Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour le palais à Moscou, voir Palais Catherine (Moscou).
Palais Catherine
Большой Екатерининский дворец
Catherine Palace in Tsarskoe Selo.jpg
La façade sud vue du jardin.
Présentation
Type
Palais
Destination initiale
Palais de l'impératrice Élisabeth Ire
Style
Architecte
Construction
Ouverture
août 1724
Statut patrimonial
Site web
(ru + en) www.tzar.ruVoir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : Saint-Pétersbourg

(Voir situation sur carte : Saint-Pétersbourg)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Russie

(Voir situation sur carte : Russie)
Point carte.svg

Le palais Catherine (en russe : Екатерининский дворец, Iekaterininski dvorets), appelé aussi improprement palais de Tsarskoïe Selo (car il existe aussi à Tsarskoïe Selo le palais Alexandre), est un palais de Russie du XVIIIe siècle de style baroque, situé à Pouchkine (ancienne Tsarskoïe Selo, c'est-à-dire « village du Tsar »), à 25 km de Saint-Pétersbourg.

HistoireModifier

Dans l'histoire et l'architecture du palais, les tendances architecturales de chacune des époques auxquelles le palais a survécu et les préférences personnelles des dirigeants russes de l'époque ont été reflétées. Le palais lui-même a été fondé en 1717 sous la direction de l'architecte allemand Johann Friedrich Braunstein en tant que résidence d'été de l'impératrice Catherine I. En août 1724, la cérémonie d'ouverture a été organisée dans le palais au cours de laquelle «ils ont tiré 13 fusils trois fois». L'empereur a assisté à la célébration. Selon le premier projet, le palais était un petit bâtiment de deux étages de style hollandais, typique de l’architecture russe du début du XVIIIe siècle, «pour 16 lumières». En 1743, l'impératrice Elizaveta Petrovna, qui venait juste de monter sur le trône, chargea les architectes russes Mikhail Zemtsov et Andrei Vasilyevich Kvasov d'agrandir et d'équiper le palais. C'est sous l'impératrice Elizabeth Petrovna que le palais acquit son apparence et son style actuel. En mai 1752, elle chargea l'architecte Bartolomeo Francesco Rastrelli de reconstruire le palais, car elle le considérait trop vieux et trop petit. Après le démantèlement, de grands travaux de restructuration et de construction, qui ont duré quatre ans, et un palais moderne, construit dans le style baroque russe. Plus de 100 kilogrammes d'or sont allés aux finitions sophistiquées de la nouvelle façade et à de nombreuses statues sur le toit. En face de la façade majestueuse était non moins majestueux "correct" parc. Le 30 juillet 1756, eut lieu la présentation du palais, haut de 325 mètres, aux grands personnages russes choqués et aux invités étrangers.

Traditionnellement, le palais est également associé au nom de Catherine la Grande, bien que l'impératrice elle-même ait considéré cette «crème fouettée» à l'ancienne. Selon la volonté de feu l'impératrice Elizabeth, la première chose que Catherine a ordonnée était de dorer les statues du parc. Quand certains d’entre eux avaient déjà été traités, après avoir appris le coût de ces travaux, Catherine ordonna leur suspension. Dans ses mémoires, elle a réprimandé son prédécesseur pour le gaspillage. Durant tout son règne, elle a reconstruit le palais et le parc à son goût, les rendant plus confortables et plus modestes.

ArchitectureModifier

Âme de Tsarskoïe SeloModifier

Catherine II, dite la Grande, agrandit le palais existant. La galerie d'art du palais ne comptait qu'une douzaine d'œuvres originales, mais Catherine II envoie des ambassadeurs à travers l'Europe pour acquérir les plus belles œuvres existantes. Bientôt, la collection impériale compte près de quatre mille toiles.

Catherine aménage des pavillons et des jardins à l'anglaise autour du grand étang du palais.

FaçadeModifier

La façade du palais Catherine mesure plus de 300 mètres de long. De couleur bleue avec des piliers blancs, elle est ornée de sculptures dorées.

IntérieursModifier

Chaque pièce est ornée de sculptures, de miroirs et de statuettes. Une des pièces les plus spectaculaires du palais est la Chambre d'ambre. Autrefois la salle était couverte d'ambre véritable du sol au plafond. Lors de la Seconde Guerre mondiale, le château et les jardins ont beaucoup souffert des déprédations de l'armée allemande et à cette époque la Chambre d'ambre a disparu. Elle a, depuis peu, été reconstituée à l'identique sur financement allemand. L'enfilade au passage d'or, œuvre de Rastrelli, est composée de cinq portes dorées.

Le palais est le royaume par excellence de la dorure, le jaune doré rayonnant dans toutes les pièces et les salles principales en regorgent. D'abord l'immense salle du Trône avec ses 846 mètres carrés occupant toutes l'aire du ressaut central, son plafond qui élargit encore la perspective de la pièce, les dorures à profusion des fenêtres et des miroirs. On retrouve ce goût du monumental dans l'escalier de marbre richement décoré ou dans la salle des Tableaux et sa superbe marqueterie aux teintes marron multicolores.

Église du Palais CatherineModifier

Article détaillé : Église du Palais Catherine.

ParcModifier

Le parc comporte de nombreuses folies (fabriques de jardin) : la Grotte (ou salon du Matin), l'Amirauté, la colonne de Tchesmé, les Bains turcs, la Pyramide, le pont de Marbre (ou palladien), la Tour en ruine, le Pavillon grinçant, la Glorietteetc.

À l'extérieur, dans le magnifique parc de plus de 100 hectares, la construction la plus originale est la galerie Cameron, décorée de bustes de personnages et de dieux antiques, ou le pavillon d'Agate et le Jardin suspendu. Le parc paysager s'articule autour du Grand Étang avec la célèbre colonne de Tchesmé, commémorant la grande victoire navale sur les Turcs, et des pavillons comme les Bains turcs en forme de mosquée, pavillons néo-classiques aux volumes géométriques adoucis d'incrustations en relief.

IllustrationsModifier

 
Le palais Catherine en hiver.

BibliographieModifier

  • G. Khodassevitch,Tsarskoïe-Selo. Palais et parcs, traduit en français par N. Moultatouli, Saint-Pétersbourg, éd. Medny Vsadnik, 2013

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Lien externeModifier