Château de Rothelin

château fort allemand
(Redirigé depuis Rötteln)

Château de Rothelin
Image illustrative de l’article Château de Rothelin
Ruine du château-fort de Rothelin.
Nom local Burg Rötteln
Röttler Schloss (le château Röttler)
Période ou style Médiéval
Type Château-fort
Début construction avant 1259
Propriétaire initial Les Seigneurs de Rothelin
Propriétaire actuel État du Bade-Wurtemberg
Destination actuelle Ruine
Site web http://www.burgruine-roetteln.de
Coordonnées 47° 38′ 18″ nord, 7° 40′ 05″ est
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Flag of Baden-Württemberg.svg Bade-Wurtemberg
Ville Lörrach
Géolocalisation sur la carte : Bade-Wurtemberg
(Voir situation sur carte : Bade-Wurtemberg)
Château de Rothelin

Le château de Rothelin (ou : Rœtteln, Rœttlen ; en allemand : Rötteln) près de Bâle, situé dans la commune de Lörrach en Allemagne, était la résidence du margrave de Hochberg-Sausenberg au Moyen Âge et le centre administratif de la région Markgräflerland (le landgraviat de Sausenberg et les seigneuries de Badenweiler et Rœtteln).

Entrée du château par le pont.

DescriptionModifier

«Pour accéder au château haut, noyau défensif de la forteresse, il faut emprunter des rampes et un pont. La Tour Verte qui domine l'ensemble a été restaurée et aménagée en belvédère. La vue embrasse la vallée de la Wiese, le massif boisé du Blauen, les reliefs adoucis de la Forêt-Noire et, à l'horizon, les Alpes suisses.»[1]

HistoireModifier

Le Bergfried (dite Tour Verte) été bâti au cours de la deuxième moitié du XIIe siècle et le château est mentionné pour la première fois en 1259.

Les Seigneurs de Rothelin (1103 - 1316)Modifier

Les plus anciennes parties du château étaient des fiefs de l’abbaye Murbach en Alsace légués au Comte de Habsbourg; celui-ci en investit comme sous-fiefs les seigneurs des Rötteln (Rothelin). Elles ne furent rachetées qu’au 1741.

En 1103 Dietrich (Theodericum), seigneur de Rothelin, fut nommé prévôt des biens du nouveau monastère Saint-Alban à Bâle, c'est la première mention authentique de la maison de Rothelin.

Deux membres de la maison de Rothelin furent évêques de Bâle; Walther de Rötteln (1213-1215) et Leuthold de Rötteln (Leuthold Ier comme comte de Rötteln et Leuthold II comme évêque de Bâle) (1238-1248)[2].

En 1298/1299 Rodolphe Ier de Bade-Sausenberg épouse Agnès, fille et héritière d' Otto de Rothelin (mort en 1310). En 1311 Leuthold II (de) (mort en 1316) l'oncle de son épouse, prévôt et évêque élu de Bâle, fait de Rodolphe son corégent au château de Rothelin. Par cet acte il établit le pouvoir de la lignée de Hachberg-Sausenberg. Rodolphe Ier meurt cependant avant Leuthold. En 1315, Leuthold donne donc la seigneurie de Rothelin au fils ainé de Rodolphe Henri, qui devient majeur cette même année[3].

Les Margraves de Hochberg-Sausenberg (1316 - 1503)Modifier

Après le mort de Henri de Hochberg-Sausenberg ses jeunes frères Rodolphe II et Othon lui succèdent conjointement dans les seigneuries de Rötteln et Sausenberg. Les seigneurs de Hachberg-Sausenberg transfèrent alors le centre de leur pouvoir du Château de Sausenburg vers le Château de Rothelin.

Le fils du margrave Rodolphe II, Rodolphe III épouse d'abord Adelheid de Lichtenberg (morte en 1386) et ensuite () Anne de Freiburg-Neuchâtel (morte en 1427) héritière de la seigneurie de Badenweiler et de Comté du Neuchâtel. Rodolphe III fut le plus remarquable margrave de Hachberg-Sausenberg. Son fils, Guillaume, lui succède en 1428. Comme il est constamment sous la pression de ses créanciers, il ne trouve pas d'autres solutions pour préserver ses domaines patrimoniaux et sa famille que d'abdiquer le en faveur de se ses fils mineurs Rodolphe IV et Hugues. Comme ils sont encore en enfance c'est leur cousin Jean de Fribourg qui assure le gouvernement comme régent[4]. Rodolphe IV poursuit l'édification du château de Rothelin auquel il ajoute une porte basse dans la basse-cour. Le , le comte Jean de Fribourg donne la seigneurie de Badenweiler, comprenant le château de Badenweiler, à ses neveux Rodolphe IV et Hugues. Les régions de Badenweiler, Rothelin et Hachberg-Sausenberg forment alors un domaine continu du nord de Bâle au sud de Fribourg nommé Markgräflerland. En 1447, Jean de Fribourg transfère le comté de Neuchâtel, comprenant le château de Neuchâtel à Rodolphe IV. Après la mort de Jean le , Rodolphe IV hérite d'autres possessions dans en Franche-Comté.

Son fils, Philippe de Hochberg, lui succède en 1487. Il n'a qu'une fille; Jeanne de Bade-Hochberg, qui hérite de la principauté de Neuchâtel. Par son mariage avec Louis Ier d'Orléans-Longueville, le titre passe aux princes de Longueville. Par contre les fiefs de Rothelin, Sausenberg et Badonviller qui suivent une dévolution en ligne masculine, reviennent à son lointain cousin Christophe Ier de Bade

Les maisons d'Orléans-Longueville et d'Orléans-RothelinModifier

Philippe de Hochberg conclut en un accord avec son cousin Christophe de Baden par lequel ils se lèguent réciproquement, à défaut d'enfants mâles, leurs seigneuries allemandes[5]. Philippe meurt en 1503 et laisse une seule héritière, sa fille Jeanne de Hochberg.

Jeanne de Hochberg fille et unique héritière de Philippe de Hochberg, comte de Neuchâtel, marquis de Rothelin épouse en 1504 Louis Ier d’Orléans, premier duc de Longueville. Leur petit-fils, François, fonde la lignée d'Orléans-Rothelin. Le plus célèbre membre de la famille est Charles d'Orléans de Rothelin (dit l'abbé de Rothelin).

Les Margraves de Bade et de Bade-Durlach (1503 - 1678)Modifier

En 1515 avant sa mort, Christophe Ier de Bade divise ses possessions entre ses trois fils. Son fils Ernest fonde la lignée des Bade-Durlach dite lignée Ernestine, cette lignée règne sur Rötteln et le Markgräflerland jusque 1918. En 1525 pendant la Guerre des Paysans allemands des insurgés prennent le château et détruisent ses archives.

La Margrave Charles II de Bade-Durlach, en juin 1556, passe à la luthérienne. Seul son fils, Georges-Frédéric de Bade-Durlach, habite le château de Rötteln entre 1595 et 1599. La capitale des margaves de Bade-Durlach est transférée à Durlach et le château de Rothelin est administré comme le Markgräflerland par un bailli. Pendant la Guerre de Trente Ans (1618-1648) les troupes impériales et suédoises occupent successivement le château.

DestructionModifier

Le château est détruit en 1678 pendant la Guerre de Hollande par l'armée française commandée par le Maréchal de Créquy et les généraux Louis François de Boufflers et Claude de Choiseul-Francières.

 
Vue de la ville de Lörrach depuis le château.

Pendant ce conflit dès le début de 1678, un détachement français commandé par le général Louis François de Boufflers bombarde le château et détruit plusieurs villages. En juin de la même année, l'armée française bombarde de nouveau le château qui capitule aux termes de trois jours. À cette époque, les vieilles fortifications médiévales ne peuvent pas résister longtemps aux progrès de l'artillerie et de la guerre de siège. Le château est ensuite détruit par les troupes d’occupation française dans la nuit du 29 au . En 1689, le bastion sur le Kapf est rasé par ordre du commandant français Roger Brulart de Puysieux [6]. À la suite de ces destructions le château perd son rôle comme centre du pouvoir local, l'administration est transférée à la ville proche de Lörrach qui reçoit sa charte de cité en 1682.

PréservationModifier

En 1840 le château est ouvert au public et les premières mesures sont prises pour le préserver de la ruine. En 1926, « L’association des Amis du Château de Rothelin» [7] est créée afin de le restaurer. C'est maintenant l'un des monuments parmi les plus significatifs du Land ; il dépend de l'Établissement des palais et jardins du Bade-Wurtemberg[8]. qui est responsable de l'entretien du château et de son maintien en bon état.

Situation actuelleModifier

Plus de 47 000 visiteurs par an fréquentent les ruines de ce château-fort médiéval. Les vestiges découverts dans le château sont exposés dans le musée local. En été s'y tient un théâtre de plein air et en mai un festival de Jazz.

Galerie d'imagesModifier

Sources bibliographiquesModifier

  • Ch. Herzog: Les châteaux de nos comtes du Brisgau, des maisons de Fribourg et de Hochberg et leur histoire. Château de Röteln. Musée neuchâtelois, 1895, p. 97-101 lire en ligne

Liens externesModifier

AnnexeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. fr.viamichelin.be
  2. voir Liste des évêques de Bâle
  3. (de) Fritz Schülin: Rötteln-Haagen, Beiträge zur Orts-, Landschafts- und Siedlungsgeschichte, Lörrach, 1965, p.  65
  4. (de) Fritz Schülin: Rötteln-Haagen, Beiträge zur Orts-, Landschafts- und Siedlungsgeschichte, Lörrach 1965, p. 75
  5. voir Frédéric Alexandre de Chambrier: Histoire de Neuchâtel et Valangin jusqu'à l'avènement de la Maison de Prusse, Neuchâtel 1840, p. 236 en ligne
  6. « Puysieux [Puysieulx], Roger Brulart de » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne.
  7. (de) Site www.burgruine-roetteln.de
  8. (de) Le Château Rötteln sur la page d'accueil de l'Établissement des palais et jardins du Bade-Wurtemberg