Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Langues sino-tibétaines

famille de langues
Zone des langues sino-tibétaine (en rouge)

Les langues sino-tibétaines sont une famille de langues originaires d'Asie (Asie de l'Est, Asie du Sud-Est, Asie centrale, Asie du Sud). Elle regroupe les langues sinitiques (10 langues et 1,35 milliard de locuteurs) et les langues tibéto-birmanes (330 langues pour 70 millions de locuteurs).

Article détaillé : Liste des langues sino-tibétaines.

L'idée de ce groupement date de la fin du XIXe siècle et les recherches sont encore balbutiantes. Le rapprochement se fait surtout entre les langues tibéto-birmanes et le chinois archaïque.

Le chercheur Laurent Sagart propose d'inclure dans un ensemble « sinotibétain-austronésien (en) » (STAN) les langues sinotibétaines d'une part, et les langues austronésiennes (dans lesquelles il propose d'inclure les langues tai-kadai) d'autre part. Les langues austronésiennes, dont l'aire d'extension est exceptionnelle (de Madagascar jusqu'à l'île de Pâques) sont toutes originaires de Taïwan, et partagent avec les langues formosiennes (langues aborigènes de Taïwan) de nombreux cognats.

Le terme de « langues sino-tibétaines » est sujet à controverse par l'absence d'accord sur la structure de l'arbre (Van Driem), et par le manque de références écrites du tibétain ancien, car si l'écriture chinoise a plus de 3 500 ans, les écritures tibétaines n'en ont que 1 500, l'écriture tibétaine ayant été créée au VIIe siècle, par une adaptation du devanagari, alphasyllabaire indien.

Des langues telles que le vietnamien (austroasiatique) ont acquis des mots communs, par emprunt, du fait de sa proximité et de son intégration temporaire à l'empire chinois ; au-delà de ces emprunts, une origine commune a été avancée, mais reste hypothétique (conjecture « est-asienne » de Starosta-Sagart).

Pour plus de détails sur l'histoire du groupe sino-tibétain, voir l'article : Langues tibéto-birmanes.

Sommaire

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier