Ouvrir le menu principal

Rue de la Pointe Saint-Eustache

ancienne voie de Paris
(Redirigé depuis Pointe Saint-Eustache)

Anc. 3e arrt
Rue de la Pointe Saint-Eustache
(disparue)
Image illustrative de l’article Rue de la Pointe Saint-Eustache
Situation
Arrondissement Anc. 3e
Quartier Quartier Saint-Eustache
Morphologie
Longueur 48 m
Largeur 22 m
Historique
Ancien nom Pointe Saint-Huitasse

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de la Pointe Saint-Eustache (disparue)

La rue de la Pointe Saint-Eustache, également appelée place de la Pointe Saint-Eustache, carrefour de la Pointe Saint-Eustache, voire plus simplement Pointe Saint-Eustache, est une ancienne voie qui était située dans l'ancien 3e arrondissement de Paris et qui a disparu.

Sommaire

SituationModifier

En 1817, la rue de la Pointe Saint-Eustache commençait au 63, rue de la Tonnellerie et finissait au 1, rue Traînée et au 1, rue Comtesse-d'Artois.

Les numéros de la rue étaient noirs[1]. Le dernier numéro impair était le no 15 et le dernier numéro pair était le no 12.

Les numéros impairs étaient situés dans l'ancien 3e arrondissement, quartier Saint-Eustache et numéros pairs, qui étaient la suite de la série de ceux de la rue Comtesse-d'Artois, étaient situés dans l'ancien 5e arrondissement, quartier Montorgueil.

Origine du nomModifier

Selon les frères Lazare, son nom lui vient du clocher de l'église Saint-Eustache qui est bâti en pointe ou pyramide[2].

Selon Jean de la Tynna, l'angle ou pointe formée par l'église Saint-Eustache, à la rencontre des rues Montmartre et Traînée, lui ont fait donner cette dénomination.

HistoriqueModifier

Elle est citée dans Le Dit des rues de Paris de Guillot de Paris sous le nom « pointe Saint-Huitasse ».

Jusqu'en 1755, la Halle au blé était située sur cette place, époque où elle fut transférée sur l'emplacement de l'hôtel de Soissons. C'est à cet endroit qu'Edgar Mareuse situe la Halle au blé que Guillot de Paris indique dans la rime « Mais par devant la Halle au blé ».

Cette place a été élargie en vertu de lettres-patentes du mois de juillet 1779 puis de nouveau en 1786 et 1788.

Une décision ministérielle du 23 brumaire an VIII (), signée Quinette, a fixé la moindre largeur de cette voie publique à 22 mètres.

Durant les Trois Glorieuses, la voie fut le théâtre d'affrontement entre les insurgés et la troupe.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

Notes et référencesModifier

  1. Jean de La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris, 1817.
  2. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments,
  3. ou Nicolas Arode.

BibliographieModifier

Voir aussiModifier