Ouvrir le menu principal

Francis Joyon
Image illustrative de l’article Francis Joyon
Arrivée de Francis Joyon au port du Château de Brest le 17 juin 2013.
Contexte général
Sport Voile
Période active depuis 1988
Biographie
Nationalité sportive Drapeau : France Français
Naissance (63 ans)
Lieu de naissance Hanches (France)

Francis Joyon, né le à Hanches (Eure-et-Loir), est un navigateur français revendiquant être un « Beauceron sur la mer »[1]. Il commence sa carrière de coureur au large en 1988 et participe à sa première Route du Rhum en 1990. En 2000, il remporte sa première grande épreuve à l'occasion de la Transat anglaise.

En 2004, il est le premier marin à boucler sans escale un tour du monde sur multicoque en solitaire. En 2008, il reprend le record à Ellen MacArthur et devient le nouveau détenteur du record du tour du monde à la voile en solitaire en 57 jours 13 h 34 min 6 s, sur le trimaran IDEC, avant que ce record ne soit battu en 2016, le jour de Noël par Thomas Coville sur Sodebo Ultim' qui boucle son tour du monde en moins de cinquante jour, puis par François Gabart établit en 42 jours 16 h 40 min 35 s. Il remporte ensuite de nombreux records océaniques, devenant l'un des meilleurs spécialistes.

Le , Francis Joyon et ses cinq hommes d'équipage s'emparent du nouveau record du tour du monde à la voile en équipage en 40 jours 23 h 30 min 30 s sur le trimaran Ultime IDEC Sport. Il s'empare ainsi du Trophée Jules-Verne, détenu jusqu'alors par Loïck Peyron et ses treize membres d'équipage sur Maxi Banque Populaire V améliorant au passage la marque de plus de quatre jours.

Le , au terme d'une arrivée très serrée avec François Gabart, qu'il dépasse à la sortie du canal des Saintes, il remporte la Route du Rhum pour sa septième participation, avec sept minutes d'avance sur son poursuivant.

BiographieModifier

Débuts sur la Route du Rhum et victoire sur la transat anglaise (1988-2003)Modifier

Francis Joyon naît à Hanches, village près d'Épernon où il fait ses classes à la communale[E 1]. Enfant, il est proche de la nature qu'il découvre dans la vallée de la Drouette[E 1]. Moniteur aux Glénans et convoyeur, il forge son expérience sur des voiliers disparates. Sa vie change quand, dans le port de la Trinité-sur-Mer, il décide de réhabiliter les deux flotteurs du catamaran Elf Aquitaine[E 2]. Il est inconcevable pour lui que ces deux pièces majeures d'un voilier puissent agoniser dans le port[E 2]. En rachetant d'autres pièces de récupération, Joyon fabrique ainsi un nouveau bateau sans démarcher des sponsors[E 2].

En 1990, il participe pour la première fois à la Route du Rhum à bord d'un trimaran dont les pièces et la fabrication sont issues de divers autres voiliers[2]. Son bateau mesure 20,8 m de long. Malgré la limitation de taille de 18,28 m les organisateurs autorise les bateaux un peu plus grand mais plus anciens à prendre le départ sur dérogation. Néanmoins, les officiels annoncent quelques jours avant le départ que la dérogation n'est plus effective. Francis Joyon est alors contraint de couper les flotteurs de son bateau pour le raccourcir. Malgré ce contretemps, le Français prend part à la course et termine à la dixième place en Guadeloupe[3].

De 1988 à 2000, il demeure dans l'étrave de la victoire. Sur son premier bateau puis sur Banque populaire, racheté sans voiles ni mâture en s'endettant, il collectionne les places d'honneur et les podiums dans les plus grandes courses comme la Route de la découverte, la Route du Rhum, la course de l'Europe, la Transat anglaise, la Transat Jacques-Vabre, Québec-Saint-Malo ou encore la Route des Phares[E 2].

En 2000, sa première victoire est liée à son Eure-et-Loir natale. Se retrouvant sans partenaires après son divorce avec la Banque populaire, le Conseil général d'Eure-et-Loir sponsorise durant quatre ans son trimaran aidé par le CODEL[E 2]. Le départ de la Transat anglaise est donné à Plymouth[E 3]. Durant les trois premiers jours, Joyon n'est pas loin d'Alain Gautier qui domine la course[E 3]. Lors d'une nuit de tempête, l'Eurélien prend la tête[E 3]. Après avoir conservé la tête devant Franck Cammas, Marc Guillemot et Gautier, Joyon bat le record de l'épreuve en 9 jours 23 heures et 21 minutes[E 3].

En 2002, Francis Joyon est au départ de la Route du Rhum[E 4]. Mais le golfe de Gascogne lui est fatal[E 4]. Il passe plusieurs heures dans sa cabine en attendant les sauveteurs[E 4]. Ensuite, lui et Eure-et-Loir enchaînent les succès notamment au Tour de l'Île de Wight (2001, 2003 et 2004) puis un autre à la Fastnet Race (2001)[E 4].

Records successifs (2004-2014)Modifier

Il bat, en 2004 avec son nouveau trimaran géant, le record du tour du monde en solitaire, en 72 jours, 22 heures, 54 minutes et 22 secondes[E 4],[4]. Il améliore de 20 jours le précédent record et devient aussi le premier marin au monde à boucler un tour du monde sur multicoque sans escale[E 4],[5],[6]. Il barre le trimaran de 27,4 mètres Idec (ancien Sport Élec d'Olivier de Kersauson), et a réalisé une moyenne de 15,5 nœuds[E 4]. Cet exploit est reconnu internationalement ; lors de la conférence de presse Rodney Pattisson (en), double champion Olympique Anglais de voile, lui offre une de ses médailles d'or en lui disant : « Je n'ai rien de plus précieux, et je n'ai pas de meilleure façon d'exprimer mon admiration »[7]. Quelques mois plus tard, Ellen MacArthur bat ce record[E 4].

Le , Francis Joyon bat le record de la traversée de l'Atlantique Nord à la voile en solitaire, toujours sur Idec avec un temps de 6 j 4 h 1 min et 37 s[E 5]. Il bat le record établi par Laurent Bourgnon, onze ans plus tôt[E 5]. Pendant cette traversée, il bat également le record de la plus grande distance sur 24h en solitaire en parcourant 543 milles nautique lors de la journée du [E 5]. Le 7 juillet, lors du convoyage retour vers sa base, le Trimaran IDEC, sous pilote automatique et voilure réduite s'échoue sur les rochers de la pointe de Penmarch[8] ; Francis Joyon, épuisé par son record dormait à ce moment-là et n'a pas senti la défaillance du pilote automatique. Le trimaran n'a pu être récupéré[E 5].

 
Francis Joyon au mouillage devant Brest, avant de rejoindre le port, le dimanche .

Toujours sponsorisé par le groupe IDEC, il fait construire en 2006 un nouveau trimaran de 29,70 m, sur les plans de Nigel Irens, et construit chez Marsaudon Composites à Lorient[E 5]. Le vendredi à 11 h 05 min 52 s (heure française), à bord du nouveau trimaran IDEC, il s'élance de Brest dans une nouvelle tentative de record du tour du monde à la voile en solitaire[E 5]. Pour battre le record d'Ellen MacArthur, Francis Joyon doit revenir avant le dimanche 3 février 2008 à 1 h 23 min 25 s (HF)[E 5]. En cours de route, il établit plusieurs nouveaux record intermédiaires[9],[10],[11],[note 1]. Le à 23 h 39 UTC, il coupe la ligne d'arrivée à l'entrée du goulet de Brest. Il bat ainsi le Record du tour du monde à la voile en solitaire en 57 jours 13 heures 34 minutes 6 secondes[E 5],[12],[13]. Il pulvérise le précédent record d'Ellen MacArthur de 14 jours 44 minutes 27 secondes et établit le deuxième meilleur chrono de tous les temps derrière le maxi catamaran Orange II, skippé par Bruno Peyron et ses quatorze hommes d'équipage[E 5],[12]. Il est le seul à l'avoir battu à deux reprises[E 5].

Il est désigné Marin de l'année 2008 par la Fédération française de voile, le .

En 2010, Francis Joyon complète son palmarès avec une deuxième place à la route du Rhum[E 6].

On retrouve Joyon en 2013 avec des nouveaux records en solitaire sur la Route de la Découverte puis sur la traversée de l'Atlantique Nord à la voile[E 6].

Record sur le Trophée Jules-Verne et victoire sur la Route du Rhum avec IDEC Sport (depuis 2015)Modifier

En 2015, il réalise un nouveau record sur la traversée de l'océan Indien. En fin d'année, le 22 novembre, il part pour le Trophée Jules-Verne sur IDEC Sport[14]. Il coupe la ligne d'arrivée à Ouessant en 47 jours, 14 heures, 47 minutes et 38 secondes, et réalisant ainsi la troisième meilleure performance de tous les temps sur le Trophée Jules-Verne, améliorant de dix-sept heures le record du bateau (établit avec Franck Cammas et ses neuf hommes d'équipages en 2010, contre cinq pour Joyon). Il s'exprime sur sa traversée : « Il y en a eu beaucoup, des grands moments ! Je retiendrai un grand classique : le passage au cap Horn dans des conditions de mer très agréables et une lumière extraordinaire. Mais l’essentiel c’est le plaisir en équipage ! On a vraiment bien fonctionné ensemble, on s’est bien entendus. Nous étions assez complémentaires : nous étions plusieurs navigateurs solitaires embarqués ensemble sur un bateau d’équipage et ça a fait un bon mélange. On s’est donnés énormément sur le bateau, encore la nuit dernière, où il y a eu des grains à 48 noeuds. J’ai la voix un peu fatiguée mais c’est vrai que la nuit a été sans aucun repos à manœuvrer sans cesse dans des grains, à se bagarrer, mais on faisait tout avec bonne humeur, avec plaisir ! Un moment cette nuit, Bernard a été projeté violemment à travers le bateau, c’était vraiment brutal. Repartir ? Si on pouvait refaire une navigation en équipage avec ce bateau ce serait volontiers ensemble, oui ! On est tous sur un sentiment très positif par rapport à ça ! »[15]. Le , il repart sur IDEC Sport pour le Trophée Jules-Verne, mais une avarie contraint le trimaran à faire demi-tour le 27 novembre[16]. Il repart, le 16 décembre, avec Sébastien Audigane, Clément Surtel, Gwénolé Gahinet, Alex Pella et Bernard Stamm ; améliore à cinq reprises les diférents passages intermédiaires et remporte finalement le Trophée en passant la ligne le après avoir bouclé la circumnavigation en 40 jours, 23 heures, 30 min et 30 sec[17],[18],[19]

En 2018, Francis Joyon s'aligne sur la Route du Rhum à la barre d'IDEC Sport, multicoque de la catégorie Ultime double tenant du titre[20]. La course vire rapidement à l'hécatombe, si bien qu'il est en duel avec François Gabart sur Macif pour la victoire[21]. Alors qu'il avait 165 min de retard sur François Gabart avant d'arriver à la Tête à l'Anglais le vendredi après-midi précédant l'arrivée, Joyon parvient à dépasser Gabart dans la sortie du canal des Saintes à seulement 13 min de la ligne d'arrivée puis à franchir cette dernière en tête, min 8 s devant son adversaire[22],[23],[24]. Francis Joyon remporte ainsi sa première Route du Rhum à l’âge de 62 ans et pour ce qui est sa 7e participation[25]. Il établit au passage un nouveau record du parcours[26].

Sur les pontons, il déclare : « C'était vraiment une course extraordinaire. Le fait de tactiquer avec François, c'était vraiment passionnant »[2]. Concernant les derniers milles nautiques, il ajoute : « Je me suis rendu compte que je pouvais gagner 1 minute 30 avant l’arrivée . Mais avant ça, j’ai cru que François allait me repasser parce qu’il allait beaucoup plus vite avec son code zéro. C’est vrai que ça a été un moment de grande inquiétude parce que je le voyais revenir comme un avion. J’avais l’impression de rééditer un petit peu l’arrivée de Mike Birch pour qui j’ai beaucoup d’admiration ». Enfin, il s'exprime sur sa course et sur la manière dont il a navigué : « J’ai l’impression d’avoir été plus loin que d’habitude. Là j’ai trouvé des stratégies de sommeil où j’arrivais à récupérer en quelques petits instants de temps en temps et du coup je ne me suis pas mis dans le rouge complètement. Mais c’est vrai qu’en matière de navigation un peu sauvage, les deux premiers jours c’était vraiment très très sauvage. Et je comprends qu’il y ait eu beaucoup de bateaux cassés parce qu’il fallait réussir à passer sans casser le bateau et j’ai failli plusieurs fois casser le bateau moi aussi […]. Le trajet a été difficile, même en croyant avoir du beau temps dans les alizés, on avait des passages de grains assez violents. Les changements de voile étaient difficiles, le bateau était brutal, c’était sportif. C’est ce qu’on venait chercher mais cela restait des moments délicats. Je suis dézingué au niveau auditif car le bateau était en vibration et en sifflement constant »[27].

PalmarèsModifier

Records en solitaire sur multicoqueModifier

Records en équipage sur multicoqueModifier

  • 2015 :
    • Record de la traversée de l'océan Indien : 6 jours 23 heures et 4 minutes (temps de référence WSSRC) lors d'une tentative infructueuse de gagner le trophée Jules-Verne.

Record du Trophée Jules-Verne 2016-2017Modifier

Lors de leur tentative de 2016 dans le cadre du Trophée Jules-Verne, Francis Joyon et son équipage s'inscrivent dans l’histoire des grands records océaniques[32]. Il bat au passage de nombreux records intermédiaires, quatre sont officiels et font l’objet de records dûment certifiés par le WSSRC.[33]

Ils réalisent une traversée très rapide des mers du sud et notamment de l'océan Indien[34], parcourant 8 091,73 milles en dix jours, soit 809 milles par jour. Cet épisode a commencé à l'avant du front d'une dépression qui s'est déplacée à une vitesse correspondant au potentiel du bateau depuis le large de l'Amérique du Sud jusqu'à l'océan Pacifique[35]. Pendant douze jours, le vent reste orienté sur l’arrière bâbord du bateau, soufflant en permanence à plus de 30 nœuds, une configuration idéale pour les records de vitesse. Selon l’état de la mer, les vitesses de pointe oscillent entre 38 et 44 nœuds. Du fait d'une mer creuse et mal rangée, leur vitesse redescend temporairement (29 nœuds et 700 milles/24 h) avant une nouvelle accélération les faisant repasser au-dessus de la barre des 800 milles parcourus quotidiennement.

Après avoir dépassé la Nouvelle-Zélande et l'antiméridien, navigué bâbord amures sur 205 degrés de longitude (de 25 degré ouest à l'antiméridien) dans les mers du sud, entre quarantièmes rugissants et cinquantièmes hurlants, Francis Joyon et son équipage finissent par empanner dans la transition entre deux dépressions, et parviennent à rattraper le système météo qui les précède sur l'océan Pacifique, repartant à plus de 30 nœuds de moyenne journalière vers le cap Horn.

Francis Joyon double le Cap Horn, seize jours après avoir accroché la première dépression au large de l'Amérique du Sud, et après une trajectoire de près de 12 000 milles au-dessus de 30 nœuds de moyenne (730,16 milles/24 h sur seize jours). Il signe alors une progression des performances entre 30 et 40 % par rapport au record à battre de Loïck Peyron, cinq ans plus tôt. Quittant les mers du sud avec une avance de 4 j 06 h 35 min sur le précédent record de Loïck Peyron, Francis Joyon et son équipage ont repris l'équivalent de 2 800 milles au record à l'occasion de cet épisode.

Les conditions météo ont permis d'optimiser le parcours : 26 412 milles couverts sur le fond, à la moyenne de 26,85 noeuds, pour une route théorique de 22 461 milles nautiques. Banque Populaire V, lui, avait du couvrir quasiment 2 600 milles de plus (29 002 milles).

Il arrive le avec un nouveau record du tour du monde à la voile en équipage en 40 j 23 h 30 min 30 s[36].

Records de distance parcourue battus pendant la campagneModifier

Alors que la meilleure journée du précédent record de Loïck Peyron fut l'unique journée au-dessus de 800 milles de son record (811 milles sur 24 heures, soit 33,79 nœuds de moyenne), Francis Joyon maintient une vitesse au-dessus des 800 milles quotidiens pendant 10 jours consécutifs.

Il améliore ainsi un grand nombre de record de progression par un voilier sur une période donnée :

Skipper Référence Date début Distance

(milles)

Vitesse

(nœuds)

Vitesse

(milles/24 h)

Joyon Meilleure journée 00 894 37,3 894
Meilleures 48 h h 30 UTC 01 748,2 36,42 874,1
Meilleures 72 h h 30 UTC 02 617,7 36,36 872,57
4 meilleurs jours consécutifs h 30 UTC 03 477,4 36,22 869,35
Joyon 5 meilleurs jours consécutifs 12 h UTC 04 312,57 35,94 862,51
6 meilleurs jours consécutifs h UTC 05 104,16 35,45 850,7
8 meilleurs jours consécutifs 18 h UTC 06 525,14 33,99 815,64
10 meilleurs jours consécutifs 18 h UTC 08 091,73 33,71 809,17
12 meilleurs jours consécutifs 18 h UTC 09 369,03 32,53 780,75
Joyon 16 meilleurs jours consécutifs 18 h UTC 11 682,62 30,42 730,16

Les données ci-dessus proviennent du site officiel d'IDEC sport mais la page n'est plus accessible[35].

Autres records battus pendant la campagneModifier

  • Record du bateau et la deuxième plus grande distance parcourue par un voilier en 24 h avec 894 milles.
  • 6 jours consécutifs à la moyenne de 850,7 milles/24 h (35,45 nœuds)
  • Ouessant-Cap Leeuwin 17 j 06 h 59 min[37] (temps de Loïck Peyron lors du record de 2011: 17 j 23 h 57 min)
  • Ouessant-Tasmanie 18 j 18 h 31 min (temps de Loïck Peyron lors du record de 2011: 20 j 07 h 11 min)
  • Ouessant-Antiméridien 20 j 07 h 01 (temps de Loïck Peyron lors du record de 2011: 22 j 11 h 34 min)
  • Ouessant-Cap Horn: 26 j 15 h 45 min (temps de Loïck Peyron lors du record de 2011: 30 j 22 h 19 min)
  • Équateur - Cap Leeuwin : 11 j 12 h (temps de Loïck Peyron lors du record de 2011: 12 j 9 h 2 min)
  • Cap des Aiguilles-cap Leeuwin en 4 j 9 h 37 min[38] à la vitesse moyenne de 35,08 nœuds sur le fond (3 705 milles) ou 842 milles en 24 heures (6 j 8 min ou 36 % de plus pour le précédent record de Loïck Peyron)
  • Cap Leeuwin - Cap Horn en 9 j 08 h 46 min (12 j 22 h 22 min ou 38 % de plus pour le précédent record de Loïck Peyron)
  • Cap de Bonne-Espérance - Cap Horn en 13 j 20 h 13 min (19 j 00 h 31 min ou 37 % de plus pour le précédent record de Loïck Peyron)
  • Cap de Bonne-Espérance - Cap Leeuwin : 4 j 11 h 31 min (6 j 02 h 09 min ou 36 % de plus pour le Jules-Verne record de Loïck Peyron en 2011)
  • Cap Leeuwin - Cap Horn en 9 j 08 h 46 min (12 j 22 h 22 min ou 38 % de plus pour le précédent record de Loïck Peyron)
  • Record de la traversée de l'océan Indien : 5 j 21 h 7 min 45 s (référence WSSRC) (8 j 07 h 23 min ou 41 % de plus pour Loïck Peyron lors du record de 2011)
  • Record de la traversée de l'océan Pacifique : 7 j 21 h 13 min 31 s (référence WSSRC) (10 j 15 h 07 min ou 39 % de plus pour Loïck Peyron lors du record de 2011)
  • Record Équateur-Équateur : 29 j 9 h 10 min 55 s (référence WSSRC) (32 j 11 h 52 min ou 11 % de plus pour Loïck Peyron lors du record de 2011)
  • Record de la remontée de l'Atlantique Nord : 5 j 19 h 21 min (7 j 10 h 58 min ou 25 % de plus pour Loïck Peyron lors du record de 2011)

Résultats dans les courses à la voileModifier

 
IDEC sous voiles au départ de la Route du Rhum 2010.

Distinctions personnellesModifier

Depuis 2008, Francis Joyon est chevalier de la Légion d'honneur[39],[40].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

    • Il atteint l'équateur en 6 jours 16 heures et 58 minutes, soit dix heures de moins que le temps d'Orange II en équipage dans le trophée Jules-Verne.
    • En franchissant ensuite, le 8 décembre 2007, à 18 h 21, heure française, la longitude exacte du cap de Bonne-Espérance, il établit en 15 jours, 7 heures 16 minutes un record sur la distance Brest-Bonne-Espérance. Ce chrono exceptionnel fait de lui le skipper le plus rapide de tous les temps en solitaire sur cette distance. C'est aussi une performance plus rapide que les temps établis en 2002 et 2003 par les multicoques géant Orange I et Géronimo pourtant maniés en équipage. Seul Orange 2, le maxi catamaran de Bruno Peyron et son équipage ; détenteur du Trophée Jules-Verne ; aura fait mieux en 2005 avec un temps de 14 jours 5 heures 21 minutes.
    • Le 12 décembre 2007 à 15:01 UTC, il établit un nouveau record de distance à la voile en 24 heures parcourue en solitaire en multicoque, avec le chiffre colossal de 616,07 milles parcourus à la moyenne horaire de 25,66 nœuds.
    • Le dimanche 16 décembre 2007 à 01h33 TU, Francis Joyon coupe à bord d'IDEC la longitude Cap Leeuwin. Il établit sur la distance cap de Bonne-Espérance-cap Leeuwin un nouveau temps de référence en 7 jours 8 heures et 12 minutes. Il améliore de 21 minutes le temps réalisé en 2005 par le trimaran Orange 2 mené en équipage et de 3 jours celui d'Ellen MacArthur en 2004.
    • Il établit les records intermédiaires à la voile en solitaire dans les océans Indien et Pacifique, parcours Équateur-Équateur.

Ouvrage de référenceModifier

  • Gérald Massé & Romain Léger, Les exploits des sportifs d'Eure-et-Loir : 1965-2015, Dreux, Antipodes, , 336 p. (ISBN 978-2-9553628-0-8)

Autres référencesModifier

  1. « Francis Joyon : " Je revendique être un Beauceron sur la mer " », sur https://www.lechorepublicain.fr, .
  2. a et b AFP, « Route du Rhum : le vieux loup de mer Francis Joyon l'emporte face au jeune François Gabart », sur France 24, (consulté le 12 novembre 2018).
  3. Dino Di Meo, « Francis Joyon, plus d’un record à son art », Libération, (consulté le 17 novembre 2018).
  4. « Francis Joyon pulvérise le record du tour du monde », sur nouvelobs.com, (consulté le 17 novembre 2018).
  5. Dario Ingiusto, « Voile : le record du tour du monde en solitaire a été divisé par quatre en 44 ans », sur lemonde.fr, (consulté le 17 novembre 2018).
  6. « 2004 – FRANCIS JOYON », sur brest-ultim.fr (consulté le 11 novembre 2018).
  7. Le livre d'or 2004 Voile, Édition SOLAR, p. 17.
  8. Martin Couturié, « Route du Rhum : avant Thomson, Joyon s’était échoué sur des rochers en 2005 », sur lefigaro.fr, (consulté le 17 novembre 2018).
  9. a et b « Francis Joyon pulvérise tous les records à l'équateur! », sur trimaran-idec.com, (consulté le 18 novembre 2018).
  10. a et b « Nouveau record à Bonne Espérance pour Francis Joyon », sur trimaran-idec.com, (consulté le 18 novembre 2018).
  11. a et b « Francis Joyon affole les compteurs au Cap Leeuwin », sur trimaran-idec.com, (consulté le 18 novembre 2018).
  12. a b et c « Francis Joyon pulvérise de 14 jours le record du tour du monde ! », sur trimaran-idec.com, (consulté le 18 novembre 2018).
  13. « Voile : Joyon pulvérise le record du tour du monde en solitaire », sur lemonde.fr, (consulté le 17 novembre 2018).
  14. « Trophée Jules Verne : top départ pour Francis Joyon ! », sur idecsport-sailing.com, (consulté le 18 novembre 2018).
  15. « Francis Joyon en termine avec le Trophée Jules Verne », sur adonnante.com, (consulté le 18 novembre 2018).
  16. « Trophée Jules Verne: Francis Joyon (Idec Sport) signe un record absolu du tour du monde en 40 jours », sur lexpress.fr, (consulté le 18 novembre 2018).
  17. « Francis Joyon boucle le tour du monde en un temps historique pour s'adjuger le Trophée Jules-Verne », sur L'Équipe, (consulté le 11 novembre 2018).
  18. « Francis Joyon pulvérise le record du tour du monde à la voile en 40 jours », sur francetvinfo.fr, (consulté le 17 novembre 2018).
  19. « Route du Rhum. Françis [sic] Joyon (IDEC Sport) », sur Le Télégramme, (consulté le 17 novembre 2018).
  20. Alexandre Le Drollec, Gurvan Le Guellec et François Sionneau, « 10 choses à savoir sur Francis Joyon, vainqueur de la Route du Rhum 2018 », sur nouvelobs.com, (consulté le 18 novembre 2018).
  21. « Route du Rhum: Francis Joyon remporte sa première victoire à 62 ans », sur 20minutes.fr, (consulté le 17 novembre 2018).
  22. « Route du Rhum. Combien va gagner Francis Joyon avec cette victoire sur le Rhum ? », sur ouest-france.fr, (consulté le 17 novembre 2018).
  23. « Route du rhum : Francis Joyon et François Gabart, le choc des générations », sur parismatch.com, (consulté le 17 novembre 2018).
  24. « #RDR2018 Francis Joyon vainqueur au finish de la 11ème édition de la Route du Rhum », sur francetvinfo.fr, (consulté le 18 novembre 2018).
  25. « Francis Joyon remporte la Route du Rhum devant François Gabart », sur Le Figaro, (consulté le 12 novembre 2018).
  26. Benoît Furic, « Francis Joyon sur «Idec Sport» remporte la Route du rhum 2018, devant François Gabart après un final exceptionnel », sur lequipe.fr, (consulté le 17 novembre 2018).
  27. Camille El Beze, « L'incroyable scénario », sur routedurhum.com, (consulté le 18 novembre 2018).
  28. Brest-Cap de Bonne-Espérance à la voile : 2e meilleur temps derrière Orange 2, maxi catamaran de Bruno Peyron en 2004 avec un temps de 14 jours, 5 heures, 21 minutes.
  29. L'équipe 1er aout 2012.
  30. « Un Joyon record », sur lequipe.fr, (consulté le 18 novembre 2018).
  31. (en) « WSSR Newsletter No 232. Francis Joyon Transatlantic singlehanded 08/07/13 », sur sailspeedrecords.com (consulté le 18 novembre 2018).
  32. « Flash arrivée Maxi Trimaran IDEC SPORT », adonnante.com (consulté le 26 janvier 2017).
  33. François Lombard, « Trophée Jules-Verne », fralo.info (consulté le 20 janvier 2019).
  34. « Double record au cap Leeuwin pour IDEC Sport », adonnante.com (consulté le 8 janvier 2017).
  35. a et b « Cartographie », idecsport-sailing.com (consulté le 1er janvier 2017).
  36. « Flash arrivée Maxi Trimaran IDEC Sport », sur idecsport-sailing.com, IDEC Sport, .
  37. « Trophée Jules-Verne », fralo.info (consulté le 6 janvier 2017).
  38. Double record au Cap Leeuwin, 2 janvier 2017.
  39. Décret du 21 mars 2008 portant promotion et nomination.
  40. « Francis Joyon : chevalier de la Légion d'honneur », sur linternaute.com, (consulté le 17 novembre 2018).

Voir aussiModifier