Ouvrir le menu principal

Mouy

commune française du département de l'Oise
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mouy (homonymie).

Mouy
Mouy
Mairie de Mouy.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Clermont
Canton Mouy
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Clermontois
Maire
Mandat
Anne-Claire Delafontaine
2014-2020
Code postal 60250
Code commune 60439
Démographie
Gentilé Mouysards, Mouysardes
Population
municipale
5 321 hab. (2016 en augmentation de 1,57 % par rapport à 2011)
Densité 539 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 19′ 00″ nord, 2° 19′ 13″ est
Altitude Min. 37 m
Max. 123 m
Superficie 9,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Mouy

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Mouy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mouy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mouy
Liens
Site web www.mouy.fr

Mouy est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont appelés les Mouysards et les Mouysardes.

GéographieModifier

LocalisationModifier

 
Communes limitrophes

La commune se situe à 64 kilomètres au sud d'Amiens, à 22 kilomètres à l'est de Beauvais, à 38 kilomètres à l'ouest de Compiègne et à 51 kilomètres au nord de Paris[1].

Communes limitrophesModifier

Topographie et géologieModifier

La commune s'étend entre 37 mètres et 123 mètres au-dessus du niveau de la mer. Le site le plus élevé se trouve à la limite ouest du territoire avec Cauvigny tandis que le point le plus bas se situe dans le lit aval du Thérain l'intersection des limites communales avec Bury et Balagny-sur-Thérain, au sud-est. La ville, située dans la vallée du Thérain (à l'est et au nord), se trouve au pied du plateau de Thelle, occupant le centre et l'ouest du territoire, où se trouve la ferme de Janville. Un ensemble de vallons (val Saint-Jean et fond de Guival, au nord et vallons entre Fourneaux et Janville, au sud) et de coteaux (côte de lagate, au nord) compose le dénivelé entre le plateau et la vallée. La mairie se situe aux alentours de 40 mètres d'altitude, tout comme le centre-ville. Le quartier de Nœud, se trouve entre 50 et 75 mètres, Coincourt à 46 mètres, Fourneaux, à 43 mètres, le quartier de la gare à 41 mètres, le hameau de Saint-Jean à 60 mètres et la ferme de Janville (à l'ouest), à 107 mètres au-dessus du niveau de la mer[2]. La commune se situe en zone de sismicité 1[3].

HydrographieModifier

La commune se situe sur la rive droite du Thérain, sous-affluent de la Seine prenant sa source à Grumesnil et se jetant dans l'Oise à Saint-Leu-d'Esserent. Une partie de cours sert de limite communale avec Hondainville, Angy et Bury. Arrivant sur le territoire au pont de la D 512E, au nord de la commune, il traverse l'agglomération où il se divise en plusieurs bras. Il passe ensuite à proximité de la gare et se divise une nouvelle fois en deux bras avant de quitter le territoire. Plusieurs affluents du Thérain se trouvent sur la commune : le ruisseau Saint-Jean, prenant sa source dans la vallée du même nom, passe à Mouchy-la-ville avant de rejoindre le chef-lieu par les bois Aulnay et de Nœud, située le fond de la vallée du Thérain. Au sud de la commune, un ruisseau intermittant naissant dans le vallon en contrebas de Janville rejoint d'autres ruisseaux de ce type, en formant alors un petit cours d'eau, traverse les marais du Haut de Mouy avant de rejoindre le quartier de Fourneaux. Quelques rus traversent également la zone industrielle, à l'est du chef-lieu. Plusieurs étangs se situent sur le territoire, au nord du centre-ville et du quartier du Nœud, près du Thérain, dans le val Saint-Jean, au lieu-dit « le Baton » (au nord de la commune), ainsi que dans les marais du haut de Mouy (au sud). Deux réservoirs à eau se trouvent au sommet du coteau dominant le chef-lieu et une station d'épuration se situe dans la zone industrielle[2]. Une fontaine se trouve rue Gambetta.

La commune est parfois assujettie à des inondations[3], les zones les plus basses du territoire sont situées au-dessus de plusieurs nappes phréatiques[4].

Article détaillé : Le Thérain.

Voies de communications et transportsModifier

Voies routièresModifier

La ville de Mouy est traversée par dix routes départementales : la D 55, la D 86, la D 137 et son antenne la D 137D, la D 512, la D 512E, la D 550, la D 929 et ses variantes, les D 929E et D 929F. La route départementale 929, ancienne route nationale 329 reliant Beaumont-sur-Oise à Clermont-en-Beauvaisis et Brunvillers-la-Motte à Albert, arrive sur le territoire depuis Balagny-sur-Thérain puis traverse la zone industrielle par les avenues du 11-Novembre-1918 et du 8-Mai-1945. Elle rejoint ensuite Angy par les rues de la Gare, de la République et Jean-Corroyer.

Article détaillé : Route nationale 329.

La D 929E, ancienne route départementale 929 déclassée, traverse la ville par les rues du Général-Leclerc, Gambetta et les places Cantrel et du Docteur-Avinin. La D 929F constitue uniquement la rue des Caves. La route départementale 137, reliant Noailles à Maimbeville, arrive depuis l'ouest en suivant les rues de Noailles, Auguste-Baudon, Jean-Corroyer et Noël-Ruffier avant de rejoindre Bury.

La D 137D, se séparant de la D 137 à Bury, traverse le Thérain, puis croise la D 929 avant de rejoindre la D 929E. La route départementale 55, débutant rue Jean-Corroyer, suit la rue Frédéric-Guillaume et quitte la commune par le nord. La route départementale 86 débute depuis la rue du Général-Leclerc et rejoint Ully-Saint-Georges par la rue Gaston-Fournival. La route départementale 512 se sépare de la rue de Noailles et accède à la commune d'Heilles par la rue du même nom.

La D 512E relie cette dernière à la D 55. La rue de Janville relie le quartier de Coincourt au nord pour rejoindre le hameau de Cousnicourt (commune d'Ully-Saint-Georges) par la ferme isolée de Janville, au sud. Depuis la commune voisine de Bury, on peut rejoindre la route départementale 12 reliant les villes principales de Beauvais à Creil[2].

Une voie de contournement de la route départementale 137 par le sud de la ville est à l'étude en 2013. Celle-ci devrait prolonger l'actuelle D 137D jusqu'à l'ouest de la commune[5]

Transports en communModifier

 
La gare de Mouy-Bury.

La gare de Mouy-Bury est située sur la ligne de Creil à Beauvais, qui correspond à la ligne 28 du TER Picardie[6]. La ligne traverse la commune du nord vers l'est, dans le fond de la vallée du Thérain[2].

La gare, rénovée en 2019 pour 500 000 , dont les trois quart ont été apportés par la Région Hauts-de-France, offre depuis un système d'information dynamique, des portes automatiques, des balises sonore, des locaux accessibles aux personnes à mobilité réduite, un éclairage renforcé, des sièges et bancs renouvelés, ainsi qu'une façade rénovée[7],[8]

Articles détaillés : Gare de Mouy-Bury et Ligne de Creil à Beauvais.

La gare est également desserive par le réseau Pass' Thelle Bus, géré par la communauté de communes du Pays de Thelle[9]. Plusieurs lignes de transport scolaire sont assurées vers le collège communal et de Cauffry, vers les établissements scolaires de l'agglomération de Clermont ainsi que vers le lycée du Saint-Esprit de Beauvais[10].

L'aéroport de Beauvais-Tillé se trouve à 22 km à l'ouest de la commune et l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle se trouve à 38 km au sud-est[1]. Il n'existe aucune liaison entre la commune et ces aéroports par des transports en commun.

Milieux naturelsModifier

 
Le parc municipal.

Hormis le tissu urbain, qui s'étend sur 17,3 % de la surface communale soit 177 hectares, le territoire est composé à 41,8 % de cultures. Les espaces boisés, issus principalement des coteaux et du fond de la vallée du Thérain comme les bois Aulnays, de Nœud et le parc municipal rassemblent 353 hectares, pour 34,5 % de la superficie. Les vergers et prairies comptabilisent 48 hectares tandis que les espaces humides et marécageux ne rassemblent que 5.6 hectares, à la limite sud-est. Enfin, la commune comprend 4 hectares de cours d'eau ainsi que 3 hectares de squares et de petits espaces verts[11],[2]. Les prairies humides des Halgreux, au nord de la commune, sont inscrites en Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de type 1[12]. Les coteaux du plateau de Thelle et le fond de la vallée du Thérain constituent un corridor écologique potentiel[13].

La faune et la flore sont caractéristiques des milieux aquatiques. Rivières, marais et étangs favorisent la présence d'oiseaux migrateurs tels que hérons et canards sauvages ainsi que diverses variétés de plantes et d'arbres tels que les roseaux ou les saules pleureurs.

UrbanismeModifier

Quartiers et lieux-ditsModifier

La ville est divisée en plusieurs quartiers de part et d'autre du centre-ville : le quartier de la gare à l'est, le faubourg de Nœud à l'ouest, Coincourt au nord-ouest, et Fourneaux au sud. On trouve en dehors de l'espace urbain plusieurs écarts constitués par des exploitations agricoles : la ferme Saint-Jean au nord-ouest, la ferme de Janville au sud[2].

Projets urbainsModifier

La friche Rabourdin, de 1,7 ha, qui fut une usine de métallurgie, vacante depuis 2011 après 98 années d'activité, située en centre-ville, à proximité des équipements publics et du Thérain, est réhabilitée, dépolluée et transformée en logements, avec l'aide de l'établissement public foncier de l'Oise (EPFLO). Leur livraison devrait commencer en 2021/2022[14].

Morphologie urbaineModifier

ToponymieModifier

HistoireModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2013)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Moyen AgeModifier

Les terres de Mouy semblent avoir été possession des Sires de Moÿ de Vermandois également seigneurs des terres de Moÿ dans l'Aisne. Cette famille est connue depuis l'an 1045.

À partir du XIIe siècle, Mouy était une place forte dépendante de la châtellenie de Mouchy-le-Chatel.

En 1459, on parle de Mouy comme d'un village de 300 feux et dont le cœur est constitué par une église, un château et ses dépendances. Lors de la rénovation de la place Cantrel, 23 sépultures médiévales ont été découvertes en 2018[15],[16].

Epoque moderneModifier

Le château dont il ne reste qu'une petite partie, servit de refuge aux protestants de la région durant les guerres de religions du XVIe siècle, le Seigneur de l'époque étant partisan de la réforme.

Cette citadelle, enjeu de plusieurs combats, fut prise et reprise tout au long de ces périodes troublées et connut les destructions et les représailles du pouvoir catholique que pareille situation suppose. Le dernier des Vaudrey-Coligny (famille possédant les terres de Mouy depuis 1449) étant resté le seigneur de Mouy après les événements que la place avait dû endurer, il devint le serviteur le plus zélé de Henri IV. Mouy, par le jeu des seigneurs morts sans postérité et des successions multiples, finira par échoir à Monsieur le Frère du Roi avant la Révolution.

Epoque contemporaineModifier

Si en 1790 Mouy est encore un gros village de 400 maisons, en 1830, le nombre d'habitations a quasiment doublé. Cet essor se poursuit tout au long du XIXe siècle. Les Mouysards de l'époque semblent acquis aux idées nouvelles si on en croit le curé Sallentin qui prend fait et cause pour la Révolution française et demande à ses paroissiens de soutenir le nouveau régime. Une large part de la population partageait ces sentiments puisqu'en 1792, parmi les volontaires combattant les armées royalistes venant de l'étranger, on relève le nom d'une femme patriote, Marie Geneviève Prothais, ce qui n'était pas habituel dans la région.

Ces idées de progrès et de liberté restent fortement ancrées et le 21 décembre 1851, les résultats au plébiscite de Louis-Napoléon Bonaparte placent le canton de Mouy en tête des votes négatifs du Département (moyenne départementale 4 %) avec Mouy à 30 %.

Dans le même temps, on assiste à un développement industriel considérable de la Ville grâce au Thérain qui fournit la force motrice nécessaire à l'implantation de l'industrie textile relayée dans les années 1860 par celles des cuirs et peaux et de la brosserie.

De cette croissance, il ne reste que des grandes bâtisses, maisons de maître du XIXe siècle dont l'architecture emprunte beaucoup au mouvement haussmannien, et quelques chapelles vétustes dans l'ancien cimetière. Ces constructions témoignent d'une richesse insolente pour quelques-uns et de beaucoup de misère pour une population laborieuse dépourvue de tout, au point qu'il faut la création d'une cantine scolaire en 1894 pour que les enfants indigents fréquentent l'école.

Après la Première Guerre mondiale, les industries s'affaiblissent peu à peu. La manufacture de tapis, vestige des anciennes filatures, les fabriques de chaussures ferment une à une. La tannerie disparaîtra dans un incendie. Seule l'industrie de la brosserie s'adapte aux nouveaux modes de production et continue de nos jours. Elle semble néanmoins connaître ses dernières heures.

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune se trouve depuis 1942 dans l'arrondissement de Clermont du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la septième circonscription de l'Oise.

Elle était depuis 1793 le chef-lieu du canton de Mouy[17]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est désormais le bureau centralisateur, est modifié, passant de 11 à 35 communes.

IntercommunalitéModifier

La commune, qui n'était jusqu'alors membre d'aucune intercommunalité à fiscalité propre, a rejoint en 2013 la communauté de communes du Clermontois[18],[19].

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[20]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1790   M. Guyart    
1791   Charles Horoy    
1791   Jean Racine    
1792   François Haquin    
1794   M. Rannequin    
1795   M. Saint-Omer    
1797   M. Méan    
1799   M. Saint-Omer    
1799   M. Carpentier    
1805 1807 M. Burgaud    
1807 1815 M. Rannequin    
1815 1816 M. Maupin    
1816 1824 M. Baudelocque    
1824 1831 M. Warmé    
1831 1839 Jean-François Bertaut   Conseiller général de Mouy (1833 → 1837)
1835 1845 M. Bertaut    
1846 1851 M. Baudon    
1852 1854 M. Demorlaine    
1854 1860 M. Chantepie    
1860 1871 M. Poupet    
février 1885   Alphonse Veret-Commois    
février 1888   Pierre Henry Brispot    
septembre 1893   Théodore Baudon[21] Rad. Médecin
Député de l'Oise →(1897 → 1910)
Conseiller général de Mouy (1883 → 1913)
1937 1940 Lucien Leblond[22] SFIO Contremaître dans une usine de chaussures puis commerçant
Dirigeant de l’union sportive de Mouy des années 1920 à 1958
Mandat écourté par la dissolution du conseil municipal
1940 1944 Fernand Derobert[23]   Commerçant forain
Président de la délégation spéciale puis nommé maire en 1941 par le Gouvernement de Vichy
Résistant déporté
1944 1947 Lucien Leblond[22] PCF Résistant
Commerçant
1947[22] 1959 Fernand Derobert[23] SFIO Commerçant forain, résistant-déporté
Les données manquantes sont à compléter.
1961 1965 André Briot[Note 1]    
Les données manquantes sont à compléter.
  mars 1983 Guy Comeau-Montasse[Note 2]   Médecin
mars 1983 mars 2008 Jean Sylla[24] PCF Employé de la Sécurité sociale
Conseiller général de Mouy (1973 → 2004)
Vice-Président du Conseil Général (1982 → 1985)
Conseiller régional de Picardie (1979 → 1982)
mars 2008 En cours
(au 11 juin 2019)
Anne-Claire Delafontaine PS
puis DVG
Fonctionnaire
Conseillère générale du canton de Mouy (2004 → 2015)
Vice-présidente du conseil général de l'Oise (2011 → 2014) (
Réélue pour le mandat 2014-2020[25],[26],[27]

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[29].

En 2016, la commune comptait 5 321 habitants[Note 3], en augmentation de 1,57 % par rapport à 2011 (Oise : +2,22 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 6651 8401 8572 0992 3722 6012 6932 7812 766
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 7842 9553 0893 2013 2523 2653 2733 3473 305
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 4443 4543 6163 2263 4783 1322 9022 9923 284
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
3 7813 7914 5814 8125 0345 3285 2455 2395 321
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique
 
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,3 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,4 %, 15 à 29 ans = 21,3 %, 30 à 44 ans = 24,2 %, 45 à 59 ans = 19,5 %, plus de 60 ans = 13,6 %) ;
  • 52,5 % de femmes (0 à 14 ans = 22,5 %, 15 à 29 ans = 20,3 %, 30 à 44 ans = 20,3 %, 45 à 59 ans = 18,2 %, plus de 60 ans = 18,8 %).
Pyramide des âges à Mouy en 2007 en pourcentage[31]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,6 
4,0 
75 à 89 ans
7,5 
9,3 
60 à 74 ans
10,7 
19,5 
45 à 59 ans
18,2 
24,2 
30 à 44 ans
20,3 
21,3 
15 à 29 ans
20,3 
21,4 
0 à 14 ans
22,5 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[32]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

SportsModifier

  • Football : Le club de l'US Mouy Football Fondée en 1912 fête son centenaire en 2012, chose rare de nos jours, avec un nombre avoisinant les 175 licenciés, partenaire du téléthon, le club de football est un acteur majeur de l'insertion sportive dans tout le canton de Mouy.
  • Cyclisme : le VTT ROUTE Club de Mouy a été fondé en 1995 par deux habitants de la commune passionnés de VTT, Jean-Louis Alonzo et Michel Gaudfroy. Quelques années plus tard, face au nombre d'adhésion grandissant, une section cyclisme sur route a été créée. Le club organise tous les ans fin septembre la Mouysarde.
  • Tennis : Le TC Mouy a été fondé en 1969 par Gérard Vercoustre. Il est un des quatre seuls clubs isariens a posséder des véritables terres battues extérieures (2). Le club compte également une terre battue synthétique en salle et deux quicks extérieurs, rénovés en 2013.

ÉconomieModifier

En 2018, la municipalité souhaite relancer le marché hebdomadaire du samedi matin, qui s’est considérablement réduit au fil des années[33].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • L'église Saint-Léger : Ce bâtiment de style gothique a été construit à partir de 1160/1175 et a connu plusieurs phases d'édification à travers les siècles.
    Ses dimensions (longue de 45 mètres, large de 27 mètres au transept et de 19 mètres à la nef) laissent supposer que la population du XII-XIIIe siècles était déjà conséquente. Le chœur de l'église, de forme polygonale, fut la première partie bâtie dans la deuxième partie du XIIe siècle. Puis, fin XIIe-début XIIIe, le transept fut adjoint au chœur. La nef vint compléter l'édifice durant le XIIIe siècle. Mais les architectes, voulant réaliser le plus grand édifice gothique du moment, furent trop ambitieux et les voûtes du chœur s'écroulèrent en 1284.
    La sacristie ne fut construite qu'à la fin du XVIe-début du XVIIe siècle. Le clocher date de 1757. Mais, à l'origine, il y avait une flèche de pierre fine et élancée qui fut emportée par un ouragan en 1450 et au XVIIIe siècle.
    L'église est classée monument historique depuis 1936[34], et sa rénovation s'engage en 2019[35].
  • La Maison Bordez-Greber (début du XXe siècle), inscrite monument historique depuis 1990[36].

Personnalités liées à la communeModifier

Le Vertigo de Des MoulinsModifier

En 1849 le malacologue français Dominique Dupuy a décrit l'espèce Vertigo moulinsiana, dont la localité type est officiellement la commune de Mouy.[réf. nécessaire]

HéraldiqueModifier

  Blason D’azur à la roue d’engrenage d’or, chargée d’un fuseau et d’une navette d’argent passés en sautoir, eux-mêmes surchargés d’un rencontre de bélier du même[37].
Devise 
Le travail ennoblit l’homme
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias D'or à un sautoir de gueules, cantonné de 4 merlettes du même.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • René Parmentier, « Le prieuré de Saint-Jean-du-Vivier », Congrès archéologique de France : séances générales tenues en 1905 à Beauvais, Pais / Caen, A. Picard / H. Delesques,‎ , p. 450-470 (lire en ligne)
  • René Parmentier, « Le prieuré de Saint-Jean-du-Vivier », Mémoires de la Société archéologique et historique de Clermont, Clermont (Oise), Imprimerie Daix frères, no 3,‎ , p. 1-16 (ISSN 1160-3844, lire en ligne)
  • Antoine-Joseph Warmé, Mouy et ses environs : Mouy, Beauvais, Impr. de D. Père, , 520 p. (lire en ligne), p. 1-190

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Une rue de la commune honore la mémoire d'André Briot
  2. Une résidence de personnes âgées porte le nom du Dr Guy Comeau-Montasse
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a et b « orthodromie : distance à vol d'oiseau », sur le site lion1906.com, site personnel de Lionel Delvarre (consulté le 3 septembre 2013)
  2. a b c d e et f « Carte 1/15 000e » sur Géoportail.
  3. a et b « Risques naturels majeurs », sur macommune.prim.net (consulté le 9 septembre 2013)
  4. « Carte de remontée des nappes de la commune de Mouy », sur www.inondationsnappes.fr (consulté le 9 septembre 2013)
  5. « La future déviation de Mouy », sur oise.equipement-agriculture.gouv.fr (consulté le 3 septembre 2013)
  6. « Gare de Mouy-Bury », sur Ter-Sncf.com (consulté le 3 septembre 2013)
  7. Julien Heyligen, « La gare modernisée de Mouy-Bury conforte l’avenir de la ligne Creil-Beauvais : 500 000 € de travaux ont été effectués sur cet arrêt situé sur un axe ferroviaire dont la fermeture a plusieurs fois été évoquée ces dernières années », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 29 septembre 2019) « Et l'arrivée annoncée pour 2024 de la ligne Roissy-Picardie, qui reliera Creil à l'aéroport, rendra le secteur proche d'une considérable zone d'emplois ».
  8. Laurent Lalo, « La gare modernisée de Mouy-Bury est arrivée », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 29 septembre 2019).
  9. « Dessertes du Pass' Thelle Bus », sur www.passthellebus.com (consulté le 2 septembre 2015).
  10. « Lignes de transports en commun desservant Mouy », sur Oise mobilité (consulté le 2 septembre 2015).
  11. « Synthèse des zonages du patrimoine naturel et paysager, de la faune, de la flore et des habitats naturels sur la commune de Mouy », sur www.donnees.picardie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 2 septembre 2015)
  12. « Prairies humides des Halgreux, fiche znieff détaillée », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 2 septembre 2015)
  13. « Corridor écologique potentiel sur la commune de Mouy (carte) », sur www.donnees.picardie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 9 septembre 2013)
  14. Julien Heyligen, « Mouy : la friche industrielle géante retrouve un avenir : À l’abandon depuis 2011, le site Rabourdin va être rasé et dépollué pour laisser place d’ici 2 à 3 ans à des logements. Les travaux commencent », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 29 septembre 2019).
  15. Julien Heyligen, « Mouy : la découverte de 23 tombes stoppe les travaux de la place : Les archéologues ont mis à jour 23 sépultures datant du Moyen Age. Les commerçants s’inquiètent de l’impact sur la durée du chantier », Le Parisien,édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 29 septembre 2019).
  16. J.H., « Mouy : les travaux de la place vont reprendre autour des tombes : Le chantier avait été arrêté suite à la découverte de ce patrimoine archéologique », Le Parisien,édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 29 septembre 2019).
  17. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. « Le Clermontois accepte Mouy et Bury », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 1er octobre 2019) « Au terme du vote, les deux tiers des conseillers communautaires se sont dits prêts à accueillir les deux villes de la vallée du Thérain quand un tiers n'en veut pas. Le dernier mot reviendra à la commission départementale qui pourra proposer au préfet une alternative ».
  19. « L'adhésion au Clermontois inquiète l'opposition à Mouy », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 1er octobre 2019) « La maire PS de Mouy a en effet tout fait pour que sa ville adhère à la communauté de communes du Pays du Clermontois (CCPC) au lieu de celle du Pays de Thelle, comme le prévoyait le préfet (...) Les premières décisions de la CDCI sont tombées cet hiver, dont celle d'autoriser Mouy à rejoindre le Clermontois. Une perspective qui inquiète la liste Ensemble avec les habitants de Mouy. L'opposition de gauche a déposé une question écrite au maire lors du dernier conseil municipal ».
  20. « Les maires de Mouy », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 1er octobre 2019).
  21. « Auguste, Théodore Baudon (1848-1913) », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale.
  22. a b et c Jean-Pierre Besse, « Leblond Lucien, René : Né le 3 juillet 1903 à Mouy (Oise), mort le 9 avril 1990 à Clermont-de-l’Oise (Oise) ; maire socialiste puis communiste de Mouy de 1937 à 1940 puis de 1944 à 1947 », Le Maitron en ligne, (consulté le 1er octobre 2019).
  23. a et b Jean-Pierre Besse, « DEROBERT Fernand : Né le 17 septembre 1897 à Estrées-Saint-Denis (Oise), mort le 5 octobre 1976 à Mouy (Oise) ; commerçant (marchand forain) ; militant socialiste, résistant, déporté ; maire de Mouy (1941-1942, 1947-1959) », Le Maitron en ligne (consulté le 1er octobre 2019).
  24. « Jean Sylla à Mouy », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 1er octobre 2019) « A 70 ANS, Jean Sylla s'attaque à son quatrième mandat de maire. Au cours de la première réunion du nouveau conseil municipal, le conseiller général a obtenu 23 des 29 suffrages exprimés ».
  25. « Les ambitions d'Anne-Claire Delafontaine (PS) pour Mouy », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 1er octobre 2019) « Six ans après avoir ravi la mairie de Mouy à ses ex-alliés du Parti Communiste (PC) Anne-Claire Delafontaine (PS) entend bien poursuivre sa tâche ».
  26. Patricia Haute-Pottier, « Mouy : Jean-Pierre Fouquier rate l'élection à 40 voix », Le Bonhomme picard,‎ (lire en ligne, consulté le 1er octobre 2019).
  27. « Anne- Claire Delafontaine élue maire mais... Jean- Pierre Fouquier a déposé un recours en annulation », Le Bonhomme picard, édition de Clermont, no 3284,‎ , p. 12 (ISSN 1144-5092)
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  31. « Évolution et structure de la population à Mouy en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 octobre 2010)
  32. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 26 octobre 2010)
  33. Julien Heyligen, « Mouy : la ville veut relancer le marché du samedi : Gratuité des emplacements jusqu’à la fin de l’année, nouveaux commerçants annoncés… Des mesures sont mises en place pour attirer vendeurs et clients », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 29 septembre 2019).
  34. « Église Saint-Léger », notice no PA00114765, base Mérimée, ministère français de la Culture
  35. Julien Heyligen, « Église de Mouy : coup d’envoi d’une restauration « qui va durer plusieurs années » : Une première phase de travaux va être menée cet automne pour assurer l’avenir du monument et éviter sa dégradation », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 29 septembre 2019).
  36. « Maison Bordez-Greber », notice no PA00114989, base Mérimée, ministère français de la Culture
  37. http://armorialdefrance.fr/departement_communes.php?dept=60