Manglieu

commune française du département du Puy-de-Dôme

Manglieu (prononcer [mɑ̃ljø], « Manlieu ») est une commune française située dans le département du Puy-de-Dôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Manglieu
Manglieu
Église Saint-Sébastien de Manglieu.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Intercommunalité Communauté de communes Mond'Arverne Communauté
Maire
Mandat
Michèle Brousse
2020-2026
Code postal 63270
Code commune 63205
Démographie
Population
municipale
470 hab. (2021 en augmentation de 1,08 % par rapport à 2015)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 36′ 43″ nord, 3° 21′ 06″ est
Altitude Min. 399 m
Max. 646 m
Superficie 21,09 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Clermont-Ferrand
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Vic-le-Comte
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Manglieu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Manglieu
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
Voir sur la carte topographique du Puy-de-Dôme
Manglieu
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
Manglieu

Géographie

modifier

Le bourg

modifier

Le conseil municipal du 28 juin 2022 a validé la dénomination des rues du bourg :

  • chemins : de l'Ailloux, d'Auger, de Bernadelle, de la Buge Clause, des Croves, des Lauriers ;
  • impasses : du Bief, du Champ Rouge, de la Forge ;
  • passages : de l'Église Notre-Dame, de la Fontaine, du Moulin, du Pré au Moines, des Roses, de la Sagnette, Saint-Sébastien ;
  • places : de l'Abbatiale, des Tilleuls ;
  • routes : de Billom, de Sugères ;
  • rues : des célibataires, du cimetière, des Gravières, du Pont Romain.

Lieux-dits et écarts

modifier

Manglieu possède de nombreux lieux-dits : La Banne, Bonne Pause, Le Brugeron, Champsiaux, La Chapelle, Le Chat, Le Châtelet, Dagout, La Farge, Fourgat, Les Fourguis, La Grande Sarre, Grelinge, Jalatogne, Les Meuniers, Le Montel, Montmoy, Morel, La Petite Sarre, Perrot, Pourrat, La Ribeyre, Les Sagnes, Saint-Bonnet, Tarragnat, Lavaur, La Romandie, etc. Certains sont partagés entre plusieurs communes, comme La Gravière, dont la partie sud est dans la commune d'Aulhat-Flat.

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat de montagne ou de marges de montagne et est dans la région climatique Nord-est du Massif Central, caractérisée par une pluviométrie annuelle de 800 à 1 200 mm, bien répartie dans l’année[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,9 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 16 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 686 mm, avec 8,4 jours de précipitations en janvier et 6,8 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Fayet-le-Château », sur la commune de Fayet-le-Château à 9 km à vol d'oiseau[3], est de 11,2 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 889,9 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Urbanisme

modifier

Typologie

modifier

Manglieu est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[7],[8],[9].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Clermont-Ferrand, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 209 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols

modifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (69,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (69,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (52,1 %), forêts (30,2 %), zones agricoles hétérogènes (17,7 %)[12]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie

modifier

Le nom Manglieu viendrait du latin Magnus Locus, dont la traduction littérale est "Grand Lieu".

Histoire

modifier

Atelier de poterie antique

modifier

Un Dr Flambin aurait effectué des recherches sur de la céramique gallo-romaine locale. Puis en 1958 Pierre-François Fournier mentionne une cale d'enfournement et de la céramique sigillée. Ph. Bet a l'occasion d'étudier un lot de mobilier recueilli en surface, étude qu'il publie en 2000[13]. Il provient d'un petit atelier de poterie gallo-romain du IIe siècle.

Abbaye de Manglieu

modifier

Une abbaye est fondée en 656[14].

Politique et administration

modifier

Découpage territorial

modifier

La commune de Manglieu est membre de la communauté de communes Mond'Arverne Communauté, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le siégeant à Veyre-Monton, et par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[15]. De 2002 à 2016, elle était membre de la communauté de communes Allier Comté Communauté[16].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Clermont-Ferrand, à la circonscription administrative de l'État du Puy-de-Dôme et à la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Vic-le-Comte pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015, et de la quatrième circonscription du Puy-de-Dôme pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[17].

Élections municipales et communautaires

modifier

Élections de 2020

modifier

Le conseil municipal de Manglieu, commune de moins de 1 000 habitants, est élu au scrutin majoritaire plurinominal à deux tours[18] avec candidatures isolées ou groupées et possibilité de panachage[19]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 11. Sur les vingt-deux candidats en lice, onze ont été élus dès le premier tour, le , avec un taux de participation de 80,12 %[20].

Chronologie des maires

modifier
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1800 1817 Etienne Molinier    
1817 1822 Jean-Baptiste-Victor de la Rochette    
1822 1832 François Dessaigne    
1832 1836 François Montaigne    
1836 1865 Jean-Félix Mourait    
1865 1884 Jean-Baptiste Bayle    
1884 1886 François Cussac    
1886 1888 Jean-Damien Farge    
1888 1900 Jean-Hippolyte-Cyrille de la Rochette (Vicomte)    
... ... ... ... ...
mars 1971 mars 1989 Marcel Michy   Agriculteur
mars 1989 juin 1995 Gérard Robineau   Directeur informatique
juin 1995 mars 2014 Philippe Juilles   Chef d'entreprise
mars 2014
(réélue en 2020)
En cours
(au 22 août 2020)
Mme Michèle Brousse[21],[22] DVG Retraitée

Population et société

modifier

Démographie

modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[24].

En 2021, la commune comptait 470 habitants[Note 3], en augmentation de 1,08 % par rapport à 2015 (Puy-de-Dôme : +2,28 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1748171 1241 3031 4261 6761 6631 7081 676
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2211 4361 3841 3401 3131 2281 1761 1121 084
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0219911 012905816755649592547
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
481405384400421411431465462
2021 - - - - - - - -
470--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[26].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine

modifier

Lieux et monuments

modifier

Église Saint-Sébastien

modifier
 
Mur de séparation du narthex avec la nef.
 
Porche occidental.

L'église Saint-Sébastien est l'ancienne abbatiale construite à partir du XIIe siècle, elle a été classée monument historique en 1840[27].

Gallia Christiana raconte la légende d'un prêtre Magnus qui revenant de Rome avec un sachet qu'il avait rempli de la poussière se trouvant autour du tombeau de saint Sébastien, à une époque non précisée, se serait reposé à Manglieu. Quand il décida de reprendre son chemin, il ne put retirer le sachet qu'il avait accroché à la branche d'un arbre. Devant cette impossibilité, il eut la révélation qu'il devait construire en ce lieu une église consacrée à saint Sébastien. Le nom du lieu, Manglieu, viendrait de Magnus locus.
L'église avait reçu en 959 des reliques de saint Sébastien rapportées de Soissons. Elle est placée sous ce vocable à cette date.
Le monastère de Manglieu a été fondé au VIIe siècle par l'évêque de Clermont, saint Genès de Clermont († vers 660 ou 662). Cela en fait une des plus anciennes abbayes de l'Auvergne car des textes la mentionne au IXe siècle.
Certains historiens, comme Mallay dans ses Essais sur les églises du Puy-de-Dôme de 1838, ont écrit que le monastère aurait été pris sous sa protection par Charlemagne, et reconstruit par Louis le Pieux, en 812, alors qu'il était roi d'Aquitaine, ou en 819. Le privilèges de l'abbaye ont été confirmés par le roi Pépin Ier d'Aquitaine en 834. Le monastère aurait subi des destructions au cours d'une invasion normande. L'abbaye a été chef d'ordre jusqu'en 1716, puis est rattachée à l'abbaye de Cluny. Elle est supprimée en 1777.
 
Arc triomphal avec le chœur et l'abside.
 
Les cercueils des VIe et XIe siècles.
La grande ancienneté de l'abbaye peut aussi être montrée par la présence dans l'ancienne abbatiale d'un cercueil roman remontant au XIe siècle, mais surtout par les deux plaques tumulaires dont une est richement décorée d'un chrisme que des spécialistes font remonter au commencement du VIe siècle. Cette plaque appartient à l'école d'Aquitaine.
Le chœur à chevet plat est d'un style très simple, préroman. Ce chœur est l'église mérovingienne construite sur un plan presque carré (7,14 × 7,17 m). Il est ouvert sur la nef par un arc triomphal orné par deux colonnes antiques en marbre cipolin portant des chapiteaux corinthiens en marbre des Pyrénées inspirés de l'antique. On peut voir des exemples semblables datant du VIIe siècle à Jouarre, Poitiers ou Nantes[28]. Le chœur est prolongé à l'est par l'abside arrondie à l'intérieur alors que le mur est plat à l'extérieur. Cette partie de l'église est un des plus vieux bâtiments d'Auvergne que les spécialistes rapprochent de l'église Saint-Genès de Coudes[29].
D'importantes restaurations de l'église sont faites à partir du XIIe siècle. Il en subsiste un narthex avec tribune à l'ouest qui reprend l'architecture qu'on peut voir dans les grandes églises d'Auvergne et s'ouvrant sur la nef centrale par trois arcades en plein cintre, et par deux arcades sur les nefs latérales. Il comprend trois vaisseaux. Le mur occidental de la travée centrale de la tribune est creusé de deux niches cintrées ressemblant à des absidioles. On retrouve à Notre-Dame-du-Port, à la tribune occidentale de Saint-Benoît-sur-Loire et à Romainmoutier.
Le clocher carré surmontant le narthex a été remonté, vers 1610, par l'abbé Guillaume II Montmorin d'après la Gallia Christiana.
La nef a été reconstruite au XVIe siècle au-dessus des murs latéraux romans mais percés de fenêtres gothiques. La Gallia Christiana indique que l'abbé Claude Du Prat restaura l'église, la salle capitulaire et les autres bâtiments monastiques en 1517. Le même texte indique que l'abbé Chazeron a construit le réfectoire en 1550. La disposition de la dernière travée près du chœur, plus courte que les autres, laisse à penser que cette reconstruction n'a pas été terminée et devait entraîner la démolition du chœur.
On trouve aussi un bénitier en marbre quadrilobé et des fonts baptismaux.
Il subsiste quelques éléments du cloître sur le flanc nord de l'abbatiale.

Ancienne église paroissiale Notre-Dame

modifier

Cette église du XVe siècle se trouvait sur l'actuelle place du village. Elle a été vendue à des particuliers à la Révolution. Des éléments de cette église sont encore visibles aujourd'hui, englobés dans une maison particulière. Le bâtiment est inscrit au titre des monuments historiques depuis 1965[30],[31].

Personnalités liées à la commune

modifier
  • La commune de Manglieu est adhérente du parc naturel régional Livradois-Forez.
  • L'église de Manglieu a été choisie par Christophe Barratier comme lieu de tournage pour le film Les Choristes. À noter que tous les éléments religieux ont été enlevés pour le tournage afin de donner une impression de lieu neutre tout en gardant une acoustique parfaite.

Voir aussi

modifier

Bibliographie

modifier
  • François Deshoulières, Manglieu, p. 133-143, dans Congrès archéologique de France. 137e session. Clermont-Ferrand. 1924, Société Française d'Archéologie, Paris, 1925

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

modifier

Notes et cartes

modifier
  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en , en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

modifier
  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  3. « Orthodromie entre Manglieu et Fayet-le-Château », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Fayet-le-Château », sur la commune de Fayet-le-Château - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « Fayet-le-Château », sur la commune de Fayet-le-Château - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  7. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune rurale - définition », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Clermont-Ferrand », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique (consulté le ).
  13. [Bet et al. 2000] Philippe Bet, Richard Delage et René Murat, « En Gaule centrale, le centre de production sigillée de Manglieu (Puy-de-Dôme) » (Actes du Congrès de Libourne), S.F.E.C.A.G.,‎ , p. 511-514 (lire en ligne [PDF, sur academia.edu]).
  14. « Commune de Vic-le-Comte, Plan local d’urbanisme, rapport de présentation », tome 4A : Annexes, sur cities.reseaudesvilles.fr, (consulté en ), p. 17.
  15. « CC Mond'Arverne Communauté (No SIREN : 200069177) », sur la base nationale sur l'intercommunalité, (consulté le ).
  16. « CC Allier Comté Communauté (No SIREN : 246301154) », sur la base nationale sur l'intercommunalité, (consulté le ).
  17. « Découpage électoral du Puy-de-Dôme », sur Politiquemania (consulté le ).
  18. Article L. 252 du Code électoral.
  19. « Municipales : le mode de scrutin dans les communes de moins de 1 000 habitants », sur vie-publique.fr, .
  20. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  21. Liste des maires 2014 [PDF], site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 13 juillet 2014).
  22. « Liste des Maires du Puy-de-Dôme », sur amr63.asso.fr, Association des maires ruraux du Puy-de-Dôme (consulté le ).
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  27. Notice no PA00092162, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  28. Bernard Craplet, Auvergne romane, p. 14, 25, 27, 176, Zodiaque (collection la nuit des temps no 2, 4e édition), La Pierre-qui-Vire
  29. « Ancien sanctuaire de Saint-Genes », notice no PA00092087, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  30. Notice no PA00092163, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  31. * Damien Martinez, « Les premiers monastères d’Auvergne à la lumière de la documentation textuelle et archéologique (Ve – Xe siècle) : état de la question : La Vita Boniti episcopi - Manglieu », BUCEMA Bulletin du Centre d'études médiévales d'Auxerre, Auxerre, no Hors-série 10,‎ (lire en ligne).