Lampe à huile

objet utilisé pour produire de la lumière utilisant un combustible oléagineux

Une lampe à huile est une lampe dont le combustible est de la graisse animale (notamment de l'huile de baleine), de l'huile végétale, ou encore de l'huile minérale.

Lampe à huile
Image dans Infobox.
Simple lampe à huile contemporaine en argile telle que l'on en voit par exemple durant Divali en Inde.

PréhistoireModifier

 
Lampe en grès de Gabillou.

Premières lampes à graisseModifier

Selon Baffier & Girard (1997), au Paléolithique supérieur, les fonds de grottes ont été utilisés uniquement pour des activités de symbolisation[1]. « Art des ténèbres » lorsqu'il est pratiqué dans des grottes profondes, l'art préhistorique a besoin d'éclairage adapté. Cette époque a laissé d'assez nombreux témoignages de ses moyens d'éclairage. Au-delà des torches enflammées par leur résine, les premières lampes à graisse connues datent du Paléolithique supérieur. Les premières lampes dont la fonction est incontestée proviennent de Laugerie-Haute et sont datées du Gravettien[2].

Types de lampesModifier

Les lampes à graisse peuvent être à circuit ouvert ou clos. Avec le circuit ouvert, la graisse fondue par la chaleur s'écoule ; avec le circuit fermé, elle est contenue d'une façon ou d'une autre[3].

Lampe à circuit ouvert

De nombreuses surfaces plates ou plaquettes ont été utilisées comme lampes, telle la pierre de calcaire de l'abri Blanchard (Indre)[4], les plaques de grès de la grotte d'Enlène[5] (Ariège) ou les plaquettes de Lascaux[6].

Lampe à circuit fermé
 
Lampe de Lascaux en grès rose.

Entrent dans cette catégorie les lampes à graisse faites d'une simple pierre (en calcaire façonné, en grès rouge ou rose ou autre matériau résistant au feu) en forme de cuvette ou pourvue de cupule dans laquelle trempe une tresse ou une torsade végétale (brindilles de résineux, sapin ou genévrier) dans de la graisse animale fondue.

Parfois, ce type de lampe est juste formé d'une anfractuosité du relief de la grotte[7].

Aux Trois-Frères (Ariège), c'est un pecten (coquillage) qui a servi de porte-lumière[8].

Lampes avec manche

Sur les quelque 300 lampes paléolithiques connues (en 2010), seulement une trentaine sont munies d'un manche façonné bien individualisé. La typologie définie par Bastin et Chassaing (1940[9]) donne deux types différents de lampes avec manche : celles à manche triangulaire (type la Mouthe)[10] et celles à manche « en raquette » (type Lascaux).

La moitié d'entre elles sont en grès et seulement dix d'entre elles sont en calcaire[11] : le grès conduit mieux la chaleur que le calcaire et les lampes en grès sont souvent dotées d'un manche[12].

Typologie des cupules ou cuillerons

Les cuillerons peuvent être circulaires comme ceux des lampes de la grotte des Scilles (grottes de la Save, Lespugue, Haute-Garonne), de Coual (Lamagdelaine, Lot) ou de Laugerie-Haute (Dordogne).
D'autres ont des cupules ovalaires : Laugerie-Haute, la Chaire-à-Calvin (Mouthiers-sur-Boëme), Bois du Roc (Vilhonneur) en Charente…
D'autres encore ont des cupules ovoïdes : lampes de la Mouthe (Dordogne) ou de Grand Moulin (Lugasson, Gironde)[13].

Le Grand abri, sur le site de la Garenne à Saint-Marcel (Indre), a livré une rare lampe, façonnée de telle façon qu'elle pouvait porter quatre mèches[14].

Une expérience avec une telle lampe a donné un éclairement équivalant à une grosse bougie, soit 0,5 à 0,6 lux à 50 cm de la paroi. Une lampe suffit pour se déplacer dans les espaces sombres mais il en faut plusieurs pour éclairer l'ensemble d'un panneau long de plusieurs mètres comme ceux de certaines œuvres[15]. François Rouzaud pense que la faible portée de ces lumières a restreint l'exploration et l'occupation préhistorique des grottes aux galeries s'ouvrant au même niveau que les galeries principales, y compris celles où la circulation est difficile ; car les galeries s'ouvrant à plus de quatre ou cinq mètres au-dessus du sol principal n'ont jamais été visitées, même lorsque leur accès était facile[16].

Une surveillance constanteModifier

Noter que le fonctionnement de ces lampes demande une surveillance constante et un entretien fréquent : la mèche doit être disposée de façon appropriée, les fibres servant de mèche ne doivent pas tomber dans la graisse, la graisse elle-même ne doit pas inonder la mèche[17] ; lorsqu'il commence à fondre, le morceau de suif doit être rapproché de la mèche de temps en temps. Après environ une heure, il faut recharger la lampe en rajoutant un autre morceau de suif[18]. Lors de son utilisation, la lampe monte en température et cette augmentation accélère le processus[19].

L'usage de ces lampes est documenté jusqu'à il y a peu voire encore de nos jours chez les Eskimos, pour qui cette surveillance est une tâche des femmes qui se servent alors d'une baguette appelée « tisonnier »[17] ; de même chez les Nganasan[20]. Chez les Machiguenga[n 1] ou Matsigenka, la préparation de la graisse animale pour l'utiliser comme combustible dans les lampes est aussi du ressort des femmes[22].

Répartition des types de lampes par type de siteModifier

Les plaquettes-lampes sont jusqu'à présent presque toujours trouvées dans les parties obscures des grottes, rarement dans les parties éclairées (sauf à la grotte des Fées (Prignac-et-Marcamps) et à Pair-non-Pair sa voisine), encore plus rarement en abri sous roche (sauf Roc de Marcamps sur Prignac-et-Marcamps) et jamais en site de plein air[6]. Mais hormis le cas des plaquettes utilisées comme lampes planes, les lampes sont plus fréquentes dans des sites bénéficiant d'une bonne luminosité : 71,5 % des sites sont éclairés par la lumière du jour et 70,5 % des lampes proviennent de ces sites - ce qui va à l'encontre de l’affirmation de C. Perlès (1977[23]) pour qui les lampes sont « pratiquement absentes des sites de plein air, se rencontrent surtout dans les abris-sous-roche, et bien plus encore dans les grottes ». Quelle que soit la lumière naturelle disponible, on a une moyenne de 2 à 3 lampes par site. Les quelques gisements ayant livré plus de 10 lampes ne sont pas nécessairement des grottes obscures non plus[24].

Une erreur d'attributionModifier

La lampe en grès rose-rouge de la grotte de Thévenard sur Brive-la-Gaillarde en Corrèze, donnée pour de l'Aurignacien typique par l'abbé Glory[25], est en fait du Magdalénien[26].

Échanges et circulationModifier

Les grottes de la Save à Lespugue (dans les contreforts des Pyrénées) ont fourni quatre lampes magdaléniennes : deux de l'abri des Harpons, une de la grotte de Gouërris et une, ornée, de la grotte des Scilles. Cette dernière fait partie des plus grandes lampes connues (en 1945), avec 19 cm dans sa plus grande dimension (la plus grande connue - toujours en 1945 - est celle du Coual (Lamagdelaine, Lot) avec 25 cm dans sa plus grande dimension)[27] ; elle a également l'intérêt de fournir une preuve des échanges entre les Pyrénées et le nord de l'Aquitaine, en l'occurrence la Charente : sur les onze lampes paléolithiques « à manche façonné présentant un décor gravé », huit proviennent de Dordogne et deux de Charente - dont celle des Scilles[28]. Les lampes à manche façonné, décorées ou non, proviennent très majoritairement de Charente et du nord de l’Aquitaine : sur 30 exemplaires recensés, deux seulement se situent dans les Pyrénées[29].

Lampes de l'Antiquité et du Moyen ÂgeModifier

Depuis l'Âge du bronze ont été fabriquées des lampes en pierre, en terre cuite, ou en métal, récipients ouverts ou fermés comportant un ou plusieurs becs destinés à accueillir une mèche, et pour les lampes fermées, un ou plusieurs trous de remplissage, le plus souvent au centre d'une cuvette formant entonnoir. Elles ont servi à l'éclairage depuis les périodes protohistoriques (lampes à huile d'Akrotiri, au musée de Santorin, par exemple), jusqu'au Moyen Âge où l'on utilisait des lampes à pied ou suspendues, à l'imitation des Romains.

Dès l'Antiquité, cependant, l'éclairage à l'huile minérale (naphte) est cité comme pratique courante en Mésopotamie[30]. Cette huile est d'abord épurée par des moyens physico-chimiques, puis distillée, comme le mentionne le savant persan Al-Razi (Rhazès) au IXe siècle dans son Kitab al-Asrar (« Le Livre des secrets »)[31]. Au Moyen Âge en France, on utilisait l'huile de navette dans le Nord[32],[33] et l'huile de noix dans le Midi.

La seule alternative à la lampe à huile était alors la torche, adaptée à l'usage extérieur, puis la chandelle, pour l'éclairage domestique.

Les mèches, cependant, se spécialisent et progressent au cours de millénaires, dans leur nature et leur texture[34]. D'abord tressée en roseau, en lin, en chanvre, en laine, puis en coton à partir du XVIIe siècle, elle devient plate pour assurer une combustion plus régulière.

Cependant, à la campagne, la seule source de lumière ordinaire demeure le feu de la cheminée jusqu'à un passé récent, et encore aujourd'hui dans de nombreuses contrées.

Les progrès de la lampe à huile à partir de 1780Modifier

 
Quinquet à huile, en 1822.
(Le peintre américain James Peale vu par son frère Charles Willson Peale).

La lampe à huile a toujours connu deux difficultés : les huiles, toujours trop visqueuses, peinent à monter dans la mèche par capillarité ; et la mèche tend à charbonner et à s'éteindre.

Les progrès sont déterminants à la fois dans la mécanique et dans l'amélioration des mèches et brûleurs.

  • Le chimiste français Joseph Louis Proust invente vers 1780 la lampe à huile à réservoir latéral[35],[36] : l'huile, située en hauteur par rapport au bec, est poussée vers le bec par son propre poids.
  • Le physicien et chimiste suisse Aimé Argand invente, en 1782, la mèche cylindrique et la cheminée de tôle, puis de verre[37],[36]. Associé à Lange (ou L'Ange), un autre inventeur, il produit une lampe connue sous le nom de « lampe d'Argand ».
  • Le pharmacien Antoine Quinquet, en 1784, rassemble ces trois innovations[37] dans la lampe qui porte son nom, montée sur une tige. Cette lampe est bien au point et restera d'usage courant jusqu'à l'avènement du pétrole.
  • La lampe Carcel, à partir de 1800, est plus compliquée et coûteuse : elle comporte un mouvement d'horlogerie et une pompe pour faire monter l'huile. Le réservoir n'est plus latéral : il est maintenant sous le brûleur[38].
  • Isaac-Ami Bordier-Marcet, successeur d'Argand, crée en 1809 la lampe « astrale » à réservoir plat disposé autour du brûleur.
  • Enfin, la lampe à modérateur, en 1837, reprend le principe de la mécanique à piston, mais se voit adjoindre une aiguille mobile régulatrice[37],[39].

Risque sanitaireModifier

 
Un lampe d'opium, lampe à huile conçue pour faciliter la vaporisation et l'inhalation de l'opium. Collection de l'Université de la Colombie-Britannique.

Magnier (1849) indique que « dans les lampes, on brûle, en France, de l'huile de colza, purifiée à l'aide d'acide sulfurique qui, s'il en restait quelques parties, se réduirait, par la combustion, en gaz sulfureux, agent excessivement irritant du système pulmonaire, qui déterminerait des suffocations et ferait tousser ; on y brûle encore de l'huile d'œillette, de l'huile de chènevis et de l'huile de noix. Depuis le perfectionnement apporté par Argand dans la fabrication des lampes, qui sont maintenant à double courant d'air, leur influence sur la santé est moindre, mais elles produisent des effets analogues […] Toutefois on a cru remarquer que l'usage de l'huile de noix était plus pernicieux et occasionnait particulièrement une espèce d'engourdissement »[40].

Le risque avéré d'intoxication par absorption de la mèche ou de faibles quantités d'huile lampante par des enfants de moins de 3 ans a poussé la communauté européenne à élaborer une norme en , la norme EN 14059. Transposée par l'AFNOR en 2003, elle est désormais devenue obligatoire en France : toute lampe à huile importée et/ou vendue en France doit respecter cette norme.

L'avènement de la lampe à pétrole à partir de 1853Modifier

Le pétrole lampant, huile enfin fluide, permettant une excellente montée du carburant vers la mèche par capillarité, provoque l'abandon de la lampe à huile.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Les Machiguenga ou Matsigenka vivent dans la partie paraguayenne de l'Amazonie. Ils pratiquent l'agriculture sur brûlis et sont semi-résidentiels[21].

RéférencesModifier

  1. [Baffier & Girard 1997] Dominique Baffier et Michel Girard, « Le karst d'Arcy-sur-Cure (Yonne) et ses occupations humaines paléolithiques », Quaternaire, vol. 8, nos 2-3,‎ , p. 245-255 (lire en ligne [sur persee.fr]), p. 245.
  2. [Smith 2007] (en) Ronald F. Smith, An individual-based comparative advantage model: did economic specialization mediate the fluctuating climate of the late Pleistocene during the transition from Neanderthals to modern humans? (contribution au doctorat de Philosophie-Anthropologie, Susan Antón dir.), New Brunswick, New Jersey, , 458 p., sur rucore.libraries.rutgers.edu (lire en ligne), p. 216.
  3. D. Hitchcock Stone lamps of the Palaeolithic. Voir au début de cette page trois schémas illustrant les circuits ouvert (« open circuit ») et fermé (closed circuit).
  4. Beaune 1987b, p. 60.
  5. Beaune 1987a, p. 60, 61.
  6. a et b Beaune 1987a, p. 75.
  7. [Delluc & Delluc 2008] Brigitte Delluc et Gilles Delluc, Dictionnaire de Lascaux, Éditions Sud Ouest, , p. 136-137.
  8. Beaune 1987a, p. 48.
  9. [Bastin & Chassaing 1940] Alfred Hyacinthe Bastin et J. Chassaing, « Découverte d'une lampe paléolithique à Domme (Dordogne) », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 37, nos 10-12,‎ , p. 219-229 (lire en ligne [sur persee.fr]).
  10. [Langlais et al. 2010] Mathieu Langlais, Jean-Marc Pétillon, Sophie A. de Beaune, Pierre Cattelain, François-Xavier Chauvière, Claire Letourneux, Carolyn Szmidt, Claire Bellier, Roelf Beukens et Francine David, « Une occupation de la fin du dernier maximum glaciaire dans les Pyrénées : le Magdalénien inférieur de la grotte des Scilles (Lespugue, Haute-Garonne) », Bulletin de la Société Préhistorique Française, vol. 107, no 1,‎ , p. 5-51 (lire en ligne [PDF] sur halshs.archives-ouvertes.fr, consulté le ), p. 37.
  11. Langlais et al. 2010, p. 39.
  12. Beaune 1987b, p. 64.
  13. [Glory 1961] André Glory, « Le brûloir de Lascaux », Bulletin de la Société d'études et de recherches préhistoriques et Institut pratique de Préhistoire, Les Eyzies, t. 10,‎ , p. 92-97 (lire en ligne [sur persee.fr]), p. 178.
  14. Beaune 1987, p. 218.
  15. [Beaune 2018] Sophie de Beaune, « Le proche et le lointain. La perception sensorielle en Préhistoire », L'Homme, nos 227-228 « Les sens de la Préhistoire »,‎ , p. 69-100 (lire en ligne [sur academia.edu], consulté le ), p. 80.
  16. [Rouzaud 1978] François Rouzaud, « La Paléospéléologie, l'homme et le milieu souterrain pyrénéen du Paléolithique supérieur », Archives d’écologie préhistorique, Ehess, no 3,‎ (présentation en ligne). Cité dans Beaune 2018, p. 80.
  17. a et b Beaune 1987a, planche XV : « Femme esquimau entretenant une lampe ».
  18. Delluc & Delluc 1979, p. 130.
  19. Delluc & Delluc 1979, p. 129.
  20. Smith 2007, p. 80.
  21. Smith 2007, p. 68.
  22. Smith 2007, p. 103.
  23. [Perlès 1977] Catherine Perlès, Préhistoire du feu, Paris, éd. Masson et Cie, , 180 p. (présentation en ligne). Cité dans Beaune 1987a, p. 43.
  24. Beaune 1987a, p. 43.
  25. Glory 1961, p. 181.
  26. [Sonneville-Bordes 1972] Denise de Sonneville-Bordes, « La grotte de Thévenard, gisement magdalénien près de Brive (Corrèze) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 69, no 2,‎ , p. 45-48 (lire en ligne [sur persee.fr]), p. 45, 47.
  27. [Bastin 1945] A.-H. Bastin, « Les lampes paléolithiques de St-Germain-la-Rivière (Gironde) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 42, nos 1-3,‎ , p. 34-38 (lire en ligne [sur persee.fr]), p. 37.
  28. Beaune 1987a.
  29. Langlais et al. 2010, p. 47, note 7.
  30. Pline l'Ancien, Histoire naturelle, livre II, 108-109 (lire en ligne), sur agoraclass.fltr.ucl.ac.be (Itinera Electronica).
  31. (en) Zayn Bilkadi, « The Oil Weapons », Saudi Aramco World,‎ (lire en ligne [sur saudiaramcoworld.com]).
  32. « lien brisé »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur tela-botanica.org.
  33. « lien brisé »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur tela-botanica.org.
  34. Laurent Chrzanovski et Ara Kebapcioglu, « Les mèches de l'Antiquité à l'époque moderne »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur lychnology.org.
  35. « L'évolution de l'éclairage », sur playhooky.fr, (consulté le ).
  36. a et b « Les inventions », sur phozagora.free.fr (consulté en ).
  37. a b et c Figuier 1867, p. 14 et suiv.
  38. Figuier 1882, Chap. V : Guillaume Carcel invente la lampe à mouvement d'horlogerie. Vie et travaux de Carcel. Description de sa lampe, p. 35-42.
  39. Figuier 1882, Chap. VIII : La lampe à modérateur, p. 49-58.
  40. [Magnier 1849] M. Désiré Magnier, Nouveau manuel complet de l'éclairage au gaz, ou Traité élémentaire et pratique à l'usage des ingénieurs, directeurs, etc., Librairie Encyclopédique de Forêt, coll. « Manuels Roret », , sur books.google.be (lire en ligne).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • [Beaune 1987a] Sophie A. de Beaune, « Lampes et godets au Paléolithique », Gallia préhistoire, no 23 « suppl. »,‎ (lire en ligne [sur persee.fr]).  
  • [Beaune 1987b] (en) Sophie A. de Beaune, « Palaeolithic lamps and their specialization. A hypothesis », Current anthropology, no 4,‎ , p. 60-67 (lire en ligne [PDF] sur halshs.archives-ouvertes.fr).  
  • [Beaune 2000] « Les techniques d'éclairage paléolithiques : un bilan / Paleolithic lighting technics : an overview », Paléo, no 12,‎ , p. 19-27 (lire en ligne [sur persee.fr]).
  • [Déjean 2011] Hervé Déjean, Gladiateurs sur les lampes à huile antiques, éds. Archeo-Numis, (ISBN 9782919387014).
  • [Déjean 2012] Hervé Déjean, Lampes antiques à travers les âges : Le Corpus (1900 lampes décrites), éds. Archeo-Numis, , 320 p. (ISBN 9782919387021).
  • [Delluc et Delluc 1979] Brigitte Delluc et Gilles Delluc, « L'éclairage », dans Arlette Leroi-Gourhan & Jacques Allain (dir.), Lascaux inconnu (publié dans Gallia Préhistoire, Supplément 12), Paris, éd. du C.N.R.S., , sur persee.fr (lire en ligne), p. 121-142.  
  • [Figuier 1867] Louis Figuier, Les Merveilles de la science, Paris, , 2e éd., sur gallica.bnf.fr (lire en ligne).  
  • [Figuier 1882] Louis Figuier, L'Art de l'éclairage, Paris, , 2e éd., sur gallica.bnf.fr (lire en ligne).  
  • [Hess 1902] (de) Heinrich Hess, Die Entwicklung der Beleuchtungstechnik, (lire en ligne [PDF] sur hytta.de).
  • [Mahot 2011] Bernard Mahot, Les Lampes à huile, Paris, éds. Massin, , 233 p. (ISBN 2-7072-0504-4).
  • [Roussot & Beaune-Romera 1982] Alain Roussot et Sophie de Beaune-Romera, « Quelques lampes paléolithiques peu connues du Sud-Ouest de la France », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 79, nos 10-12 « Études & Travaux »,‎ , p. 369-382 (lire en ligne [sur persee.fr], consulté le ).
  • [Viré 1934] Armand Viré, « Les Lampes du Quaternaire moyen et leur bibliographie », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 31, no 11,‎ , p. 517-520 (lire en ligne [sur persee.fr]).  

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier