Ouvrir le menu principal
Principauté de Neuchâtel

15571847

Drapeau Blason
Description de cette image, également commentée ci-après
Localisation de la principauté.
Informations générales
Statut Principauté, monarchie absolue
(Pays allié de la Confédération des XIII cantons, des XIX cantons)
(Membre de la Confédération des XXII cantons)
Capitale Neuchâtel
Superficie
Superficie 222 km2
Histoire et événements
1557 Léonor d'Orléans-Longueville devient prince de Neuchâtel.
1707 Le roi Frédéric Ier de Prusse devient prince de Neuchâtel
1806 La principauté s’allie à la Confédération des XIX cantons, le maréchal Louis-Alexandre Berthier devient prince
1815 Restitution du titre au roi de Prusse et intégration à la Confédération des XXII cantons
1847 Révolution neuchâteloise, fin de la monarchie

Entités précédentes :

  • Comté de Neuchâtel

Entités suivantes :

La Principauté de Neuchâtel est une ancienne principauté situé au nord-ouest de la Suisse dans le massif du Jura. Pays allié de la Confédération des XIII cantons puis de celle des XXII cantons, la principauté existe entre le XVIe siècle et le XIXe siècle.

HistoireModifier

Dès le XVIe siècle, le comté de Neuchâtel et Valangin devient une principauté, statut qui l'a relativement mis en dehors de tous les conflits armés extérieurs.

 
Carte du canton de Neuchâtel établie en 1735 par Ratelband.

Dès 1531, Guillaume Farel introduit la Réforme protestante dans le canton. Avec la révocation de l'édit de Nantes, Neuchâtel voit affluer nombre de huguenots. Le haut du canton commence à se peupler. Les souverains de l'époque, les Orléans-Longueville, notamment Henri II, portèrent beaucoup d'attention à ce coin de pays. Lors du décès en 1707 de Marie de Nemours, les Neuchâtelois se choisissent comme suzerain le roi de Prusse, l'éloignement géographique leur permettant d'être plus tranquilles... En 1806, Napoléon, après avoir obtenu Neuchâtel par un échange avec le roi de Prusse, remet la principauté au maréchal Louis-Alexandre Berthier. En 1814, le roi de Prusse reprend officiellement possession de la principauté. Neuchâtel est reçu dans la Confédération suisse, avec pleine égalité de droits.

Durant un siècle le futur canton se développa économiquement, avec l'essor de l'horlogerie et la création de nombreuses manufactures textiles (les indiennes). La Société typographique de Neuchâtel édite durant cette période de nombreux livres interdits en France.

La principauté de Neuchâtel adhère au pacte fédéral en 1814 et l'acte final du congrès de Vienne le ratifie et reconnaît au roi de Prusse la qualité de prince de Neuchâtel et à Neuchâtel, le statut de canton suisse. Ce qui signifie pour le canton que désormais il pourra choisir, lui-même, ses dirigeants, magistrats, etc., que militairement, il sera défendu par la Suisse et qu'il devra se soumettre au impératifs de celle-ci (envoyer des contingents à sa requête), et les échanges commerciaux seront soumis aux exigences suisses (taxe, douanes...), mais le canton devra continuer de payer les émoluments au roi de Prusse. Et ce n'est qu'avec la révolution du que Neuchâtel perd son statut de principauté en échange de celui de république, pleinement intégré à la Suisse moderne. Il rompt les liens avec la monarchie prussienne qui ne s'en formalise pas, dans les faits en tout cas, car le traité de 1814 n'a pas officiellement été révoqué. En 1856 suite à l'affaire de Neuchâtel, une tentative de coup d'État monarchiste durant laquelle le roi de Prusse menace de prendre les armes contre Neuchâtel et qui se finit par l'arrestation des putschistes, les dirigeants européens menés par Napoléon III, peu enclins à voir les troupes prussiennes traverser le Rhin, réussissent la médiation qui enlève tout droit sur Neuchâtel au roi de Prusse et accorde définitivement le statut de pays neutre à la Suisse. À partir du 2 mars 1848, jour de la proclamation de la république, on peut dire qu'excepté cette affaire neuchâteloise, son histoire se confond avec celle de la Suisse.

RéférencesModifier