Ouvrir le menu principal

Montauban-de-Picardie

commune française du département de la Somme
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montauban (homonymie).

Montauban-de-Picardie
Montauban-de-Picardie
Mairie.
Blason de Montauban-de-Picardie
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Albert
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Coquelicot
Maire
Mandat
Gilbert Froment
2014-2020
Code postal 80300
Code commune 80560
Démographie
Gentilé Montalbanais, Montalbanaises
Population
municipale
225 hab. (2016 en diminution de 0,88 % par rapport à 2011)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 00′ 26″ nord, 2° 46′ 48″ est
Altitude Min. 89 m
Max. 143 m
Superficie 7,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Montauban-de-Picardie

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Montauban-de-Picardie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montauban-de-Picardie

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montauban-de-Picardie

Montauban-de-Picardie est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

GéographieModifier

Géographie physiqueModifier

Nature du sol et du sous-solModifier

Le sous-sol de la commune est aux deux-tiers argileux et pour un tiers calcéréo-siliceux[1]. Le sol est composé du limon des plateaux.

Relief, paysage, végétationModifier

Le relief du territoire communal est celui d'un plateau. Le terrain est légèrement accidenté au nord où on trouve quelques vallons secs[1].

HydrographieModifier

Il n'y a pas de cours d'eau qui traverse la commune. La nappe phréatique se situe à 80 mètres environ au-dessous du sol[1].

ClimatModifier

Le climat est tempéré océanique avec des vents d'ouest de nord-ouest et de sud surtout.

Géographie humaineModifier

Urbanisme et aménagement du territoireModifier

La commune offre un habitat groupé. Il n'y a pas de hameau ni d'écart.

Transports et communicationModifier

La commune est traversée par une route départementale secondaire qui relie Albert à Combles.

Transports en commun routiersModifier

La localité est desservie par la ligne d'autocars no 39 (Albert - Péronne) du réseau Trans'80, Hauts-de-France, chaque jour de la semaine sauf le dimanche et les jours fériés[2].

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Montauban-de-Picardie
Bazentin Longueval
Mametz   Guillemont
Carnoy Maricourt Hardecourt-aux-Bois

ToponymieModifier

Le nom de Montauban est attesté sous la forme Montauban dès 1186[3], puis latinisée Mons Albanis au XIIIe siècle, qui signifierait « le mont d'Aubin »[1], Albert Dauzat y voit plutôt un transfert du nom de Montauban, peut-être sous l'influence des chansons de geste[4], en effet, aucun argument phonétique ne justifie le passage de -in à -an, finale non usuelle dans le nord de la France. La forme Mons Albanis du XIIIe siècle est une latinisation fantaisiste, comme souvent en toponymie.

HistoireModifier

Moyen ÂgeModifier

Au Moyen Âge, le village de Montauban était situé plus au sud et avait pour nom Vadencourt. On en trouvait des vestiges jusqu'en 1914, au lieu-dit le Buisson Saint-Gilles. Ce village fut détruit pendant la guerre de Cent Ans.

On ne trouve pas trace de l'existence de Montauban avant le XIVe siècle[1].

Époque contemporaineModifier

 
Les combats dessinés par Muirhead Bone.

La commune a été le théâtre de très durs combats au cours de la Première Guerre mondiale, pendant la bataille de la Somme.

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 28 janvier 2017[5] Gilbert Froment   Réélu pour le mandat 2014-2020[6],[7]

Politique environnementaleModifier

Classement au concours des villes et villages fleuris : deux fleurs récompensent les efforts locaux en faveur de l'environnement[8].

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[10].

En 2016, la commune comptait 225 habitants[Note 1], en diminution de 0,88 % par rapport à 2011 (Somme : +0,27 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
670607678676717765719725765
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
758751674630634632536512511
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
515486456130200226234229226
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
224215183176186197212214236
2016 - - - - - - - -
225--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Croix à la mémoire du capitaine Henri Thiérion de Monclin et des soldats tombés avec lui le 28 septembre 1914 (route de Mametz).
  • Bernafay Wood british Cemetery : ce cimetière contient 945 tombes (814 Britanniques, 124 Australiens, 2 Néo-Zélandais, 4 Sud-Africains et 1 Indien). Il a été édifiée en août 1916 et après l'Armistice, il a accueilli d'autres tombes venues des champs de bataille.
  • Quarry Cemetery, situé au nord du village, cette nécropole contient 756 sépultures (672 Britanniques, 25 Australiens, 38 Néo-Zélandais, 5 Sud-Africains et 16 Allemands).

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

HéraldiqueModifier

  Blason D'argent à la fasce d'azur accompagnée de trois tourteaux de gueules ; au chef du même chargé d'un léopard d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Personnalités liées à la communeModifier

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

  • Abbé Paul Decagny, Histoire de l'arrondissement de Péronne et de plusieurs localités circonvoisines, 1869.

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a b c d et e Notice géographique et historique sur la commune de Montauban, rédigée par Alfred Payen, instituteur, 1899, Archives départementales de la Somme
  2. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 472a
  4. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  5. Courrier picard du .
  6. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 21 février 2009)
  7. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  8. « Liste des localités figurant au palmarès des villes et villages fleuris », sur Villes et villages fleuris (consulté le 7 novembre 2015).
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. Loïc Sellin et Denis Taranto, « L'éternelle amoureuse » in Vanity Fair n°37, juillet 2016, pages 78-87