Ouvrir le menu principal

Rilly-Sainte-Syre

commune française du département de l'Aube

Rilly-Sainte-Syre
Rilly-Sainte-Syre
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Nogent-sur-Seine
Canton Creney-près-Troyes
Intercommunalité CC Seine et Aube
Maire
Mandat
Jean-Pierre Ozérée
2014-2020
Code postal 10280
Code commune 10320
Démographie
Population
municipale
231 hab. (2016 en diminution de 6,48 % par rapport à 2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 26′ 41″ nord, 3° 57′ 30″ est
Altitude Min. 84 m
Max. 168 m
Superficie 14,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Rilly-Sainte-Syre

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Rilly-Sainte-Syre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rilly-Sainte-Syre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rilly-Sainte-Syre

Rilly-Sainte-Syre est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

GéographieModifier

HistoireModifier

Le , le grec Savinien, poursuivi par les soldats, a été tué tête tranchée. Sa sœur Savine expira de douleur dans un village, qui par la suite pris le nom de Sainte-Savine et appartient aujourd'hui à la Communauté de l'agglomération troyenne (CAT).

La sépulture, ignorée jusque vers fin du IIIe siècle, fut retrouvée par sainte Syre, une veuve du pays d'Arcis-sur-Aube (pagus Arcensis), originaire d'Irlande ou d'Écosse. Étant aveugle, elle fit un pèlerinage jusqu'au lieu où elle pensait trouver Savinien. C'est ainsi qu'elle arriva au village, guidée par un enfant à Rilly, et qu'elle recouvra la vue lorsqu'elle fut sur le lieu où saint Savinien était enterré. Ne doutant pas que Savinien venait d'opérer un miracle en sa faveur, elle creusa le sol et retrouva le corps du martyr en parfait état de conservation. Sainte Syre fit, à cet endroit, élever un tombeau pour l'ensevelir et fit également construire une chapelle.

Rilly possédait dans le passé un oratoire au centre du village, élevé probablement en l'honneur de Savinien.

Sainte Syre, à sa mort en l'an 298, fut mise dans un tombeau proche de Savinien. La chapelle fut démolie et une église la remplaça. La construction fut commencée fin XIIe siècle, après la guerre de Cent Ans, ce monument fut restauré et achevé à l'aube du XVIe siècle.

Et c'est depuis ce temps que le village porte le nom de Rilly-Sainte-Syre ; et en l'honneur du saint persécuté, que la rue principale porte le nom rue Saint-Savinien.

Cependant, Rilly-Sainte-Syre dériva de la fusion de deux localités : Rilly et Sainte-Syre (qui s'appelait autrefois, en souvenir du saint décapité, Savinien).

Durant la période révolutionnaire, la commune porta provisoirement le nom de Rilly-la-Raison[1].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs[2]
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1815 Louis Edmé Roujeaux    
1815 1823 Roujeaux, fils    
1823 1830 Théodore Verjot    
1830 1845 Roujeaux, fils    
1845 1848 Félix Villat    
1848 1854 Blasson-Roujeaux    
1854   Sainton-Gouffé    
1866 1870 Théophile Moriat    
1870   Abraham Blason    
1971 1977 Maurice Bellard   Notaire
1977   Françoise Fèvre-Fauvelet   Infirmière
mars 2001 En cours Jean-Pierre Ozerée[3] DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

ÉconomieModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2016, la commune comptait 231 habitants[Note 1], en diminution de 6,48 % par rapport à 2011 (Aube : +1,62 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
436404417453439464463468424
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
437461467432395380366368339
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
309317306279281277290272295
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
218218228230242216242246250
2013 2016 - - - - - - -
232231-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

 
Premières lueurs matinales sur la campagne de Rilly-Sainte-Syre, depuis la route vers Les Grandes-Chapelles (2007).

Église Saint-SavinienModifier

Son fondementModifier

L'église paroissiale Saint-Savinien, monument aux mesures imposantes pour un si petit village. Sa construction fut commencée fin XIIe siècle. Ce monument fut restauré et achevé à l'aube du XVIe siècle, qui fut une ère de prospérité.

Pour les trois travées occidentales de la grande nef, le style est purement roman primitif ; le reste de l'édifice est du XVIe siècle.

Abside comprend trois pans. Le transept, les trois nefs et deux travées sont voûtées en pierre. La nef est voûtée en berceau et en bois. Le monument comporte quatre travées et deux collatéraux et des piliers romans cylindriques en briques. Le chapiteau consiste en un quart de rond surmonté d'un filet. Les archivoltes sont en plein cintre, surmontées de fenêtres.

Le plan est en forme de croix latine. La longueur est de 35,40 m, la largeur du transept de 17,60 m, la nef de 15 m, la hauteur du transept de 7,30 m et la hauteur de la grande nef de 11 m.

Son parcours au fil de l'histoireModifier

En 1389, Pierre d'Arcis qui avait une dévotion particulière à sainte Syre, portait la relique dans un reliquaire dont lui avait fait présent la duchesse d'Orléans.

Pendant les guerres de Religion, en 1576, les habitants de Rilly voyant les églises ravagées et pillées, cachèrent la châsse pour la soustraire à la fureur des huguenots (cette action donna lieu à la journée des Fourches).

La chapelle fut démolie en 1792, et le puits qui existait près de cette chapelle, et dont l'eau était bue avec beaucoup de confiance, a été totalement remplie de pierres. On cite qu'après un pèlerinage au tombeau de la sainte, Gaspard II de Coligny, seigneur de Beauford, fut guéri miraculeusement de la pierre en 1529.

Son patrimoineModifier

  • Une cloche de bronze datant de 1555.
  • Fonts baptismaux du XVIe siècle.
  • Bénitier à tête de mort et buste d'homme en pierre du XVIe siècle.
  • Dans le sanctuaire : maître autel à tableau retable, sainte Syre par Dusaulchoy.
  • Châsse en bois, voûte à liernes et tiercerons.
  • Fragment de vitrail : apparition de Jésus à sa mère du XVIe siècle.
  • Sur le bas-côté nord : autel à tabernacle à colonnes cannelées et entablement à rinceaux dorés avec sur le côté droit sainte Savine et sur le côté gauche sainte Syre ; et au-dessus des deux statues, saint Savinien version « moderne ».
  • Sur le bas-côté sud : fragment d'inscription de verrière 1532, deux donatrices, et fragment d'annonciation du XVIe siècle.

Monuments historiquesModifier

Avant la Révolution, l'église avait trois belles cloches ; on a conservé la plus grosse (environ 1 100 kg) qui porte comme inscription gothique : « Je fus faite en l'an mil cinq cent cinquante cinq et suis nommée Marie ».

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Hariot, Recherches...Méry-sur-Seine...Arcis-sur-Aube, 1863, p383.
  3. Site officiel de la préfecture de l'Aube « Copie archivée » (version du 26 août 2009 sur l'Internet Archive)
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Liens externesModifier