NTSB 14]. Plusieurs passagers d'un petit avion privé ont également été témoins de l'accident et ont fourni un compte rendu presque identique, déclarant que le vol 592 semblait « disparaître » après avoir heurté le marais et qu'ils ne pouvaient rien voir, mais que de petits débris épars, une partie d'un moteur et une grande mare de kérosène flottaient près du lieu de l'accident[NTSB 14].

VictimesModifier

 
Carte de la trajectoire de vol et du site de l'accident.

La récupération des victimes prend plusieurs semaines, et peu de restes humains intacts sont retrouvés en raison de la violence de l'impact, de l'immersion dans l'eau des marais et de la faune qui a pu prélever certains restes humains[31],[32]. Environ 68 des 110 personnes à bord de l'avion sont identifiées, dans certains cas par l'examen des mâchoires[33]. Il a été prouvé qu'un lambeau de chair appartenait au copilote Hazen, mais les restes du commandant Kubeck n'ont jamais été retrouvés. En raison des facteurs mentionnés précédemment, il n'a pas été possible d'effectuer des tests de toxicologie sur les passagers et l'équipage pour déterminer leur niveau d'exposition aux fumées provenant de l'incendie[34].

EnquêteModifier

Incidents similairesModifier

En , un Douglas DC-10 de ATA Airlines entretenu à l'aéroport international O'Hare de Chicago avait été détruit au sol par un incendie provoqué par des générateurs chimiques d'oxygène[35]. En , huit ans avant l'accident de ValuJet, le McDonnell Douglas MD-80 du vol 132 d'American Airlines a connu un incident similaire : un incendie, causé par des matières dangereuses (principalement du peroxyde d'hydrogène), s'est déclaré dans la soute pendant que l'avion était en vol, mais dans ce cas, l'équipage a atterri en toute sécurité[36].

Après l'incident du vol 132, le conseil national de la sécurité des transports américain (NTSB) a recommandé à la Federal Aviation Administration (FAA) que toutes les soutes cargo de classe D (non accessibles par un membre de l'équipage en vol)[37],[38] soient dotées de détecteurs de fumée et de systèmes d'extinction d'incendie[36],[39].

CausesModifier

 
Le NTSB a procédé à une reconstruction tridimensionnelle du compartiment de chargement. Tous les débris récupérés et identifiés comme provenant de la soute avant ont été assemblés à taille réelle.

Au terme d'une enquête de quinze mois, le NTSB détermine que l'incendie qui a causé l'accident du vol 592 s'est développé dans la soute à cargo située sous la cabine passagers[NTSB 15],[40],[41]. La soute était de classe D, dans laquelle la protection contre les incendies est réalisée en isolant la soute de l'air extérieur[42]. Tout incendie dans un tel compartiment étanche à l'air épuiserait rapidement tous les oxydants disponibles et finirait ensuite par s'étouffer. L'extinction des incendies pouvant être effectuée sans aucune intervention de l'équipage, ces soutes n'étaient pas équipées de détecteurs de fumée.

 
Un générateur chimique d'oxygène, vue en coupe (anglais).

Cependant, le NTSB a rapidement déterminé que juste avant le décollage, 144 générateurs chimiques d'oxygène périmés avaient été placés dans la soute dans cinq boîtes marquées COMAT (Company Materials - matériel de l'entreprise)[NTSB 16] par SabreTech, l'entrepreneur de maintenance de ValuJet, en violation des règlements de la FAA interdisant le transport de matières dangereuses dans les soutes de fret des avions de passagers[43],[44],[45].

 
Photographie du NTSB d'un générateur chimique d'oxygène récupéré (à droite) avec un générateur neuf (à gauche).

Le fait de ne pas couvrir les percuteurs des générateurs avec les capuchons de sécurité prescrits rendait une activation accidentelle beaucoup plus probable. L'enquête a révélé que plutôt que de les recouvrir, les cordons attachés aux percuteurs étaient simplement coupés ou recouverts de ruban adhésif et du scotch était également utilisé pour coller les extrémités[42]. Les employés de SabreTech ont indiqué sur le manifeste de cargaison que les « boîtes oxy », qui étaient emballées dans des boîtes et simplement scellées avec du ruban et du papier bulle, étaient « vides »[NTSB 7]. Les travailleurs de ValuJet ont ensuite chargé les caisses dans la soute, croyant à tort que les appareils qu'ils contenaient n'étaient que des bidons vides, donc « sûrs » et pouvant ainsi être transportés à bord d'un avion de passagers, alors qu'en fait il ne s'agissait pas de simples bidons à oxygène, et que la grande majorité d'entre eux n'était pas vide[NTSB 17],[46].

 
Schéma (en anglais) d'un générateur chimique d'oxygène, se trouvant au-dessus des passagers à bord des avions, et qui produit, grâce à une réaction chimique, de l'oxygène mais provoque également une chaleur intense. Lorsqu'il est placé dans le compartiment au-dessus des passagers, un bouclier anti-chaleur (heat shield) protège les alentours de cette dernière.

Les générateurs chimiques d'oxygène, lorsqu'ils sont activés, produisent de l'oxygène pour les passagers si l'avion subit une décompression. Cependant, ils produisent également une grande quantité de chaleur en raison de la nature exothermique de la réaction chimique impliquée. Par conséquent, non seulement la chaleur et l'oxygène générés pouvaient causer un départ de feu, mais l'oxygène pouvait également entretenir l'incendie[47]. Ce dernier a été aggravé par la présence de deux pneus d'avions principaux, d'un pneu avant et d'une roue qui figuraient également dans la liste des matériaux expédiés[NTSB 7]. La diminution de l'énergie électrique et le coup entendu par les pilotes ont finalement été déterminés comme étant le résultat de l'explosion d'un pneu dans la soute.

Les enquêteurs ont déterminé que l'avion a probablement subi une légère secousse pendant le chargement de la cargaison, le roulage ou le décollage et que l'un des générateurs d'oxygène s'est déclenché. Au cours du roulage et du décollage, le générateur activé est devenu de plus en plus chaud. Les boîtes et les emballages environnants se sont ensuite enflammés, provoquant un incendie[48].

L'examen des débris a suggéré que l'incendie avait consumé les panneaux de plancher de la cabine, entraînant une défaillance structurelle et des dommages aux câbles des commandes de vol de l'appareil et les deux pilotes n'avaient donc aucune chance de poser l'avion au sol en toute sécurité[NTSB 18]. Le rapport du NTSB sur l'accident indique que « le Bureau ne peut exclure la possibilité que les deux pilotes aient été frappés d'incapacité par la fumée ou la chaleur dans le cockpit pendant les sept dernières secondes du vol »[NTSB 18].

 
L'enregistreur de données de vol (FDR) récupéré de l'avion.

Les tests en laboratoire ont montré que des générateurs du même type pouvaient échauffer les matériaux voisins jusqu'à 260 °C. L'oxygène des générateurs a alimenté l'incendie dans la soute sans besoin d'air extérieur, rendant sans effet sa conception hermétique[49]. Dans le test effectué par la FAA, dans lequel des générateurs d'oxygène similaires étaient placés dans un laboratoire, aux côtés de boîtes en carton et de bagages, la température du brasier a atteint plus de 1 700 °C au bout de seulement quelques minutes[50],[51].

Un bruit et une secousse entendus sur l'enregistreur phonique et corrélés à un pic bref mais important sur l'altimètre dans l'enregistrement des données de vol ont été attribués au changement soudain de pression de la cabine provoqué par l'explosion d'une des roues de la soute à cause de la chaleur[NTSB 19]. Les enquêteurs ont également déterminé que dans ce processus, l'incendie a commencé à détruire les câbles des commandes de vol qui courraient à l'arrière de l'avion[NTSB 18], expliquant la perte de contrôle avant que l'avion ne s'écrase[52],[53].

Débris du vol 592 récupérés et entreposés dans un hangar pour identification.

Lors du vol, le fonctionnement de l'enregistreur phonique a été interrompu à deux reprises, dont une fois pendant 1 minute et 12 secondes[NTSB 20]. L'avion a percuté l'eau à 14 h 13 min 42 s[NTSB 13], environ 10 minutes après le décollage[54]. Le site d'impact était situé à l'extrémité ouest de la zone de conservation des eaux de la Floride 3B (en), entre deux digues, dans une zone connue sous le nom de « L-67 Pocket »[55].

À la suite de l'accident et de la publication de son rapport final, le NTSB a émis 33 recommandations de sécurité[NTSB 21],[20]. La plupart de ces recommandations portaient sur l'interdiction du transport des générateurs chimiques d'oxygène à bord des avions passagers et cargos lorsque ces derniers ont passé leur date d'expiration ou lorsque le noyau chimique n'a pas encore été épuisé (A-96-27 et -29)[20], sur « l'accélération de la réglementation afin d'exiger des systèmes de détection de fumée et d'extinction d'incendie pour tous les compartiments de soute de classe D » (A-97-56)[20], sur la formation des équipages afin d'apporter « des conseils aux pilotes des transporteurs aériens sur la nécessité de porter des masques à oxygène et des lunettes de protection contre la fumée dès la première indication d'une éventuelle urgence en cas de fumée ou d'incendie en vol » (A-97-58, -59 et -60)[20], ainsi que d'autres recommandations sur la maintenance, l'emballage et le transport de marchandises dangereuses à bord des avions[20]. La Federal Aviation Administration (FAA), qui est chargée de faire appliquer ou non les recommandations émises par le NTSB, a qualifié 26 recommandations comme « acceptables » et trois comme « inacceptables », quatre autres ayant été acceptées après révision, ce qui donne près de 91 % des recommandations émises finalement acceptées[20].

CulpabilitéModifier

Le rapport du NTSB attribue la responsabilité de l'accident à trois parties :

  • SabreTech, pour l'emballage et le stockage incorrects de matières dangereuses[56],[57],
  • ValuJet, pour ne pas avoir supervisé SabreTech[58],[59],
  • La FAA, pour ne pas avoir rendu obligatoires les systèmes de détection de fumée et d'extinction des incendies dans les soutes à marchandises comme recommandé en après un incident similaire[60],[14],[61],[62].

En , un grand jury fédéral inculpe SabreTech pour avoir incorrectement manipulé des matières dangereuses et ne pas avoir formé ses employés à la bonne manipulation de ces matières et à de fausses déclarations[63],[64]. Le superviseur de la maintenance de SabreTech, Daniel Gonzalez, et deux mécaniciens qui travaillaient dans l'avion, Eugene Florence et Mauro Valenzuela, ont été accusés de complot et de fausses déclarations[57]. Deux ans plus tard, après avoir été reconnu coupable de mauvaise manipulation de matières dangereuses et de frais de formation inappropriés, SabreTech a été condamné à une amende de deux millions de dollars et à payer neuf millions de dollars en indemnités[65]. Gonzalez et Florence ont été acquittés de toutes les charges, tandis que Valenzuela n'a pas comparu et a été condamné par contumace pour outrage à magistrat[66]. En 2021, Valenzuela est toujours un fugitif et le FBI offre une récompense de 10 000 $ pour des informations sur sa localisation[67],[68],[69],[70].

 
Les noms des victimes sur le mémorial dédié à l'accident.

ValuJet a été cloué au sol par la FAA le [71],[72] et a été autorisé à reprendre les vols fin septembre[73], mais ne s'est jamais remis de l'accident[74],[75],[76]. En , la société a acquis AirTran Airways[77]. Bien que ValuJet ait été le survivant nominal, les dirigeants de ValuJet pensaient qu'un nouveau nom était important pour regagner du trafic passagers[75],[78]. En , AirTran n'a fait aucune annonce majeure sur le 10e anniversaire de l'accident par respect pour les familles des victimes[79]. En , AirTran a été achetée par la compagnie aérienne Southwest Airlines[80].

De nombreuses familles des victimes du vol 592 ont été scandalisées que ValuJet n'ait pas été poursuivi, compte tenu du mauvais dossier de sécurité de la compagnie aérienne[81],[82],[83]. Le taux d'incidents de ValuJet était non seulement l'un des plus élevés du secteur à bas prix[84],[85], mais également 14 fois plus élevé que celui des anciennes compagnies aériennes[86],[59]. À la suite de l'accident, une note de service interne de la FAA a fait surface demandant si ValuJet aurait dû être autorisé à continuer ses opérations[87],[88],[89]. Les familles des victimes soulignent également les déclarations faites par les responsables de ValuJet immédiatement après l'accident, qui ont amené beaucoup de gens à croire que ValuJet savait que les générateurs, qui avaient été retirés de deux autres avions de la compagnie, étaient dans l'avion et qu'elle avait ordonné de les retourner à son siège d'Atlanta plutôt que de les détruire correctement à Miami[90],[91].

Dans un article pour le magazine L'Express en intitulé « les 110 victimes de la déréglementation », le journaliste Philippe Coste écrit : « C'était une affaire, et pas encore un scandale. Le 11 mai dernier, les 110 passagers du vol Valujet 592 s'offraient les meilleurs tarifs des États-Unis. Ils consacraient aussi, contre le diktat des grandes compagnies aériennes, l'irrésistible succès d'un fier concurrent, couvé par les autorités comme un bienfaiteur public. Jusqu'à l'absurde. Jusqu'à son crash, ce jour-là, dans les marais de Floride. [...]. Juste après le drame, les directeurs de la FAA - l'administration chargée de la réglementation du transport aérien - rassurent la population sur « l'impeccable sécurité des avions de Valujet ». [...]. Valujet, passée de 2 à 51 avions, de 300 à 9 000 vols mensuels en moins de deux ans, multiplie les bavures de maintenance, sans encourir d'autre sanction que les suaves « recommandations » du ministère des Transports et de la FAA, plus préoccupée par la promotion du transport aérien que par son rôle de gardienne de la sécurité. Les passagers du vol 592 auraient aimé le savoir[59]. ».

Conséquences et hommagesModifier

 
Mémorial des victimes du vol ValuJet 592.

Les détecteurs de fumée dans les soutes peuvent alerter les pilotes d'un incendie bien avant que le problème ne se manifeste dans la cabine, et un système d'extinction d'incendie permet de gagner un temps précieux pour faire atterrir l'avion en toute sécurité[92],[93]. En , la FAA a publié des normes révisées exigeant que toutes les soutes à marchandises de classe D soient converties au début de en classes C ou E ; ces types de soutes disposent d'un équipement supplémentaire de détection et d'extinction d'incendie[94].

Après l'accident, ValuJet a cessé d'utiliser 592 comme numéro de vol. À la suite de leur fusion avec AirTran dans laquelle AirTran était la compagnie aérienne survivante[78], le vol 592 a également été retiré des numéros de vol. Le , peu de temps après la fusion complète d'AirTran[80],[95], Southwest Airlines a également retiré l'utilisation du numéro 592 comme identifiant de vol[96],[97].

 
Localisation du site de l'accident et du mémorial aux victimes, distant de 19 kilomètres, dans le parc national des Everglades.
 
Photographie du mémorial de l'accident en .

En , à l'occasion du troisième anniversaire de l'accident, un mémorial dédié aux victimes a été inauguré[98]. Composé de 110 piliers en béton, il est situé juste au nord de Tamiami Trail, à environ 19 kilomètres à l'ouest de Krome Avenue dans le comté de Miami-Dade[98]. Il se situe également à 19 kilomètres au sud-sud-ouest du site de l'accident. Les étudiants de l'American Institute of Architecture ont conçu le mémorial et les entrepreneurs locaux, les maçons et les syndicats l'ont construit gratuitement[99].

L'accident a fait du commandant Candalyn Kubeck la première femme commandant de bord à mourir dans un accident d'avion commercial[100]. En son honneur, la fondation de la National Intercollegiate Flying Association (NIFA), en collaboration avec les familles Chamberlain et Kubeck, a créé le « Candi Chamberlain Kubeck Award »[101]. La bourse de 1 000 $ est remise lors de la conférence annuelle internationale des femmes dans l'aviation (WAI) à la meilleure pilote au niveau national au sein d'une université[101].

Dans un article du Miami Herald du [102], un résident local a déclaré qu'en fouillant dans les herbes hautes, il avait trouvé un pendentif en or partiellement fondu dans la même zone, qui proviendrait peut-être du crash de ValuJet ou de l'accident du vol Eastern Air Lines 401, survenu à environ 5,6 kilomètres du lieu de l'accident de ValuJet[102],[103].

Documentaires télévisésModifier

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « ValuJet Flight 592 » (voir la liste des auteurs).

NotesModifier

  1. Un rapport de la Federal Aviation Administration (FAA) préparé seulement quelques jours avant l'accident du vol 592 estime le bilan de sécurité de ValuJet Airlines parmi les pires sur vingt-deux compagnies aériennes étudiées aux États-Unis. Avec une moyenne de quatre accidents pour 100 000 décollages, elle se positionne loin derrière la moyenne d'autres compagnies à bas prix ou des grandes compagnies aériennes américaines, dont la moyenne s'établit aux environs de 0,3 accident pour 100 000 décollages sur la période 1990-1996[12],[18].

Citations originalesModifier

  1. « Low fares everyday, everywhere we fly[8],[9]. »

RéférencesModifier

Rapport final, National Transportation Safety Board, 1997Modifier

  1. a b et c NTSB 1997, p. 24.
  2. NTSB 1997, p. 21-22.
  3. NTSB 1997, p. 22-23.
  4. NTSB 1997, p. 23-24.
  5. NTSB 1997, p. 1.
  6. NTSB 1997, p. 20.
  7. a b c d et e NTSB 1997, p. 2.
  8. NTSB 1997, p. 1-2.
  9. NTSB 1997, p. 170.
  10. NTSB 1997, p. 171.
  11. NTSB 1997, p. 106.
  12. NTSB 1997, p. 2-3.
  13. a b et c NTSB 1997, p. 3.
  14. a b c et d NTSB 1997, p. 4.
  15. NTSB 1997.
  16. NTSB 1997, p. 89.
  17. NTSB 1997, p. 14.
  18. a b et c NTSB 1997, p. 107.
  19. NTSB 1997, p. 55.
  20. NTSB 1997, p. 174.
  21. NTSB 1997, p. 138-141.

Autres sourcesModifier

  1. a b c et d (en) Sumit Singh, « How The Airline Deregulation Act Shook Up US Aviation » [« Comment la loi sur la déréglementation des compagnies aériennes a bouleversé l'aviation américaine »], sur simpleflying.com, Simple Flying, (consulté le ).
  2. (en) [vidéo] movieman695, Airline Deregulation: The Document That Transformed The Industry sur YouTube, (consulté le ).
  3. a et b (en) Andrew R. Goetz et Timothy M. Vowles, « The Good, the Bad, and the Ugly : 30 Years of US Airline Deregulation » [« Le bon le mauvais et le laid : 30 ans de déréglementation des compagnies aériennes américaines »], Journal of Transport Geography, Elsevier, vol. 17, no 4,‎ , p. 251-263 (ISSN 0966-6923, OCLC 28452206, lire en ligne).
  4. Denis Fainsilber, « La compagnie américaine ValuJet se retrouve sur la sellette », sur lesechos.fr, Les Échos, (consulté le ).
  5. (en) Anthony Faiola, « ValuJet's Survival May Be At Stake » [« La survie de ValuJet pourrait être en jeu »]  , sur washingtonpost.com, The Washington Post, (consulté le ).
  6. a b et c (en) Ralph Vartabedian, Jesus Sanchez, Jennifer Oldham et al., « Questions of Air Safety Buffet ValuJet : Carrier’s Success Story Was Built on Big Savings » [« Questions de sécurité aérienne, ValuJet : la réussite du transporteur repose sur de grosses économies »], sur latimes.com, Los Angeles Times, (consulté le ).
  7. (en) Ramon Lopez et Guy Norris, Flight International, « MD-95 launched with ValuJet order » [« Lancement du MD-95 avec une commande de ValuJet »], sur flightglobal.com, FlightGlobal, (consulté le ).
  8. a et b (en) [vidéo] ValuJet 1995 (Ad) sur YouTube (consulté le ).
  9. a et b Duval 2000, p. 84.
  10. (en) Karen Walker, « ValuJet to reduce maintenance contractors » [« ValuJet va réduire le nombre de sous-traitants pour sa maintenance »], sur FlightGlobal, (consulté le ).
  11. (en) Adam Bryant, « The Crash In The Everglades, The Equipment : Fleet Was Old, but Age Alone Is Not Safety Indicator » [« Crash dans les Everglades, les équipements : La flotte était vieille, mais l'âge seul n'est pas un indicateur de sécurité »]  , sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le ).
  12. a b et c (en) Anthony Faiola et Ira Chinoy, « FAA Ranked ValuJet Among Worst In Safety » [« La FAA a classé ValuJet parmi les pires en matière de sécurité »], sur washingtonpost.com, The Washington Post, (consulté le ).
  13. (en) Asra Nomani et Martha Brannigan, « Oversight of ValuJet Was Lax, Says FAA Chief Administrator » [« La surveillance de ValuJet était laxiste, déclare l'administrateur en chef de la FAA »], sur wsj.com, The Wall Street Journal, (consulté le ).
  14. a et b (en) Adam Bryant, « F.A.A. Chief Admits Mistakes on Valujet » [« Le patron de la FAA admet des erreurs sur ValuJet »], sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le ).
  15. (en) Adam Bryant, « F.A.A. Files Show Early Lapses by Valujet » [« Des dossiers de la FAA montrent des défaillances de longues dates par ValuJet »]  , sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le ).
  16. (en) Susan Candiotti et al., « NTSB official blasts FAA at ValuJet hearing » [« Un responsable du NTSB fustige la FAA à l'audience de ValuJet »], sur edition.cnn.com, CNN, (consulté le ).
  17. a et b (en) Eric Auxier, « Today in Aviation : ValuJet 592, Could It Happen Again? » [« Aujourd'hui dans l'aviation : »], sur airwaysmag.com, Airways Magazine, (consulté le ).
  18. a et b (en) Carl Rochelle, « FAA study raises new questions about ValuJet's safety record » [« Une étude de la FAA soulève de nouvelles questions sur le bilan de sécurité de ValuJet »], sur edition.cnn.com, CNN, (consulté le ).
  19. a b et c (en) Plane Spotters, « N904VJ ValuJet Airlines McDonnell Douglas DC-9-30 », sur planespotters.net (consulté le ).
  20. a b c d e f et g (en) Aviation Safety Network, « Accident description - ValuJet 592 », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  21. a b et c (en) « A Troubling History. Mechanical Problems Dogged ValuJet Planes » (version du 23 novembre 2021 sur l'Internet Archive), sur Sun-Sentinel, .
  22. (en) Federal Aviation Administration, United States Department of Transportation, « Airworthiness Directives : McDonnell Douglas Models DC-9, DC-9-80, and MD-90-30 Series Airplanes, and Model MD-88 Airplanes, and C-9 (Military) Airplanes » [« Consignes de navigabilité : Modèles McDonnell Douglas des séries DC-9, DC-9-80 et MD-90-30, et modèles MD-88 et C-9 (militaires) »] (Dossier n° 95-NM-131-AD), Federal Register, Washington, Office of the Federal Register, vol. 60, no 179,‎ , p. 47900-47903 (lire en ligne).
  23. (en) Robyn Meredith, « Jet Had Problems in Flight Before Crash » [« L'avion avait des problèmes en vol avant le crash »], sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le ).
  24. (en) Robert D. McFadden, « 109 Feared Dead as Jet Crashes in Everglades » [« 109 personnes probablement décédées alors qu'un avion s'écrase dans les Everglades »], sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le ).
  25. (en) Mike Clary et Elizabeth Shogren, « DC-9 Crashes Into Everglades; All 109 Are Feared Dead » [« Un DC-9 s'écrase dans les Everglades ; les 109 personnes à bord seraient mortes »], sur latimes.com, Los Angeles Times, (consulté le ).
  26. (en) Associated Press, « The Crash in the Everglades;Passengers and Crew on ValuJet Flight 592 » [« Accident dans les Everglades ; passagers et équipage du vol ValuJet 592 »], sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le ).
  27. (en) « The Passengers and Crew » (version du 14 juin 2007 sur l'Internet Archive), sur flight592.com.
  28. (en) Associated Press, « Divers Find Hole, More Human Remains, ValuJet DC-9 Wreckage » [« Les plongeurs trouvent un cratère, plus de restes humains et l'épave du DC-9 de ValuJet »], sur latimes.com, Los Angeles Times, (consulté le ).
  29. Agence France-Presse, « Crash en Floride: 109 disparus, les Everglades : pire ennemi des Sauveteurs », sur lesoir.be, Le Soir, (consulté le ).
  30. (en) Mireya Navarro, « Search Called Off for Survivors of Crash in Everglades;Infested Swamp Dashes Hope for Rescue » [« Les recherches annulées pour de potentiels survivants de l'accident dans les Everglades ; les marais infestés anéantissent les espoirs de sauvetage »], sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le ).
  31. (en) Associated Press, « Search ends for victims of ValuJet crash » [« Les recherches se terminent pour les victimes de l'accident de ValuJet »], Observer–Reporter, (consulté le ).
  32. (en) « Complete list of passengers and crew » [« Liste complète des passagers et de l'équipage »], sur edition.cnn.com, CNN, (consulté le ).
  33. (en) Mike Clary, « 8 Victims Identified in ValuJet Everglades Crash » [« 8 victimes identifiées dans l'accident de ValuJet dans les Everglades »], sur latimes.com, Los Angeles Times, (consulté le ).
  34. (en) Allistair Fitzgerald, Air Crash Investigations : Disaster in the Everglades, the Crash of Valujet Airlines Flight 592 [« Enquêtes sur les accidents aériens : Catastrophe dans les Everglades, l'accident du vol ValuJet Airlines 592 »], Lexington (Kentucky), Mabuhay Publishing, , 332 p. (ISBN 978-0-557-23626-8, OCLC 850733196, lire en ligne), p. 61.
  35. (en) Aviation Safety Network, « Accident description - American Trans Air 131 », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  36. a et b (en) Conseil national de la sécurité des transports, « Safety Recommendation A-88-123 » [« Recommandation de sécurité A-88-123 »], sur ntsb.gov, (consulté le ).
  37. (en) « Aircraft Hold Fire Risks » [« Risques d'incendie dans les soutes d'aéronefs »], sur skybrary.aero, SKYbrary (consulté le ).
  38. (en) Groupe multidisciplinaire de l'OACI sur la sécurité du fret, « Cargo Compartment Fire Containment Characteristics » [« Caractéristiques du confinement du feu dans le compartiment de la soute »] [PDF], sur icao.int, Paris, (consulté le ).
  39. (en) Federal Aviation Administration, « Class C and D Cargo Compartment Regulations » [« Règlement sur les compartiments de soutes de classe C et D »] [PDF], sur lessonslearned.faa.gov (consulté le ).
  40. (en) Conseil national de la sécurité des transports, « In-Flight Fire and Impact With Terrain Valujet Airlines Flight 592 DC-9-32, N904VJ » [« Incendie en vol et impact avec le terrain, ValuJet Airlines 592, DC-9-32, N904VJ »], sur ntsb.gov, (consulté le ).
  41. (en) Brent Kallestad, « Did cargo explode? » [« La cargaison a-t-elle explosé ? »], Ocala Star-Banner, (consulté le ).
  42. a et b (en) Matthew L. Wald, « Why Suspect Valujet Cargo Got Aboard » [« Pourquoi des marchandises suspectes sont montées à bord de l'avion de ValuJet ? »], sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le ).
  43. (en) Susan Candiotti, « ValuJet 592 crash to be blamed on oxygen canisters » [« L'accident du ValuJet 592 sera imputé aux générateurs d'oxygène »], sur edition.cnn.com, CNN, (consulté le ).
  44. (en) The Wall Street Journal, « ValuJet Blames Contractor For 1996 Everglades Crash » [« ValuJet blâme un sous-traitant pour l'écrasement dans les Everglades en 1996 »], sur wsj.com, (consulté le ).
  45. (en) Conseil national de la sécurité des transports, « NTSB Cites Maintenance Company, Airline and FAA in Probable Cause of May 1996 ValuJet Crash that Killed All 100 Aboard » [« Le NTSB cite la compagnie de maintenance, la compagnie aérienne et la FAA comme cause probable de l'accident de ValuJet en mai 1996 qui a tué plus de 100 personnes à bord »], sur ntsb.gov, (consulté le ).
  46. (en) Martha Brannigan, « ValuJet Executive Accepts Responsibility for Contractor » [« L'exécutif de ValuJet accepte la responsabilité du sous-traitant »], sur wsj.com, The Wall Street Journal, (consulté le ).
  47. (en) Matthew L. Wald, « Valujet Fire May Have Been Roaring Inferno, Expert Says » [« L'incendie de Valujet pourrait avoir été un enfer rugissant, selon un expert »], sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le ).
  48. (en) Stephen C. Fehr, « ValuJet crash showed deadly dangers of in-flight fires » [« L'accident de ValuJet montre les dangers mortels des incendies en vol »], sur washingtonpost.com, The Washington Post, (consulté le ).
  49. (en) Flight Safety Foundation, « Chemical oxygen generator activates in cargo compartment of DC-9, causes intense fire and results in collision with terrain » [« Des générateurs chimiques d'oxygène s'activent dans la soute d'un DC-9, provoquant un incendie intense et une collision avec le terrain »], Flight Safety Foundation, vol. 54, no 11,‎ (ISSN 1057-5561, lire en ligne [PDF], consulté le ).
  50. (en) Federal Aviation Administration, « Class D Cargo Compartment Fire Test Audio Transcript » [« Transcription audio du test d'incendie du compartiment cargo de classe D »], sur lessonslearned.faa.gov (consulté le ).
  51. (en) Eric Malnic, « Test Fire Video Shown at ValuJet Hearing » [« Vidéo de test du feu présentée à l'audience de ValuJet »], sur latimes.com, Los Angeles Times, (consulté le ).
  52. (en) CNN, « FAA simulates fire aboard ValuJet 592 Everglades crash » [« La FAA simule l'incendie qui a sévi lors du crash du vol ValuJet 592 dans les Everglades »], sur edition.cnn.com, (consulté le ).
  53. (en) Adam Bryant, « Pilots' Words Before Crash Show Calm In Emergency » [« Les derniers mots des pilotes avant le crash montrent du calme dans l'urgence »], sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le ).
  54. (en) The Miami Herald, « The day a plane with 110 people disappeared into the Everglades » [« Le jour où un avion avec 110 personnes a disparu dans les Everglades »], sur miamiherald.com, (consulté le ).
  55. (en) Steve Davis et John C. Ogden, Everglades : The Ecosystem and Its Restoration [« Everglades : son écosystème et sa restauration »], CRC Press, , 860 p. (ISBN 978-0-367-40215-0, OCLC 1124352290, lire en ligne), p. 604.
  56. (en) CNN, « ValuJet: Subcontractor deliberately mislabeled deadly cargo » [« ValuJet : un sous-traitant a délibérément mal étiqueté une cargaison mortelle »], sur edition.cnn.com, (consulté le ).
  57. a et b (en) Mike Clary, « Contractor Charged in Death of 110 on Valujet » [« Le sous-traitant accusé des 110 décès de ValuJet »], sur latimes.com, Los Angeles Times, (consulté le ).
  58. (en) Matthew L. Wald, « Safety Board Faults Airline and F.A.A. in Valujet Crash » [« Le NTSB blâme la compagnie aérienne et la FAA dans l'accident de ValuJet »], sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le ).
  59. a b et c Philippe Coste, « Vol Valujet 592: les 110 victimes de la déréglementation », sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le ).
  60. (en) Deseret News, « Fire alarms could have saved ValuJet Flight 592, report says » [« Des alarmes incendies auraient pu sauver le vol 592 de ValuJet, selon un rapport »], sur deseret.com, (consulté le ).
  61. (en) Federal Aviation Administration, « Lessons Learned : ValuJet Airlines Flight 592, McDonnell Douglas Model DC-9-32, N904VJ » [« Leçons apprises : Vol ValuJet Airlines 592, modèle DC-9-32 de McDonnell Douglas, N904VJ »], sur lessonslearned.faa.gov (consulté le ).
  62. (en) Asra Nomani et Bruce Ingersoll, « ValuJet Crash Revives Debate About FAA's Dual Mission » [« L'accident de ValuJet relance le débat sur la double mission de la FAA »], sur wsj.com, The Wall Street Journal, (consulté le ).
  63. (en) CNN, « SabreTech to close Miami facility » [« SabreTech ferme ses installations à Miami »], sur edition.cnn.com, (consulté le ).
  64. (en) Rick Bragg, « Contractor Found Guilty in Trial on ValuJet Crash » [« Le sous-traitant reconnu coupable lors d'un procès concernant l'accident de ValuJet »], sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le ).
  65. (en) Carrick Mollenkamp, « SabreTech Is Ordered to Pay $11 Million For Role in '96 Crash of ValuJet Plane » [« SabreTech condamné à payer 11 millions de dollars pour son rôle dans l'accident de l'avion de ValuJet en 1996 »], sur wsj.com, The Wall Street Journal, (consulté le ).
  66. (en) Bureau des affaires publiques du département des Transports des États-Unis, « Mechanic in SabreTech Case Indicted for Contempt of Court » (version du 17 septembre 2008 sur l'Internet Archive), sur dot.gov, .
  67. (en) Charles Rabin, « Mechanic on run from ValuJet trial in 1999 still wanted by feds » [« Un mécanicien en fuite après le procès de ValuJet en 1999 toujours recherché par le gouvernement fédéral »], sur miamiherald.com, The Miami Herald, (consulté le ).
  68. (en) CBS News et Associated Press, « ValuJet Flight 592 crash: FBI offers $10,000 for info on fugitive in deadly 1996 crash » [« Accident du vol ValuJet 592 : le FBI offre 10 000 $ pour des informations sur un fugitif dans l'accident meurtrier »], sur cbsnews.com, (consulté le ).
  69. (en) Federal Bureau of Investigation, « Most Wanted : Mauro Ociel Valenzuela-Reyes » [« Criminels les plus recherchés : Mauro Ociel Valenzuela-Reyes »], sur fbi.gov (consulté le ).
  70. (en) John Mcardle, « Indicted in 1996 ValuJet Crash, Airline Mechanic Still on EPA's Most-Wanted List » [« Accusé concernant l'accident de ValuJet en 1996, un mécanicien aéronautique figure toujours sur la liste des personnes les plus recherchées par l'EPA »], sur archive.nytimes.com, (consulté le ).
  71. (en) Matthew L. Wald, « F.A.A. Shuts Down Valujet, Citing 'Serious Deficiencies' » [« La FAA cloue au sol ValuJet, citant de «graves lacunes» »], sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le ).
  72. (en) [vidéo] AP Archive, USA: ValuJet Airlines agree to temporarily halt operations sur YouTube.
  73. (en) Matthew L. Wald, « Valujet, Grounded for Safety Problems, Is Cleared to Fly Again » [« ValuJet, cloué au sol pour des problèmes de sécurité, est autorisé à voler à nouveau »], sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le ).
  74. Les Échos, « L'administration américaine suspend les vols de ValuJet », sur lesechos.fr, (consulté le ).
  75. a et b (en) Bloomberg News, « Valujet Planes Flying Half-Full » [« Les avions de ValuJet ne volent plus qu'à moitié plein »], sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le ).
  76. (en) William Langewiesche, « The Lessons of ValuJet 592 » [« Les leçons du ValuJet 592 »], sur theatlantic.com, The Atlantic, (consulté le ).
  77. (en) Associated Press, « Valujet to Acquire Airtran Airways for $61.8 Million » [« Valujet va acquérir AirTran Airways pour 61,8 millions de dollars »], sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le ).
  78. a et b Le Monde, « VALUJET : La compagnie aérienne américaine est devenue « AirTran Airlines » », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  79. (en) Steve Huettel, « 10 years after tragedy, AirTran flies on » [« 10 ans après la tragédie, AirTran continue de voler »], sur tampabay.com, Tampa Bay Times, (consulté le ).
  80. a et b (en) Jad Mouawad, « Southwest, Determined to Expand, Buys AirTran » [« Southwest, déterminé à se développer, achète AirTran »], sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le ).
  81. (en) Evan Perez, « Many survivors settle lawsuits against ValuJet » [« De nombreux survivants règlent les poursuites contre ValuJet »], sur apnews.com, Associated Press, (consulté le ).
  82. (en) Matthew L. Wald, « F.A.A. Cites Problems With Airline and Oversight » [« La FAA cite des problèmes avec la compagnie aérienne et sa surveillance »], sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le ).
  83. (en) Catherine Wilson, « ValuJet Settlements Revealed » [« Les règlements de ValuJet avec les familles dévoilés »], sur abcnews.go.com, ABC News, (consulté le ).
  84. (en) « The Safety of Low-Cost Airlines » [« La sécurité des compagnies aériennes low-cost »], sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le ).
  85. (en) Adam Bryant, « Small, Low-Fare Airlines Shaken by Valujet Crash » [« Les petites compagnies aériennes à bas prix secouées par le crash de Valujet »], sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le ).
  86. (en) Associated Press, « Government safety teams urged ValuJet probe » [« Les équipes de sécurité du gouvernement ont appelé à une enquête sur ValuJet »], Observer–Reporter, (consulté le ).
  87. (en) Associated Press, « Flight attendants raise ValuJet complaint » [« Les agents de bord relancent les inquiétudes contre ValuJet »], The News, (consulté le ).
  88. (en) Matthew L. Wald, « Ex-Inspector Tells Senators About Suspicions on Valujet » [« Un ancien inspecteur informe les sénateurs des soupçons sur ValuJet »], sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le ).
  89. (en) Neal Lawrence, « Danger in the skies » [« Danger dans le ciel »], sur midtod.com, Midwest Today (consulté le ).
  90. (en) « U.S. attorneys' office ignores critical evidence in the ValuJet crash - ValuJet admitted oxygen generators were to be returned » (version du 13 janvier 2007 sur l'Internet Archive), sur flight592.com, .
  91. (en) Mike Clary, « Airline-Maintenance Firm Convicted of 9 Violations Linked to ValuJet Crash » [« Une entreprise de maintenance de compagnies aériennes reconnue coupable de 9 infractions liées à l'accident de ValuJet »], sur latimes.com, Los Angeles Times, (consulté le ).
  92. (en) Matthew L. Wald, « Airlines to Put Fire Extinguishers in Cargo Holds » [« Les compagnies aériennes vont installer des extincteurs dans les soutes »], sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le ).
  93. (en) Matthew L. Wald, « Safety Panel Urges Evaluation Of How Airlines Handle Cargo » [« Le comité de sécurité demande une évaluation de la façon dont les compagnies aériennes traitent le fret »], sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le ).
  94. (en) Federal Aviation Administration, « Revised Standards for Cargo or Baggage Compartments in Transport Category » [« Normes révisées pour les compartiments de fret ou de bagages dans la catégorie transport »], sur rgl.faa.gov, (consulté le ).
  95. (en) Associated Press, « Southwest Airlines to Buy AirTran for $1.4 Billion » [« Southwest Airlines va acheter AirTran pour 1,4 milliard de dollars »], sur cnbc.com, CNBC, (consulté le ).
  96. (en) Eric Auxier, « 20 Years Later After ValuJet 592, Could it Happen Again? » [« 20 ans après l'accident du vol ValuJet 592, cela pourrait-il se reproduire ? »], sur airwaysmag.com, Airways Magazine, (consulté le ).
  97. (en) Hank Tester, « ValuJet Crash Remembered 15 Years Later » [« Mémoire de l'accident de ValuJet, 15 ans plus tard »], sur nbcmiami.com, NBC 6 South Florida, (consulté le ).
  98. a et b (en) « ValuJet Flight 592 Memorial : Miami, Florida » [« Mémorial du vol ValuJet 592 : Miami, Floride »], sur atlasobscura.com, Atlas Obscura (consulté le ).
  99. (en) « Crash Memorial Moving, Welcome » (version du 22 août 2017 sur l'Internet Archive), sur articles.sun-sentinel.com, Sun-Sentinel, .
  100. (en) B. Drummond Ayres Jr., « The Crash in the Everglades: The Victims : At the Helm, a Pilot Who Lived to Fly » [« Le crash dans les Everglades, les victimes : aux commandes, une pilote qui vivait pour voler »], sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le ).
  101. a et b (en) « Candi Chamberlin Kubeck Award » [« Prix Candi Chamberlin Kubeck »], sur collegescholarships.com (consulté le ).
  102. a et b (en) Chabeli Herrera, « Gold pendant found at site of Everglades plane crashes » [« Un pendentif en or trouvé sur le site de l'accident d'un avion dans les Everglades »], sur miamiherald.com, The Miami Herald, (consulté le ).
  103. (en) Elinor J. Brecher, « Test confirms mystery pendant likely from ValuJet crash » [« Un test confirme que le mystérieux pendentif provient probablement du crash de ValuJet »], sur miamiherald.com, The Miami Herald, (consulté le ).

Voir aussiModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

BibliographieModifier

National Transportation Safety BoardModifier

  • (en) National Transportation Safety Board, Aircraft accident report : In-flight fire and impact with terrain, ValuJet Airlines, flight 592, DC-9-32, N904VJ, Everglades, near Miami, Florida, May 11, 1996 [« Rapport d'enquête aéronautique : Incendie en vol et impact avec le terrain, ValuJet Airlines, vol 592, DC-9-32, N904VJ, Everglades, près de Miami, Floride, 11 mai 1996 »] (rapport no AAR-97/06), Washington, National Transportation Safety Board, , X-257 p. (OCLC 39294264, lire en ligne [PDF]).  

Articles et étudesModifier

  • (en) Cheryl Duval, Richard Robinson et John A. Pearce, « ValuJet: A Strategic Crisis and Response » [« ValuJet : une crise et une réponse stratégiques »], Journal of the International Academy for Case Studies, Cullowhee, Dreamcatchers Group, vol. 6, no 2,‎ , p. 84-100 (ISSN 1078-4950, OCLC 705657491, lire en ligne).  
  • (en) Rick A. Matthews et David Kauzlarich, « The Crash of Valujet Flight 592 : A Case Study in State-Corporate Crime » [« L'accident du vol ValuJet 592 : Étude de cas sur la criminalité des entreprises d'État »], Sociological Focus, vol. 33, no 3,‎ , p. 281–298 (ISSN 0038-0237, DOI 10.1080/00380237.2000.10571171, lire en ligne  ).

VidéosModifier

Lectures complémentairesModifier

  • (en) Aviation Safety Network, « Accident description - ValuJet 592 », sur aviation-safety.net (consulté le ).
  • (en) Cockpit Voice Recorder Database, « CVR transcript - ValuJet Flight 592 » [« Transcription de l'enregistreur phonique - Vol ValuJet 592 »], sur tailstrike.com (consulté le ).
  • (en) Flight Safety Foundation, « Chemical Oxygen Generator Activates in Cargo Compartment of DC-9, Causes Intense Fire and Results in Collision with Terrain » [« Des générateurs chimiques d'oxygène s'activent dans le compartiment cargo d'un DC-9, provoquant un incendie intense et une collision avec le sol »], Accident Prevention, Arlington (Virginie), vol. 54, no 11,‎ (ISSN 1057-5561, OCLC 916474821, lire en ligne [PDF], consulté le ).
  • (en) Allistair Fitzgerald, Air Crash Investigations : Disaster in the Everglades, the Crash of Valujet Airlines Flight 592 [« Enquêtes sur les accidents aériens : Catastrophe dans les Everglades, l'accident du vol ValuJet Airlines 592 »], Lexington (Kentucky), Mabuhay Publishing, , 332 p. (ISBN 978-0-557-23626-8, OCLC 850733196, lire en ligne).

Articles connexesModifier

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 6 juillet 2020 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 6 juillet 2020 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.