Ouvrir le menu principal
Rebellion R-One
Rebellion R-One
La Rebellion R-One n°12 lors des 24 Heures du Mans 2014.
Présentation
Équipe Drapeau : Suisse Rebellion Racing
Constructeur Drapeau : Suisse Rebellion Racing
Drapeau : France Oreca
Année du modèle 2014
Spécifications techniques
Châssis Monocoque composite en fibre de carbone et structure en nid d'abeilles
Suspension avant Double Triangle superposé avec tringles, amortisseurs PKM
Suspension arrière Double Triangle superposé avec tringles, amortisseurs PKM
Nom du moteur Toyota RV8KLM
Cylindrée 3 400 cm3, alésage x course : 93 x 62.5 mm
Configuration V8 atmosphérique ouvert à 90°, masse de 120 kg, lubrification par carter sec
Orientation du moteur Longitudinal
Position du moteur Centrale arrière
Boîte de vitesses Xtrac, séquentielle à glissement limité, palettes au volant, commande électronique Megaline
Nombre de rapports 7 + marche arrière
Électronique TMG
Système de freinage Disques ventilés en fibre de carbone et étriers monoblocs 6 pistons Brembo, Ø AV/AR : 380 mm / 337 mm
Cockpit Fermé
Poids 850 kg
Dimensions 4650 mm x 1900 mm x 1150 mm, empattement : 2960 mm, voie AV/AR : 1550 mm / 1560 mm
Carburant Shell
Pneumatiques Michelin montés sur jantes OZ de 18 pouces
Histoire en compétition
Début 6 Heures de Spa 2014
CoursesVictoiresPoleMeilleur tour
14

Chronologie des modèles

La Rebellion R-One est une voiture de course d'endurance engagée par le Rebellion Racing en LMP1-L[1] depuis 2014. La voiture a été conçue par le bureau d'études d'Oreca dirigé par Christophe Guibbal[2]. Elle a fait ses débuts au 6 Heures de Spa-Francorchamps, en mai 2014.

DéveloppementModifier

 
Rebellion R-One no 13 à Shanghai

Depuis sa création en 2008, sous la forme d'un partenariat entre Speedy Racing Team et Sebah Automotive, Rebellion Racing utilise des châssis Lola dans la catégorie LMP2 avant de passer à la catégorie LMP1 en 2009. En 2011, Rebellion Racing a annoncé un partenariat avec Toyota Motorsport GmbH, confirmant un contrat de fourniture de moteurs. Du fait de la disparition de Lola fin 2012, il était devenu de plus en plus difficile d'obtenir des pièces détachées pour les B12/80 (en) du Rebellion Racing. Rebellion réussi alors à négocier un contrat avec le constructeur français Oreca en 2013 pour la conception et la fabrication d'une voiture de la catégorie LMP1 pour la saison 2014. La voiture a été conçue "en un temps record de 12 mois" selon le directeur technique d'Oreca, David Floury. La voiture n'a commencé les essais qu'en avril 2014[3] et n'était pas prête pour la première course de la saison FIA WEC, les 6 Heures de Silverstone, Rebellion a donc dû faire courir avec les deux Lola B12/80 (en) existantes pour la course de Silverstone avant de passer aux R-Ones pour la 2e manche sur le célèbre circuit de Spa-Francorchamps. À la suite des 6 Heures de Spa et de la journée test des 24 heures du Mans, afin de combler l'écart avec les Prototypes Hybride des équipes usines, la FIA et l’ACO ont permis de voir le poids minimum des Rebellion R-One de descendre de 40 kg et passer ainsi à 810 kg. La limitation de consommation par tour (contrairement au LMP1-H à motorisation Hybrides) avait également été supprimée. La limitation de la consommation instantané avait été maintenu mais avait été revu à 102,9 kg/h, soit une augmentation de 2 % par rapport à ce qui était autorisé précédemment[4].

CompétitionModifier

Championnat du monde d'endurance FIA 2014Modifier

 
Une Rebellion R-One aux 24 Heures du Mans

La Rebellion R-One fait ses débuts en compétition lors des 6 Heures de Spa[5]. Les deux voitures étaient aux prises avec des problèmes de déverminage qui accompagnent habituellement les voitures neuves. Les deux voitures étaient les seules participantes de la catégorie privée LMP1-L, donc elles étaient assurées de gagner la catégorie, mais il restait à voir si ce serait la voiture numéro 12 ou la 13. C'est la voiture numéro 12 qui semblait être la favorite après les qualifications, où elle a pris le 12e rang sur la grille de départ alors que la voiture 13 n'a pas réussi à établir un temps et est partie du fond de la grille. La voiture numéro 12, pilotée par Nicolas Prost, Nick Heidfeld et Mathias Beche ont gagné de cinq places et terminé septième au classement général, à dix tours de la Toyota hybride victorieuse. Malheureusement, la voiture numéro 13 a été la seule à se retirer de la course, s'inclinant en raison de problèmes électriques après avoir bouclé 47 tours[6].

Année Nat. 2curie Classe Nat. Pilotes No. Manche Points WEP
pos.
1 2 3 4 5 6 7 8
2014   Rebellion Racing LMP1-L  
 
 
Nicolas Prost
Nick Heidfeld
Mathias Beche
12 SIL
1
SPA
1
LMN
1
COA
1
FUJ
2
SHA
1
BHR
2
SÃO
2
204 1re
 
 
 
Andrea Belicchi
Dominik Kraihamer
Fabio Leimer
13 SIL
DNF
SPA
DNF
LMN
DNF
COA
DNF
FUJ
1
SHA
2
BHR
1
SÃO
1
93 2e

Championnat du monde d'endurance FIA 2015Modifier

Pour la saison 2015, Le Rebellion Racing fait le choix du nouveau moteur V6 turbocompressé de Advanced Engine Research[7],[8]. Le gain en puissance est estimé à environ 80 chevaux[9]. En raison de ce changement de moteur, la Rebellion R-One à moteur AER entre en compétition directement aux 24 Heures du Mans[10].

Année Nat. Ecurie Classe Nat. Pilotes No. Manches Points WEP
pos.
1 2 3 4 5 6 7 8
2015   Rebellion Racing LMP1-L  
 
 
Nicolas Prost
Nick Heidfeld
Mathias Beche
12 SIL
SPA
LMN
2
NÜR
2
COA
3
FUJ
1
SHA
1
BHR
3
134 1re
 
 
 
Alexandre Imperatori
Dominik Kraihamer
Daniel Abt
13 SIL
SPA
LMN
1
NÜR
DNF
COA
2
FUJ
3
SHA
DNF
BHR
1
108 2e

Championnat du monde d'endurance FIA 2016Modifier

À l'issue du Championnat du monde d'endurance FIA 2016, pour cause de changement de réglementation, la Rebellion R-One prendra la route du garage ou des musée. Durant sa carrière, elle aura glanée 18 victoires dans la catégorie LM P1 Privée et a été couronnée de trois titres de Champion du Monde d’Endurance LM P1 Privée[11].

Année Nat. Ecurie Classe Nat. Pilotes No. Manches Points WEP
pos.
1 2 3 4 5 6 7 8
2016   Rebellion Racing LMP1-L  
 
 
Alexandre Imperatori
Dominik Kraihamer
Mathéo Tuscher
13 SIL
1
SPA
1
LMN
Ret
NÜR
1
COA
1
FUJ
1
SHA
2
BHR
1
193 1re
 
 
 
Mathias Beche
Nick Heidfeld
Nicolas Prost
12 SIL
2
SPA
2
LMN
1
NÜR
2
COA
FUJ
SHA
BHR
104 3e

PalmarèsModifier

Notes et référencesModifier

Infobox[12],[13].

Fiche technique Rebellion R-One

  1. « REBELLION Racing | REBELLION TIMEPIECES », sur www.rebellion-racing.com (consulté le 21 avril 2016)
  2. Laurent Mercier, « ORECA développera la Rebellion R-One LMP1 pour 2014 ! », sur www.endurance-info.com, (consulté le 9 mars 2018)
  3. Xavier Richard, « La Rebellion R-One a roulé », sur francetvinfo.fr, (consulté le 9 mars 2018)
  4. Sebastien Moulin, « 24h du Mans – Les Rebellion R-One vont retrouver du poil de la bête », sur sport-auto.ch, (consulté le 9 mars 2018)
  5. Laurent Mercier, « Pas de Rebellion R-One à Silverstone mais deux Lola-Toyota B12/60 pour le Rebellion Racing », sur www.endurance-info.com, (consulté le 9 mars 2018)
  6. Samuel Morand, « WEC : débuts prometteurs pour la Rebellion R-One », sur motorlegend.com, (consulté le 22 avril 2016)
  7. « Rebellion Racing passe au moteur AER avec des débuts programmés à Spa », sur www.endurance-info.com, (consulté le 9 mars 2018)
  8. « Rebellion Racing opte pour le moteur AER Turbo », sur fiawec.com, (consulté le 9 mars 2018)
  9. « Stephan Gervais (Rebellion) : “Le V6 AER nous apporte 80 chevaux de plus.” », sur www.endurance-info.com, (consulté le 22 avril 2016)
  10. « Rebellion Racing confirme ses équipages, la R-One “2015″ ne débutera qu’au Mans », sur www.endurance-info.com, (consulté le 22 avril 2016)
  11. « Oreca 05 et Rebellion R-One : la der des ders », sur oreca.com, (consulté le 9 mars 2018)
  12. « REBELLION Racing | REBELLION TIMEPIECES », sur www.rebellion-racing.com (consulté le 22 avril 2016)
  13. Alain Pernot, « QUAND LES HELVÈTES SE REBELLENT », Sport Auto, no 629,‎ , p. 191

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :