Pascal Gauchon

essayiste et homme politique français

Pascal Gauchon, né le à Paris[1], est un éditeur et géopolitologue français. Ancien homme politique, il fut dans sa jeunesse secrétaire général du Parti des forces nouvelles (1974-1978). Il devient par la suite directeur de Prepasup, directeur de collection aux Presses universitaires de France et auteur d'une trentaine d'ouvrages de géopolitique.

Pascal Gauchon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Président
Antéios (d)
-
Gil Mihaely (d)
Directeur
Prépasup (d)
-
Éric Duquesnoy (d)
Secrétaire général
Parti des forces nouvelles
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (70 ans)
Pseudonyme
Pascal YagueVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

BiographieModifier

FormationModifier

Après avoir fait une classe préparatoire littéraire au lycée Louis-le-Grand[2], il est admis à l'École normale supérieure en 1970[3] et obtient l'agrégation d'histoire en 1973[4].

En 1974, il prépare une thèse de doctorat sur « l'Italie contemporaine »[1], finalement non achevée.

Jeunesse politique (1972-1981)Modifier

À l'ENS, il milite au Groupe union défense[5]. Sous le pseudonyme « Pascal Yague », il collabore à la Revue d'histoire du fascisme[6] jusqu'en 1974[7].

Membre d'Ordre nouveau, il sert d'interprète lors des rencontres entre les dirigeants du groupe et ceux du Mouvement social italien[8]. En 1972, il participe à la rédaction de l'ouvrage doctrinal d'ON, portant le même nom[9], puis intègre le conseil national[8]. Il est encore candidat suppléant sous ces couleurs lors des élections législatives de mars 1973, avant d'intégrer brièvement le secrétariat permanent[8] jusqu'à la dissolution du mouvement en . Il anime ensuite les Comités faire front à Paris, et préside un temps le Front de la jeunesse[8]. Il s'associe en au Comité d'initiative pour la construction d'un parti nationaliste (CICPN) — avec François Brigneau, Jean-François Galvaire, Roland Gaucher, Jack Marchal, Alain Robert notamment[10] — puis devint en novembre secrétaire général du Parti des forces nouvelles[11]. Il continue à cette époque à soutenir le MSI, estimant dans un article de 1974[a] que l'Italie et la France « vivent au même rythme politique »[7],[12].

En , il appelle de ses vœux la constitution d'une « nouvelle droite » pour faire pièce à la « vieille droite »[13]. En avril de la même année, avec une cinquantaine de membres du PFN, il s'introduit dans les locaux de l'UNESCO (occupant plusieurs heures le 8e étage)[14] pour protester dans une lettre ouverte à l'ONU contre la rupture des accords de Paris par le Nord-Vietnam.

Aux élections municipales de 1977 à Paris, il soutient la candidature de Jacques Chirac qui est élu face à Michel d'Ornano[15].

Il est candidat aux élections législatives de mars 1978 dans la 12e circonscription de Paris[16]. Il devient ensuite rédacteur en chef de Défense de l'Occident après l'assassinat de François Duprat le 18 mars 1978[17],[18]. Pierre-André Taguieff estime qu'il « renouvelle [son] équipe rédactionnelle », « en y amenant de jeunes universitaires »[19], tandis que Pauline Picco relève que sa prise de responsabilité amène « une multiplication des articles portant sur l'extrême droite italienne »[7].

En 1979, il fait paraître aux Presses universitaires de France, avec Thierry Buron (également membre du PFN)[17] un ouvrage de synthèse sur Les Fascismes[20], que Pierre Milza estime « très favorable au phénomène étudié »[21]. En mai, il participe, en 4e position, derrière Michel de Saint Pierre, Jean-Louis Tixier-Vignancour et Jean-Marie Le Pen, à la tentative de liste commune PFN/FN pour les élections européennes, nommée Union française pour l'Eurodroite des patries (UFEP), avant de déposer sa propre liste sous l'appellation Union française pour l'Eurodroite (UFE), conduite par Jean-Louis Tixier-Vignancour, Alain Robert et Joseph Ortiz[22]. Cette liste ne recueille qu'1,31 % des voix[23].

En , il participe sur Antenne 2 à un débat sur le coup d'État du 11 septembre 1973 au Chili, au cours duquel il prend la défense d'Augusto Pinochet[24]. En mai, convaincu du chef de « recel de document volé », il est condamné par le tribunal correctionnel de Paris à deux mois de prison avec sursis pour avoir fait publier dans Initiative nationale, l'organe du PFN, un texte dérobé dans les locaux de la Ligue des droits de l'homme[25]. Cette condamnation n'est pas inscrite à son casier judiciaire, il peut en novembre de la même année, être candidat à l'élection législative partielle dans la 4e circonscription de la Gironde[26].

En septembre, il prend part au comité français de soutien à Ronald Reagan[27]. En concurrence avec Jean-Marie Le Pen[28], il ne parvient pas à réunir les parrainages nécessaires pour se présenter à l'élection présidentielle de 1981[29] (Roland Hélie dirigeait sa pré-campagne)[30]. Le , il appelle donc à soutenir Jacques Chirac[31] au premier tour. Candidat aux élections législatives de 1981 dans la 5e circonscription de Paris[32], avec comme suppléant Pierre Jonquères d'Oriola[33], il recueille 3,26 % des voix[34] et se retire de la direction du PFN à l'issue.

Le , le PFN acte sa rupture avec Pascal Gauchon et Jean-Louis Tixier-Vignancour lors d'une réunion publique à la Mutualité[11].

Parcours professionnelModifier

En 1975[35], il enseigne d'abord l'histoire et la géographie dans une classe « composée uniquement d'enfants de travailleurs immigrés », à Aulnay-sous-Bois[36]. Il a aussi été officier de réserve[37].

Après les élections de 1981, âgé de 31 ans, il se retire définitivement de l'action politique pour se consacrer à l'enseignement et à l'édition. De 1985 à 2011, il est directeur de Prépasup, un institut privé spécialisé dans les classes préparatoires aux grandes écoles commerciales (ESSEC, HEC, ESCP Europe, EM Lyon, EDHEC) et aux instituts d'études politiques[38]. Il assure un cours d'histoire, de géographie et de géopolitique en troisième année de classes préparatoires à Ipesup.

Après avoir écrit plusieurs ouvrages chez Ellipses pour préparer les concours aux grandes écoles, il est nommé en 1992, par Michel Prigent directeur de la collection « Major » aux Presses universitaires de France[39], malgré l'opposition puis la démission, « au nom des valeurs républicaines »[40], d'Olivier Duhamel et de Jean-Luc Parodi des PUF[17],[41].

En 2008, il crée la société Anteios qui publie un rapport annuel et qui décerne le prix du festival de géopolitique de Grenoble, manifestation dont il a été à l'initiative[42]. Il préside toujours la remise du Prix du meilleur livre de géopolitique lorsque qu'il passe sous l'égide de la société Axyntis [43],[44].

En 2012, il fait partie des parrains[45] du projet Notre antenne. Ce projet donnera naissance à TV Libertés en 2014 [46],[47] mais il n'intègre pas l'équipe de la web-tv.

Le , il lance en kiosque une nouvelle revue trimestrielle consacrée à la géopolitique, Conflits, rangée par La Lettre A parmi la « presse conservatrice »[48]. Il en assure la direction jusqu'en [49].

En 2018, il intègre le comité scientifique[50] de l'Institut des sciences sociales, économiques et politiques[51]

OuvragesModifier

  • Propositions pour une nation nouvelle, Parti des forces nouvelles, 1974 (notice BnF no FRBNF34558257) ;
  • Avec Thierry Buron, Les Fascismes, PUF, 1979 (ISBN 2-13-035796-2) ;
  • La Droite en mouvements, nationaux et nationalistes, 1962–1981 (avec Philippe Vilgier), Paris, Vastra, 1981 ;
  • OAS : histoire de la Résistance française en Algérie (avec Patrick Buisson, préf. Pierre Sergent), Jeune pied-noir, 1984 ;
  • Méthodologie de la dissertation (avec Maxime Lefebvre), Ellipses-Marketing, 1990 ;
  • Se préparer à l'oral (avec Maxime Lefebvre), Ellipses-Marketing, 1990 (ISBN 2-7298-9030-0) ;
  • L'Épreuve de cartographie : classes préparatoires HEC, entrée en AP Sciences po, classes de terminales, Ellipses, 1991 (ISBN 2-7298-9118-8) ;
  • La Dissertation d'histoire à l'entrée de Sciences Po (sous sa direction), Ellipses, 1992 (ISBN 2-7298-9212-5) ;
  • L'Épreuve de questions multiples d'histoire à l'entrée de Sciences Po (sous sa direction), Ellipses, 1992 (ISBN 2-7298-9213-3) ;
  • La Genèse du nouvel ordre mondial : de l'invasion de l'Afghanistan à l'effondrement du communisme (avec Maxime Lefebvre et Dan Rotenberg, préf. Patrick Wajsman), Ellipses, 1992 (ISBN 2-7298-9203-6).
  • Les Capitalismes américain, européen et japonais en compétition, PUB, 1997 (ISBN 2-13-048510-3) ;
  • Vocabulaire d'actualité économique : acteurs, espaces et enjeux économiques contemporains, Ellipses, 1998 ;
  • Histoire et géographie économiques : se préparer à l'oral, Ellipses Marketing, 1998 ;
  • Mondialistes et Français toujours ? : le monde, les États-Unis et nous, PUF, Major, 2000 ;
  • La Triade dans la nouvelle économie mondiale (avec Dominique Hamon et Annie Mauras), PUF, Major, 2002 ;
  • L'Exception américaine, PUF, Major, 2004 ;
  • Le Nouveau Monde : géopolitique des Amériques (avec Yves Gervaise), PUF, 2005 ;
  • Géopolitique du développement durable (avec Cédric Tellenne), PUF, 2005 ;
  • Le Modèle français depuis 1945, PUF, Que sais-je ?, 2006 ;
  • Inde, Chine à l'assaut du monde, PUF, 2006 — rapport Anteios annuel ;
  • Les Grandes Puissances du XXIe siècle (avec Jean-Marc Huissoud), PUF, 2008 — rapport Anteios annuel ;
  • Le Monde : manuel de géopolitique et de géoéconomie (sous sa direction, avec Patrice Touchard), PUF, 2008 ;
  • 1001 fautes à éviter en arabe (sous sa direction), PUF, « Major », 2008 ;
  • Un monde d'entreprises, PUF, « Major », 2009 — rapport Anteios annuel ;
  • Les 100 lieux de la géopolitique (avec Jean-Marc Huissoud), PUF, Que sais-je ?, 2009 ;
  • Les 100 mots de la géopolitique (avec Jean-Marc Huissoud), PUF, Que sais-je ?, 2010 ;
  • Vive la France quand même ! : les atouts de la France dans la mondialisation (sous sa direction, avec Jean-Marc Huissoud), PUF, « Major », 2010 — rapport Anteios annuel ;
  • Dictionnaire de géopolitique et de géoéconomie, PUF, « Major », 2011 ;
  • Géopolitique de la France : plaidoyer pour la puissance, PUF, « Major », 2012.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. « Alfredo Oriani, précurseur du fascisme », Défense de l'Occident, no 118, p. 10-11.

RéférencesModifier

  1. a et b Le Monde, « M. Pascal Gauchon est élu secrétaire général du Parti des forces nouvelles », sur lemonde.fr, (consulté le 15 octobre 2020).
  2. « Pascal Gauchon, Normalien, agrégé d'histoire, directeur de la collection Major aux PUF, fondateur du festival de géopolitique lance une nouvelle revue de géopolitique : CONFLITS (parution en kiosques le 27 mars 2014) », sur guilainedepis.blogspirit.com (consulté le 3 septembre 2017)
  3. https://www.archicubes.ens.fr/lannuaire#annuaire_chercher?identite=Gauchon.
  4. http://www.letudiant.fr/educpros/personnalites/gauchon-pascal-256.html.
  5. Philippe Boggio et PHILIPPE BOGGIO., « Le GUD veut désormais se présenter comme un syndicat Les barres de fer aux orties », sur lemonde.fr, (consulté le 15 octobre 2020).
  6. (it) Pino Rauti et Rutilio Sermonti, Storia del fascismo: Le interpretazioni e le origini, Rome, Centro editoriale nazionale, , p. 160.
  7. a b et c Picco 2016, p. 198.
  8. a b c et d Picco 2016, p. 266.
  9. notice BnF no FRBNF35163252.
  10. Joseph Algazy, L'extrême-droite en France de 1965 à 1984, Éditions L'Harmattan, 1989, p. 199-200 (ISBN 2-7384-0229-1)
  11. a et b http://www.france-politique.fr/wiki/Parti_des_Forces_Nouvelles_(PFN).
  12. Andrea Mammone, Transnational Neofascism in France and Italy, New York, Cambridge University Press, 2015, p. 10-11.
  13. ALAIN ROLLAT., « LE P.F.N. et la " nouvelle droite " " Nous sommes de la même famille et de la même génération souligne M. Pascal Gauchon », sur lemonde.fr, (consulté le 15 octobre 2020).
  14. Le Monde, « UN COMMANDO DU P.F.N. OCCUPE DES BUREAUX DE L'UNESCO À PARIS », sur lemonde.fr, (consulté le 15 octobre 2020).
  15. « https://www.lemonde.fr/archives/article/1979/07/30/le-p-f-n-et-la-nouvelle-droite-nous-sommes-de-la-meme-famille-et-de-la-meme-generation-souligne-m-pascal-gauchon_3055264_1819218.html »
  16. J.-M. COLOMBANI, « PARIS La recherche des " rééquilibrages " : II. - Du Xe au XIVe arrondissement », sur lemonde.fr, (consulté le 15 octobre 2020).
  17. a b et c « Pascal Gauchon, du PFN aux PUF », sur lemonde.fr, .
  18. Philippe Lamy (sous la dir. de Claude Dargent), Le Club de l'horloge (1974-2002) : évolution et mutation d'un laboratoire idéologique (thèse de doctorat en sociologie), Paris, université Paris-VIII, , 701 p. (SUDOC 197696295, lire en ligne), p. 283.
  19. Pierre-André Taguieff, Sur la Nouvelle Droite : jalons d'une analyse critique, Paris, Descartes et Cie, (ISBN 2-910301-02-8), p. 146.
  20. « Buron (Thierry), Gauchon (Pascal) — Les fascismes. — Paris, Presses universitaires de France, 1979, 18 cm, 175 p. Bibliogr. (Documents histoire.) », Revue française de science politique, vol. 30, no 2,‎ , p. 426 (lire en ligne).
  21. Pierre Milza, Les Fascismes, Paris, Le Seuil, coll. « Points : histoire » (no 147), (ISBN 2-02-012863-2), p. 549.
  22. Joseph Algazy, op. cit., p. 208-209.
  23. Résultats des élections européennes de 1979
  24. M. N., « La colère et les regrets », sur lemonde.fr, (consulté le 15 octobre 2020).
  25. Le Monde, « M. PASCAL GAUCHON EST CONDAMNÉ POUR RECEL DE DOCUMENT VOLÉ », sur lemonde.fr, (consulté le 15 octobre 2020).
  26. Le Monde, « 55 candidats pour 7 élections législatives partielles », sur lemonde.fr, (consulté le 15 octobre 2020).
  27. Le Monde, « DES PERSONNALITÉS FRANÇAISES CRÉENT UN " COMITÉ DE SOUTIEN À RONALD REAGAN " », sur lemonde.fr, (consulté le 15 octobre 2020).
  28. ALAIN ROLLAT, « À L'EXTRÊME DROITE MM. Le Pen et Gauchon se livrent un duel de générations », sur lemonde.fr, (consulté le 15 octobre 2020).
  29. Joseph Algazy, op. cit., p. 209.
  30. Le Monde, « M. Roger Girard élu secrétaire général du Parti des forces nouvelles », sur lemonde.fr, (consulté le 15 octobre 2020).
  31. « http://www.france-politique.fr/wiki/Parti_des_Forces_Nouvelles_(PFN) »
  32. ALAIN ROLLAT., « EXTRÊME DROITE : marginalité confirmée », sur lemonde.fr, (consulté le 15 octobre 2020).
  33. ALAIN ROLLAT., « Extrême droite : la zizanie en vase clos », sur lemonde.fr, (consulté le 15 octobre 2020).
  34. « Le Front national et l'extrême droite », sur lemonde.fr, .
  35. « https://www.letudiant.fr/educpros/personnalites/gauchon-pascal-256.html »
  36. ALAIN ROLLAT., « Un entretien avec M. Pascal Gauchon " C'est à M. Giscard d'Estaing de mériter les voix de la droite " », sur lemonde.fr, (consulté le 15 octobre 2020).
  37. ALAIN ROLLAT., « Le P.F.N. pose la candidature de M. Pascal Gauchon à l'élection présidentielle de 1981 », sur lemonde.fr, (consulté le 15 octobre 2020).
  38. Site d'Ipésup
  39. Site des Presses universitaires de France
  40. Alain Beuve-Méry, « Michel Prigent », sur lemonde.fr, .
  41. « La polémique sur la nomination de Pascal Gauchon à la tête d'une collection pédagogique. Remous aux Presses universitaires de France », sur lemonde.fr, .
  42. Philippe Cohen - Marianne, « Pascal Gauchon, apôtre de la géopolitique », Marianne,‎ (lire en ligne, consulté le 15 octobre 2020).
  43. https://www.festivalgeopolitique.com/coin-litteraire.
  44. https://www.festivalgeopolitique.com/sites/default/files/medias/editions_precedentes/communique_de_presse_finalistes_des_prix_2017_du_meilleur_livre_de_geopolitique._presentation_ok.pdf.
  45. Fabien Lécuyer, « Vers une « télévision patriotique française » ? », sur 7seizh.info, .
  46. « A l'extrême droite, TV Libertés », sur lalettrea.fr, .
  47. Margaux Baralon, « École de Marion Maréchal : 50 nuances de droites extrêmes », sur europe1.fr
  48. « Nouveaux médias de droite : qui sont les financiers de l'ombre ? - 18/06/2018 - La Lettre A », La Lettre A,‎ (lire en ligne, consulté le 15 octobre 2020).
  49. Manifeste pour une géopolitique critique, www.revueconflits.com
  50. « Site de l'ISSEP »
  51. Challenges.fr, « Marion Maréchal lance son école de sciences politiques à Lyon », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le 15 octobre 2020).

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • « Pascal Gauchon », dans Pauline Picco (préf. Michelle Zancarini-Fournel), Liaisons dangereuses : les extrêmes droites en France et en Italie (1960-1984) (thèse de doctorat en histoire remaniée), Rennes, Presses universitaires de Rennes, (ISBN 978-2-7535-4866-4), p. 266.

Liens externesModifier