Ouvrir le menu principal

Rue Rambuteau

voie parisienne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rambuteau.

1er, 3e, 4e arrts
Rue Rambuteau
Image illustrative de l’article Rue Rambuteau
Vue de la rue Rambuteau dans le quartier du Marais.
Situation
Arrondissements 1er
3e
4e
Quartiers Halles
Sainte-Avoye
Saint-Merri
Début Rue des Archives
Fin Rue Coquillière, rue du Jour
Morphologie
Longueur 975 m
Largeur Maximum : 13 m
Minimum : 5,5 m
Historique
Création
Géocodification
Ville de Paris 8024
DGI 8009

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue Rambuteau
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue Rambuteau est une rue du centre de Paris qui relie le quartier des Halles, dans le 1er arrondissement, au quartier du Marais dans le 4e arrondissement.

Situation et accèsModifier

Elle longe le Forum des Halles et la façade nord du centre Georges-Pompidou, et marque la limite entre le 3e et le 4e. Elle occupe une place particulière dans l'histoire de Paris, car c'est la première rue percée à travers le centre médiéval, sous le règne de Louis-Philippe, quelques années avant les grands travaux haussmanniens.

La rue Rambuteau a une longueur de 975 mètres pour une largeur de 13 mètres.

La rue Rambuteau est desservie par la station Rambuteau au niveau du centre Pompidou et la station Les Halles au niveau du Forum des Halles (l'entrée de cette dernière station est insérée dans la façade d'un immeuble situé au no 230).

Numérotation

La numérotation des bâtiments débute par l'est de la rue Rambuteau (suivant le cours de la Seine), à partir de la rue des Archives ; ainsi les numéros impairs sont situés sur le côté sud, les numéros pairs sur le côté nord.

Les numéros impairs 1 à 71 sont situés dans le 4e arrondissement, les numéros pairs 2 à 66 dans le 3e. Les numéros impairs 77 à 105 et pairs 72 à 132 sont quant à eux situés dans le 1er. Les numéros impairs 73 et 75 et pairs 68 et 70 ne sont pas utilisés.

Voies adjacentes

La rue Rambuteau rencontre les voies suivantes, dans l'ordre des numéros croissants (« g » indique que la rue se situe à gauche, « d » à droite) :

Historique et origine du nomModifier

Elle porte le nom de Claude-Philibert Bathelot, comte de Rambuteau qui fut préfet du département de la Seine de 1833 à 1848.

 
Plaque de rue de la rue Rambuteau à Paris.

Le préfet Rambuteau, à la demande des habitants du quartier[1], a décidé, en 1834, la création de cette rue large de 13 mètres, dimension importante pour l’époque. Le centre de Paris avait conservé jusque-là son tissu urbain médiéval, composé pour l’essentiel de rues étroites dans lesquelles la circulation était difficile et l'hygiène douteuse. Prenant ses fonctions en 1833, un an après une grande épidémie de choléra, Rambuteau décida de mettre en application les théories hygiénistes de l'époque en perçant une large voie en plein centre de Paris. Une ordonnance du roi Louis-Philippe Ier datée du 5 mars 1838 permit de commencer les travaux qui absorbèrent :

La rue reçut dès 1839 le nom du préfet de la Seine en exercice, Claude Philibert Barthelot, comte de Rambuteau.

Quelques années plus tard, le préfet Haussmann devait appliquer les principes de Rambuteau sur une échelle beaucoup plus vaste dans des boulevards tels que le boulevard de Sébastopol qui croise la rue Rambuteau.

En 1853, au numéro 34 se trouvait le siège de la maison d'édition du poète, chansonnier et mécène des goguettes, Charles Durand (1804-1863)[2].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Au-delà de son intersection avec la rue Beaubourg et jusqu'à celle avec la rue Saint-Martin, la rue Rambuteau est intégrée dans une zone piétonne.

 
Vue de l'Atelier Brancusi face à la rue Rambuteau prise de la place Georges-Pompidou en 2017.
  • La place Georges-Pompidou conçue en même temps que le centre culturel présente la particularité de descendre en pente douce depuis la rue Saint-Martin vers l'entrée principale du centre culturel. Sur cette place une partie plate située près de la rue Rambuteau a été réservée pour accueillir l'ancien atelier Brancusi de l'impasse Ronsin[3] (voie disparue) qui avait été légué à l'État français par les dispositions testamentaires prises l'année précédant sa mort par le sculpteur Constantin Brâncuși (1876-1957). La modeste structure faite de matériaux de récupération provenant de l'exposition universelle de 1900[4] fut démontée et transita — avec les œuvres et outils qu'elle contenait — par les réserves de l'ancien musée d'art moderne (Palais de Tokyo) avant d'être transféré et reconstitué en 1977 à son actuel emplacement. Dégradé par des inondations et fermé au public de 1990 à 1997, l'atelier a fait l'objet d'une nouvelle reconstitution. Renzo Piano qui en fut chargé en 1997 l'a inséré dans un espace muséal contemporain qui comprend un petit jardin clos[5]
  • No 42 : emplacement de la librairie allemande Marissal, fermée le 17 janvier 2015 après 33 ans d’activité.
  • No 46 : début de la rue Brantôme, orientée nord-sud qui perpétue le nom d'une ancienne rue éponyme orientée est-ouest et aujourd'hui disparue. Cette voie, créée en 1977 et ouverte en 1981 pénètre dans l'îlot Saint-Martin où une vaste opération de rénovation urbaine a été menée durant les années 1970 par la SEMAH (Société d'économie mixte d'aménagement des Halles) et le promoteur immobilier Cogedim sous la maîtrise d'œuvre de l'architecte Jean-Claude Bernard. L'ensemble d'immeubles et de voies privées qui en résulte a été officiellement inauguré sous le nom de Quartier de l'Horloge en 1983[6].
  • No 50 : cinéma MK2 Beaubourg.
  • Le Forum des Halles.
  • L’église Saint-Eustache.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

NotesModifier

  1. Danielle Chadych, Le Marais, Parigramme, coll. «  Promenades d'architecture et d'histoire », 2005, 637 p. (ISBN 978-2840961888).
  2. Elle est indiquée sur la couverture de sa Notice sur la tour Saint-Jacques, depuis sa fondation jusqu'à nos jours,... : avec tous les évènements historiques qui s'y rattachent, publiée en 1853.
  3. Auteur anonyme, Brancusi dans la cour de l'impasse Ronsin: livraison de pierre, photographie, 1930 (en ligne) sur le site centrepompidou.fr.
  4. L'atelier Brancusi, éditions Centre Pompidou, 1997
  5. L'Atelier Brancusi (en ligne) sur le site centrepompidou.fr.
  6. Le [sic] Piazza Beaubourg (en ligne) sur le site pss-archi.eu.

ComplémentsModifier