Dampierre-en-Yvelines

commune française du département des Yvelines

Dampierre-en-Yvelines
Dampierre-en-Yvelines
La mairie.
Blason de Dampierre-en-Yvelines
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Rambouillet
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute Vallée de Chevreuse
(siège)
Maire
Mandat
Valérie Palmer
2020-2026
Code postal 78720
Code commune 78193
Démographie
Gentilé Dampierrois
Population
municipale
1 030 hab. (2018 en diminution de 3,1 % par rapport à 2013)
Densité 92 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 42′ 24″ nord, 1° 59′ 15″ est
Altitude Min. 85 m
Max. 178 m
Superficie 11,17 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Maurepas
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
Dampierre-en-Yvelines
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Dampierre-en-Yvelines
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dampierre-en-Yvelines
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dampierre-en-Yvelines
Liens
Site web www.mairie-dampierre-yvelines.fr

Dampierre-en-Yvelines est une commune française située dans le département des Yvelines, en région Île-de-France.

GéographieModifier

 
Position de Dampierre-en-Yvelines dans les Yvelines.

SituationModifier

Dampierre-en-Yvelines est un village d'Île-de-France situé à une quarantaine de kilomètres de Paris, dans la Vallée de Chevreuse, entre Versailles et Rambouillet. C'est une commune du parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse.

Communes limitrophesModifier

HydrographieModifier

Hameaux et écartsModifier

La commune est composée de plusieurs parties :

  • le village de Dampierre, situé près du château, le long du ru des Vaux de Cernay ;
  • le village de Maincourt-sur-Yvette, situé le long de l’Yvette ;
  • les hameaux de Champ Romery et du Mousseau, situés sur le plateau ;
  • le hameau de Fourcherolles, situé au fond d’un vallon, le vallon de Valence.

Dans le village de Maincourt, se trouve un « sentier découverte » des marais.

Transports et voies de communicationsModifier

Réseau routierModifier

L'axe de circulation principal qui traverse la commune est la route départementale 91 qui mène au nord à Saint-Quentin-en-Yvelines et Versailles et au sud à Cernay-la-Ville. La route qui vient de Chevreuse, à l'est, est la route départementale 58 qui poursuit son tracé vers le nord-est, vers Lévis-Saint-Nom et au-delà Élancourt.

Desserte ferroviaireModifier

Les gares SNCF les plus proches sont la gare de La Verrière (ligne N du Transilien) et la gare de Saint-Rémy-lès-Chevreuse (ligne B du RER d'Île-de-France).

BusModifier

La commune est desservie[Quand ?] par les lignes 39.003, 39.103, 39.27 et 39.35A de la société de transport SAVAC[réf. nécessaire].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Dampierre-en-Yvelines est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[4],[5].

Occupation des solsModifier

Le tableau ci-dessous présente l'occupation des sols de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Occupation des sols en 2018
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Tissu urbain discontinu 8,0% 90
Terres arables hors périmètres d'irrigation 34,4% 389
Prairies et autres surfaces toujours en herbe 3,2% 36
Forêts de feuillus 54,5% 617
Source : Corine Land Cover[6]

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Domna petra, Donna petra au XIIIe siècle, Dampna petra en 1458[7].

Dommus Petrus (le « domaine de Pierre »), masculin, pour une raison obscure, a été orthographié au féminin dans toutes les archives : Domna petra et Donna petra au XIIIe siècle, Dampna petra en 1458[8].

Si l'on se rapporte à l'étymologie supposée du château de Dampierre-sur-Boutonne, on peut penser à Dame Pierre (Doma Petra) ou monseigneur Pierre (Dominus Petrus), dans la plupart des cas, Dom- a évolué en Dam- (cf. Dammartin, etc.), tout comme DOMNA a donné dame, forme féminine. Le développement particulier du o s'explique par le fréquent emploi proclitique du mot, notamment devant les noms propres[9].

Dampierre-en-Yvelines depuis 1974, marquant ainsi son attachement à la région naturelle de l'Yveline[Note 3],[Note 4].

HistoireModifier

  • Au XIIe siècle, Amauri de Chevreuse (fils de Guy, seigneur de Chevreuse), est seigneur de Dampierre. [réf. nécessaire]
  • Au XIVe siècle, Simon, Ansel, Jean de Chevreuse sont seigneurs de Dampierre[10]. Vers la fin du XIVe siècle, Nicole d'Arcies, Dame (héritière) de Dampierre, transmet par mariage la seigneurie de Dampierre à Simon de La Fontaine.
  • Au XVe siècle, Jacqueline de La Fontaine, Dame de Dampierre, transmet par mariage la seigneurie à Enguerrand de Thumery. [réf. nécessaire]
  • Au XVIe siècle, Robert de Thumery vend Dampierre à Jean Duval/du Val. Puis Dampierre est racheté par Charles de Lorraine, archevêque de Reims. Les terres, fiefs, et domaines de : Dampierre, Beauvrain, et Maurepas, sont unis au duché de Chevreuse[11]. Le duché de Chevreuse appartint à Henri de Lorraine-Guise (+1588) dit le Balafré.
  • Au XVIIe siècle, Marie de Rohan, duchesse de Chevreuse, veuve de Claude de Lorraine-Guise (+1657), cède le duché de Chevreuse à son fils Louis-Charles d'Albert, duc de Luynes (issu d'un premier mariage). Vers la fin du XVIIe siècle , l'ancien château ayant été rasé ; Charles-Honoré d'Albert de Luynes, duc de Chevreuse, petit-fils de Marie de Rohan, fit construire l'actuel château de Dampierre[12],[13],[14].

Le duc de Luynes fut propriétaire du château de Dampierre, et le décora à grands frais. [réf. nécessaire]

Par l'arrêté préfectoral du , Journal officiel du et effet au , la commune de Maincourt-sur-Yvette est rattachée à la commune de Dampierre par fusion-association et la nouvelle commune s'appelle Dampierre-en-Yvelines.

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[15], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département des Yvelines et à son arrondissement de Rambouillet, après un transfert administratif effectif au . Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la deuxième circonscription des Yvelines.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Chevreuse[16]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais rattachée au canton de Maurepas.

IntercommunalitéModifier

La commune est membre de la communauté de communes de la Haute Vallée de Chevreuse, créée en 2012.

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 500 et 1 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 15[17].

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs de Dampierre puis Dampierre-en-Yvelines[18]
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1925   M. Jalabert    
1969[19]   Claude Dumond DVD puis UDF-Rad. Médecin
Conseiller général de Chevreuse (1970 → 2001)
Vice-président du conseil général des Yvelines[Quand ?]
Conseiller régional d'Île-de-France[Quand ?]
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2014 Nicolas Thieffry SE  
mars 2014 mai 2018[20] Jean-Pierre de Winter SE Agriculteur[21]
Démissionnaire
mai 2018[22] En cours Valérie Palmer SE  

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[24].

En 2018, la commune comptait 1 030 habitants[Note 5], en diminution de 3,1 % par rapport à 2013 (Yvelines : +1,62 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
687578559620605658698745747
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
730669653626641644666677676
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
680660664595596587502467552
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
5916017409991 0301 0511 1281 1251 040
2018 - - - - - - - -
1 030--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges

La population de la commune était relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge inférieur à 60 ans (79 %) était en effet supérieur au taux national (78 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (82 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune était supérieure à la population masculine. Le taux (51,3 %) était du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge était en 2007, la suivante :

  • 48,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,2 %, 15 à 29 ans = 18,8 %, 30 à 44 ans = 17 %, 45 à 59 ans = 24,6 %, plus de 60 ans = 20,5 %) ;
  • 51,3 % de femmes (0 à 14 ans = 18,4 %, 15 à 29 ans = 15,6 %, 30 à 44 ans = 20,3 %, 45 à 59 ans = 24,3 %, plus de 60 ans = 21,5 %).
Pyramide des âges à Dampierre-en-Yvelines en 2007 en pourcentage[26]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,6 
4,2 
75 à 89 ans
5,5 
15,9 
60 à 74 ans
14,4 
24,6 
45 à 59 ans
24,3 
17,0 
30 à 44 ans
20,3 
18,8 
15 à 29 ans
15,6 
19,2 
0 à 14 ans
18,4 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[27]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

EnseignementModifier

SportsModifier

Le 4 mars 2012, Dampierre-en-Yvelines est la ville-départ de la course cycliste Paris-Nice 2012.

ÉconomieModifier

Les principales activités sont[Quand ?] le tourisme (hôtellerie, restauration) et le commerce de proximité. Trois agriculteurs sont[Quand ?] installés sur le territoire communal.

Un restaurant renommé, l'auberge Saint-Pierre, est tenu par l'ancien chef étoilé Pierre Marchesseau depuis 2017[28].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Dans la salle de musique du château est exposée l’Âge d’Or, une fresque peinte par Ingres.
À l'initiative d'Honoré de Luynes qui habitait le château voisin, le transept méridional fut aménagé en 1862 en nécropole pour les membres de sa famille et descendants de la famille des Luynes. On y trouve un gisant de sa première épouse Françoise de Dauvet-Maineville (1802-1824), décédée à l'âge de 21 ans. L'inscription porte : « D.O.M. et memoriae aeternae amicae [Francisca] a Davvet coniugis dulcissimae quae vixit annos xxi menses vii et de qua nemo suorum unquam dolvit nisi mortem Honoratus dux a Luynes maritus desolatus A.D. MDCCCXXIV » [A Dieu très bon, très grand, et à la mémoire éternelle de [Françoise] de Dauvet, très douce épouse qui vécut 21 ans et 7 mois, et personne parmi les siens ne souffre plus de sa mort que son mari Honoré, duc de Luynes, l'an du Seigneur 1824].
La seigneurie de Valence[C'est-à-dire ?] fut accordée en janvier 1510, par dom Pierre Pichonnat[Passage problématique], abbé de Saint-Denis[réf. nécessaire], qui baille à vie à Adam de Baillon, notaire et secrétaire du roi, le fief de Valence. Ce bail est fait moyennant 36 livres. Une autre version plus ancienne du bail datant de 1502 était établie pour 12 livres.
  • La Maison de Fer est située sur le plateau au-dessus du village de Dampierre. C’est un prototype de petite maison démontable dû à l'ingénieur Duclos[Note 6] ; fabriquée en fer, elle était destinée à être utilisée comme habitation coloniale. Cet exemplaire a servi de billetterie lors de l’exposition universelle de Paris de 1889, avant d'être remonté à Dampierre. Entourée d'un jardin et restaurée, elle sert désormais de gîte d'étape pour randonneurs.

Dampierre et le cinémaModifier

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Les armes de Dampierre-en-Yvelines se blasonnent ainsi :
parti, au premier d'or à la bande de gueules chargée de trois alérions d'argent, au second aussi d'or au lion de gueules couronné d'or, le tout surmonté d'un chef de France ancien.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Sous l'Ancien Régime, le nom de Pays d'Yveline est donné à une subdivision du Gouvernement général d'Île-de-France. Le Gouvernement de l'Isle de France par Damien de Templeux, 1663.[1]
  4. Le nom de Pays d'Yveline apparaît également dans plusieurs ouvrages de l'époque comme le Dictionnaire universel de la France ancienne & moderne, publié en 1726.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  6. La maison de fer faisait l'objet d'un brevet obtenu en 1890.

RéférencesModifier

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 4 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le 4 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  6. « Données statistiques sur les communes de Métropole ; Répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur CORINE Land Cover, (consulté le 19 avril 2021).
  7. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  8. Dans le cartulaire blanc de Saint-Denis.
  9. Site du CNRTL : étymologie de dom.
  10. http://racineshistoire.free.fr/LGN/PDF/Chevreuse.pdf
  11. http://racineshistoire.free.fr/LGN
  12. http://www.heraldique-europeenne.org/regions/Regions/France/Duche_Chevreuse.htm
  13. http://ensemble.paroissial.free.fr/eglisedampierre.html
  14. http://www.chateau-de-dampierre.fr/fr/histoire.htm
  15. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  16. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  18. « Les maires de Dampierre-en-Yvelines », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 25 avril 2018).
  19. Alain Auffray, « Un élu CDS des Yvelines dort en prison. Claude Dumond est le premier politique écroué dans l'affaire des collèges », Libération (journal),‎ (lire en ligne, consulté le 5 octobre 2018).
  20. « Dampierre-en-Yvelines : le maire démissionne pour raisons de santé : Élu en 2014, Jean-Pierre de Winter reste conseiller municipal », Le Parisien, édition des Yvelines,‎ (lire en ligne, consulté le 25 avril 2018) « La première adjointe, Valérie Palmer, semble la mieux placée pour succéder à Jean-Pierre de Winter ».
  21. « Ina et Jean-Pierre de Winter », Agriculteurs du mois, (consulté le 25 avril 2018).
  22. « Election de Madame Valérie Palmer au poste de Maire de Dampierre en Yvelines », Actualités, sur http://www.mairie-dampierre-yvelines.fr, (consulté le 5 octobre 2018).
  23. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  26. « Évolution et structure de la population à Dampierre-en-Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 avril 2011).
  27. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 avril 2011).
  28. a et b Laurent Mansart, « Le chef étoilé relance l’auberge et l’emploi à Dampierre-en-Yvelines : Le chef étoilé à la retraite, Pierre Marchesseau, 70 ans, vient relancer bénévolement l’Auberge Saint-Pierre à l’aide d’un seul commis pour le moment. Il espère embaucher des jeunes et les former à la cuisine, et créer ainsi 18 emplois », Le Parisien, édition des Yvelines,‎ (lire en ligne, consulté le 25 avril 2018).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :