Louis-Marie Auvray

général français

Louis-Marie, baron Auvray, né le à Poitiers, mort le au château de Taillé, à Fondettes (Indre-et-Loire), est un général et administrateur français de la Restauration, préfet sous le Premier Empire.

Louis-Marie Auvray
Fonctions
Maire de Fondettes
-
Louis Innocent Jean-François Mestivier (d)
Président
Société d'agriculture, sciences et arts de la Sarthe
Président
Société d'agriculture, sciences et arts de la Sarthe
-
Préfet de la Sarthe
-
Titre de noblesse
Baron
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
Château de Taillé (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Allégeance
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Louis René Auvray
Anatole Auvray (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
Château de Taillé (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Armes
Grade militaire
Conflit
Distinctions
Archives conservées par

BiographieModifier

Issu d'une famille originaire de Normandie fixée dans le Mantois et à Paris (XVIIe siècle et XVIIIe siècle), et en dernier lieu en Touraine, un de ses ancêtres sert comme écuyer du roi Henri IV. Un autre, Louis Auvray, était, en 1665, lieutenant de la prévôté de la cavalerie légère de France.

Son père, Cyprien Auvray ( - Paris - Poitiers), avocat au Parlement, premier secrétaire de l'Intendance de La Rochelle et de Poitiers (1747-1783), a épousé le Élisabeth-Jeanne-Charlotte Rousset.

Secrétaire à l'intendance de Paris, Louis-Marie Auvray quitte bientôt cet emploi pour suivre la carrière militaire.

Passé surnuméraire dans la gendarmerie de la reine en 1780, il devient sous-officier aux Gardes-Françaises, obtient en 1790, le grade de capitaine de la garde nationale parisienne soldée, et passe ensuite avec le même titre dans le 104e régiment d'infanterie de ligne en 1791.

Il fait preuve en plusieurs circonstances d'une rare valeur et mérite l'estime de ses chefs. Après avoir servi pendant quelques années dans le 104e régiment, où il a obtenu le grade de chef de bataillon, il est nommé colonel du 40e régiment de ligne.

De belles actions l'auraient conduit plus loin, mais quelques désagréments qu'il éprouve au service militaire et les nombreux passe-droits qu'il observe sont pour lui source d'un profond dégoût qu'il ne veut pas endurer plus longtemps et qui le décident à se retirer du service, après les campagnes de 1796 et 1797 en Italie.

La révolution du 18 brumaire ayant eu lieu, le premier consul, connaissant l'état d'agitation du département de la Sarthe, veut placer à la tête de ce pays un ancien militaire, il choisit le colonel Auvray qui répond dignement à sa confiance. Il est nommé par arrêté des Consuls du 11 ventôse an VIII () à la préfecture du département de la Sarthe et s'installe le 6 floréal de la même année ().

Placé sur un nouveau terrain, le profond stratège se montre habile administrateur. Il prouve dans cet emploi, par beaucoup de fermeté et de prudence, qu'il n'est pas moins bon administrateur qu'il n'a été brave militaire. Au mois de , M. Auvray est appelé au Corps législatif, mais il refuse ces nouvelles fonctions, et se livre tout entier aux soins qu'exige sa préfecture. Il est fait chevalier de la Légion d'honneur le .

Il est l'auteur d'une Statistique du département de la Sarthe (Paris, 1802, in-8) qui est une des plus détaillées qui ait été faite depuis la création du département et qui le fait connaître avantageusement. Le baron Auvray rédige, à la demande du ministère de l'Intérieur, cette première enquête sur ce département créé en 1790, lors de la Révolution française, par scission de l'ancienne province du Maine en deux départements, la Mayenne à l'ouest, la Sarthe à l'est. On y trouve entre autres quatre grands tableaux dépliants : Etat des forêts et bois nationaux ; Tableau des substances minérales observées dans le département de la Sarthe, rangées d'après la méthode de Daubenton ; Etat des domaines nationaux de toute origine, non aliénés ... ; Etat de situation des domaines nationaux...

Son administration est marquée par l'organisation du musée du Mans et l'enrichissement de sa collection.

Il préside la Société libre des arts pour le département de la Sarthe en 1805, 1806 et 1813.

Napoléon, mécontent toutefois de ses services, le destitue le . Il est désigné par le gouvernement provisoire pour faire partie de la délégation chargée d'accueillir le comte d'Artois.

À la première Restauration, le gouvernement royal nomme à la préfecture du Mans[1] Jules Pasquier. C'est à la même époque, qu'Auvray rentre de nouveau dans les cadres de l'armée, est promu maréchal de camp et fait chevalier de Saint-Louis par Louis XVIII le .

Auvray est maire de Fondettes près de Tours de 1817 à 1827.

Il meurt à Fondettes, en son château de Taillé[1], le .

Vie familialeModifier

Marié le avec Françoise Pellegrain de Lestang (1781 † 1869 - Tours), fille de Charles Noël Pellegrain de Lestang, capitaine au régiment de La Ferté, chevalier de l'ordre de Saint-Louis, et d'Elisabeth Louise Massue, dame de La Chapelle-Gaugain, ils ont :

  • Thérèse Pauline Louise, religieuse ;
  • Louise Jeanne Marie, mariée avec Marie Albert Anselme Chaullet de La Ribellerie, comte d'Outremont, officier d'artillerie (frère de Mgr Hector-Albert Chaulet d'Outremont) ;
  • Anatole Paul Marie ( - Tours † - Tours), 3e baron Auvray, marié, dont :
  • Elisabeth, mariée, dont postérité ;
  • Béatrice, mariée, dont postérité ;
  • Hubert Jacques Guy ( - Thouaré-sur-Loire), 6e baron Auvray, marié le (Brion), marié avec Marie-Claude (née le - Brion) (fille de Scévole Pocquet, comte de Livonnière ( - Allonnes (Maine-et-Loire) - Beaufort-en-Vallée) et Marie-Béatrice La Grua et Talamanca de Carini (née le - Paris), propriétaires du château de Sainte-Suzanne (Mayenne))
  • Louis-René (né le ), officier d'infanterie, maire de Tours (1865), marié en avec Flavie Loiseau, dont :
  • Jeanne Flavie Valentine (née le ), mariée avec Philippe Lacroix de Vimeur, marquis de Rochambeau, officier des haras, fils d'Achille de Rochambeau et de Marie Isabelle Dutey-Harispe ;
  • Eugène (né le 1873), marié avec Renée Lefebvre, de Roubaix ;
  • Arthur (né le , mort en 1916), marié à une Mlle Taigny, puis à Louise-Marie Nacquart (petite-fille du Dr Jean-Baptiste Nacquart).

La famille du baron Louis-Marie Auvray compte parmi les familles subsistantes de la noblesse d'Empire.

État de serviceModifier

DécorationsModifier

TitresModifier

Hommage, Honneurs, Mentions,...Modifier

  • Son seul ouvrage le fait connaître avantageusement.
  • Une rue du Mans, à proximité de la préfecture, porte son nom.

Autres fonctionsModifier

  • Préfet de la Sarthe :
    • Nommé par arrêté des Consuls du 11 ventôse an VIII (),
    • Installé le 6 floréal an VIII (),
    • Destitué le .

ArmoiriesModifier

Figure Blasonnement
  Famille Auvray avant 1809

De sable, à l'aigle au vol abaissé d'argent.[2],[3]

Armes du baron Auvray et de l'Empire à partir de 1809

Écartelé: au 1, d'azur, à un bouclier d'or, ch. d'un écusson d'azur, inscrit du chiffre 40 d'argent; au 2 du quartier des barons préfets ; au 3, de gueules, à une clé d'argent, en pal; au 4, d'azur, à un olivier d'or, fruité d'argent.[2],[4],[3]

PublicationsModifier

  • Statistique du département de la Sarthe (Paris, 1802, in-8).

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Dossiers individuels de préfets (1800-1880), Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales, (lire en ligne [PDF]), p. 28.
  2. a et b Armorial de J.B. RIETSTAP - et ses Compléments
  3. a et b Mémoires de la Société archéologique de Touraine, Publié en 1866, par la Société archéologique de Touraine
  4. Source : www.labanquedublason2.com