Ouvrir le menu principal

Robert Marcy

acteur et metteur en scène français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marcy.
Robert Marcy
Description de cette image, également commentée ci-après
Robert Marcy en septembre 2011.
Nom de naissance Robert Marx
Naissance (99 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de France Français
Profession Acteur
Metteur en scène
Auteur-compositeur

Robert Marx, dit Robert Marcy est un acteur et metteur en scène français, né le à Paris. Il est également parolier et compositeur de chansons.

BiographieModifier

Robert Marcy est issu d’une famille d’origine juive dont on trouve trace dès le XVIIe siècle en Moselle, puis à Paris sous la Révolution. Il compte dans sa parenté la grande tragédienne Rachel.

En 1961, à la suite d’un long cheminement intérieur — et avec l’accompagnement du Révérend Père Ambroise-Marie Carré, alors aumônier des artistes — il demande le baptême catholique. Il est baptisé par le Révérend Père Pierre Van der Meer en l’abbaye d’Oosterhout aux Pays-Bas, et il a pour parrain le philosophe Jacques Maritain.

Il est marié à la comédienne Denise Bosc, ex-pensionnaire de la Comédie-Française. Ils ont deux fils : Christophe Marx, médecin, et le comédien Renaud Marx.

Robert Marcy obtient sa licence en droit pour respecter une prescription paternelle, mais consacre sa vie au théâtre. Il fait aussi quelques incursions notoires dans la chanson et dans la radio. Il est Chevalier des Arts et Lettres[1].

CarrièreModifier

Il doit sa formation d’acteur à Charles Dullin dont il est l’élève pendant deux ans au Théâtre de l’Atelier, ainsi qu’à Louis Jouvet dont il suit l’enseignement dans sa classe au Conservatoire en qualité d’auditeur régulier.

Il fait ses débuts en 1938. Sa carrière est interrompue dès l’automne 1940 en raison de ses origines. Il fait l’objet des traques antisémites du gouvernement de Vichy. Il ne peut exercer son métier d’acteur qu’avec des restrictions et uniquement en zone libre - jusqu’en novembre 1942. À cette date, il doit entrer en clandestinité du fait de l’invasion de cette zone par les troupes d’occupation. Il subit, tout comme ses parents et sa sœur Annette, les harcèlements de cette période tragique à laquelle, avec l’aide de quelques justes parmi les nations, ils ont la chance de survivre.

Sa carrière ne reprend qu’à la Libération, après une absence de quatre ans. Elle ne s’interrompra plus – excepté une courte éclipse vers les années 1970. Robert Marcy est alors sollicité pour animer des sessions de formation à la communication orale, et exercer un entraînement en matière d’expression publique pour des responsables politiques et économiques de haut niveau. Par son extension rapide, cette activité tendant à l’éloigner de la vie théâtrale, il y renonce et décide en 1980 d’y mettre un terme définitif.

ThéâtreModifier

La décennie qui suit son retour à Paris après guerre lui fournit de multiples expériences d’acteur. En 1957 il fonde avec Denise Bosc une compagnie théâtrale, le Groupe Artistique de Paris (GAP) dont ils sont à la fois les animateurs, les protagonistes et souvent les metteurs en scène.

En 1959, le GAP franchit une étape avec L’École des femmes de Molière. Robert Marcy y joue Arnolphe et signe une mise en scène propre à inspirer la plus vive méfiance au Paris théâtral d’alors : l’action est située au XXe siècle dans une petite ville de France. « Une soirée à ne manquer sous aucun prétexte » écrit Claude Sarraute[2]. Bertrand Poirot-Delpech publie une critique dithyrambique dans Le Monde[3].

Le GAP privilégiera cependant les ouvrages inédits. Il s’attachera également à la mise en scène d’œuvres dont l’auteur n’est pas précisément dramaturge. Ainsi Péguy en 1962 et 1969, Bernanos en 1980 et 1989. De même Flaubert, à travers son propre personnage : un dialogue puisé exclusivement dans la correspondance Gustave Flaubert - George Sand a été construit, dans le respect du texte, pour produire sur scène un authentique duo entre les deux écrivains. Intitulé «Troubadours de pendule », ce spectacle composé et joué par Denise Bosc et Robert Marcy est représenté pour la première fois en 1983. Jean-Jacques Gautier dans le Figaro Magazine constate : « Ils sont là. On les voit vivre, on les entend s'exprimer»[4]. Dans France-Soir, François Chalais conclut : « Heureux public ! »[5].

ChansonModifier

Lauréat de la SACEM (Prix René-Jeanne 1982), il se fait connaître comme auteur-compositeur. Les plus connues de ses chansons lui doivent à la fois paroles et musique : La Queue du chat (1947), l’un des succès des Frères Jacques, ainsi que File la laine (1948) popularisée par Jacques Douai. Cette ballade d’allure ancienne qui a désormais franchi les frontières est souvent attribuée par erreur à la tradition médiévale. Il compose également des musiques de scène. Lorsqu'il n'en est pas le parolier, il est toujours le compositeur de ses chansons. Il collabore alors avec des auteurs tantôt inconnus, tantôt reconnus : Pierre Delanoë, Jean Cosmos, Henri Kubnick, Bernard Michel, Robert Gall, André Salvet ou Frank Gérald...

Il interprète ses chansons dans les cabarets de Paris de 1949 à 1959 : L’Échelle de Jacob, La Fontaine des Quatre Saisons, Au Lapin Agile, La Colombe, Le Quod libet chez Francis Claude, chez Suzy Solidor, Micheline Grandier, Agnès Capri, Jean Rigaux, etc.

RadioModifier

Dès la Libération, il participe comme comédien à un grand nombre d’émissions littéraires, dramatiques, et policières, dont la plus célèbre est Les Maîtres du Mystère - émissions poétiques aussi qui font alors l'objet de maintes productions. Ses partenaires habituels sont Alain Cuny, Michel Bouquet, Tania Balachova, Jacques Dufilho, Jeanne Moreau, Daniel Gélin, Serge Reggiani ou Maria Casarès. Il faut y ajouter plusieurs séries d'émissions de variétés littéraires et musicales dont il est auteur et producteur avec Denise Bosc: La Guyenne (1948), Le Marché aux rimes (1950), Sous le manteau d'Arlequin (1951), Variations sur des notes légères (1955), Un Bouquet de marjolaine (1956), Sans vous faire prier (1957), La Queue du chat (1961), De Chansons et d'eau fraîche.

En janvier 1955, il fait partie de la première équipe d’animateurs d'Europe 1. Il contribue en tant que « meneur de jeu » au succès de cette nouvelle radio. Il anime notamment l'émission Salvadorissimo, en duo avec Henri Salvador sur des textes de Jean-Loup Dabadie. Il assure jusqu’en 1970 la présentation régulière de Musicorama, récital hebdomadaire à l'Olympia qui accueille de nombreuses vedettes de la chanson, françaises et étrangères.

TélévisionModifier

Il joue des rôles épisodiques dans des émissions dramatiques et des séries policières populaires (Maigret, Commissaire Moulin…). Il participe également à des émissions de variétés tantôt dans des sketchs tantôt pour interpréter ses chansons.

Pour le centenaire de la naissance de Charles Péguy, le 24 mai 1973, la 1re chaîne de l’O.R.T.F confie à Robert Marcy et à Denise Bosc la responsabilité de cette célébration ; ils obtiennent la participation de Maurice Clavel – dont c’est le retour à la télévision qu’il boudait depuis 1971. La première partie de cette soirée est consacrée à la pièce Jeanne d’Arc dont le tournage a lieu dans la version qu’ils avaient montée au théâtre en 1962. Pour la deuxième partie - intitulée « Péguy le prophète contre la loi » - ils réunissent sur le plateau un panel de personnalités parmi lesquelles plusieurs avaient connu Charles Péguy lui-même (le Professeur Robert Debré, Stanislas Fumet, le Recteur Mallet, Pierre Emmanuel, Bernard Guyon, Jean-Marie Domenach, Roger Secrétain, le Recteur Antoine...)[6]. Cette émission ambitieuse et inhabituelle sur une chaîne grand public a cependant recueilli une audience attentive et intéressée[7].

DoublageModifier

Comme beaucoup de comédiens, il participe au doublage de films étrangers – le plus souvent américains. Il prête sa voix notamment au reporter de la course d’autos du dessin animé Les Fous du volant. - une série qui, depuis sa sortie au cours des années 1960, fait l'objet de très nombreuses rediffusions.

Court-métrageModifier

DiscographieModifier

  • 1957, 33 tours contenant : File la laine, Dans l’île d’amour (paroles de Robert Marcy), Tu l’as dit, Les Gros sous, Complainte de Lazare (paroles de Bernard Michel), L’étang (paroles de Pierre Delanoë), Les faux monnayeurs (paroles de Jean Cosmos), Rimbaud (poème de Rimbaud) et Saint Germain Guitare (ou Du Dôme à la Rotonde, paroles de Dominique Tirmont). Orchestre Jean Lemaire (Vogue, ref LD 338).
  • Un 45 tours contenant : Les Gros sous, Saint-Germain Guitare, Tu l'as dit, Les faux-monnayeurs (Vogue, ref EPL 7.240).
  • 1958, 45 tours contenant : Les Serments d’amour (paroles de René-Paul Dil), Les Retours de minuit (paroles de Robert Gall), La Plume d’or (paroles de Pierre Delanoë) et La Sagesse des nations (paroles de Robert Marcy). Orchestre Jean Lemaire (Vogue, ref EPL 7482).

BibliographieModifier

  • Chansons sans âge, de « File la laine » à « La Queue du chat », recueil de 50 chansons avec partitions (Édité par Les Cahiers bleus, Troyes, 2009) [8]

Chronologie théâtraleModifier

1938-1940 :

1940 –1942 : avec la troupe La Comédie en Provence

1941 – 1942 avec Le Rideau Gris (Compagnie André Roussin-Louis Ducreux)

  • Am-Stram-Gram d’André Roussin, Blaise Théâtre des Célestins-Lyon :
  • Le Carrosse du St-Sacrement de Prosper Mérimée, le Licencié, Théâtre des Célestins-Lyon
  • Fantasio d’Alfred de Musset, Hartmann Théâtre des Célestins-Lyon

1945 –1947 :

  • Air Pur de Louis Chassaigne, Pierre, Théâtre de Poche
  • Britannicus de Racine, Britannicus, Théâtre Charles de Rochefort
  • Moumou de Jean de Létraz. Moumou – Tournée en Allemagne
  • Les Fourberies de Scapin de Molière, Octave. Tournée en Allemagne
  • Les Femmes savantes de Molière, Clitandre Théâtre de Chaillot
  • Les Précieuses ridicules de Molière, Du Croisy. Théâtre de Chaillot
  • L’Avare de Molière, Cléante. Théâtre de Chaillot
  • Le Dépit amoureux de Molière, Eraste Théâtre de Chaillot
  • Ces Dames au chapeau vert de Germaine Acremant, Théâtre de Chaillot
  • Marie Tudor de Victor Hugo, Fabiano Fabiani, Théâtre de l’Odéon

1948- 1950

  • Le Dernier Métro pour Cythère de Marcel Moussy 1er Prix du Concours des Jeunes Compagnies.Théâtre Ch. de Rochefort
  • Le Maître de Santiago de Henry de Montherlant, Le Comte de Soria, Théâtre Hébertot
  • Des souris et des hommes de John Steinbeck, Curley, Théâtre Hébertot
  • Les Ingénus de Henri Chabrol, Robert, Théâtre Verlaine

1951 - 1952

  • La Foire de la Saint Barthélémy de Ben Jonson, Festival d'Arras
  • Le Sicilien de Molière. Festival d'Arras
  • Récitals poésie/chansons. Festival d'Arras
  • Le Martyre de St. Sébastien de Gabriele D'Annunzio. La Scala de Milan

1953 - 1955

  • Les Boulingrin de Georges Courteline, Des Rillettes. Compagnie Jacques Sarthou
  • L'Étrangleuse de Tristan Bernard, Benoît. Compagnie Jacques Sarthou
  • Zamore de Georges Neveux. Festival de Vaison la Romaine
  • Mario et Fredo. Récitals de clowns

1956

  • L'École des Femmes de Molière, Arnolphe. Tournée "Comédie Française" Grèce-Turquie
  • Le Cid de Corneille, Le Roi. Tournée "Comédie Française" Grèce-Turquie
  • La Cruche de Courteline, Marvejol. Tournée "Comédie Française" Grèce-Turquie
  • Le Misanthrope de Molière, Oronte. Festival de Vicenza

1957

1958

  • Gontran XXII. Reprise. Théâtre des Bouffes-Parisiens

1959

  • L'École des Femmes de Molière, Arnolphe. Réalisation GAP/Théâtre de Lutèce

1960 - 1961

  • L'École des Femmes. Tournée internationale

1962

  • Jeanne d'Arc de Charles Péguy. Maître Nicolas Loiseleur. Réalisation GAP/ Théâtre de l'Alliance Française-Paris

1963

  • Jeanne d'Arc. Reprise. Théâtre du Vieux-Colombier

1964 - 1965

  • Jeanne d'Arc. Tournée internationale

1966 - 1967

1969 - 1973

  • Le Mystère de la Charité de Jeanne d'Arc de Charles Péguy ; Réalisation GAP Chapelle des Sts-Vincent. Studio des Champs des Élysées. Tournée internationale

1980 - 1982

  • Bernanos pour une heure Georges Bernanos. Réalisation GAP/ Théâtre St. Georges. Centre Georges Pompidou. Tournée internationale
  • L'Alouette de Jean Anouilh, L'Archevêque. Théâtre de Paris

1983

1983 - 1985

1985

  • Les Bâtisseurs d'Empire de Boris Vian, Dupont Léon. Théâtre de l'Ile St-Louis
 
Robert Marcy en 1991 dans Le Château de la Lettre codée.

1986

  • Procès d'Intention de Richard Dorland, Lui. Réalisation GAP/ Théâtre Les Déchargeurs

1988 - 1989

  • Quant au Diable n'en parlons pas Georges Bernanos. Reprise de Bernanos pour une heure 1980. Réalisation GAP/ Le Lucernaire

1990

1991

  • Le Château de la Lettre codée de Javier Tomeo, Le Marquis. Centre André Malraux-Nancy

1992

  • La Macabète de René David, Sempiterne. Réalisation GAP/ Théâtre Essaïon

1994

1997 - 2009 au Théâtre du Nord-Ouest :

  • Georges Dandin de Molière, Monsieur de Sottenville

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

  • Claus Peyman et Hermann Beil sur la Sulzewise de Thomas Bernhard ou "Tout Shakespeare en une Soirée", Claus Peymann

2009

2010

  • Récitals ; Printemps des Poètes ; Lectures publiques

2011

2011

2015

2018

Notes et référencesModifier

  1. Le 22 décembre 1988.
  2. France Observateur, 26 novembre 1959.
  3. "Robert Marcy se montre un grand comédien. Il a bien servi Molière et souvent mieux que l'auteur ne l'est dans sa propre maison". Le Monde, 26 novembre 1959.
  4. Le Figaro Magazine, 26 mars 1983.
  5. France-Soir, 19 mars 1983.
  6. La version diffusée est conservée dans les archives de l’INA ; le recueil dactylographié de la transcription des conversations est consultable au Centre Charles Péguy à Orléans.
  7. Lettre personnelle de remerciement du 11 juillet 1973 adressée à Denise Bosc et Robert Marcy par Jacqueline Baudrier, directrice de la 1re chaîne de l'ORTF
  8. Pour obtenir le recueil, écrire à : Daguet - Les Cahiers Bleus Basse Ville Trouvée 49080 Bouchemaine. Pour commander le recueil.
  9. a et b Présentation sur la page des Amis et spectateurs du théâtre Berthelot (Lire en ligne)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :