Ouvrir le menu principal

Saint-Georges-sur-la-Prée

commune française du département du Cher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Georges, Saint Georges, Georges et Prée.

Saint-Georges-sur-la-Prée
Saint-Georges-sur-la-Prée
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement de Vierzon
Canton Vierzon-2
Intercommunalité Communauté de communes des Vallées vertes du Cher Ouest
Maire
Mandat
Vincent Faucheux
2014-2020
Code postal 18100
Code commune 18210
Démographie
Gentilé Saint-georgeois
Population
municipale
625 hab. (2016 en diminution de 2,8 % par rapport à 2011)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 13′ 37″ nord, 1° 56′ 15″ est
Altitude 122 m
Min. 91 m
Max. 151 m
Superficie 22,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cher

Voir sur la carte administrative du Cher
City locator 14.svg
Saint-Georges-sur-la-Prée

Géolocalisation sur la carte : Cher

Voir sur la carte topographique du Cher
City locator 14.svg
Saint-Georges-sur-la-Prée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-sur-la-Prée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-sur-la-Prée

Saint-Georges-sur-la-Prée est une commune française située dans le département du Cher en région Centre-Val de Loire.

Sommaire

GéographieModifier

La commune est située dans le département du Cher à la limite de celui de Loir-et-Cher. Elle est à l'intersection des routes départementales 19 et 90. La commune est accessible en voiture depuis la route nationale 76 allant de Bourges à Tours en passant par Vierzon mais aussi depuis la route nationale 20 allant de Vierzon à Châteauroux en prenant la sortie Saint-Hilaire.

Saint-Georges-sur-la-Prée est traversée par deux rivières : le Cher sur 4,8 km et la Prée qui se jette dans le Cher à Saint-Loup. La commune se situe à 120 m d'altitude et le point culminant est de 152 m au lieu-dit les Picardies. Le point le plus bas est à 92 m dans la prairie de Saint-Georges.

LocalisationModifier

HistoireModifier

Le village existait déjà au temps de Charlemagne et on y avait bâti l'abbaye bénédictine de Dèvres (ou Devre). Dans l'église de l'abbaye placée sous le vocable de saint Georges, en 843, l'archevêque de Bourges saint Raoul avait transféré les reliques de sainte Perpétue. Les moines, après le pillage par les Normands en 903, fondèrent l'abbaye de Vierzon et y portèrent ces reliques.

La commune de Saint-Georges-sur-la-Prée a changé plusieurs fois de nom. En 1422, elle portait le nom de Sanctus Georgius de Pradea puis en 1442 Saint-Georges-de-la-Prehee qui changea en 1467 pour devenir Saint-Georges-Souls-la-Prehee.

La communauté de Saint-Georges-sur-la-Prée est en crise démographique au début du XVIIIe siècle, puisqu’elle passe de 141 feux en 1709 à 123 en 1726[1]. L’hiver de 1709-1710 notamment cause de nombreuses pertes, ainsi que la grande canicule de 1719 (qui tua beaucoup par dysenterie)[2].

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement les noms de Montagne-sur-la-Prée ou Égalité-la-Prée[3].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1978 1999 Claude Debéda MDC Professeur de physique
mars 2001 En cours
(au 27 septembre 2014)
Vincent Faucheux[4],[4] PCF puis PG Professeur des écoles

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[6].

En 2016, la commune comptait 625 habitants[Note 1], en diminution de 2,8 % par rapport à 2011 (Cher : -1,47 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
726647783725830853794835845
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
827792852807809794752754711
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
676685666572543495509466401
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
404401347367590601627631650
2016 - - - - - - - -
625--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

  • Chemin de l'ocre, site ocrier.
  • Musée de l'ocre. Les carrières d'ocre de Saint-Georges-sur-la-Prée ont été exploitées dès le Moyen Âge ; ce pigment naturel était notamment utilisé pour les fresques[9].
  • Lavoir reconstruit en 2007 par souscription auprès de la population.
  • Château de Rozay (non visitable).
  • Les bords du Cher.
  • Musée du Fil de Soie-Le Jardin du Tisserand : www.lejardindutisserand.com

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. Olivier Zeller, « Changement agraire et récession démographique : la première enquête Orry (1730). L'exemple de l'élection d'Issoudun », Annales de démographie historique 2/2007 (no 114), p. 169
  2. Zeller, op. cit., p. 145 et 153
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Culan », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 6 décembre 2012)
  4. a et b Liste des maires du Cher et appartenance des communes aux cantons sur le site de la préfecture (consulté le 27 septembre 2014). Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « pref18_20140408 » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. Site du musée.

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :