Ouvrir le menu principal

Rosa Romero Sánchez

personnalité politique espagnole

Rosa Romero Sánchez
Illustration.
Rosa Romero en .
Fonctions
Députée aux Cortes Generales
En fonction depuis le
(7 ans, 8 mois et 12 jours)
Élection
Réélection

Circonscription Ciudad Real
Législature Xe, XIe, XIIe, XIIIe
Groupe politique Populaire
Troisième vice-présidente du Congrès des députés

(2 ans, 7 mois et 14 jours)
Président Ana Pastor
Législature XIIe
Prédécesseur Gloria Elizo
Successeur Ana Pastor
Quatrième vice-présidente du Congrès des députés

(3 mois et 20 jours)
Président Patxi Lopez
Législature XIe
Prédécesseur Jordi Jané
Successeur Gloria Elizo
Maire de Ciudad Real

(7 ans, 10 mois et 27 jours)
Élection
Réélection
Prédécesseur Francisco Gil-Ortega
Successeur Pilar Zamora
Sénatrice aux Cortes Generales

(3 ans et 2 jours)
Circonscription Castille-La Manche (désignée)
Législature VIIe, VIIIe
Groupe politique Populaire
Successeur María Dolores de Cospedal
Députée aux Cortes Generales

(2 ans, 11 mois et 9 jours)
Élection
Circonscription Ciudad Real
Législature VIIe
Groupe politique Populaire
Prédécesseur Javier Rupérez
Successeur María de Gracia Hernansanz
Biographie
Nom de naissance María Rosa Romero Sánchez
Date de naissance (49 ans)
Lieu de naissance Ciudad Real (Espagne)
Parti politique PP
Diplômé de Université complutense de Madrid
Profession Technicienne

Rosa Romero Sánchez
Maires de Ciudad Real

María Rosa Romero Sánchez, née le à Ciudad Real, est une femme politique espagnole du Parti populaire (PP).

Maire de sa ville natale entre 2007 et 2015, elle est élue députée de la circonscription de Ciudad Real lors des élections générales de .

Sommaire

BiographieModifier

Vie privéeModifier

Mariée, elle est mère de deux enfants.

Études et professionModifier

Titulaire d'une licencie en sciences politiques et sociologie délivrée par la prestigieuse université complutense de Madrid, elle a été directrice du Centre de conseil aux femmes et de la Maison d'accueil des femmes battues entre 1996 et 1999 ; deux organismes placés sous l'autorité de la députation provinciale de Ciudad Real. Elle a également été présidente du Patronage municipal des invalides de Ciudad Real de 1995 à 1999.

Députée au CongrèsModifier

Adhérant au Parti populaire en 1994, elle est investie l'année suivante sur la liste de Francisco Gil-Ortega pour les élections municipales du mois de . Élue conseillère municipale de Ciudad Real, elle est chargée par le nouveau maire de gérer les affaires liées au Bien-être social et choisie comme adjointe au maire. Réélue lors des élections locales de , elle devient porte-parole du groupe populaire municipal.

Dans l'optique des élections générales de , elle est investie en quatrième position sur la liste conduite par Javier Rupérez dans la circonscription de Ciudad Real[1]. Les 150 842 suffrages remportés par la liste permettent au PP d'obtenir seulement trois des cinq mandats en jeu. Elle fait cependant son entrée au Congrès des députés dès le mois de du fait de la démission de Rupérez, désigné ambassadeur d'Espagne aux États-Unis. Membre de la commission bicamérale chargée de l'Étude du problème des drogues, elle est d'abord membre de la commission des Affaires étrangères avant d'opter pour celle du Régime des administrations publiques en . Après l'élection de José Manuel Molina à la présidence du PP de Castille-La Manche (PPCLM) en , celui-ci la choisit comme secrétaire générale en remplacement de Jesús Garrido. Elle devient alors membre suppléante de la députation permanente du Congrès et abandonne son mandat municipal.

Responsabilités régionalesModifier

Désignée tête de liste du parti dans la circonscription autonomique de Ciudad Real pour les élections régionales de [2], elle obtient le score de 34,6 % des voix et remporte quatre mandats sur onze[3]. Désormais membre des Cortes de Castille-La Manche, elle démissionne de son mandat national qui revient à María de Gracia Hernansanz. Membre de la commission du Règlement et du Statut du député, elle est choisie comme présidente et porte-parole du groupe des élus conservateurs. Elle est également désignée sénatrice dès l'ouverture de la législature régionale et siège à la commission générale des communautés autonomes et comme titulaire à la députation permanente. Elle est promue quatrième secrétaire de la précédente commission après la tenue des élections législatives de qui voient l'arrivée du socialiste José Luis Rodríguez Zapatero à la présidence du gouvernement.

José Manuel Molina la remplace par Vicente Tirado en mais elle devient immédiatement la nouvelle présidente du Parti populaire de la province de Ciudad Real. Elle abandonne ses fonctions de porte-parole en , remplacée par Lucrecio Serrano Pedroche. En , elle est élue deuxième vice-présidente du bureau des Cortes de Castille-La Manche par ses pairs et promue vice-présidente de la commission du Règlement et du Statut des députés. Cette nouvelle responsabilité la conduit à devoir quitter son mandat de sénatrice qui échoit à María Dolores de Cospedal, tout juste élue présidente du PPCLM[4].

Maire de Ciudad RealModifier

Désignée chef de file du PP à Albacete en vue des élections municipales de pour lesquelles le maire sortant Francisco Gil-Ortega ne se représente pas, elle obtient le soutien de 50,32 % des suffrages exprimés et remporte une confortable majorité absolue de 15 mandats sur les 25 à pourvoir. Elle est logiquement élue maire de la ville le suivant[5],[6]. Elle augmente légèrement son score lors des élections municipales de en obtenant 51,56 % des voix mais conserve le même nombre de conseillers municipaux. Elle revendique alors le fait d'avoir réduit les dépenses courantes de 8,5 millions d'euros sans avoir touché aux enveloppes sociales et de dépenser 9 500 euros par jour en aides pour les personnes les plus défavorisées[7]. Elle se porte également candidate aux élections castillanes de en tant que tête de liste dans la circonscription de Ciudad Real. Élue, elle est choisie comme présidente de la commission des Affaires sociales. Elle cède le témoin à Carlos Cotillas comme présidente du PP de Ciudad Real en 2012.

Candidate à sa succession lors du scrutin de [8], elle ne totalise plus que 36,8 % des voix et 10 mandats de conseillers municipaux. Une alliance entre le Parti socialiste ouvrier espagnol et la marque blanche de Podemos permet à la socialiste Pilar Zamora d'être élue maire à la majorité absolue le , mettant fin à vingt ans de gestion conservatrice. Rosa Romero choisit alors de siéger comme porte-parole de l'opposition[9],[10]. Elle est récompensée en de la Grande Croix au Mérite délivrée par le service de l'avocature pour avoir mis à la disposition des avocats de sa ville un « siège digne » ; elle est alors la première personne non juriste à être décorée par l'institution[11].

Retour au Congrès des députésModifier

Secrétaire exécutive nationale à la Politique municipale, elle est désignée tête de liste du PP à l'occasion des élections législatives de [12]. Élue au Congrès des députés avec deux autres de ses collègues, elle siège comme première vice-présidente de la commission des Finances et des Administrations publiques, membre de la commission de l'Égalité et membre de la commission bicamérale chargée des relations avec le Défenseur du peuple. Elle renonce de fait à son mandat régional.

Elle conserve son mandat après la tenue des élections générales de [13]. Le , veille de la session constitutive du Congrès, elle est proposée par Mariano Rajoy pour occuper le poste de troisième vice-présidente de la chambre basse des Cortes Generales. Le jour du vote, cependant, elle obtient moins de voix que la candidate de Podemos Gloria Elizo et est proclamée quatrième vice-présidente[14]. Également membre de la commission de l'Emploi et de la Sécurité sociale, elle intègre la commission du suivi et de l'évaluation des accords du pacte de Tolède. Lors de la session constitutive de la douzième législature, le suivant, elle bénéficie du soutien passif de quelques députés nationalistes catalan lui permettant d'être proclamée troisième vice-présidente [15]. Elle est alors la seule représentante du Parti populaire au rang de vice-président du Congrès après la sortie de Celia Villalobos[16]. Soutien de María Dolores de Cospedal à l'occasion du 19e congrès du PP, elle est élue membre du comité exécutif du parti sur la liste de Pablo Casado après l'élimination de Cospedal.

Notes et référencesModifier

  1. (es) Junte électorale centrale, « Candidaturas proclamadas para las elecciones al Congreso de los Diputados y al Senado, convocadas por Real Decreto 64/2000, de 17 de enero. », sur BOE.es, (consulté le 14 avril 2018).
  2. (es) « Edicto de 28-04-2003, de la Junta Electoral Provincial de Ciudad Real, referente a las candidaturas proclamadas para la Elecciones a Cortes de Castilla-La Mancha, a celebrar el próximo día 25 mayo de 2003. », sur juntaelectoralcentral.es, (consulté le 21 juillet 2018).
  3. (es) « Anuncio de 11-06-2003, de la Junta Electoral de Castilla-La Mancha, referente a la proclamación de los resultados de las Elecciones a las Cortes Regionales. », sur juntaelectoralcentral.es, (consulté le 21 juillet 2018).
  4. (es) « La consejera de Transportes de la Comunidad de Madrid será la candidata del PP a la presidencia de Castilla-La Mancha. », sur libertaddigital.com, (consulté le 21 juillet 2018).
  5. (es) « La fiscalía investiga a cargos del PP de Ciudad Real. », sur elpais.com, (consulté le 21 juillet 2018).
  6. (es) « Cospedal también va a los toros. », sur libertaddigital.com, (consulté le 21 juillet 2018).
  7. (es) « Rosa Romero, alcaldesa de Ciudad Real: "Sobran muchos políticos en muchos sitios". », sur elconfidencial.com, (consulté le 21 juillet 2018).
  8. (es) « La lista de Rosa Romero: El PP da a conocer su candidatura completa a través de las redes sociales. », sur miciudadreal.es, (consulté le 21 juillet 2018).
  9. (es) « Zamora toma posesión como alcaldesa de una opción «de progreso y de cambio». », sur latribunadeciudadreal.es, (consulté le 21 juillet 2018).
  10. (es) « Pilar Zamora (PSOE), nueva alcaldesa de Ciudad Real tras veinte años de gobierno del PP. », sur eldiario.es, (consulté le 21 juillet 2018).
  11. (es) « Rosa Romero, anterior alcaldesa de Ciudad Real, recibe la Gran Cruz al Mérito en el Servicio a la Abogacía. », sur abogacia.es, (consulté le 21 juillet 2018).
  12. (es) Junte électorale centrale, « Candidaturas proclamadas para las elecciones al Congreso de los Diputados y al Senado, convocadas por Real Decreto 1329/2011, de 26 de septiembre. », sur BOE.es, (consulté le 14 avril 2018).
  13. (es) « Cospedal será candidata al Congreso por Toledo. », sur cadenaser.com, (consulté le 21 juillet 2018).
  14. (es) « Así son los nuevos integrantes de la Mesa del Congreso. », sur elpais.com, (consulté le 21 juillet 2018).
  15. (es) « Ana Pastor, presidenta del Congreso gracias al acuerdo entre PP y C's. », sur publico.es, (consulté le 21 juillet 2018).
  16. (es) « Rosa Romero entra en la Mesa del Congreso por Celia Villalobos. », sur abc.es, (consulté le 21 juillet 2018).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  • Fiche sur le site du Congrès des députés : VIIe, Xe, XIe, XIIe, XIIIe législatures.
  • Fiche sur le site du Sénat : VIIe et VIIIe législatures.
  • Fiche sur le site des Cortes de Castille-La Manche : VIe et VIIIe législatures.