Ouvrir le menu principal

May-sur-Orne

commune française du département du Calvados
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir May.

May-sur-Orne
May-sur-Orne
Blason de May-sur-Orne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Caen
Canton Évrecy
Intercommunalité Communauté de communes Vallées de l'Orne et de l'Odon
Maire
Mandat
Martial Desflaches
2014-2020
Code postal 14320
Code commune 14408
Démographie
Gentilé Mayens
Population
municipale
1 955 hab. (2016 en augmentation de 8,49 % par rapport à 2011)
Densité 560 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 01″ nord, 0° 22′ 26″ ouest
Altitude Min. 5 m
Max. 80 m
Superficie 3,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
May-sur-Orne

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
May-sur-Orne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
May-sur-Orne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
May-sur-Orne
Liens
Site web www.may-sur-orne.fr

May-sur-Orne est une commune française, située dans le département du Calvados en région Normandie, peuplée de 1 955 habitants[Note 1].

GéographieModifier

May-sur-Orne est située dans l'Ouest de la France dans le département du Calvados (ex-Basse-Normandie), à 9 km au sud du centre de Caen. C'est une commune péri-urbaine qui se situe dans le canton de Bourguébus. En 2016  , le nombre d'habitants était de 1 955 habitants, soit 560 habitants au km2.

À l'ouest, May-sur-Orne est séparée de Feuguerolles-Bully par l'Orne, fleuve côtier traversant la ville de Caen plus au nord. Au sud, la limite communale avec Laize-la-Ville et Clinchamps-sur-Orne suit le cours de la Laize, qui se jette dans le fleuve au Val de Clinchamps.

Le territoire est traversé par la départementale 562 et par la départementale 41b, qui forme un ensemble perpendiculaire. La commune est desservie par deux lignes du réseau des Bus verts du Calvados desservant quatre arrêts sur la commune : Église, Gaucamps, Les Toumalines, FleurTerre :

  • ligne 34 (Flers < > Caen Gare) ;
  • ligne 12 (Mutrécy/Rocquancourt < > Caen).

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Mayeium en 1050 (charte de Fontenay) ; Moe en 1136 (ibidem) ; Maeium en 1195 (Magni rotuli, p. 52, 2.) ; Mae super Olnam en 1227 (charte de l'abbaye d'Ardenne, n° 135) ; Maieum en 1228 (charte de Fontenay) ; Meium en 1253 (Ibid., p. 110) ; Moeium en 1273 (Ibid., n° 133.) ; Moie en 1294 (charte de Barbery, n° 163) ; Moée, Mayeum et May sur Orne en 1371 ; May sur Oulne en 1416 (charte de Cordillon) ; Moy en 1667 (carte de Le Vasseur) ; Maye en 1682 (carte de Jolliot)[2].

Il s'agit d'une formation toponymique gallo-romaine en -acum, dont le premier élément May-, représente le nom de personne gallo-romain Maius[3].

Remarque : on attendrait une forme ancienne du type *Maiacum, mais la latinisation médiévale est fautive et a été faite sur la forme d'ancien français en -ei, terminaison qui représente généralement l'aboutissement évolutif du suffixe -(i)acum.

Le gentilé est Mayen.

HistoireModifier

La commune était indirectement desservie par deux lignes ferroviaires :

La commune a été marquée par une activité minière (minerai de fer) à faible profondeur (« bassin minier de May-sur-Orne »[4]), avec séquelles minières (dont mouvements de terrain et affaissements miniers, en raison de la présence dans le substrat schisto-gréseux de « couches de fort pendage (de 50 ° à 90°) et de puissance moyenne 3 à 4 m, mais pouvant atteindre localement plus de 10 m. L’exploitation en chambres verticales ou très inclinées a engendré la création de vides sur une hauteur relativement importante, avec des volumes dépilés pouvant être conséquents ») susceptibles d'affecter les infrastructures de transport de biens, d'énergie et de personnes, et les habitations ou d'autres constructions. Des études d'aléas ont été faites dans les années 2000, sur la base notamment de plans dressés par Geomines en 1970 qui avaient déjà mis en évidence des « zones éboulées, de galeries inaccessibles, de toits de chambre ou de galeries dégradés », confirmées par des inspections ultérieures[5]. Les communes voisines de Fontenay-le-Marmion, Saint-André-sur-Orne, Saint-Martin-de-Fontenay sont également impactées. Les inspections ont aussi montré qu'à quelques reprises (nord de la mine) un léger manque d'oxygène (18 %) alors accompagné d'une augmentation du taux de CO2 (2 %), mais sans grisou (méthane). Les dosimètre que portaient les personnels ont montré que les concentrations de radon « étaient relativement importantes et qu'il convenait d’en tenir compte pour la cartographie de l'aléa ».

HéraldiqueModifier

  Blason De gueules aux deux pics de mineur passés en sautoir accompagnés, en chef, d'un casque de mineur, en cœur, d'une lampe de mineur brochant sur les manches et, en pointe, d'un soc de charrue, le tout d'argent, au chef cousu d'azur chargé de l'inscription PRO.LABOR en lettres capitales aussi d'argent[6].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administrationModifier

 
La nouvelle mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1989 mars 2008 Daniel Derbias    
mars 2008[7] En cours Martial Desflaches[8] SE Technicien
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2016, la commune comptait 1 955 habitants[Note 2], en augmentation de 8,49 % par rapport à 2011 (Calvados : +1,23 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
322352374463536464517527551
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
579610588557564619642599619
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
701678704686668740639432715
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 0491 0851 2401 3451 6351 7161 8591 8021 955
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Lieux et monumentsModifier

Malgré les combats et les bombardements de l'été 1944, la ville conserve un riche patrimoine.

  • L'église Saint-Firmin. Elle date de la reconstruction de 1955 à 1960.
  • Le musée. Situé dans le parc de la mairie, ce lieu de mémoire retrace le passé industriel de la commune, depuis l'exploitation du grès jusqu'à celle du minerai de fer.
  • La discordance de May-sur-Orne. D'intérêt géologique important, la discordance du calcaire jurassique sub-horizontal sur du calcaire cambrien plissé est visible près des stades de football.
  • Le château Sainte-Marie du XVIIIe siècle ayant appartenu à la famille Sainte-Marie, seigneurs de May.
  • Le château Druelle, datant du XVIIIe siècle, construit en pierre de Caen et en grès de May.
  • Les moulins situés en contrebas proche de l'Orne.
  • L'ancienne mairie située sur l'ancien temple protestant détruit au cours de l'été 1944.
  • L'ancienne école Sainte-Thérèse, fondée dans les années 1930, a fermé en 2011 et a été démolie à la fin des années 2010[13]. Elle était le seul bâtiment de la ville portant encore les stigmates de la guerre et contenait une statue de sainte Thérèse déplacée dans la salle paroissiale.
  • Des vestiges de la mine comme un silo à minerai visible de loin, ou encore des centres d'hébergements pour les ouvriers.

Activité et manifestationsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • « May-sur-Orne », dans Louis Le Roc'h Morgère, Bernard Gourbin, Philippe Bernouis et al., Le Patrimoine des communes du Calvados, Paris, Flohic, coll. « Le Patrimoine des communes de France », , 1715 p. (ISBN 2-84234-111-2)
  • Revue Art de Basse-Normandie (Caen), no 129, 4e trimestre 2003 : May, Saint-André et Saint-Martin-de-Fontenay. Trois communes sœurs.

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale 2016.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  2. Célestin Hippeau, Dictionnaire topographique du département du Calvados, Paris, 1883, p. 185 [1].
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 444
  4. Bassin minier de May-sur-Orne. Concessions de Bully, Maltot, May-sur-Orne et Saint- André-sur-Orne (Calvados). Étude préliminaire à la réalisation d’un Plan de Prévention des Risques Miniers (PPRM). Cartographie de l’aléa « mouvement de terrain ». Rapport GEODERIS 4BNO2600-R02-CF, 14 juin 2004.
  5. Bassin ferrifère de Normandie. Convention May-sur-Orne (Calvados). Inspection géotechnique des galeries de niveau supérieur. Rapport INERIS-DRS-06-68230/R01, mars 2006
  6. « GASO, la banque du blason - May-sur-Orne » [archive du ] (consulté le 22 avril 2012)
  7. « Martial Desflaches, élu au poste de maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 21 mars 2015)
  8. Réélection 2014 : « May-sur-Orne (14320) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 18 mai 2014)
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. « Démolition/désamiantage sites école Sainte-Thérèse et maison suédoise », sur centraledesmarches.com, Medialex (consulté le 27 avril 2019)
  14. https://www.ouest-france.fr/normandie/bayeux-14400/73e-d-day-dom-aubourg-t-il-sauve-bayeux-en-1944-5041748