Néréides

Nymphes marines

Dans la mythologie grecque, les Néréides sont des nymphes marines, filles de Nérée et de Doris.

Une Néréide sur un taureau marin portant un présent pour les noces de Poséidon et Amphitrite, base d'un groupe sculpté (fin du IIe siècle av. J.-C., glyptothèque de Munich, inv. 239).

ÉtymologieModifier

Le terme français « Néréides » provient du latin de même sens Nereides (pluriel de Nereis), lui-même dérivant du grec ancien Νηρῇδες / Nērêides, pluriel de Νηρῇς (Nērêis)[1] (ou Νηρηΐδες / Nērēḯdes, pluriel de Νηρηΐς (Nērēḯs)). Ce terme est dérivé de Nérée (Νηρεύς (Nēreús)), père des Néréides ; ce dernier est peut-être lié au verbe νέω (néō), « nager ».

En français, le terme a également été écrit « Néréïdes » ou « Néréydes »[1].

MythologieModifier

 
Andromède attachée au rocher par les Néréides
Théodore Chassériau, 1840
Paris, musée du Louvre[2]

Les Néréides sont des nymphes marines, filles du dieu marin Nérée et de l'Océanide Doris. Elles sont au nombre de cinquante[3] et forment le cortège de Poséidon ; associées particulièrement à la mer Égée, elles résident avec leur père dans les profondeurs d'une cave argentée. Elles sont représentées comme de belles jeunes filles à la chevelure entrelacée de perles, portées sur des dauphins ou des hippocampes, et tiennent à la main tantôt un trident, tantôt une couronne ou une victoire, tantôt une branche de corail. Quelquefois, on les représente comme les sirènes, mi-femmes mi-poissons, c'est pourquoi elles sont souvent présentes avec les tritons sur les peintures et sculptures antiques.

Certaines Néréides sont plus connues que d'autres, telles Amphitrite, épouse de Poséidon, Thétis, mère d'Achille, Galatée, aimée du Cyclope Polyphème, ou Psamathée, mère de Phocos avec Éaque. Dans l’Iliade d'Homère, lorsque Thétis pleure en sympathie de la douleur d'Achille pour la mort de Patrocle, ses sœurs apparaissent. Opis est mentionnée dans l’Énéide de Virgile ; elle est appelée par la déesse Diane pour venger la mort de la guerrière Camille, tuée par Arruns. Armée par Diane, Opis transperce Arruns d'une flèche.

Les Néréides sont fières de leur beauté. Lorsque la reine d'Éthiopie Cassiopée prétend que sa fille Andromède est plus belle que les Néréides, elles exigent que Poséidon les venge. Celui-ci envoie le dragon marin Cétus ravager les côtes du pays. Paniqué, Céphée cherche conseil auprès de l'Oracle d'Ammon en Libye, lequel lui répond que la seule façon de sauver son royaume est de sacrifier sa fille Andromède au monstre.

Catalogues antiquesModifier

Quatre ouvrages antiques recensent diverses Néréides. Les noms ne sont pas identiques d'une liste à l'autre, conduisant à près d'une centaine de Néréides distinctes :

  • « Apollodore », dans la Bibliothèque (livre I, chapitre 2, paragraphe 7), mentionne 45 Néréides :
    « Νηρέως δὲ καὶ Δωρίδος Νηρηίδες, ὧν τὰ ὀνόματα Κυμοθόη Σπειὼ Γλαυκονόμη Ναυσιθόη Ἁλίη, Ἐρατὼ Σαὼ Ἀμφιτρίτη Εὐνίκη Θέτις, Εὐλιμένη Ἀγαύη Εὐδώρη Δωτὼ Φέρουσα, Γαλάτεια Ἀκταίη Ποντομέδουσα Ἱπποθόη Λυσιάνασσα, Κυμὼ Ἠιόνη Ἁλιμήδη Πληξαύρη Εὐκράντη, Πρωτὼ Καλυψὼ Πανόπη Κραντὼ Νεόμηρις, Ἱππονόη Ἰάνειρα Πολυνόμη Αὐτονόη Μελίτη, Διώνη Νησαίη Δηρὼ Εὐαγόρη Ψαμάθη, Εὐμόλπη Ἰόνη Δυναμένη Κητὼ Λιμνώρεια. »
    « De Nérée et de Doris, fille de l'Océan naquirent les Néréides dont voici les noms : Cymothoé, Spéio, Glauconomé, Nausitoé, Alié, Érato, Sao, Amphitrite, Eunice, Thétis, Eulimène, Agavé, Eudore, Doto, Phéruse, Galatée, Actée, Protoméduse, Hippothoé, Lysianasse, Cymo, Éioné, Alimède, Plexaure, Eucrante, Proto, Calypso, Panopé, Cranto, Néoméris, Hipponoé, Ianira, Polynoé, Autonoé, Mélité, Dioné, Nésée, Déro, Evagoré, Psamathée, Eumolpe, Ioné, Dynamène, Céto et Limnorée. »
  • Hésiode, dans la Théogonie (vers 240 à 264), en relève 53 :
    « Νηρῆος δ᾽ ἐγένοντο μεγήρατα τέκνα θεάων / πόντῳ ἐν ἀτρυγέτῳ καὶ Δωρίδος ἠυκόμοιο, / κούρης Ὠκεανοῖο, τελήεντος ποταμοῖο, / Πλωτώ τ᾽ Εὐκράντη τε Σαώ τ᾽ Ἀμφιτρίτη τε / Εὐδώρη τε Θέτις τε Γαλήνη τε Γλαύκη τε / Κυμοθόη Σπειώ τε Θόη θ᾽ Ἀλίη τ᾽ ἐρόεσσα / Πασιθέη τ᾽ Ἐρατώ τε καὶ Εὐνίκη ῥοδόπηχυς / καὶ Μελίτη χαρίεσσα καὶ Εὐλιμένη καὶ Ἀγαυὴ / Δωτώ τε Πρωτώ τε Φέρουσά τε Δυναμένη τε / Νησαίη τε καὶ Ἀκταίη καὶ Πρωτομέδεια / Δωρὶς καὶ Πανόπεια καὶ εὐειδὴς Γαλάτεια / Ἱπποθόη τ᾽ ἐρόεσσα καὶ Ἱππονόη ῥοδόπηχυς / Κυμοδόκη θ᾽, ἣ κύματ᾽ ἐν ἠεροειδέι πόντῳ / πνοιάς τε ζαέων ἀνέμων σὺν Κυματολήγῃ / ῥεῖα πρηΰνει καὶ ἐυσφύρῳ Ἀμφιτρίτῃ, / Κυμώ τ᾽ Ἠιόνη τε ἐυστέφανός θ᾽ Ἁλιμήδη / Γλαυκονόμη τε φιλομμειδὴς καὶ Ποντοπόρεια / Ληαγόρη τε καὶ Εὐαγόρη καὶ Λαομέδεια / Πουλυνόη τε καὶ Αὐτονόη καὶ Λυσιάνασσα / [Εὐάρνη τε φυήν τ᾽ ἐρατὴ καὶ εἶδος ἄμωμος] / καὶ Ψαμάθη χαρίεσσα δέμας δίη τε Μενίππη / Νησώ τ᾽ Εὐπόμπη τε Θεμιστώ τε Προνόη τε / Νημερτής θ᾽, ἣ πατρὸς ἔχει νόον ἀθανάτοιο. / Αὗται μὲν Νηρῆος ἀμύμονος ἐξεγένοντο / κοῦραι πεντήκοντα, ἀμύμονα ἔργα ἰδυῖαι. »
    « Et de Néreus naquit la race charmante des Déesses, dans la mer stérile, de Dôris à la belle chevelure, fille du fleuve sans fin Océan : Proto, Eukratè, Sao, Amphitrite, Eudore, Thétis, Galène, Glaucé, Kymothoé, la rapide Spéo, la riante Thalie, la gracieuse Mélité, Euliméné, Agave, Pasithée, Érato, Eunice aux bras roses, Doto, Proto, Phérouse, Dynamène, Nésée, Actée, Protomédie, Doris, Panopé, la belle Galatée, la charmante Hippothoé, Hipponoé aux bras roses, Cymodocé qui apaise aisément les flots de la noire mer et le souffle des vents sacrés, avec Cymatolège et avec Amphitrite ornée de beaux pieds ; et Cymo, Éioné, Halimède richement couronnée, la joyeuse Glauconomé, Pontoporie, Léagore, Évagoré, Laomédie, Polynomé, Autonoé, Lysianassa, Évarné douée d'un aimable naturel et d'une forme parfaite, Psamathée au beau corps, la divine Ménippé, Néso, Eupompé, Thémisto, Pronoé, Némertès qui avait l'âme de son père immortel. Ainsi, de l'irréprochable Néreus naquirent cinquante filles habiles aux irréprochables travaux. »
  • Homère, dans l’Iliade (chant XVIII, vers 38 et suivants), en compte 34 :
    « θεαὶ δέ μιν ἀμφαγέροντο / πᾶσαι ὅσαι κατὰ βένθος ἁλὸς Νηρηΐδες ἦσαν. / ἔνθ᾽ ἄρ᾽ ἔην Γλαύκη τε Θάλειά τε Κυμοδόκη τε / Νησαίη Σπειώ τε Θόη θ᾽ Ἁλίη τε βοῶπις / Κυμοθόη τε καὶ Ἀκταίη καὶ Λιμνώρεια / καὶ Μελίτη καὶ Ἴαιρα καὶ Ἀμφιθόη καὶ Ἀγαυὴ / Δωτώ τε Πρωτώ τε Φέρουσά τε Δυναμένη τε / Δεξαμένη τε καὶ Ἀμφινόμη καὶ Καλλιάνειρα / Δωρὶς καὶ Πανόπη καὶ ἀγακλειτὴ Γαλάτεια / Νημερτής τε καὶ Ἀψευδὴς καὶ Καλλιάνασσα· / ἔνθα δ᾽ ἔην Κλυμένη Ἰάνειρά τε καὶ Ἰάνασσα / Μαῖρα καὶ Ὠρείθυια ἐϋπλόκαμός τ᾽ Ἀμάθεια / ἄλλαι θ᾽ αἳ κατὰ βένθος ἁλὸς Νηρηΐδες ἦσαν. »
    « Et autour de la Déesse étaient rassemblées toutes les Néréides qui sont au fond de la mer : Glaucé, Thalie, Cymodoké, Nésée, Spéio, Thoé, Halié aux yeux de bœuf, Cymothoé, Alcée, Limnorie, Mélité, Iaéra, Amphithoé, Agavé, Loto, Proto, Phérouse, Dynaméné, Déxamène et Amphinomé, Callianassa, Doris, Panopé, l'illustre Galatée, Némertès, Apseudès, Callianira, Clyméne, Ianira, Ianassa, Méra, Oreithye, Amathée aux beaux cheveux, les autres Néréides qui sont dans la profonde mer. »
  • Hygin, dans la préface des Fabulae, en liste 48 :
    « Ex Nereo et Doride Nereides quinquaginta, Glauce Thalia Cymodoce Nesaea Spio Thoe Cymothoe[a] Actaea Limnoria Melite Iaera Amphithoe Agaue Doto Prot[h]o Pherusa Dynamene Dexamene Amphinome Callianassa Doris Panope Galat[h]ea Nemertes Apseudes Clymene Ianira [Panopaea] Ianassa Maera Orithyia Amathia Drymo Xantho Ligea Phyllodoce Cydippe Lycorias Cleio Beroe Ephyre Opis Asia Deiopea Arethusa [Clymene] Creneis Eurydice Leucothoe. »
    « De Nérée et Doris cinquante Néréides, Glaucé Thalie Cymodocé Nésée Spéio Thoé Cymothoé Actée Limnorie Mélité Iaéra Amphithoé Agavé Doto Proto Phéruse Dymanène Dexamène Amphinomé Callianassa Doris Panopé Galatée Némertès Apseudès Clymène Ianira [Panopé] Ianassa Méra Orithyie Amathée Drymo Xantho Ligée Phyllodocé Cydippe Lycorias Clio Béroé Éphyré Opis Asia Déiopé Aréthuse [Clymène] Crénéis Eurydice Leuchothé. »

Le tableau suivant reprend les mentions chez ces quatre auteurs. Le nom grec et sa transcription sont également indiqués, sauf lorsque présent uniquement chez Hygin (écrivain de langue latine).

Néréide Nom grec Transcription Apollodore Hésiode Homère Hygin
Actée Ἀκταίη Aktaíē        
Agavé Ἀγαυή Agauḗ        
Amathée Ἀμάθεια Amátheia    
Amphinomé Ἀμφινόμη Amphinómē    
Amphithoé Ἀμφιθόη Amphithóē    
Amphitrite Ἀμφιτρίτη Amphitrítē    
Apseudès Ἀψευδής Apseudḗs    
Aréthuse Ἀρέθουσα Aréthousa  
Asia Ἀσία Asía  
Autonoé Αὐτονόη Autonóē    
Béroé Βερόη Beróē  
Callianassa Καλλιάνασσα Kalliánassa    
Callianira Καλλιάνειρα Kalliáneira  
Calypso Καλυψώ Kalypsṓ  
Céto Κητώ Kētṓ  
Clio Κλειώ Kleiṓ  
Clymène Κλυμένη Klyménē    
Cranto Κραντώ Krantṓ  
Crénéis  
Cydippe Κυδίππη Kydíppē  
Cymatolège Κυματολήγη Kymatolḗgē  
Cymo Κυμώ Kymṓ    
Cymodocée Κυμοδόκη Kymodókē      
Cymothoé Κυμοθόη Kymothóē        
Déiopé  
Déro Δηρώ Dērṓ  
Déxamène Δεξαμένη Dexaménē    
Dioné Διώνη Diṓnē  
Doris Δωρίς Dōrís      
Doto Δωτώ Dōtṓ        
Drymo  
Dynamène Δυναμένη Dynaménē        
Éioné Ἠιόνη Ēiónē    
Éphyra  
Érato Ἐρατώ Eratṓ    
Eucrante Εὐκράντη Eukrántē    
Eudore Εὐδώρη Eudṓrē    
Eulimène Εὐλιμένη Euliménē    
Eumolpe Εὐμόλπη Eumólpē  
Eunice Εὐνίκη Euníkē    
Eupompe Εὐπόμπη Eupómpē  
Eurydice Εὐρυδίκη Eurydíkē  
Évagoré Εὐαγόρη Euagórē    
Évarné Εὐάρνη Euárnē  
Galatée Γαλάτεια Galáteia        
Galène Γαλήνη Galḗnē  
Glaucé Γλαύκη Glaúkē      
Glauconomé Γλαυκονόμη Glaukonómē    
Halié Ἁλίη Halíē      
Halimède Ἁλιμήδη Halimḗdē    
Hipponoé Ἱππονόη Hipponóē    
Hippothoé Ἱπποθόη Hippothóē    
Iaéra Ἴαιρα Íaira    
Ianassa Ἰάνασσα Iánassa    
Ianira Ἰάνειρα Iáneira      
Ioné Ἰόνη Iónē  
Laomédie Λαομέδεια Laomédeia  
Léagore Ληαγόρη Lēagórē  
Leucothoé Λευκοθέα Leukothéa  
Ligie Λιγεία Ligeía  
Limnoria Λιμνώρεια Limnṓreia      
Lycorias  
Lysianassa Λυσιάνασσα Lysiánassa    
Méra Μαῖρα Maîra    
Mélité Μελίτη Melítē        
Ménippé Μενίππη Meníppē  
Nausithoé Ναυσιθόη Nausithóē  
Némertès Νημερτής Nēmertḗs      
Néoméris Νεόμηρις Neómēris  
Nésée Νησαίη Nēsaíē        
Néso Νησώ Nēsṓ  
Opis  
Orithye Ὠρείθυια Ōreíthyia    
Panopaé Πανόπεια Panópeia  
Panope Πανόπη Panópē        
Pasithée Πασιθέη Pasithéē  
Phéruse Φέρουσα Phérousa        
Phyllodocé  
Pleuxaure Πληξαύρη Plēxaúrē  
Ploto Πλωτώ Plōtṓ  
Polynomé Πολυνόμη Polynómē    
Pontoméduse Ποντομέδουσα Pontomédousa  
Pontoporie Ποντοπόρεια Pontopóreia  
Poulunoé Πουλυνόη Poulynóē  
Pronoé Προνόη Pronóē  
Proto Πρωτώ Prōtṓ        
Protomédie Πρωτομέδεια Prōtomédeia  
Psamathée Ψαμάθη Psamáthē    
Sao Σαώ Saṓ    
Spéio Σπειώ Speiṓ        
Thalie Θάλεια Tháleia      
Thémisto Θεμιστώ Themistṓ  
Thétis Θέτις Thétis      
Thoé Θόη Thóē      
Xantho  

Autres auteursModifier

Quelques Néréides non présentes dans les quatre catalogues principaux peuvent aussi être trouvées :

Évocation moderneModifier

 
Pendule de cheminée de style Empire représentant la Néréide Galatée (1822, palais Catherine, Pouchkine).

ArtsModifier

LittératureModifier

  • Au XIXe siècle, l'écrivain français Théophile Gautier écrit un poème intitulé « Les Néréides » dans son recueil Émaux et Camées (publié en 1852). Le poème décrit un tableau à l'aquarelle représentant les Néréides en mer. Cette toile est probablement fictive, mais Gautier s'inspire de tableaux réels qui représentent fréquemment ces figures mythologiques à son époque, notamment Les Néréides du peintre Auguste Gendron (1851) ou La Vapeur mettant en fuite les dieux marins d'Horace Vernet (1847) qui doit alors décorer un plafond de la Chambre des députés[7].
  • Une nouvelle de Marguerite Yourcenar s'intitule L'homme qui a aimé les Néréides qui décrit le triste sort d'un jeune homme, fils de paysan grec, tombé amoureux des Néréides et devenu fou.

MusiqueModifier

Les Néréides apparaissent également dans la musique : en 2007, en France, le groupe breton Tri Yann leur consacre une chanson, J'ai croisé les Néréides, dans son album Abysses qui a pour thème le monde sous-marin.

SciencesModifier

BiologieModifier

En zoologieModifier

Les noms de Nérée, Doris et de la plupart des Néréides sont attribués à plusieurs animaux marins (noms de genres, initialement), comme :

Des insectes, en particulier des papillons, tiennent aussi leurs noms de Néréides:

En botaniqueModifier

Plusieurs genres d'algues tiennent leurs noms de Néréides:

D'autres plantes également :

AstronomieModifier

LunesModifier

Les satellites naturels de Neptune portent le nom de personnages de la mythologie gréco-romaine associés à Poséidon/Neptune et aux océans. En particulier, les satellites irréguliers sont nommés d'après les Néréides[8] :

Plusieurs autres lunes portent le nom de Néréides :

AstéroïdesModifier

IconographieModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

Sources antiquesModifier

Ouvrages modernesModifier

  • Pierre Grimal, Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine, Paris, Presses universitaires françaises, , 5e éd., 576 p., p. 314
    Cet ouvrage liste 77 Néréides.
  • Collectif, Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae, Zurich, Munich, Dusseldorf, Artemis Verlag, 1981-1999

RéférencesModifier

  1. a et b Définitions lexicographiques et étymologiques de « Néréide » dans le Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  2. « Andromède », sur Base cartel du Louvre (consulté en )
  3. Grimal 1976.
  4. Scholie sur Apollonios de Rhodes, Argonautica, 3. 242
  5. Tzétzès à Lycophron, 1283.
  6. Eschyle, Prométhée enchaîné [détail des éditions] [lire en ligne], v. 557.
  7. Théophile Gautier, Émaux et Camées, Paris, Gallimard, coll. « Poésie », p. 261 (notice)
  8. (en) « Planet and Satellite Names and Discoverers », Gazetteer of Planetary Nomenclature
  9. (en) « PSarcophage, dit Tombeau des Néréides », Musée du Louvre