Asra Nomani

journaliste américaine
Asra Nomani
Asra Nomani at Women and Terrorism Roundtable.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Bombay
Nationalité
américaine
Formation
Université de Virginie Occidentale, American University
Activité
journaliste, esayiste
Rédactrice à
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Mouvement
Site web

Asra Quratulain Nomani (née en 1965) est une essayiste, journaliste, militante, auteure américaine et ancien professeur de l'Université de Georgetown. Elle est connue pour son militantisme pour une réforme de l'islam et du féminisme, pour avoir fondé et animé un cycle de conférences ayant pour thème La liberté des femmes musulmanes (le Muslim Women's Freedom Tour), pour être l'un des membres fondateurs du Muslim Reform Movement (en) et avoir rédigé l'Islamic Bill of Rights for Women in the Mosque (en) / Charte musulmane des Droits des femmes dans les mosquées.

BiographieModifier

JeunesseModifier

 
Mumbai

Asra Nomani est née à Bombay (aujourd'hui Mumbai) en Inde dans une famille musulmane sunnite. À l'âge de quatre ans, elle déménage aux États-Unis avec son frère aîné, Mustafa et rejoint ses parents à Piscataway (New Jersey). Son père, Zafar Nomani, y était doctorant pour un Ph.D de l'Université Rutgers. Puis, quand elle a dix ans, sa famille s'installe à Morgantown, en Virginie-Occidentale, où son père est devenu Maître assistant en science de la nutrition. Celui-ci (cité sous le nom de M.Z.A Nomani) a publié des études sur les effets du jeûne sur la santé pendant le ramadan et a également aidé à organiser des mosquées dans le New Jersey et en Virginie-Occidentale[1],[2],[3].

FormationModifier

 
Université de Georgetown

Après ses études secondaires à la Morgantown High School (en), Asra Nomani est reçue à la West Virginia University, elle y obtient en 1986 un Bachelor of Arts interdisiciplinaire (Bachelor of Liberal Studies (en)), puis elle est acceptée à l'American University (Washington D.C.) où elle réussit un Master of Arts en communications internationales en 1990[4].

Début dans le journalismeModifier

Dès son adolescence Asra Nomani se fait remarquer pour ses compétences de journaliste en participant à la rédaction du journal de son établissement d'enseignement secondaire, la Morgantown High School, puis comme rédactrice au sein du Daily Athenaeum (en), journal des étudiants de l'Université de Virginie-Occidentale. Pendant ses études elle travaille pour le magazine universitaire Newsweek OnCampus, puis pour l'agence de presse Reuters[1].

Asra Nomani commence sa carrière de journaliste professionnelle comme correspondante du Wall Street Journal et comme rédactrice pour le Washington Post, le New York Times, le Slate, l'American Prospect et le Time. Elle sera également correspondante du webzine Salon.com au Pakistan après les attentats du 11 septembre 2001, et ses travaux ont paru dans de nombreuses publications, notamment People, Sports Illustrated for Women (en), Cosmopolitan et Women's Health (magazine) (en)[5].

Asra Nomani est invitée à donner des conférences au Schuster Institute for Investigative Journalism[6] (école de journalisme d'investigation) de l'Université Brandeis, et y a animé des prières œcuméniques[7]. Elle était une collaboratrice et correspondante du Poynter Institute[8],[9] auprès de l'université Yale.

Le Pearl ProjectModifier

De 2007 à 2011, elle fonde et codirige avec Barbara Feinman Todd le Pearl Project, séminaire à destination des étudiants de la Georgetown University School of Continuing Studies (en) et la Walsh School of Foreign Service (en) de l'Université de Georgetown, ayant pour thème l'enlèvement et le meurtre par décapitation de son ami Daniel Pearl par des islamistes pakistanais, alors qu'il était envoyé par le Wall Street Journal, en 2002, et de façon plus générale, le cas de personnes décédées sur le front du journalisme, les relations entre le monde musulman et la presse. Les différents travaux ont abouti à un rapport remis au Center for Public Integrity en 2011, qui a donné la création du Prix Daniel Pearl[10],[11],[12],[13],[14],[15],[16],[17],[18],[19].

La militante féministeModifier

Ne pouvant plus supporter la condition de la femme sous le régime de l'islam traditionnel, Asra Nomani écrit deux essais militants ayant pour thématique une nécessaire réforme de l'islam qui prendrait en compte les droits de la femme[20] : Standing Alone: An American Woman's Struggle for the Soul of Islam et Tantrika: Traveling the Road of Divine Love, et publie divers articles dans différents journaux et magazines ayant pour objet les droits des femmes, la tolérance, la lutte contre toutes les formes de discrimination (race, couleurs, religions, genre, etc.). Elle lance le cycle de conférences Muslim Women's Freedom Tour, affirmant que Mohammed était un féministe, et participe comme membre fondateur à la création du Muslim Reform Movement (en)[21].

L'année 2005Modifier

Le à New York, Asra Nomani participe à l'organisation d'une prière musulmane dirigée par une femme, événement décrit comme « la première prière mixte de tous les temps jamais dirigée par une femme musulmane depuis 1400 ans ».

Certes, diverses prières mixtes avaient été conduites, mais en privé, comme par exemple une oraison funèbre de 1997 dirigée par une féministe sud-africaine, Shamima Shaikh[22].

En 2015, un groupe d'activistes, de politiciens et d'écrivains musulmans publie une Déclaration des musulmans réformistes (Declaration for Muslim Reform) qui soutient entre autres les droits des femmes, notamment dans son article B-3 : « Nous soutenons l'égalité des droits des femmes, y compris l'égalité des droits en matière d'héritage, de témoignage, de travail et de mobilité, droit des personnes, éducation et emploi. Les hommes et les femmes ont des droits égaux dans les mosquées, les conseils d'administration, les dirigeants et toutes les sphères de la société. Nous rejetons le sexisme et la misogynie. / We support equal rights for women, including equal rights to inheritance, witness, work, mobility, personal law, education, and employment. Men and women have equal rights in mosques, boards, leadership and all spheres of society. We reject sexism and misogyny. »[23] La Déclaration annonçait également la création d'une organisation internationale le Muslim Reform Movement (en) / Mouvement de la réforme musulmane pour réaliser une renaissance de l'islam conforme à la DUDH de l'ONU, un islam inclusif trouvant sa place dans la démocratie et luttant contre toutes formes d'intégrismes, de totalitarisme, de violences, de discriminations telles que celles prônées par les groupes djihadistes[24].

En 2015, Asra Nomani et d'autres placardent la Déclaration sur la porte du Centre islamique de Washington[24].

2017 au SénatModifier

Avec Ayaan Hirsi Ali, Asra Nomani est invitée à témoigner devant une commission du Sénat pour évaluer les menaces de l'islamisme et les avancée de l'islam réformiste, audition qui fut sujet à polémique[25],[26],[27],[28],[29].

Les activités de ConseilModifier

Son expérience de journaliste d'opinion et de militante politique lui permettre de rejoindre des cabinets de conseil en stratégie politique[30],[31].

Vie privéeModifier

La famille d'Asra Omani la pousse à un mariage traditionnel. En 1992, Asra Nomani épouse un musulman pakistanais, Omar, qui travaillait à la Banque mondiale de Washington (district de Columbia). À la suite de la cérémonie qui se tient à Islamabad, son beau père lui enjoint de ne parler que l'ourdu, elle se sent étranglée par son époux et sa belle-famille, au bout de trois mois, elle quitte Omar pour retourner à Washington ; le divorce est prononcé en 1993[32],[33]

Le , elle donne naissance à fils issu d'une relation sans lendemain avec un jeune pakistanais, elle lui a donné le nom de Shibli Daneel, Shibli en hommage à un des illustres ancêtres et Daneel en mémoire de Daniel Pearl. Mère célibataire, Asra Nomani vit à Morgantown, en Virginie-Occidentale, avec son fils. Son statut de mère célibataire fera l'objet de vives critiques venant des musulmans conservateurs et des islamistes afin de discréditer sa légitimité à promouvoir un Islam réformé[32].

Regards sur son œuvre et son actionModifier

Repenser les représentations de l'IslamModifier

Asra Nomani a plaidé en faveur de programmes gouvernementaux de surveillance dans la lutte contre le terrorisme islamique[34], affirmant que « le politiquement correct qui régnait dans la société nous a empêchés de mener des stratégies judicieuses d'application de la loi visant les musulmans, les mosquées et les organisations islamiques »[35]. Elle affirme que la communauté musulmane ne fait pas un bon travail de maintien de l'ordre et que les lieux publics étaient « un lieu de rencontre naturel pour les criminels ». Le dirigeant de l'AIFD (American Islamic Forum for Democracy (en)), Zuhdi Jasser (en), cité par le Center for American Progress comme islamophobe et « validateur » du « réseau de l'islamophobie »[36], a soutenu l'argument de Nomani selon lequel une telle tactique de surveillance était justifiée[37]. Nomani a également plaidé en faveur du « profilage racial et religieux »[38] expliquant que le « dénominateur commun » de nombreux terroristes aux vues anti-américaines est qu'ils sont musulmans[39],[40]. Elle a répété que « la communauté musulmane [n'a] pas réussi à se contrôler » et qu'un tel profilage fondé sur « la religion, la race et l'ethnicité » est un « élément nécessaire pour assurer la sécurité de nos cieux »[39].

Sa vision critique pour un islam réformé la font soupçonner par certains d'être une islamophobe cachée, voire perverse, entre autres pour ses positions envers le hijab[41],[42],[43],[44],[45].

Le , sur CNN[46], Asra Nomani a révélé qu'elle avait voté pour le candidat républicain Donald Trump[47],[48] non sans provoquer des polémiques[49], ajoutant que « les libéraux et la gauche ont vraiment trahi l'Amérique »[50],[51]. Après que Donald Trump eut passé le décret controversé 13769, Nomani appuya la décision et déclara que qualifier cet ordre d'interdiction de « Muslim Ban » était une « campagne de propagande » visant à susciter la peur dans le public[52].

Elle s'est rapprochée d'un autre grande figure du féminisme issue de l'Islam Ayaan Hirsi Ali[53] et se dit proche des idées de Wafa Sultan autre figure de la critique de l'Islam[54].

InfluenceModifier

En , Nomani est devenue la première femme de sa mosquée de Virginie-Occidentale à exiger le droit de prier dans la salle de prière principale réservée aux hommes. Ses efforts ont fait la une des journaux dans un article du New York Times intitulé « Muslim Women Seeking a Place in the Mosque »[55].

Inspirée du roman punk de Michael Muhammad Knight (en)[56], Les Taqwacores[57],[58] elle organise la première prière publique du vendredi dirigée par une femme, Amina Wadud, dans la Synod House de l'église épiscopalienne la Cathédrale Saint-Jean le Théologien de New York[59]. Ce jour-là, le , elle a déclaré :

Nous défendons nos droits en tant que femmes de l'Islam. Nous ne n'accepterons plus d'attendre dans l'ombre de la porte de service jusqu'à la fin de la journée, nous serons des leaders du monde musulman. Nous introduisons l'Islam dans le XXIe siècle en reprenant la voix que le Prophète nous avait donnée il y a 1400 ans.

Dans son livre Blue-Eyed Devil (p. 209), Knight[60] rappelle l'événement comme suit :

À l'intérieur de la chapelle, il y aurait peut-être eu autant de journalistes et d'équipes de caméras que de musulmans en prière. L’imam de la journée, Amina Wadud, était tellement distraite par les longues rangées de flash qu’au milieu de la prière, elle avait oublié ses mots. Lors de la première réunion du conseil d'administration du Progressive Muslim Union, Ahmed Nassef nous lisait un courrier électronique du Dr Amina Wadud qui s'est dégagé de toute responsabilité. Même si elle croyait toujours en une prière dirigée par une femme, elle ne voulait rien avoir à faire avec la Progressive Muslim Union ou Asra Nomani. Wadud avait tracé une ligne de démarcation nette entre la vérité et les harpies des médias, et nous savions que la Progressive Muslim Union était du mauvais côté. Pour éviter les critiques du public, le site web de la Progressive Muslim Union n'a fait aucune mention du rôle d'Asra dans l'organisation de la prière. Cette dernière s'est plainte de l'exclusion provoquée par la Progressive Muslim Union.

En plus de ses livres, Nomani a écrit sur ses expériences et ses idées de réforme dans des éditoriaux du New York Times et dans plusieurs autres publications et émissions. Elle était une amie et collègue du journaliste du Wall Street Journal, Daniel Pearl, qui l'accompagnait à Karachi avec sa femme, Mariane Pearl, lorsqu'il a été enlevé puis assassiné par des militants islamistes en [61].

Nomani est représentée par l'actrice britannique Archie Panjabi dans l'adaptation cinématographique du livre de Mariane Pearl, A Mighty Heart. Le Washington Post a publié une critique du film dans laquelle il affirmait que "Danny lui-même avait été coupé de sa propre histoire".

Nomani est interviewée par Zarqa Nawaz dans le cadre d'un documentaire publié en 2005 par l'Office national du film du Canada au sujet des efforts des femmes musulmanes nord-américaines pour être acceptés dans les mosquées, intitulé Me and the Mosque[62].

Impact et réception du documentaire La Mosquée de MorgantownModifier

En 2009, elle collabore avec Brittany Huckabee[63] pour tourner La mosquée de Morgantown[64],[65] documentaire sur son combat pour faire évoluer les mœurs de la communauté musulmane de Morgantown, produit par le Women Makes Movies (WMM[66]) documentaire qui après sa diffusion sur la chaine Public Broadcasting Service, le [67], recevra le Prix du jury décerné par le San Francisco International Asian American Film Festival de 2009.

En ce qui concerne la question du documentaire La Mosquée de Morgantown[68],[69],[70],[71], la juriste américano-pakistanaise Asma Gull Hasan (en), auteur de Why I Am a Muslim: An American Odyssey, a exprimé son admiration pour Asra Nomani, tandis que Gamal Fahmy, professeur à la West Virginia University, ou la libérale turque Jane Louise Kandur[72] la critiquaient et remettaient en question ses motivations. D'autres suggèrent que la prière dirigée par une femme en 2005 avait conduit à une discussion et à un débat ouverts sur le rôle des femmes dans la société musulmane. Des représentants de certaines organisations islamiques ont critiqué Asra Nomani pour ses positions exprimées[73] dans le documentaire La Mosquée de Morgantown, en partie parce qu'elle a ouvertement critiqué les pratiques communément acceptées dans la communauté américano-musulmane, mais aussi pour ne pas avoir suffisamment interagi avec les communautés musulmanes déjà implantées de longue date.

ŒuvresModifier

LivresModifier

  • (en-US) Asra Nomani, Tantrika: Traveling the Road of Divine Love, San Francisco, Californie, HarperOne, , 304 p. (ISBN 9780062517135, lire en ligne)
  • (en-US) Asra Nomani, Standing Alone: An American Woman's Struggle for the Soul of Islam, HarperOne, , 356 p. (ISBN 9780060832971, lire en ligne),

Articles (sélection)Modifier

  • (en-US) Asra Q. Nomani, « Virginia Parents Have Had Enough of ‘Woke’ Lies at Their Schools », National Review,‎ (lire en ligne  ),
  • (en-US) Asra Q. Nomani & Daniel Kennelly, « Interview, A War on Excellence », City Journal (en),‎ (lire en ligne  ),
  • (en-US) Ayaan Hirsi Ali & Asra Q. Nomani, « Ayaan Hirsi Ali and Asra Q. Nomani Respond to Readers », New York Times,‎ (lire en ligne  ),
  • (en-US) Ayaan Hirsi Ali and Asra Q. Nomani, « They Brushed Off Kamala Harris. Then She Brushed Us Off. », New York Times,‎ (lire en ligne  ),
  • (en-US) Asra Q. Nomani & Hala Arafa, « Wearing the Hijab in Solidarity Perpetuates Oppression », New York Times,‎ (lire en ligne  ),
  • (en-US) Asra Q. Nomani, « I’m a Muslim, a woman and an immigrant. I voted for Trump. », The Washington Post,‎ (lire en ligne  ),
  • (en-US) Asra Q. Nomani, « Behind the Veil », Wall Street Journal,‎ (lire en ligne  ),
  • (en-US) Asra Q. Nomani, « How the Saudis Churn Out ‘Jihad Inc.’ », Daily Beast,‎ (lire en ligne  ),
  • (en-US) Asra Q. Nomani & Hala Arafa, « As Muslim women, we actually ask you not to wear the hijab in the name of interfaith solidarity », The Washington Post,‎ (lire en ligne  ),
  • (en-US) Asra Q. Nomani, « Inside the World of Gulf State Slavery », Daily Beast,‎ (lire en ligne  ),
  • (en-US) Asra Q. Nomani, « Misplaced Muslim Rage », Daily Beast,‎ (lire en ligne  ),
  • (en-US) Asra Q. Nomani, « The real shame in Pakistan », Foreign Policy,‎ (lire en ligne  ),
  • (en-US) Asra Q. Nomani, « Saif al-Adel and the death of Daniel Pearl », Foreign Policy,‎ (lire en ligne  ),
  • (en-US) Asra Q. Nomani & Barbara Feinman Todd, « The Truth Left Behind: Inside the kidnapping and murder of Daniel Pearl »  , sur The Center for Public Integrity, (consulté le ),
  • (en-US) Asra Q. Nomani, « Salmaan Taseer and the Punjabi Taliban », Foreign Policy,‎ (lire en ligne  ),
  • (en-US) Asra Q. Nomani, « Harry Potter's Afshan Azad Receives Death Threats », Daily Beast,‎ (lire en ligne  ),
  • (en-US) Asra Q. Nomani, « Beheading Case Goes to Court », Daily Beast,‎ (lire en ligne  ),
  • (en-US) Asra Q. Nomani, « You Still Can't Write About Muhammad », Wall Street Journal,‎ (lire en ligne  ),
  • (en-US) Asra Q. Nomani, « Why do Western publishers have a veil fetish », Slate,‎ (lire en ligne  ),
  • (en-US) Asra Q. Nomani, « The Sharia Problem », The American Prospect,‎ (The Sharia Problem  ),
  • (en-US) Asra Q. Nomani, « Hijab chic », Slate,‎ (lire en ligne  ),
  • (en-US) Asra Q. Nomani, « Dennis Miller & Me », The American Prospect,‎ (lire en ligne  )
  • (en-US) Asra Q. Nomani, « Pulpit Bullies », The American Prospect,‎ (lire en ligne  ),
  • (en-US) Asra Q. Nomani, « Hate at the Local Mosque », New York Times,‎ (lire en ligne  ),

DistinctionsModifier

RéférencesModifier

  1. a et b (en) « Women’s Media Center », sur www.womensmediacenter.com (consulté le )
  2. (en-US) Mischel Yosick, « Asra Nomani », sur MUSLIM REFORM MOVEMENT (consulté le )
  3. (en-US) Paul M. Barrett, American Islam: The Struggle for the Soul of a Religion, New York, Picador, , 312 p. (ISBN 9780312427450, lire en ligne), p. 139
  4. (en-US) « Asra Nomani », sur Independent Women's Forum (consulté le )
  5. (en-US) Paul M. Barrett, op. cit. (lire en ligne), p. 140
  6. « From Journalist to Muslim Women's Rights Activist: A Former Wall Street Journal Reporter Embarks on a Freedom Tour | Brandeis University », sur www.brandeis.edu (consulté le )
  7. « Asra Nomani | Events | Schuster Institute | Brandeis University », sur www.brandeis.edu (consulté le )
  8. (en-US) « College journalism class investigates murder of WSJ’s Pearl – Poynter » (consulté le )
  9. (en-US) « “Pearl was sacrificed at the altar of commercial enterprise” – Poynter » (consulté le )
  10. (en-US) John Solomon, « Pearl Project analyzed network behind crime with software developed for intelligence agencies »  , sur Center for Public Integrity, (consulté le )
  11. (en-US) The Center for Public Integrity, « New details on kidnapping and murder of reporter Daniel Pearl »  , sur Center for Public Integrity, (consulté le )
  12. « GU Class to Investigate Murder of WSJ Reporter » [archive du ], Georgetown University (consulté le )
  13. (en-US) « Promoting mutual respect & understanding among diverse cultures through journalism, music, and dialogue »  , sur Daniel Pearl Foundation (consulté le )
  14. (en-US) Abigail Pesta, « The Women Who Chase Terrorists »  , sur Marie Claire Magazine (US), (consulté le )
  15. (en-US) « Project Pearl: The Bravest Class in Town »  , sur Marie Claire Magazine (US), Marie Claire, (consulté le )
  16. (en-US) « Daniel Pearl Awards winners announced », sur Center for Public Integrity (consulté le )
  17. (en-US) « Daniel Pearl Awards »  , sur The International Consortium of Investigative Journalists
  18. (en-US) « Daniel Pearl Award for Courage and Integrity in Journalism »  , sur Los Angeles Press Club (consulté le )
  19. (en-US) Augustine Anthony, « Study ties new al Qaeda chief to murder of journalist Pearl »  , sur Reuters, (consulté le )
  20. (en-US) Charlotte Hays, « Asra Nomani », sur iwf.org (consulté le ).
  21. (en) « Islam Through the Front Door », sur www.beliefnet.com (consulté le ).
  22. Shamima Shaikh, « Death of a Muslim Joan of Arc » [archive du ], Mail & Guardian, (consulté le ).
  23. « National Secular Society » [archive du ], National Secular Society (consulté le ).
  24. a et b « Muslim Reform Movement decries radical Islam, calls for equality » [archive du ], The Washingtion Times (consulté le ).
  25. (en-US) « Female Democratic senators ignore 2 women activists at hearing on Islamism, pose questions only to male witness », sur Women in the World, (consulté le ).
  26. (en-US) « The Senate is about to hear from two of the worst possible “experts” on Islam. », sur The New Republic, (consulté le ).
  27. Stuffyou Shouldsee, « Senate Homeland Security Committee, w Ayaan Hirsi Ali (6-14-17) », (consulté le ).
  28. (en) « Politics is too important to be taken seriously », sur The American Spectator (consulté le ).
  29. (en-US) Zouhair Mazouz et ContributorMoroccan writer, « What One Senate Hearing Taught Me About Discussing Islam in America », sur HuffPost, (consulté le ).
  30. (en-US) « The Team | Frisby and Associates - We are experts in Media Relations, Public Affairs, Crisis Communications, and Minority Outreach » (consulté le )
  31. (en) « Asra Nomani », sur APB Speakers (consulté le )
  32. a et b (en-US) Teresa Wiltz, « The Woman Who Went To the Front of the Mosque », The Washington Post,‎ (lire en ligne  )
  33. (en-US) Paul M. Barrett, op. cit. (lire en ligne), p. 142
  34. (en-US) Catherine Herridge, « Muslim journalist defends surveillance by NYPD, says some Muslims 'use religion as cover' », sur Fox News, (consulté le )
  35. (en-US) « Is ISIS a faith-based terrorist group? », sur Columbia Journalism Review (consulté le )
  36. (en) « The Islamophobia Network », sur islamophobianetwork.com (consulté le )
  37. Nomani, « Why NYPD Monitoring Should Be Welcome News to U.S. Muslims » [archive du ], The Daily Beast, (consulté le )
  38. (en-US) « New York Times Asks: 'Is Racial or Religious Profiling Ever Justified?' », sur Asia Society (consulté le )
  39. a et b Nomani, « Airport Security: Let's Profile Muslims » [archive du ], The Daily Beast, (consulté le )
  40. « U.S. AIRPORTS SHOULD USE RACIAL AND RELIGIOUS PROFILING » [archive du ], Intelligence Squared, (consulté le )
  41. (en-US) « The Rise of the Muslim Agent-Provocateur: Asra Nomani », sur Stop Islamophobia Now!, (consulté le )
  42. (en-US) « What Won’t She Sell Out? The Opportunism of Asra Nomani », sur altM, (consulté le )
  43. (en) « Linda Sarsour blocks Wall Street Journal reporter from press brief - American Politics - Jerusalem Post », sur jpost.com (consulté le )
  44. (en) « Extremists have not only hijacked Islam and its symbols, but also American sensibility », sur Middle East Eye (consulté le )
  45. (en-US) « Wearing the Hijab in Solidarity Perpetuates Oppression », sur nytimes.com (consulté le )
  46. (en-US) Alexandra King, « Muslim woman: I'm a Trump "silent voter" », sur CNN (consulté le )
  47. « Muslim woman says Trump's strong stance against extremism won her vote », sur Mail Online, (consulté le )
  48. « Comment autant de femmes ont-elles pu voter pour Trump? », sur Slate.fr, (consulté le )
  49. « Georgetown prof 'melts down after Muslim pal admits voting for Trump' », sur Mail Online, (consulté le )
  50. (en-US) « Muslim Reform Movement' Founder: I Don't Fear Donald Trump, I Fear Islamic Extremism », Real Clear,‎ (lire en ligne, consulté le )
  51. « Muslim woman who voted for Trump asks Georgetown to intervene over professor's ‘hateful, vulgar’ messages », Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le )
  52. Harvard, « Muslims who voted for Trump differ on his ban, but agree on one thing: They still support him. » [archive du ], Mic, (consulté le )
  53. (en-US) Cathy Young, « Ayaan to Liberals: Get Your Priorities Straight », Daily Beast,‎ (lire en ligne, consulté le )
  54. (en-US) Asra Q. Nomani, « The 2006 TIME 100 - TIME », Time,‎ (ISSN 0040-781X, lire en ligne, consulté le )
  55. (en-US) Laurie Goodstein, « Muslim Women Seeking a Place in the Mosque », New York Times,‎ (lire en ligne  , consulté le )
  56. (en-US) admin, « The Work of Michael Muhammad Knight | Rain Taxi » (consulté le )
  57. Blue-Eyed Devil, p. 206: "At a lecture in Arizona, Mohja Kahf called me the "enfant terrible of American Muslim writers." Asra Nomani told me "this is how you can finance your life," and said that The Taqwacores had led her to consider that women could lead men in prayer. Referring to the scene in which Tabeya, my niqabi riot grrl, gives a khutbah and serves as imam, Asra promised, "we're going to make that a reality."
  58. (en) Macke Aline, Politics and Islam in the United States: The Taqwacore Approach (lire en ligne)
  59. (en) « Interview: Asra Nomani », sur Newsline (consulté le )
  60. (en-US) Mark Oppenheimer, « Michael Muhammad Knight Straddles Muslim and Hip-Hop Worlds », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  61. Timothy J. Burger, « Fingering Danny Pearl's Killer », Time,‎ (lire en ligne)
  62. Ken Lem, Val, « Me and the Mosque », Canadian Materials, vol. XII, no 17,‎ (lire en ligne [archive du ], consulté le )
  63. « Brittany Huckabee », sur IMDb (consulté le )
  64. The Mosque in Morgantown (lire en ligne)
  65. (en-US) « America at a Crossroads: The Mosque in Morgantown », sur WETA (consulté le )
  66. (en-US) « The Mosque in Morgantown », sur www.wmm.com (consulté le )
  67. (en) « A Muslim Woman's Stand in the "War of Ideas": Asra Nomani and "The Mosque in Morgantown" », sur The Investigative Project on Terrorism (consulté le )
  68. « America at a Crossroads. The Mosque in Morgantown | PBS », sur www.pbs.org (consulté le )
  69. West Virginia Public Broadcasting, « Interviews with Director and Participants of "The Mosque in Morgantown" Documentary », (consulté le )
  70. (en-US) « THE MOSQUE IN MORGANTOWN », sur CID (consulté le )
  71. West Virginia Public Broadcasting, « Asra Nomani speaks about "The Mosque in Morgantown" documentary. », (consulté le )
  72. « You Do Not Speak in My Name », sur DailySabah (consulté le )
  73. (en) Asra Q. Nomani, « Let These Women Pray! », Daily Beast,‎ (lire en ligne, consulté le )
  74. (en-US) « Women of Distinction Program », sur AAUW: Empowering Women Since 1881 (consulté le )
  75. (en-US) « Winners and Sample Articles | aarweb.org », sur www.aarweb.org (consulté le )

Liens externesModifier