Route du Rhum 2022

course transatlantique en solitaire, édition 2022
Route du Rhum 2022
Description de l'image Logo-route-du-rhum.svg.
Généralités
Sport Voile
Organisateur(s) OC Sport Pen Duick
Édition 12e
Lieu(x) entre Saint-Malo (Bretagne)
et Pointe-à-Pitre (Guadeloupe)
Date du
au
Participants 138
Directeur Francis Le Goff
Site web officiel www.routedurhum.com

Palmarès
Vainqueur Ultime :
Charles Caudrelier
Ocean Fifty :
Erwan Le Roux
IMOCA :
Thomas Ruyant
Class40 :
Yoann Richomme
Rhum Multi :
Loïc Escoffier
Rhum Mono :
Jean-Pierre Dick

Navigation

La Route du Rhum 2022, officiellement Route du Rhum - Destination Guadeloupe 2022, est la douzième édition de la Route du Rhum, course transatlantique en solitaire. Initialement prévu le dimanche à 13 h 2, le départ de Saint-Malo est reporté trois jours plus tard, le mercredi 9 à 14 h 15, en raison d'une forte détérioration des conditions météo prévues dans les 36 premières heures de la course. La flotte est répartie en six catégories : Ultime, Ocean Fifty, IMOCA, Class40, Rhum Multi et Rhum Mono.

Le , Charles Caudrelier, sur l'Ultime Maxi Edmond de Rothschild, coupe la ligne d'arrivée devant Pointe-à-Pitre après 6 jours 19 heures 47 minutes 25 secondes de course, battant le précédent record de près de 20 heures.

ParcoursModifier

L'organisation de la course est gérée par la société OC Sport Pen Duick[1].

La ligne de départ se situe au nord de la pointe du Grouin. La bouée du cap Fréhel est à laisser à tribord.

L'arrivée se fait à Pointe-à-Pitre en Guadeloupe. L'archipel est à contourner en le laissant à bâbord ; l'îlot de la Tête à l'Anglais est à laisser à bâbord et la bouée de Basse-Terre est à laisser à tribord[2].

La distance théorique à parcourir est de 3 542 milles (environ 6 560 km)[3]. Le départ unique initialement prévu à Saint-Malo le à 13 h 2[4] est décalé au mercredi à 14 h 15[5], compte tenu de la situation météo prévue sur les 36 premières heures de la course[6]. La fermeture de la ligne d'arrivée est aussi reportée au à 18 heures[7].

Depuis la deuxième édition de l'épreuve (1982), les skippers des multicoques peuvent disposer du routage, une assistance météorologique apportée par une personne extérieure ; cette disposition est étendue aux navigateurs de la catégorie Rhum Mono. Pour les autres monocoques, les règlements des classes Imoca et Class40 interdisent l'utilisation du routage lors des épreuves de course au large[8].

DéroulementModifier

Avant la courseModifier

En , l'organisation annonce l'ajout de 18 invitations aux 120 places ouvertes initialement à l'inscription, portant ainsi le nombre total de skippers prévus au départ à 138[9], qui constitue le record de participations de l'épreuve, et aussi celui d'une course au large en général[10].

Le mardi , lors du convoyage entre Concarneau et Saint-Malo, l’Ultime SVR Lazartigue de François Gabart abîme sa dérive centrale dans un choc avec un OFNI. La dérive est démontée et expédiée au chantier MerConcept à Concarneau pour réparation[11].

Le mercredi , la flotte composée des 138 navires est regroupée dans les bassins Vauban et Duguay-Trouin, le long des quais au pied des remparts et du Palais du Grand Large.

La sortie des écluses commence le vendredi avec les Ultimes, suivis des autres classes le samedi.

La veille du départ, la direction de course annonce le report du départ de la course compte tenu de la situation météo prévue sur les 36 premières heures de la course[6]. C'est la première fois que l'épreuve est reportée depuis sa création en 1978[12].

Pénalités, incidents et abandonsModifier

Dix-sept concurrents écopent d'une pénalité pour un départ anticipé, dont le tenant du titre en Class40 Yoann Richomme, ainsi que le favori de la classe Ultime Charles Caudrelier ; ils devront observer une pénalité de quatre heures dans un délai de quarante-huit heures[13]. Le Team Gitana contestant le départ anticipé du Maxi Edmond de Rothschild, Charles Caudrelier continue sa course le , en attente d'une décision du jury. Le , le comité de course annonce annuler la pénalité du skipper breton, les traces GPS prouvant que le trimaran se situait à 50 mètres de la ligne au moment du départ[14].

Le , avant le départ, le navigateur Oren Nataf abandonne après que sa grand-voile s'est déchirée en deux lors d'un empannage[15].

Le , dans la phase de départ, Sam Goodchild à bord de son Ocean Fifty Leyton abandonne pour être soigné à l'hôpital. Suite à un problème technique, il a été heurté brutalement par les manivelles de sa colonne de winch[16].

Le , une collision entre les IMOCA d'Oliver Heer et de Kojiro Shiraishi contraint les deux navigateurs à rentrer à Saint-Malo. Le bateau du japonais DMG MORI Global One ne pourra pas être réparé rapidement : c'est l'abandon.

Dans la nuit du 9 au , Martin Louchart, à bord son Class40 Randstad-Ausy, heurte des rochers près de la côte du Finistère. Il fait demi-tour jusqu'à Saint-Malo et constate que les dégâts sont trop importants pour reprendre la course[17].

Le vers 3 heures du matin, le Class40 d'Antoine Magré s'échoue sur l'île de Batz ; le navigateur est récupéré par la SNSM et ramené à Roscoff[18].

Le vers midi, Armel Le Cléac'h constate la casse brutale de la dérive sous la coque centrale du Maxi Banque populaire XI qui naviguait pourtant dans des conditions de vent et de houle peu fortes ; le skipper fait une escale à Lorient pendant une journée et demie pour réparer la coque et la dérive puis reprend la course[19].

Le vers h 30 du matin, l'IMOCA Groupe Apicil skippé par Damien Seguin démâte après avoir été percuté par un cargo dans le Golfe de Gascogne[20].

Le après-midi, l'IMOCA Bureau Vallée démâte (deux ris et J3), dans environ deux mètres de creux selon Louis Burton, le navigateur, qui n'est pas blessé.

Le au soir c'est le Class 40 Crosscall d'Aurélien Ducroz qui démâte à son tour[21].

Le soir du samedi , l'Ocean Fifty Solidaires En Peloton - ARSEP qui avait pris la tête au classement de sa catégorie la veille, chavire entre le Portugal et les Açores. Thibaut Vauchel-Camus n'est pas blessé et s'est réfugié dans la coque centrale du trimaran[22]. Il est secouru le dimanche matin, après le lever du soleil, par Adrien Hardy et son navire de sauvetage Mérida, qui rapatrie le marin et remorque son navire en direction de l'Archipel des Açores[23].

Le au matin, dans le trio de tête des Rhum Multi, le catamaran CMA Île-de-France 60000 Rebonds chavire entre le Cap Finistère et les Açores, après une défaillance du pilote automatique, dans une violente rafale, entraînant un départ à l'abattée. Brieuc Maisonneuve, victime de quelques contusions, est récupéré par le leader des Rhum Mono Jean-Pierre Dick, dépêché sur place par la direction de course. Les deux navigateur font route ves les Açores[24],[25].

Le , abandon de Rupert Henry sur le Class40 Eora suite à une défaillance structurelle d’une cloison avant du bateau.

Le au matin, Nexans - Art & Fenêtres, qui évolue dans le milieu du classement des IMOCA, est endommagé par une vague qui rompt son ballast tribord et provoque une voie d'eau. Les batteries sont touchées. Sans électricité, Fabrice Amedeo décide de se diriger vers Cascais. Quelques heures plus tard, de la fumée blanche se dégage des batteries. Fabrice Amedeo utilise un extincteur. La direction de course déroute James Harayda et son voilier, mais cette assistance ne sera finalement pas nécessaire. Le lendemain, 14 novembre, en milieu de journée, de la fumée jaune précède une explosion qui provoque un incendie ; l'usage d'un extincteur ne suffit pas à l'éteindre. Fabrice Amedeo embarque sur son radeau de survie dans une mer très houleuse et déclenche ses balises de détresse. L'IMOCA, en flammes, sombre. Le cargo M/V Maersk Brida, répond au message Mayday à la radio VHF de Fabrice Amedeo, le contact visuel est établi grâce à des fusées de détresse. Après environ trois heures, Fabrice Amedeo réussit, non sans difficultés, à se hisser de son canot jusque sur le cargo[26],[27],[28].

Le , Jean Galfione abandonne la course après des examens médicaux réalisés à Vigo et qui lui ont révélé une commotion cérébrale. Le navigateur avait reçu un gros choc à la tête au large de la Corogne à bord son class40 SERENIS Consulting. Le navigateur avait repris la course après une escale à Brest en raison de problèmes techniques (grand-voile, entrée d’eau près de la quille, perte d’un aérien)[29].

Le matin vers 5 heures, alors qu'il faisait route vers Vigo, Erwan Thibouméry doit abandonner son trimaran Interaction devenu incontrôlable dans des conditions de mer et de vent difficiles, suite à de nombreux problèmes de voiles et d'une panne de moteur. Le navigateur est hélitreuillé par les secours espagnols, tandis que son bateau est retrouvé plus tard échoué sur la plage de Ferreira[30].

Le , quelques minutes avant le passage de la ligne d'arrivée par le vainqueur, la course déplore deux morts, salariés de OC Sport Pen Duick, après le chavirage d'un bateau suiveur affrété par l'organisation de la course[31],[32].

Le vers 20 heures, alors qu'il était en tête de la catégorie Rhum Multi, le trimaran Jess, barré par Gilles Buekenhout, chavire à 225 milles de la Tête à l’Anglais, soit à 280 milles de la ligne d'arrivée. Deux cargos, ainsi que les concurrents Loïc Escoffier et Roland Jourdain, sont déroutés pour rendre secours au skipper resté à bord de son voilier.[33]. Le chimiquier Chem Patriot embarque Gilles à son bord, en bonne santé, et le ramène en Guadeloupe.

ConcurrentsModifier

La course accueille 138 concurrents dont 131 hommes et 7 femmes, répartis en six catégories[34] :

  • classe Ultime : 8 inscrits
  • classe Ocean Fifty, anciennement Multi50 : 8 inscrits
  • classe IMOCA : 38 inscrits
  • Class40 : 55 inscrits
  • catégorie Rhum Multi : 17 inscrits
  • catégorie Rhum Mono : 12 inscrits.

Le doyen de la flotte est Philippe Poupon, âgé de 68 ans, tandis que le plus jeune est Martin Louchart[35], âgé de 20 ans.

Le plus vieux voilier participant à l'épreuve est le monocoque Viabilis-Pen Duick III-ACH Pour les enfants de Robert Debré, construit pour Éric Tabarly il y a 55 années en 1967, et piloté par Arnaud Pennarun.

Quatorze pays sont représentées selon la nationalité des concurrents : l'Allemagne, l'Afrique du Sud, l'Australie, la Belgique, la Chine, la Croatie, les Etats-Unis, la France, la Hongrie, l'Italie, le Japon, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni et la Suisse.

103 bateaux débarquent en Guadeloupe avant la fermeture de la ligne d'arrivée, 5 voiliers arrivent hors délai, et 30 marins abandonnent la course[36].

Classe UltimeModifier

Classe Ultime (8 inscrits)[36],[37]'[38]
Skipper Âge Nb
P
Bateau Lancé Cl
Gén
Cl
Cat
Date d'arrivée Temps de course Moyennes

(nœuds)

  Charles Caudrelier 48 ans 1re Maxi Edmond de Rothschild 2017 1er 1er j 19 h 47 min 25 s 21,6 / 26,9
  François Gabart 39 ans 3e SVR-Lazartigue 2021 2e 2e j 23 h 3 min 15 s 21,2 / 26,1
  Thomas Coville 54 ans 7e Sodebo Ultim 3 2019 3e 3e j h 37 min 25 s 20,3 / 25,4
  Francis Joyon 66 ans 8e IDEC Sport 2006 4e 4e j 13 h 41 min 40 s 17,2 / 22,3
  Yves Le Blevec 57 ans 3e Actual 2015 5e 5e j 15 h 49 min 1 s 17,1 / 21,9
  Arthur Le Vaillant 34 ans 2e Mieux 2014 6e 6e 10 j h 26 min 51 s 14,7 / 19,2
  Armel Le Cléac'h 45 ans 4e Maxi Banque populaire XI 2021 9e 7e 10 j 22 h 49 min 24 s 13,5 / 19,8
  Romain Pilliard 46 ans 2e Use It Again! by Extia 2004 49e 8e 15 j 23 h 26 min 28 s 9,2 / 12,3
Course des Ultime

Le , après un peu plus d'une heure de course (h 6 min), les trois premiers concurrents franchissent la bouée du Cap Fréhel dans l'ordre suivant : Charles Caudrelier à 15 h 21, Armel Le Cléac'h à 15 h 29 et François Gabart à 15 h 31[39]. À 23 h 45, les deux premiers (Charles Caudrelier et Armel Le Cléac'h) passent entre le rail d'Ouessant et l'île d'Ouessant.

Le à h 30, les deux premiers (Charles Caudrelier et François Gabart) passent au large du Cap Finisterre.

Le après-midi vers 16 heures, après un peu plus de trois jours de course, le trio de tête composé de Charles Caudrelier, François Gabart et Thomas Coville, traverse l'Archipel des Açores, avec des écarts d'environ 7 et 48 milles. Les navires progressent à des vitesses moyennes de 24 à 29 nœuds.

Le , Charles Caudrelier coupe la ligne d'arrivée devant Pointe-à-Pitre en battant le précédent record de près de 20 heures. Il signe un temps record de 6 j 19 h 47 min 25 s contre 7 j 14 h 21 min 47 s pour Francis Joyon en 2018. Le gain de vitesse moyenne sur la route orthodromique est de l'ordre de deux nœuds (21,63 contre 19,42 en 2018), le gain de vitesse moyenne sur l'eau et de l'ordre de trois nœuds (26,86 sur 4 399,58 milles parcourus contre 23,95 sur 4 367 milles parcourus en 2018).

Charles Caudrelier met ainsi fin à la série de trois victoires consécutives du trimaran Groupama 3 : en 2010, en 2014 (sous le nom de Banque populaire VII ) et en 2018 (sous le nom d'Idec Sport )[40]. Caudrelier est félicité par Franck Cammas, son routeur. Un Cammas qui fut le vainqueur de l'épreuve en 2010[40], routé par Caudrelier[41]. Celui-ci relativise le record qu'il vient d'établir, alors que Francis Joyon à la barre de Groupama 3, devenu Idec Sport, est encore à 820 milles de l'arrivée : « Groupama 3 a été mis à l'eau en 2006, c'est un bateau génial, qui a marqué l'histoire de la voile, il est normal d'aller plus vite aujourd'hui, avec des foils, sur ces bateaux volants[42]. »

Thomas Coville arrive 3e, dix heures après le vainqueur, battant largement le précédent record malgré des conditions météo moins favorables que lors des éditions précédentes[43].

Classe Ocean FiftyModifier

Classe Ocean Fifty (8 inscrits)[36],[37]'[38]
Skipper Âge Nb
P
Bateau Lancé Cl
Gén
Cl
Cat
Date d'arrivée Temps de course Moyennes

(nœuds)

  Erwan Le Roux[44] 47 ans 5e Koesio 2020 7e 1er 10 j 21 h 35 min 52 s 13,5 / 16,4
  Quentin Vlamynck 29 ans 1re Arkema 2020 8e 2e 10 j 21 h 54 min 5 s 13,5 / 16,0
  Sébastien Rogues 36 ans 2e Primonial 2009 10e 3e 11 j h 37 min 37 s 13,2 / 15,8
  Éric Péron 41 ans 1re Komilfo 2009 12e 4e 11 j 19 h 21 min 30 s 12,5 / 16,4
  Armel Tripon 47 ans 4e Les P'tits
Doudous
2013 16e 5e 12 j h 38 min 18 s 12,2 / 15,1
  Gilles Lamiré 51 ans 5e Groupe
GCA-1001
Sourires
2009 25e 6e 13 j h 22 min 23 s 11,0 / 13,7
  Thibaut Vauchel-Camus 43 ans 3e Solidaires En
Peloton
ARSEP
2017 Abandon le (chavirage)[22]
  Sam Goodchild 32 ans 2e Leyton 2017 Abandon le (blessure du skipper)
Course des Ocean Fifty
 
Erwan Le Roux en 2014.

Le , après un peu plus d'une heure de course (h 33 min), les trois premiers concurrents franchissent la bouée du Cap Fréhel dans l'ordre suivant : Quentin Vlamynck à 15 h 48, Sébastien Rogues à 15 h 50 et Armel Tripon à 15 h 53[39].

Le après-midi vers 15 heures, après quatre jours de courses, le trio de tête composé de Quentin Vlamynck, Sébastien Rogues et Erwan Le Roux, passe au sud de l'Archipel des Açores, avec un écart d'environ 47 milles entre le premier et le troisième. Les navires progressent à des vitesses moyennes de 10 à 17 nœuds.

Classe IMOCAModifier

Classe IMOCA (38 inscrits)[36],[34],[37]'[38]
Skipper Âge Nb
P
Bateau Lancé Cl
Gén
Cl
Cat
Date d'arrivée Temps de course Moyennes

(nœuds)

  Thomas Ruyant 41 ans 2e LinkedOut 2019 11e 1er 11 j 17 h 36 min 25 s 12,6 / 15,5
  Charlie Dalin 38 ans 1re Apivia 2019 13e 2e 11 j 19 h 38 min 11 s 12,5 / 15,4
  Jérémie Beyou 46 ans 5e Charal 2022 14e 3e 11 j 21 h 0 min 55 s 12,4 / 15,2
  Kevin Escoffier 42 ans 1re Holcim-PRB 2022 15e 4e 11 j 23 h 31 min 14 s 12,3 / 14,9
  Maxime Sorel 36 ans 3e V and B
Monbana
Mayenne
2022 17e 5e 12 j h 59 min 42 s 11,9 / 14,2
  Paul Meilhat 40 ans 2e Biotherm 2022 18e 6e 12 j 10 h 18 min 33 s 11,9 / 14,3
  Justine Mettraux 35 ans 1re Teamwork 2018 19e 7e 12 j 13 h 26 min 35 s 11,8 / 13,7
  Benjamin Dutreux 32 ans 1re Guyot environnement
Water Family
2015 20e 8e 12 j 23 h 51 min 24 s 11,4 / 13,6
   Isabelle Joschke 45 ans 2e MACSF 2007 21e 9e 13 j h 26 min 54 s 11,3 / 12,5
  Romain Attanasio 45 ans 2e Fortinet
Best Western
2015 22e 10e 13 j h 40 min 20 s 11,1 / 12,6
  Sébastien Marsset 37 ans 2e Mon courtier énergie
Cap Agir Ensemble
2006 23e 11e 13 j h 36 min 55 s 11,1 / 12,3
  Pip Hare 48 ans 1re Medallia 2015 24e 12e 13 j h 38 min 12 s 11,1 / 12,9
  Tanguy Le Turquais 33 ans 1re Lazare 2008 26e 13e 13 j 12 h 13 min 35 s 10,9 / 12,3
  James Harayda 24 ans 1re Gentoo 2007 27e 14e 13 j 14 h 13 min 35 s 10,8 / 12,7
  Benjamin Ferre 31 ans 1re Monnoyeur
Duo for a job
2011 28e 15e 13 j 15 h 39 min 30 s 10,8 / 12,3
  Giancarlo Pedote 46 ans 2e Prysmian Group 2015 29e 16e 13 j 16 h 32 min 50 s 10,8 / 13,0
  Arnaud Boissières 50 ans 4e La Mie Câline 2010 30e 17e 13 j 19 h 37 min 20 s 10,7 / 12,2
   Conrad Colman 38 ans 2e Imagine 2007 31e 18e 13 j 20 h 23 min 8 s 10,7 / 12,4
  Yannick Bestaven 49 ans 4e Maître Coq V 2022 32e 19e 13 j 20 h 37 min 27 s 10,7 / 13,0
  Nicolas Troussel 48 ans 3e Corum L'Épargne 2020 33e 20e 13 j 20 h 57 min 2 s 10,6 / 12,9
  Alan Roura 29 ans 2e Hublot 2019 34e 21e 14 j h 47 min 13 s 10,5 / 12,4
  Antoine Cornic 42 ans 1re Human 2006 37e 22e 14 j h 34 min 25 s 10,3 / 11,9
  Éric Bellion 46 ans 2e Commeunseulhomme
Powered by Altavia
2007 39e 23e 14 j 13 h 26 min 40 s 10,1 / 11,9
  Boris Herrmann 41 ans 2e Malizia - Seaexplorer 2022 40e 24e 14 j 15 h 21 min 41 s 10,1 / 12,2
  Guirec Soudée 30 ans 1re Freelance.com 2007 42e 25e 14 j 18 h 58 min 48 s 10,0 / 11,8
  Szabolcs Weöres 49 ans 1re Szabi Racing 2007 45e 26e 14 j 22 h 19 min 14 s 9,9 / 11,2
  Louis Duc 38 ans 3e Fives
Lantana Environnement
2006 47e 27e 15 j h 19 min 7 s 9,7 / 11,1
  Samantha Davies 47 ans 2e Initiatives Cœur 2022 51e 28e 16 j h 35 min 17 s 9,7 / 10,9
  Jingkun Xu 32 ans 1re China Dream 2007 54e 29e 16 j h 34 min 0 s 9,0 / 11,1
  Manuel Cousin 55 ans 2e Groupe Sétin 2007 57e 30e 16 j 13 h 8 min 5 s 8,9 / 11,3
  François Guiffant 49 ans 1re Kattan 2004 63e 31e 16 j 19 h 6 min 40 s 8,8 / 10,6
  Oliver Heer* 34 ans 1re Oliver Heer Ocean
Racing
2007 67e 32e 17 j h 22 min 55 s 7,9 / 10,5
  Rodolphe Sepho 36 ans 3e Rêve de Large
Region Guadeloupe
2007 77e 33e 18 j 16 h 26 min 59 s 7,9 / 10,5
  Nicolas Rouger 42 ans 1re Demain c'est loin 2006 86e 34e 19 j h 17 min 42 s 7,6 / 10,3
  Fabrice Amedeo 44 ans 4e Nexans
Art & Fenêtres
2015 Abandon le (voie d'eau, incendie puis naufrage[45])
  Louis Burton 37 ans 4e Bureau Vallée 2020 Abandon le (démâtage)
  Damien Seguin 43 ans 4e Groupe Apicil 2015 Abandon le (démâtage suite à une collision avec un cargo)
  Kojiro Shiraishi 55 ans 1re DMG MORI
Global One
2019 Abandon le (collision au passage du Cap Fréhel)

* En raison d'une collision avec un autre concurrent au cours de la première soirée de la course qui n'était pas de sa faute et qui a nécessité son retour au port pour effectuer des réparations, Oliver Heer a reçu 84 heures de temps de bonification.

Course des Imoca
 
Thomas Ruyant en 2016.

Le , après plus d'une heure de course (h 52 min), les trois premiers concurrents franchissent la bouée du Cap Fréhel dans l'ordre suivant : Charlie Dalin à 16 h 7, Louis Burton à 16 h 14 et Jérémie Beyou à 16 h 17[39].

Le après-midi vers 15 heures, après un peu plus de quatre jours de courses, Charlie Dalin passe entre les îles sud de l'Archipel des Açores, avec un écart d'environ 83 milles sur Jérémie Beyou et 86 milles sur Thomas Ruyant. Les trois premiers navires progressent à des vitesses moyennes de 10 à 18 nœuds.

Le matin vers 6 heures, à près de 1 100 milles de l'arrivée, pour la première fois de l'épreuve, Thomas Ruyant prend la tête devant Charlie Dalin. Les deux skippers entament un duel d’empannage, suivis à environ 60 milles par Kevin Escoffier et Jérémie Beyou.

Justine Mettraux sur Teamwork est la première femme à franchir la ligne d'arrivée à Pointe-à-Pitre, en arrivant 7e dans sa classe et 19e au classement général.

En se classant 11e le , Mon courtier énergie - Cap Agir Ensemble (2006), barré par Sébastien Marsset, est le premier IMOCA à dérive droite.

Class40Modifier

Class40 (55 inscrits)[36],[46],[38]
Skipper Âge Nb
P
Bateau Lancé Cl
Gén
Cl
Cat
Date d'arrivée Temps de course Moyennes

(nœuds)

  Yoann Richomme 39 ans 2e Paprec Arkéa 2022 35e 1er 14 j h 8 min 40 s 10,4 / 11,4
  Ambrogio Beccaria 30 ans 1re Allagrande Pirelli 2022 36e 2e 14 j h 23 min 48 s 10,3 / 11,8
  Corentin Douguet 48 ans 1re Queguiner
Innoveo
2022 38e 3e 14 j h 24 min 12 s 10,3 / 11,7
   Simon Koster 33 ans 1re Banque du Léman 2019 41e 4e 14 j 18 h 45 min 0 s 10,0 / 11,3
  Antoine Carpentier 46 ans 2e Redman 2020 43e 5e 14 j 22 h 10 min 45 s 9,9 / 11,1
  Xavier Macaire 41 ans 1re Groupe SNEF 2022 44e 6e 14 j 22 h 18 min 20 s 9,9 / 11,3
   Luke Berry 35 ans 2e Lamotte
Module Création
2022 46e 7e 14 j 23 h 0 min 22 s 9,9 / 11,2
  Alberto Bona 36 ans 1re IBSA 2022 48e 8e 15 j h 19 min 50 s 9,7 / 10,9
  Martin Le Pape 33 ans 1re Fondation Stargardt 2022 50e 9e 16 j h 30 min 4 s 9,1 / 10,6
  Axel Tréhin 34 ans 1re Project
Rescue Ocean
2021 55e 10e 16 j h 1 min 16 s 9,0 / 10,9
  Kito de Pavant 61 ans 4e HBF
Reforest'Action
2014 56e 11e 16 j 12 h 0 min 45 s 9,0 / 10,2
  Emmanuel Le Roch 49 ans 2e Edenred 2021 58e 12e 16 j 13 h 20 min 25 s 8,9 / 10,4
  Ian Lipinski 40 ans 1re Crédit Mutuel 2018 60e 13e 16 j 14 h 8 min 46 s 8,9 / 10,6
   Alex Mehran 41 ans 1re Polka Dot 2018 61e 14e 16 j 14 h 56 min 15 s 8,9 / 10,3
  Nicolas d'Estais 30 ans 1re Happyvore 2021 65e 15e 16 j 21 h 7 min 10 s 8,7 / 9,9
  William Mathelin-Moreaux 28 ans 2e Dékuple 2022 66e 16e 16 j 23 h 23 min 8 s 8,7 / 9,9
  Jules Bonnier 26 ans 1re Nestenn
Entrepreneurs
pour la Planète
2018 68e 17e 17 j h 55 min 50 s 8,7 / 10,0
  Baptiste Hulin 25 ans 1re Rennes
Saint-Malo
Mer Entreprendre
2017 69e 18e 17 j h 52 min 19 s 8,6 / 9,8
  Cédric Chateau 45 ans 1re Sogestran
Seafrigo
2021 70e 19e 17 j h 34 min 50 s 8,5 / 11,0
  Marc Lepesqueux 54 ans 4e CURIUM
life forward
2022 71e 20e 17 j h 43 min 23 s 8,5 / 10,2
  Andrea Fornaro 45 ans 1re In Flurence 2021 72e 21e 17 j 10 h 30 min 46 s 8,5 / 9,7
  Jean-Baptiste Daramy 41 ans 2e Chocolats Paries - Screb 2013 74e 22e 17 j 18 h 1 min 30 s 8,3 / 9,7
  Didier Le Vourch 50 ans 1re Vicitan 2014 75e 23e 18 j h 1 min 35 s 8,1 / 9,7
  Kieran Le Borgne 24 ans 1re Recycleurs Bretons 2009 76e 24e 18 j h 43 min 50 s 8,1 / 9,2
  Stan Thuret 35 ans 1re Everial 2022 79e 25e 18 j 17 h 48 min 3 s 7,9 / 10,1
  Pierre Casenave-Péré 23 ans 1re Legallais 2015 80e 26e 18 j 18 h 34 min 4 s 7,9 / 10,9
  Pierre-Louis Attwell 26 ans 1re Vogue avec
un Crohn
2014 83e 27e 19 j h 10 min 36 s 7,7 / 9,6
  Mathieu Claveau 33 ans 1re Prendre la mer
Agir pour la Forêt
2008 84e 28e 19 j h 39 min 5 s 7,7 / 9,1
  Greg Leonard 49 ans 1re Kite 2015 85e 29e 19 j h 41 min 50 s 7,6 / 9,3
  Victor Jost 26 ans 1re Caisses
Réunionnaises
Complémentaires
2011 87e 30e 19 j h 40 min 40 s 7,6 / 9,3
  Morgane Ursault Poupon 36 ans 2e UP Sailing 2007 89e 31e 19 j 10 h 56 min 54 s 7,6 / 9,1
  Franz Bouvet 61 ans 2e Yoda 2008 91e 32e 20 j h 33 min 50 s 7,4 / 9,1
  Florian Gueguen 29 ans 2e Dopamine
Sailing Team
2011 92e 33e 20 j h 42 min 50 s 7,2 / -
  Maxime Cauwe 38 ans 2e Wisper 2010 93e 34e 20 j 19 h 2 min 50 s 7,1 / 9,1
  Anatole Facon 22 ans 1re Naviguons contre le diabète 2012 95e 35e 21 j h 4 min 34 s 7,0 / 8,9
  Hervé Thomas 56 ans 1re Bleu Blanc 2017 100e 36e 23 j h 4 min 34 s 6,3 / 7,7
  Keni Piperol 26 ans 1re Captain Alternance 2021 103e 37e 26 j h 3 min 30 s 5,7 / 8,5
  Donald Alexander 64 ans 2e Conscious Planet 2017 Abandon le (problèmes d’alimentation)
  Mikael Mergui 40 ans 1re Centrakor 2022 Abandon le (problèmes de batteries)
  Sacha Daunar 32 ans 1re Vikings ForEver 2010 Abandon le (maladie)
  Yves Courbon 54 ans 1re Edigo - Univerre 2021 Abandon le (problèmes techniques)
  Ivica Kostelić 42 ans 1re ACI 2013 Abandon le (problèmes d'aériens)
  Emmanuel Hamez 59 ans 3e Viranga 2021 Abandon le (grand-voile déchirée)
  Jean Galfione 51 ans 3e SERENIS Consulting 2021 Abandon le (commotion cérébrale)
  François Jambou 38 ans 1re À l'aveugle-Trim Control 2012 Abandon le (démâtage)
  Matthieu Perraut 32 ans 1re Inter Invest 2022 Abandon le (choc violent avec OFNI puis bateau délaminé)
  Jean-Pierre Balmès 63 ans 2e FullSave 2017 Abandon le (problèmes de ballasts et de hook de trinquette)
  Rupert Henry 49 ans 1re Eora 2021 Abandon le (défaillance structurelle d’une cloison avant du bateau)
  Amélie Grassi 28 ans 1re La Boulangère Bio 2021 Abandon le (démâtage)
  Aurélien Ducroz 40 ans 1re Crosscall 2021 Abandon le (démâtage)[21]
  Jonas Gerckens 42 ans 2e Volvo 2021 Abandon le (J1[47] déchirée, santé, et pilote automatique défaillant)
  Geoffrey Mataczynski 34 ans 1re Fortissimo 2008 Abandon le (problème de pilote automatique)
  Laurent Camprubi 62 ans 1re Glaces Romane 2022 Abandon le (divers problèmes sur le bateau)
  Martin Louchart 20 ans 1re Randstad-Ausy 2018 Abandon le (plusieurs dommages après collision avec rochers)
  Antoine Magre 26 ans 1re E.Leclerc
Ville-La-Grand
2020 Abandon le (échoué sur l'île de Batz[18])
Course des Class40
 
Yoann Richomme à bord de Paprec Arkea.

Le , juste après quatre heures de course, les trois premiers concurrents franchissent la bouée du Cap Fréhel dans l'ordre suivant : Matthieu Perraut à 18 h 15, Ambrogio Beccaria à 18 h 18 et Luke Berry à 18 h 23[39].

Le matin vers 9 heures, après cinq jours et 19 heures de courses, le trio de tête composé de Yoann Richomme, Xavier Macaire et Corentin Douguet, traverse l'Archipel des Açores au lever du soleil, avec un écart d'environ 16 milles entre le premier et le troisième. Les navires progressent à une vitesse moyenne de 7 nœuds.

Catégorie Rhum MultiModifier

Catégorie Rhum Multi (17 inscrits)[36],[34],[37]'[38]
Skipper Âge Nb
P
Bateau Lancé Cl
Gén
Cl
Cat
Date d'arrivée Temps de course Moyennes

(nœuds)

  Loïc Escoffier 41 ans 2e Lodigroup 2022 52e 1er 16 j h 37 min 23 s 9.1 / 11.0
  Roland Jourdain 58 ans 5e We Explore 2022 53e 2e 16 j h 21 min 0 s 9,0 / 10,7
  Marc Guillemot 63 ans 5e Metarom MG5 2021 62e 3e 16 j 17 h 51 min 6 s 8,8 / 10,7
  Halvard Mabire 65 ans 5e GDD 2021 64e 4e 16 j 20 h 0 min 26 s 8,8 / 9,9
  Gwen Chapalain 53 ans 1re Guyader
Savéol
2020 73e 5e 17 j 13 h 19 min 15 s 8,4 / 10,2
  Fabrice Payen 53 ans 2e Ille et Vilaine
Cap vers l'inclusion
1987 78e 6e 18 j 16 h 26 min 59 s 7,9 / 9,8
  Philippe Poupon 68 ans 5e Flo 1990 81e 7e 18 j 19 h 3 min 37 s 7,9 / 10,9
  Etienne Hochede 66 ans 3e PiR2 1983 82e 8e 19 j h 3 min 54 s 7,7 / 9,2
  Charlie Capelle 67 ans 6e Acapella
La chaîne de l'espoir
1981 96e 9e 21 j h 56 min 24 s 6,9 / 8,5
  Christophe Bogrand 59 ans 2e Château du Launay 1982 97e 10e 21 j h 50 min 35 s 6,9 / 8,7
  Thomas Lurton 25 ans 1re Moxie-Bâti Armor 1979 98e 11e 21 j 20 h 9 min 20 s 6,7 / 8,2
  Laurent Etheimer 60 ans 1re Happy 1980 99e 12e 22 j 18 h 35 min 0 s 6,5 / 8,0
  David Ducosson 50 ans 3e Trilogik
Dys de Coeur
2003 Abandon le (problèmes électroniques et pilote)
  Gilles Buekenhout 60 ans 4e Jess 2011 Abandon le (chavirage[33])
  Erwan Thibouméry 54 ans 3e Interaction 1990 Abandon le (hélitreuillage[30])
  Brieuc Maisonneuve 48 ans 2e CMA Île-de-France
60000 Rebonds
2019 Abandon le (chavirage[25])
  Oren Nataf 50 ans 1re Rayon vert 2002 Abandon le (grand-voile déchirée)
Course des Rhum Multi

Le , après un peu plus de quatre heures de course (h 8 min), les trois premiers concurrents franchissent la bouée du Cap Fréhel dans l'ordre suivant : Fabrice Payen à 18 h 23, Gilles Buekenhout à 18 h 38 et Gwen Chapalain à 18 h 39[39].

Le matin vers 10 heures, après cinq jours et 20 heures de course, Gilles Buekenhout passe au sud de l'Archipel des Açores avec un écart d'environ 96 milles sur Roland Jourdain et 119 milles sur Loïc Escoffier. Les trois premiers navires progressent à des vitesses moyennes de 9 nœuds à 13 nœuds. La flotte est divisée en deux groupes avec sept voiliers avec la trajectoire du sud des Açores et six autres plus proches des côtes Africaines et du Portugal au nord de Madère. Le guadeloupéen David Ducosson, fermant la course de sa catégorie, est à l'arrêt à Lorient depuis pour réparer son pilote automatique[48], en attente d'une fenêtre météo, après une première escale à Brest[49] ; il repart le vers 17 heures à environ 1 500 milles du navire de Gilles Buekenhout, toujours en tête de course.

Catégorie Rhum MonoModifier

Catégorie Rhum Mono (12 inscrits)[36],[34],[37],[38]
Skipper Âge Nb
P
Bateau Lancé Cl
Gén
Cl
Cat
Date d'arrivée Temps de course Moyennes

(nœuds)

  Jean-Pierre Dick 56 ans 4e Notre Méditerranée
Ville de Nice
2010 59e 1er 16 j 13 h 57 min 51 s 8,9 / 10,4
  Catherine Chabaud 59 ans 2e Formatives network 1991 88e 2e 19 j 10 h 18 min 43 s 7,6 / 9,2
  Wilfrid Clerton 51 ans 3e Cap au Cap
Location
1980 90e 3e 19 j 22 h 11 min 45 s 7,4 / 9,1
  Willy Bissainte 52 ans 4e Tradisyaon Gwadloup 2002 94e 4e 20 j 20 h 59 min 10 s 7,1 / 9,0
  Gilles Colubi 63 ans 1re Kornog 2 2011 101e 5e 23 j 20 h 23 min 45 s 6,2 / 7,9
  Olivier Nemsguern 49 ans 1re Elora 2021 102e 6e 25 j h 26 min 28 s 5,9 / 7,3
  Guy Pronier 59 ans 1re Terranimo 1999 DNF Hors temps
  Fabio Gennari 30 ans 1re Bella Donna
Race for Pure Ocean
1999 DNF Hors temps
  Remy Gerin 59 ans 1re Faiaoahe 2006 DNF Hors temps
  Arnaud Pennarun 50 ans 1re Viabilis-Pen Duick III
ACH Pour les enfants
de Robert Debré
1967 DNF Hors temps
  Jean-Sébastien Biard 50 ans 1re JSB Déménagements 1994 DNF Hors temps
  Daniel Ecalard 66 ans 2e SOS Pare-Brise + 1998 Abandon le (impossibilité d'atteindre l'arrivée avant la fermeture)
Course des Rhum Mono

Le , après un peu plus de quatre heures de course (h 11 min), les trois premiers concurrents franchissent la bouée du Cap Fréhel dans l'ordre suivant : Jean-Pierre Dick à 18 h 26, Catherine Chabaud à 18 h 30 et Willy Bissainte à 18 h 48[39].

Notes et référencesModifier

  1. « Voile: fondamentaux et nouveautés pour La Route du Rhum 2022 », sur LEFIGARO, (consulté le )
  2. « Avis de course 2022 », sur routedurhum.com (consulté le )
  3. Nicolas CARNEC, « Route du Rhum. Rendez-vous dans 100 jours pour le départ à Saint-Malo ! », sur Ouest France,
  4. « Today marks 100 days before the start of La Route du Rhum - Destination Guadeloupe 2022 », sur www.sail-world.com (consulté le )
  5. « Le départ de la Route du Rhum – Destination Guadeloupe sera donné mercredi 9 novembre à 14h15 », sur routedurhum.com, (consulté le )
  6. a et b « Décalage du départ de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe », sur routedurhum.com, (consulté le )
  7. Capucine Venance, « La fermeture de la ligne d'arrivée de la Route du Rhum déplacée », sur actunautique.com, 25 novembre 2022 (consulté le 28 novembre 2022).
  8. « Route du Rhum 2022. Pourquoi le routage est autorisé dans certaines catégories et pas d’autres ? », sur Ouest France, (consulté le )
  9. Redacteur, « Route du Rhum. La liste complète des 138 inscrits », sur Course au Large, (consulté le )
  10. Le Point magazine, « Route du rhum : 138 participants inscrits, un record », sur Le Point, (consulté le )
  11. Philippe Eliès, « Route du Rhum : François Gabart va-t-il pouvoir réparer sa dérive centrale à temps ? », sur Le Télégramme, (consulté le )
  12. « Route du Rhum: le départ reporté en raison de la météo », sur tv5monde.com, (consulté le )
  13. « Route du rhum 2022 : en tête, Charles Caudrelier va devoir observer une pénalité de quatre heures après avoir volé le départ », sur France Info Sport, (consulté le ).
  14. Jacques Guyader, « Route du Rhum. Pénalité annulée pour Charles Caudrelier ! », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  15. « Abandon d’Oren Nataf (Rayon Vert) », sur routedurhum.com (consulté le ).
  16. « FLASH INFO : Sam Goodchild (LEYTON) est contraint d’abandonner la Route du Rhum - Destination Guadeloupe. », sur routedurhum.com (consulté le ).
  17. « Route du Rhum 2022. Martin Louchart contraint d'abandonner la course », sur France 3 Bretagne (consulté le )
  18. a et b Séverine Breton, « Route du Rhum. Antoine Magré échoué au large de l'île de Batz », sur France 3 Bretagne, (consulté le ).
  19. « FLASH : Le Maxi Banque Populaire XI fait route vers Lorient suite à la casse de sa dérive », sur routedurhum.com, (consulté le ).
  20. Bruno Ménard, « Route du Rhum. Percuté par un cargo, le bateau de Damien Seguin a démâté ! », Voiles et voiliers,‎ (lire en ligne)
  21. a et b « Route du Rhum : Aurélien Ducroz contraint à l'abandon après avoir démâté », sur France 3 Auvergne Rhône-Alpes, (consulté le ).
  22. a et b « FLASH INFO : Solidaires En Peloton - ARSEP a chaviré », sur routedurhum.com (consulté le ).
  23. Renaud Pelard, « Route du Rhum. Thibaut Vauchel-Camus est à l’abri, opération de sauvetage réussie », sur Ouest-France, (consulté le ).
  24. « FLASH INFO : Brieuc Maisonneuve secouru par Jean-Pierre Dick suite au chavirage de son catamaran », sur routedurhum.com (consulté le ).
  25. a et b « Route du Rhum : Jean-Pierre Dick secourt Brieuc Maisonneuve après son chavirage », sur Le Télégramme, (consulté le ).
  26. « Route du Rhum: Vauchel-Camus secouru, Maisonneuve récupéré (par Dick), Amedeo en difficulté », sur LEFIGARO, (consulté le )
  27. « Route du Rhum - Destination Guadeloupe », sur Route du Rhum - Destination Guadeloupe (consulté le )
  28. « Route du Rhum - Destination Guadeloupe », sur Route du Rhum - Destination Guadeloupe (consulté le )
  29. « Route du rhum : commotion cérébrale pour Jean Galfione qui doit abandonner », sur LEFIGARO, (consulté le )
  30. a et b « Route du Rhum : Erwan Thibouméry hélitreuillé, son bateau dérive et s’échoue sur une plage », sur Le Télégramme, (consulté le ).
  31. « Route du rhum : le chavirement d’un bateau suiveur fait deux morts », sur www.lepoint.fr, (consulté le ).
  32. « Communiqué de presse @Procureur_pap », sur Twitter (consulté le )
  33. a et b Philippe Eliès, « Route du Rhum : Gilles Buekenhout, en tête des Rhum Multi, chavire », sur Le Télégramme, (consulté le ).
  34. a b c et d « Route du Rhum : la liste définitive des 138 skippers », sur letelegramme.fr, 23 octobre 2022 (consulté le 23 octobre 2022).
  35. Martin Louchart sur WM.
  36. a b c d e f et g « Route du Rhum 2022 : les vainqueurs et classements classe par classe », sur letelegramme.fr, (consulté le )
  37. a b c d et e « Skippers », sur routedurhum.com (consulté le ).
  38. a b c d e et f « Route du Rhum 2022 », sur www.histoiredeshalfs.com (consulté le ).
  39. a b c d e et f « Pointage au Cap Fréhel », sur routedurhum.com, (consulté le ).
  40. a et b Bastien Cheval, « Pourquoi le trimaran Idec Sport gagne toujours la Route du Rhum ? » sur ouest-france.fr, 12 novembre 2018 (consulté le 19 novembre 2022).
  41. Sandrine Lefèvre, « Route du rhum : Charles Caudrelier, pour sa première course en solitaire, tient la chance de sa vie », sur leparisien.fr, 8 novembre 2022 (consulté le 19 novembre 2022).
  42. "interview ponton" de Caudrelier à l'arrivée pour la chaine « Route du rhum destination guadeloupe »
  43. interview de Thomas Coville à l'arrivée pour le journal l'équipe.
  44. Jacques Guyader, « Route du Rhum. Erwan Le Roux (Koésio), vainqueur en Ocean Fifty : « Je n’ai jamais douté » », sur Ouest France, (consulté le )
  45. F-G. Derrien et Charline Martin-Méfort, « Route du Rhum. L’Imoca de Fabrice Amedeo sombre après une explosion, le skipper secouru par un cargo », sur Ouest France, (consulté le )
  46. Frédéric Veille, « Route du Rhum 2022 : 55 engagés et une dizaine de favoris en Class40 », sur rtl.fr, 26 octobre 2022 (consulté le 10 novembre 2022).
  47. les voiles d'un IMOCA
  48. Salomé Chauvet, « Route du Rhum : onze bateaux arrêtés, un trio en quête des alizés, le point à la mi-journée », sur Le Télégramme, (consulté le )
  49. Quentin Menu, « Route du Rhum 2022 : la malédiction des skippers ultramarins », sur la1ere.francetvinfo.fr, (consulté le )

Articles connexesModifier

Liens externesModifier