Ouvrir le menu principal

André Glory

archéologue, spéléologue et préhistorien français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Glory.
André Glory
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
(à 60 ans)
Près d'Auch
Nationalité
Formation
Études théologiques
Activités
Autres informations
Religion
Hommage abbé Glory Bara Bahau.jpg
Plaque à l'entrée de la grotte de Bara-Bahau au Bugue en Dordogne

André Glory ( à Courbevoie - près d'Auch) est un archéologue, spéléologue et préhistorien français.

BiographieModifier

Après un cursus et des études théologiques, André Glory est ordonné prêtre en 1933 à Strasbourg.

Dès 1935, il s'intéresse à la spéléologie et à l'archéologie. Nommé vicaire à Orbey (Haut-Rhin), il fouille des sites néolithiques de la région et recueille des documents qui seront utilisés dans le cadre de sa thèse. La Seconde Guerre mondiale l'amène à Toulouse, où il est nommé professeur de sciences, de dessin et d'histoire au Petit séminaire. Il suit une formation en archéologie et obtient un certificat de Préhistoire en 1941, puis, encouragé par Henri Breuil et le comte Begouën, un titre de docteur de l'Université catholique de Toulouse pour sa thèse sur La civilisation néolithique en Haute-Alsace en 1942.

En 1943, il participe avec le franciscain Frédéric-Marie Bergougnioux au précis d'anthropologie préhistorique Les Premiers Hommes.

Le 29 juillet 1966, il décède avec Jean-Louis Villeveygoux dans un accident de la route.

SpéléologieModifier

En 1935, l'abbé Glory anime les activités spéléologiques dans sa région, l'Alsace.

Le 19 août 1935, avec Robert de Joly, il découvre l'aven d'Orgnac. Une des salles de ce gouffre porte son nom.

À la fin des années 1940, il explore les gouffres aveugles de la carrière souterraine de Savonnières-en-Perthois (Meuse, France) ; le 18 septembre 1948, accompagné de Roland Louvrier, il effectue la descente au fond de l'abîme de Savonnières[1].

ArchéologieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Dès 1936, André Glory publie et fait des conférences sur l'archéologie. Il profite des vacances pour visiter des grottes ornées préhistoriques comme Pech Merle et Gargas. De 1949 à 1950, il découvre les grottes à gravures paléolithiques d'Ebbou et du Colombier en Ardèche puis fouille dans les Pyrénées-Atlantiques et des Hautes-Pyrénées (Grottes de Labastide). Il est nommé ingénieur au CNRS en 1958 seulement.

De 1952 à 1963, à la demande de l'abbé Henri Breuil et avec l'aide de maigres vacations, il effectue l'étude de l'art pariétal de Lascaux. Plus de 1400 gravures sont relevées. Il est toléré durant les travaux d'aménagement de la grotte et peut recueillir les objets préhistoriques trouvés par les ouvriers. D'après André Leroi-Gourhan, il est en 1982 « l'homme qui a le mieux connu Lascaux ».

En 1953, il explore la grotte du Sorcier à Saint-Cirq en Dordogne.

Il accumule notes et documents sur Lascaux et met de côté divers beaux objets pour étude. Il rédige le manuscrit d'un ouvrage pour le CNRS sur cette grotte et ses découvertes. Il doit renoncer à son travail à Lascaux en 1963. Tout ce "trésor de l'abbé Glory", réputé perdu ou volé en 1966, ne sera retrouvé qu'en 1999 et publié qu'en 2008 par Brigitte et Gilles Delluc.

Dans le Quercy, il étudie rapidement les principales cavités préhistoriques : Cougnac, le cuzoul des Brasconnies, la grotte des Escabasses, de Pergouset, de Roucadour et celle du site des Fieux en 1965. Il travaille également à Bara-Bahau, Lalinde, Isturitz, Ebbou et au Gabillou.

Sur la fin de sa vie, il se passionne pour le chamanisme. Très imaginatif et dépourvu de culture ethnographique, il imagine y trouver des réponses aux multiples questions posées par l'art préhistorique et s'attire de sévères critiques de André Leroi-Gourhan.

Ouvrages et publicationsModifier

  • "Au pays du grand silence noir", Paris, Alsatia, 1937
  • Les peintures rupestres de style ibérique dans la vallée du Caramy (Var), avec Sanz Martinez et H. Neukirch, Le Mans, Monnoyer, 1944
  • "A la découverte des hommes préhistoriques", Paris, Alsatia, 1944
  • « Gravures rupestres schématiques dans l'Ariège », in Fouilles et monuments archéologiques en France métropolitaine, tome V, Paris, CNRS, 1947
  • Une nouvelle stèle aniconique, avec Sanz Martinez et H. Neukirch, Le Mans, Monnoyer, 1948
  • Lascaux. Versailles de la Préhistoire, Imprimerie Leymarie, Périgueux, 1971
  • "Caverne ornée de Bara-Bahau", Le Bugue-sur-Vézère, 1955
  • « Débris de corde paléolithique à la grotte de Lascaux (Dordogne) », in Mémoires de la Société Préhistorique Française, tome 5, 10 fig., p. 135-169, 1959
  • « Nouvelles découvertes de dessins rupestres sur le Causse de Gramat (Lot) », Bulletin de la Société Préhistorique Française, t. LXII, p. 528-538, 10 fig., 1 inventaire, 1965
  • André Glory, 2008 : Les recherches à Lascaux (1952-1963). Textes et documents recueillis, présentés et commentés par Brigitte et Gilles Delluc, Gallia-Préhistoire, XXXIXe suppl., CNRS éditions (le fameux "trésor" de l'abbé André Glory, réputé perdu et retrouvé seulement en 1999).
  • sous le pseudonyme de Max Landreau :
    • La Vengeance du Rhin, collection La Toison d’or, édition Alsatia, 1946.

Max Landreau est le nom de l'un des membres de l'équipe spéléologique d'André Glory qui avait pour mission le prélèvement de spécimens de la faune cavernicole ; il aurait autorisé André Glory à utiliser son nom pour l'édition de La Vengeance du Rhin

BibliographieModifier

  • « Les grandes figures disparues de la spéléologie française », Spelunca (Spécial Centenaire de la Spéléologie), no 31,‎ , p. 52-53
  • Delanghe, Damien, Médailles et distinctions honorifiques (document PDF), in : Les Cahiers du CDS no 12, mai 2001.
  • Association des anciens responsables de la fédération française de spéléologie : In Memoriam.
  • Archéologie et Archéologues - Canton de Gramat, Association Racines, éditions du Ver Luisant, p. 30.
  • Bernadette Arnaud, La grotte de Lascaux retrouve son trésor, Sciences et Avenir, mai 2010, 4 pages, ill.
  • Bergougnioux, F.-M., 1967, L'abbé André Glory, Société d'études et de recherches préhistoriques, Les Eyzies, no 16, p. 10-12.
  • Brigitte et Gilles Delluc, Lascaux retrouvé. La vie et les recherches de l'abbé André Glory, Périgueux, Pilote 24 édition, 2003, 364 p.
  • Brigitte et Gilles Delluc, 2007, André Glory, un préhistorien méconnu, Un siècle de construction du discours scientifique en Préhistoire, actes du 26e Congrès préhistorique de France, Avignon, 2004, p. 157-166, ill.
  • Marc Groenen, Pour une histoire de la Préhistoire, éd. J. Millon, 1994, (ISBN 2-905614-93-5)
  • Lorblanchet M., Delluc B. et G., Le Tensorer J.-M., Bariviera G., Bournazel J., 2009 : Roucadour quarante ans plus tard, Préhistoire du Sud Ouest, 17, p. 5-94, ill. et tabl. (contient l'historique et les résultats des travaux de A. Glory)

Notes et référencesModifier

  1. Spéléo-Club de Paris : Grottes et gouffres, no 158, décembre 2002, p. 28-33.

Voir aussiModifier