Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Musée d'archéologie et d'histoire du Maine

musée français
Musée d'archéologie et d'histoire du Maine
Geoffrey of Anjou Monument.jpg
Informations générale
Site web
Collections
Collections
Collections archéologiques du Maine
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Rue Claude-Blondeau, Le Mans
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Le Mans

(Voir situation sur carte : Le Mans)
Point carte.svg
L'émail Plantagenêt, l'une des œuvres contenues au Musée Carré Plantagenêt

Le Musée d'archéologie et d'histoire du Maine, ou Carré Plantagenêt, est un musée situé dans la ville du Mans, dans le quartier Saint-Nicolas, proche du secteur centre. Entièrement restauré et réaménagé par l'architecte Bernard Althabegoity, il a été officiellement inauguré le 19 juin 2009 et a été ouvert au public le jour suivant.

Sommaire

HistoireModifier

1799-1940Modifier

Le Mans a été l'une des premières villes de France à obtenir un musée après la révolution. Il ouvre et est visitable gratuitement dès le 21 juin 1799. Il est installé dans les galeries de l'abbaye de la Couture, accueillant aujourd'hui la préfecture de la Sarthe. La majeure partie de la collection est celle du maréchal de Tessé, un émigré expatrié en Suisse après la révolution. La plupart de sa collection se trouve à Paris. Le 28 novembre 1788, ce sont 16 tableaux que la ville du Mans reçoit en dépôt. L'action est rondement menée par François-Yves Besnard, président d'alors du Directoire de la Sarthe et ancien curé constitutionnel. On récupère également nombre de richesses des édifices religieux de la ville comme l'argenterie de Saint-Pierre-la-Cour ou les tableaux de l'abbaye Saint-Vincent. Mais certains objets disparaissent pourtant à jamais. Le musée du Mans est officiellement fondé le 1er septembre 1801. Le premier préfet du Mans, Louis-Marie Auvray décide de faire appel au naturaliste Louis Maulny pour classer les œuvres. Ce dernier est obligé de travailler avec le nouveau curé constitutionnel de la paroisse du Pré: André-Pierre Le Dru. Ce dernier est nommé conservateur du dépôt le 5 février 1793. Louis Maulny est une grande figure de la culture picturale du Mans car c'est lui qui a identifié l'émail de Geoffroy Plantagenêt. Il a étonnamment réussi à conserver cette œuvre qui aurait normalement du brûler ou être fondue dans un creuset bouillant allumé par des révolutionnaires. Lorsque le 28 janvier 1803, les bibliothèques sont supprimées, les travaux des précédents conservateurs sont confiés à Pierre Renouard, ancien prêtre. Personnage étonnant, il n'hésite à éprouver la solidité des saints de Solesmes en les faisant passer à la scie et à la tanière. En 1816, la dénomination du musée est changée en Muséum et Cabinet d'Histoire Naturelle. C'est alors que Renouard est relevé de ses fonctions, notamment car il abîme et détruit beaucoup d'œuvres. Jean-Antoine Daudin le remplace. Mourant en 1832 à 84 ans, il laisse derrière lui un désordre relativement important. Cependant, il fut apprécié et reconnu de son temps, comme le prouve son statut de président de société des arts et inspecteur des antiquités du Mans.

Le 17 janvier 1834, son remplaçant, Narcisse Desportes, entre en poste. Il ne mourra qu'en 1856 sans avoir vraiment apporté de grandes nouveautés au musée, se contentant de l'administratif. Il ne semble jamais s'être soucié de faire acheminer de nouvelles œuvres, ni même de s'occuper des besoins matériels. C'est son neveu qui reprend sa suite. Charles Dugasseau, peintre également, se désintéresse des œuvres scientifiques. Il réussit à obtenir un ensemble de primitifs italiens avec pour base la collection d'Evariste Fouret qu'il n'aura qu'avec difficulté. Après lui, ce seront de nombreux peintres qui seront au service ou aux commandes du musée. Louis Basse, maire du Mans durant 9 années s'entourera d'Anjubault, bibliothécaire, de l'archéologue théologien Tournesac ou encore du médecin chef Etoc-Demazy. De 1885 à 1888 se succèdent Delaunay puis Veron-Faré. Dès le 22 octobre 1890, un peintre du nom de Henri Vallée prend l'administration en main. Il la dirigera pendant trente ans. Au fil des années, les collections s'enrichissent, mais l'absence d'un naturaliste pour la collection des histoires naturelles est grandement ressenti. Lorsqu'une nouvelle collection arrive, elle est envoyée à l'hôtel Coindron. L'entrepôt dure et la collection finira comme pitance pour les insectes avant d'être brûlée. Le ministre des Beaux-Arts lui-même nomme Louis Monziès, professeur de dessin au collège Sainte-Croix, au poste de conservateur. Le dernier peintre conservateur est Arsène Le Feuvre. Il entre en poste en 1932 et y reste jusqu'en 1936. Il restera connu pour le fameuse publicité des savons Cadum, datant tout de même de 1912. En même temps que son acceptation de la charge de conservateur, il laisse le bureau de maire du Mans vide. Il sera remplacé par Felix Geneslay.

Le musée d'archéologie du Mans est supprimé en 1940 et la plupart des œuvres sont alors entreposées au musée de Tessé, dans la réserve, ou bien au musée d'Allonnes en exposition.

Le Carré PlantagenêtModifier

Le bâtimentModifier

Le site retenu est celui de l'ancienne imprimerie Monnoyer, juste en face du palais des Comtes du Maine, sur l'emplacement où s'élevait un couvent au Moyen Âge. La construction du bâtiment coûte un peu plus d'un million d'euros et son aménagement, environ 20,2 millions d'euros. Le musée, pensé par l'architecte Bernard Althabegoïty, dispose de 3 360 m2 d'espace, dont 1 400 m2 sont consacrés à la présentation des collections permanentes et 300 m2 aux expositions temporaires. L'espace possède un auditorium de 120 places où se côtoient vieilles pierres et techniques de pointe. Il est inauguré le 19 juin 2009.

CollectionsModifier

Le musée se compose de cinq parties distinctes comprenant, œuvres, collections permanentes et maquettes explicatives correspondant aux cinq époques suivantes :

  • les temps préhistoriques ;
  • la protohistoire ;
  • nos ancêtres les Gallo-romains ;
  • le haut Moyen Âge ;
  • le Maine médiéval.

Le trésor des Sablons, le suaire de Saint-Bertrand, l'émail Plantagenêt et le trésor d'argenterie de Coëffort comptent parmi les pièces les plus importantes. Une salle abrite six gisants, dont quatre proviennent de l'ancienne abbaye d'Étival-en-Charnie.

AccessibilitéModifier

Le carré Plantagenêt est accessible à la station Jacobins - Quinconces de la ligne T2 du tramway du Mans.

BibliographieModifier

  • La vie mancelle et sarthoise, no 402, décembre 2008

Lien externeModifier