Ouvrir le menu principal

Saint-Paul-de-Tartas

commune française du département de la Haute-Loire
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Paul.

Saint-Paul-de-Tartas
Saint-Paul-de-Tartas
Église Saint-Paul du XIIe siècle
Blason de Saint-Paul-de-Tartas
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Le Puy-en-Velay
Canton Velay volcanique
Intercommunalité Communauté de communes des Pays de Cayres et de Pradelles
Maire
Mandat
Michel Adam
2014-2020
Code postal 43420
Code commune 43215
Démographie
Population
municipale
201 hab. (2016 en augmentation de 2,03 % par rapport à 2011)
Densité 7,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 48′ 16″ nord, 3° 54′ 27″ est
Altitude Min. 933 m
Max. 1 342 m
Superficie 27,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte administrative de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Saint-Paul-de-Tartas

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
Saint-Paul-de-Tartas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Paul-de-Tartas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Paul-de-Tartas

Saint-Paul-de-Tartas est une commune française, située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Sommaire

GéographieModifier

La commune est située au sud de la Haute-Loire, proche de l'Ardèche et de la Lozère ; les communes limitrophes sont Barges, Saint-Arcons-de-Barges, Lavillatte, et enfin Pradelles, l'un des plus beaux villages de France. Saint-Paul-de-Tartas est situé à 27 km au sud-est du Puy-en-Velay la plus grande ville des environs.

Elle est arrosée de nombreux cours d'eau, dont la Méjeanne, affluent de la rive gauche de la Loire, et des ruisseaux des Fayes, du Mas, du Passadoux, du Rayol, du Traversier, de la Villette, etc.

HistoireModifier

Le village s'est développé autour d'un prieuré qui dépendait de l'abbaye de la Chaise-Dieu.

Au Moyen Âge, Saint-Paul-de-Tartas faisait partie du bailliage du Vivarais administré jusqu'en 1320 par celui du Velay. En 1606, Henri IV rattacha ces paroisses au nouveau bailliage de Villeneuve-de-Berg, qui devint sénéchaussée en mai 1780[1].

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté le nom de Mont-de-Tartas ou simplement Tartas[2].

HéraldiqueModifier

  Blason De gueules à une crosse d'argent passée en sautoir avec une épée renversée du même, garnie d'or, au chef cousu d'azur chargé d'une fleur de lys aussi d'or accostée de deux étoiles du même.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4].

En 2016, la commune comptait 201 habitants[Note 1], en augmentation de 2,03 % par rapport à 2011 (Haute-Loire : +1,08 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7007288707998401 0351 0141 012990
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9641 0041 0261 0381 0781 1341 2301 1991 216
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2251 2361 1531 0331 008973924761675
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
585514415341270244200194188
2013 2016 - - - - - - -
207201-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Yvonne Soulier dvd  
mars 2008 avril 2014 Jean-Claude Chabalier Apparenté PCF  
avril 2014 En cours
(au 28 août 2014)
Michel Adam[7] se Retraité

Lieux et monumentsModifier

  • Église Saint-Paul, du XIIe siècle : église fortifiée, construite en 1095 par le prieuré des moines de La Chaise-Dieu. Les prêtres de Saint-Huon viennent y célébrer les sacrements. Durant les guerres de religion, elle sera incendiées de même que le village, par les troupes du Huguenot "Charles de Barjac". À sa reconstruction en 1647, l'église sera dotée d'un clocher à peigne. Elle sera classée monument historique le .
  • Un enfeu datant du XIIIe siècle, dans le mur nord du cimetière, a été également classé MH le .
  • De nombreuses croix de granit sont à découvrir le long des chemins.
  • Au milieu des bois du mont Tartas on trouve une magnifique pierre aux sacrifices. Au sommet une table d'orientation permet de découvrir un immense panorama sur le plateau et les monts du Velay.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Victor Pagès : président du conseil général de la Haute-Loire[8].

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Dictionnaire typographique du département de la Haute-Loire, Saint-Étienne, 2003
  2. Saint-Paul-de-Tartas sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS, consulté le 20 juillet 2012.
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 28 août 2014).
  8. Marcel Saby, Allègre et sa région au fil des siècles, Éd. de la Société Académique du Puy-en-Velay et de la Haute-Loire, 1976, p. 351


Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :