Ouvrir le menu principal

Les Essarts-le-Roi

commune française du département des Yvelines
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Les Essarts.

Les Essarts-le-Roi
Les Essarts-le-Roi
Mairie.
Blason de Les Essarts-le-Roi
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Rambouillet
Canton Rambouillet
Intercommunalité Rambouillet Territoires
Maire
Mandat
Raymond Pommet
2014-2020
Code postal 78690
Code commune 78220
Démographie
Gentilé Essartois
Population
municipale
6 758 hab. (2016 en augmentation de 7,3 % par rapport à 2011)
Densité 350 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 43′ 03″ nord, 1° 53′ 43″ est
Altitude Min. 115 m
Max. 181 m
Superficie 19,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Les Essarts-le-Roi

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Les Essarts-le-Roi

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Essarts-le-Roi

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Essarts-le-Roi
Liens
Site web Les Essarts-le-Roi.org

Les Essarts-le-Roi est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Sommaire

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Essars Regis[1] au XIIIe siècle[2], Essarta Regis, Essarti regis en 1248[2], Les Essarts, Les Essarts-le-Roi. S'est appelée Les Essarts-la-Montagne ou Les Essarts-les-Bois pendant la Révolution française[3].

Le hameau de Saint-Hubert fut également renommé durant la Révolution en Montagne-des-Essarts[4].

Le nom de la commune provient de l'essartage, espace gagné sur la forêt des Yvelines par les premiers rois capétiens au profit de l'abbaye parisienne de Saint-Magloire[5].

Un essart est un terrain déboisé. Le mot est issu du bas latin exsartum et, bien que vieilli, il appartient encore au vocabulaire commun. Il est très fréquent en toponymie, ayant pendant des siècles servi à désigner des lieux défrichés[5].

Les rois avaient à cœur de signaler leurs possessions dans une région presque entièrement aux mains des religieux qui en avaient assuré le défrichement[1].

GéographieModifier

SituationModifier

HydrographieModifier

Hameaux de la communeModifier

Saint-Hubert, les Layes, la Tasse, la Rue Vert, la Massicoterie.

Communes voisinesModifier

Les communes limitrophes sont Coignières au nord-nord-est sur environ 600 m., Lévis-Saint-Nom au nord-est, Dampierre-en-Yvelines à l'est, Senlisse au sud-est, Auffargis au sud, Le Perray-en-Yvelines au sud-ouest, Les Bréviaires à l'ouest et Saint-Rémy-l'Honoré au nord.

Transports et voies de communicationsModifier

 
La rue de la Cité.

Réseau routierModifier

La route nationale 10 dessert la commune.

Desserte ferroviaireModifier

La commune possède sa propre gare SNCF qui est située sur la ligne Paris-Montparnasse - Rambouillet, la ligne N.

BusModifier

La commune est desservie par les lignes Express 12, 49, 59 et 79 de l'établissement Transdev de Rambouillet, par la ligne 36.15 de la société de transport Cars Perrier et par la ligne 39.27 de la société de transport SAVAC.

HéraldiqueModifier

Les armes des Essarts-le-Roi se blasonnent ainsi :

Tiercé en pairle renversé d'azur, de sinople et de gueules, au premier à une fleur de lis, au deuxième à une feuille de chêne, au troisième à deux cors entrelacés, le tout d'or.

HistoireModifier

Les Essarts-le-Roi furent fondés par une décision royale émanant d'Hugues Capet à la fin du Xe siècle.
Philippe Auguste céda le territoire en 1203 au duché de Bretagne et son sort dépendit dès lors de celui des seigneurs de Montfort.
Un décret impérial de 1814 a décidé de la création de la commune des Essarts-le-Roi par le regroupement des anciennes communes des Essarts et des Layes.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? juin 1995 Madeleine Derniaux    
juin 1995 2000
(démission)
Robert Baranski    
2000 mars 2008 Thierry Grosjean UDF puis UMP  
mars 2008 mars 2014 Jacques Bouchet PS Retraité de l'informatique
mars 2014 En cours Raymond Pommet UMP-LR Cadre
8e vice-président de la CA Rambouillet Territoires (2017 → )
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7].

En 2016, la commune comptait 6 758 habitants[Note 1], en augmentation de 7,3 % par rapport à 2011 (Yvelines : +1,29 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
562497561799800812776925839
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
761762760766760776820920928
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9931 0551 0209759561 0571 0371 2211 486
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 7352 0453 2544 8765 5656 1266 1916 3316 807
2016 - - - - - - - -
6 758--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (19 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,1 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,6 %, 15 à 29 ans = 18,2 %, 30 à 44 ans = 20,5 %, 45 à 59 ans = 22,8 %, plus de 60 ans = 17,9 %) ;
  • 51,1 % de femmes (0 à 14 ans = 19,6 %, 15 à 29 ans = 16,3 %, 30 à 44 ans = 20,5 %, 45 à 59 ans = 23,5 %, plus de 60 ans = 20,1 %).
Pyramide des âges à Les Essarts-le-Roi en 2007 en pourcentage[10]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
0,5 
4,3 
75 à 89 ans
5,8 
13,2 
60 à 74 ans
13,8 
22,8 
45 à 59 ans
23,5 
20,5 
30 à 44 ans
20,5 
18,2 
15 à 29 ans
16,3 
20,6 
0 à 14 ans
19,6 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[11]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

ÉconomieModifier

EnseignementModifier

  • Premier degré :
    • Secteur Gallot : école maternelle du Pré-Gallot et école mixte Roger-Colart, qui est aussi la meilleure des deux écoles ;
    • Secteur Romanie : école maternelle Romanie et école mixte René-Coudoint.
  • Second degré : collège les Molières.

CultureModifier

La bibliothèque municipale porte le nom de Sheila-Choisne, élue municipale d'origine anglaise dans les années 1980.

SportsModifier

Il y a différents clubs sportifs : AGSE Badminton, AGSE Karaté, AGSE Judo, AGSE VTT, AGSE Cyclotourisme, AGSE Basket, AGSE Football, AGSE Volley-Ball, AGSE Essarts Club Archerie, AGSE Yvette Athlétisme, AGSE Gymnastique, AGSE Tennis de table et l'AGSE Golf. Marche Nordique Essartoise

Lieux et monumentsModifier

 
Église Saint-Corneille-et-Saint-Cyprien.
 
Les Essarts-le-Roi château d'eau est la structure hyperboloïde.
  • Église Saint-Corneille-et-Saint-Cyprien.
  • Chapelle des Layes.
  • Château d'eau (structure hyperboloïde).
  • Château de l'Artoire.

Activités festivesModifier

JumelagesModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Deux rois : Louis XV et Louis XVI.

Le comédien Claude Sainlouis (né Claude, Jean, Joseph Piau) y est né le 8 novembre 1933 (décédé le 3 janvier 2014 à Paris 14e).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a et b Victor R. Belot, Coutumes et folklores en Yvelines, Préface de Paul-Louis Tenaillon, président du Conseil général des Yvelines de 1977 à 1994, membre émérite de l'Académie des Sciences morales, des Lettres et des Arts de Versailles, Librairie Guénégaud, 1977 (FRBNF 34588328), Page 239.
  2. a et b Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  3. « Les Essarts, notice communale », sur Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, EHESS (consulté le 27 avril 2011).
  4. Selon Noms révolutionnaires des communes de France, p. 64.
  5. a et b (Noms de lieu d'Île-de-France – M. Mulon – 1997).
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. « Évolution et structure de la population à Les Essarts-le-Roi en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 27 avril 2011)
  11. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 27 avril 2011)